background preloader

Surveiller les algorithmes

Surveiller les algorithmes
De plus en plus souvent, des algorithmes décident de notre rapport au monde. Que ce soit pour nous mettre en relation avec d'autres sur des sites de rencontres ou pour estimer notre capacité de crédit, pour nous diriger dans la ville via nos GPS voir même pour nous autoriser à retirer de l'argent à un distributeur automatique... les algorithmes se sont infiltrés dans notre vie quotidienne sans notre consentement et modulent notre rapport au monde sans que nous soyons vraiment au courant de leur existence, de l'ampleur de leur action, de leur pouvoir et des critères qu'ils utilisent pour décider de nos existences à notre place. Sans que nous ayons non plus beaucoup de possibilités pour réfuter ou intervenir sur ces critères. "Trop souvent, c'est l'ordinateur qui décide !" Comprendre comment fonctionnent les algorithmes qui nous gouvernent n'est pourtant pas du recours des seuls spécialistes, estime le journaliste Frank Swain (@SciencePunk). Frank voyage dans le monde entier...

Business Deck Whyd Focus Building THE market place for music Helping artists, labels and brands engage with fans Advertising Whyd provides the social graph and musical interests to promote new releases, EP, tracks, albums, upcoming concerts, sponsored campaigns e.g: Label because music promotes Electric Guests' latest EP to the people who like the artist or similar artists and music genres. Transaction Whyd will take a cut on transactions made from within the app: Concert ticketing / Artist merchandise / Special records e.g: Tony Listened listened to 3 songs by Metronomy and Whyd suggests upcoming shows to him in his area. Premium Whyd provides verified accounts, personalized dashboard and exclusive features for music professionals and consumer brands. e.g.

Out of the picture: why the world's best photo startup is going out of business One day last month, the seven employees of Everpix gathered at their co-working space in San Francisco to discuss the company's impending shutdown. Wayne Fan, one of the co-founders, opened a mock-up of the screen that the photo storage service’s customers would see once the company announced the news. The screen described the refunds that would be offered to the company's 6,800 paid subscribers, assuming Everpix could come up with the money. The immediate concern in the room was a forthcoming bill from Amazon Web Services, which hosts the 400 million photos stored with Everpix; the team estimated the bill would be about $35,000. In two short years, Everpix has gone from a dream shared by two French graphics experts to one of the world's best solutions for managing a large library of photos. But while its talented team obsessed over the look and features of its product, user growth failed to keep pace. The question in the room was whether any of it would come in time. Section TOC Title

Postmortem of a Venture-backed Startup — Best thing I found online today “Focus is saying no to 1,000 good ideas.” — Steve Jobs Events I realized the error of my customer acquisition strategy as I awkwardly made my way through a small Meetup I had just pitched. It was 11pm on a Tuesday, I was exhausted and still had real work to do once I got home. Yet there I was, in a shitty bar trying not to skewer anyone with my Sonar sign as I dodged person after person asking me to install THEIR app. Lesson Learned: Events are for research, business development, and hiring; NOT for getting to 10,000,000 downloads. Brands & Agencies When MTV, Kraft, Digitas, and the like reached out to us we weren’t sure what they wanted. Be polite, but postpone brand and agency “intros” until you’ve built your own audience. Corollary: Investors know this. Side projects In the winter of 2011, we signed a partnership w/ Wired magazine to demonstrate our technology by providing visitors of their Times Square popup store with personalized in-store product recommendations. Competition Oops!

Comment Internet s'empare du marché de l'emploi LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laure Belot A 36 ans, Olivier a trouvé du travail… par smartphone interposé. « Cet été, un matin, je découvre une offre de chauffeur de direction sur l'application Indeed. A 15 heures, j'envoie un mail de motivation. A 18 heures, on me fixe un rendez-vous avec le PDG. Le vendredi suivant, je signe mon CDI », enchaîne-t-il. Une embauche numérique express, résultat d'un véritable « plan d'attaque ». « Quand je me suis retrouvé au chômage il y a un an, j'ai mis à jour mon profil sur les réseaux LinkedIn et Viadeo, téléchargé des applications ad hoc. » Olivier, qui a souhaité rester anonyme, s'est aussi inscrit à Pôle emploi. « Mais on m'a dit : “On n'a rien pour vous, et vos prétentions sont trop importantes” », raconte-t-il. >> Lire aussi les témoignages : "J'en suis à mon troisième CDI et je ne suis jamais passée par Pôle emploi" >> Lire aussi : Le piège politique de l'inversion de la courbe du chômage Dans un marché peu...

À quel point faut-il s’en vouloir d’utiliser Spotify? En juin, David Lowery, chanteur et guitariste des groupes Cracker et Camper Van Beethoven, a posté un article sur son blog The Trichordist, à propos des droits d’auteur. La chanson de Cracker Low, a-t-il révélé, avait été diffusée 1.159.000 fois sur Pandora en l’espace de trois mois; Lowery, en qualité de co-compositeur de la chanson, a reçu la somme de 16.89 dollars (12,78 euros). Pour 116.280 écoutes sur Spotify, Lowery a perçu 12.05 dollars. Pendant ce temps, Low ne passait que 18.797 fois sur les stations FM et AM pour la même période. Mais pour bien moins de diffusions, Lowery a reçu beaucoup plus d’argent: 1.373.78 dollars, pour être précis. Le mois dernier, Thom Yorke, de Radiohead, et le producteur Nigel Godrich retiraient leur projet Atoms for Peace de Spotify, en prétextant les mêmes inégalités concernant les rémunérations des artistes par les services de streaming. Peut-être bien. 1. Surtout pour les musiciens. 2. 3. Interprètes vs auteurs-compositeurs C’est sans doute vrai.

Spotify: 4 millions de chansons n'ont jamais été écoutées Spotify a fêté le 7 octobre ses 5 ans, publiant pour l’occasion une infographie contenant quelques éléments-clé concernant son utilisation. On y apprend notamment qu’au cours de l’existence du service d’écoute en ligne, plus d’un million d’années de musique a été joué, ou que 80% du catalogue a été écouté au moins une fois. Autant dire que 20% des 20 millions de titres n’ont jamais été entendus en ligne, rapporte Radio and Internet Newsletter (RAIN). Avoir 4 millions de titres qui n’ont jamais été joués, cela n’est pas vraiment la meilleure publicité pour un service qui est régulièrement critiqué pour ses méthodes de rémunération des artistes. «Ne vous y trompez pas, les jeunes artistes que vous découvrez sur #Spotify [ne] seront [pas] payés», avait déclaré en août Tom Yorke sur Twitter. Et ils le seront encore moins s’ils ne sont pas écoutés du tout. publicité Infographie des 5 ans de Spotify. Car même les artistes à grande audience subissent parfois les aléas de l’écoute en ligne.

Kickstarter failures revealed! What can you learn from Kickstarter failures? [INFOGRAPHIC] | Appsblogger.com See the full infographic below. For the first time ever, the Kickstarter failure numbers are revealed.* I recently came across Dan Misener’s article, Kickstarter hides failure, where he talked about how Kickstarter makes it difficult for you to see/find failed projects. They intentionally prevent failed campaigns from being indexed by the search engines (through “noindex” robot meta tags). Dan’s article got quite a bit of attention. What is the percentage of successful vs. failed projects? As an entrepreneur who’s looking at Kickstarter as a potential source of funding, I’m very interested in these numbers and the insights they provide. To get these questions answered, I had a scraper script written (not by me) that was able to scrape all the projects as of June 2, 2012, including those that failed to achieve their funding goal. With these numbers in hand, I was able to create the infographic below which provides insights that were previously unavailable.

Google et Facebook s'allient dans la publicité Le Numa, nouveau point de ralliement des start-up parisiennes Dans le quartier du Sentier, à Paris, un bâtiment de 1 500 mètres carrés, entièrement dédié au numérique, ouvre ses portes jeudi 14 novembre. Il ambitionne d'attirer 200 start-up. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Julien Dupont-Calbo Au fil des derniers mois, le nom de code a évolué. Sur 1 500 m² et six étages, le Numa offre à celles et à ceux qui portent un projet de création d'entreprise dans l'univers numérique différents services : tout d'abord, un espace de travail partagé ("coworking" en anglais) pour favoriser les échanges ; ensuite, une zone dédiée à l'organisation d'événements (conférences, ateliers...) ; un "accélérateur" de start-up, à savoir une structure qui accueille et conseille les entrepreneurs en échange d'une participation au capital de leur société ; enfin, on y trouve aussi des « Fab-Lab », des ateliers qui permettent de réaliser rapidement des prototypes. >> Lire "Les incubateurs de start-up se multiplient à Paris" (édition abonnés)

Netflix, la révolution a minima Peut-être qu'au fond, Gil Scott-Heron avait raison. Au-delà de son talent de compositeur, le chanteur américain possédait un don de voyance: la révolution, si souvent annoncée et si souvent reportée au lendemain, ne serait pas télévisée. Elle ne sera pas retransmise en direct. Lors du lancement de House of Cards, nous avions consacré un podcast à Netflix, la petite entreprise de VOD qui a commencé en expédiant des DVDs par courrier et qui est devenue en quelques années un acteur majeur de la création originale américaine en matière de série. On annonce (en fait, on murmure) que le fournisseur de contenu va arriver en France en 2014, sans doute à partir du Luxembourg où se trouve son siège européen. La première chose est que la consommation de séries télé en France reste majoritairement liée au petit écran. Les handicaps Pour en revenir Netflix, le fournisseur ne sera pas présent, au moins dans un premier temps, sur les "box" qui désormais permettent d'accéder à la télévision. Avantages

Related: