background preloader

Surveiller les algorithmes

Surveiller les algorithmes
De plus en plus souvent, des algorithmes décident de notre rapport au monde. Que ce soit pour nous mettre en relation avec d'autres sur des sites de rencontres ou pour estimer notre capacité de crédit, pour nous diriger dans la ville via nos GPS voir même pour nous autoriser à retirer de l'argent à un distributeur automatique... les algorithmes se sont infiltrés dans notre vie quotidienne sans notre consentement et modulent notre rapport au monde sans que nous soyons vraiment au courant de leur existence, de l'ampleur de leur action, de leur pouvoir et des critères qu'ils utilisent pour décider de nos existences à notre place. Sans que nous ayons non plus beaucoup de possibilités pour réfuter ou intervenir sur ces critères. "Trop souvent, c'est l'ordinateur qui décide !" Comprendre comment fonctionnent les algorithmes qui nous gouvernent n'est pourtant pas du recours des seuls spécialistes, estime le journaliste Frank Swain (@SciencePunk). Frank voyage dans le monde entier...

The Threat of Artificial Intelligence If the New York Times’s latest article is to be believed, artificial intelligence is moving so fast it sometimes seems almost “magical.” Self-driving cars have arrived; Siri can listen to your voice and find the nearest movie theatre; and I.B.M. just set the “Jeopardy”-conquering Watson to work on medicine, initially training medical students, perhaps eventually helping in diagnosis. Scarcely a month goes by without the announcement of a new A.I. product or technique. Still, at some level, the only real difference between enthusiasts and skeptics is a time frame. But a century from now, nobody will much care about how long it took, only what happened next. For some people, that future is a wonderful thing. Most people see that sort of fear as silly science-fiction drivel—the stuff of “The Terminator” and “The Matrix.” Of course, one could try to ban super-intelligent computers altogether. Already, advances in A.I. have created risks that we never dreamt of.

MÉDIAS • Des automates tweeteurs et dragueurs Depuis qu’Internet existe, des programmes robots, ou bots, tentent de se faire passer pour des êtres humains. Sur les chats, des robots [appelés chatbots] accueillent les utilisateurs qui entrent dans une salle de discussion en ligne et les expulsent lorsqu’ils se comportent mal. Plus fourbes, les robots de spam envoient à l’aveugle des courriels proposant des aubaines incroyables aux boursicoteurs ou d’obscurs comptes en banque au Nigeria. Les “robots bimbos”, ou bimbots, abreuvent les internautes de photos de femmes sculpturales pour les attirer dans des arnaques de travail à domicile ou vers des produits pharmaceutiques illégaux.Aujourd’hui vient le tour des robots sociaux. Ces imposteurs sont programmés pour tweeter et retweeter. Ils ont leurs petites excentricités, du bagout, et quantité d’anecdotes personnelles à vous raconter. Desseins sournois. Les robots sociaux sillonnent Internet pour une multitude de raisons. Pour certains, l’objectif est d’accroître leur popularité.

scientists put free text-analysis tool on the web Now anyone can drag and drop text into a linguistic analysis tool powered by machine learning. By Andrew Myers and Tom Abate Ever wondered whether a certain TV show had a slant in favor of a political candidate? Stanford computer scientists have created a website that gives anyone who can cut and paste the ability to answer such questions, systematically and for free. The website is known as etcML, short for Easy Text Classification with Machine Learning. Machine learning is a field of computer science that develops systems that give computers the ability to acquire new understandings in a more human-like way. The etcML website is based on machine-learning techniques that were developed to analyze the meaning embodied in text, then gauge its overall positive or negative sentiment. “All users have to do is copy and paste, or drop their text datasets into their browser and click,” Socher said. Voigt studies what makes a successful pitch. “This is a free and powerful tool,” Socher said.

Un robot doté d’un cerveau simplifié a appris à parler Ce travail est publié dans la revue en ligne Plos One. Notre cerveau est complexe et sophistiqué. L’une de ses propriétés les plus remarquables est l’aptitude à apprendre un langage et la rapidité avec laquelle il peut traiter ce langage. Ainsi par exemple, le cerveau traite en temps réel les premiers mots d’une phrase et anticipe la suite, améliorant ainsi la rapidité avec laquelle nous traitons les informations. Toujours en temps réel, le cerveau révise continuellement ses prédictions. Un processus rendu possible grâce à l’interaction entre des informations nouvelles et le contexte précédemment formé. Un « cerveau artificiel simplifié » En s’appuyant sur ces connaissances, Peter Ford Dominey et Xavier Hinaut, de l’Institut sur les cellules souches et le cerveau de Lyon, ont développé un « cerveau artificiel » qui reproduit certains types de connexions dites « récurrentes » observées dans le cerveau humain. Un robot humanoïde Mieux comprendre le Parkinson

Le premier robot qui s’adapte aux pannes en deux minutes LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nathaniel Herzberg Les robots sont partout. Sur les planètes éloignées ou au fond des abysses, dans les salles d’opération ou les salles des marchés, derrière les portes closes des usines ou sous le capot de nos voitures. Ils supportent des pressions et des températures qui détruiraient nos corps. Ils calculent, réagissent, mieux que nous. Ils ne tremblent pas, se fatiguent peu. Seulement voilà : ils tombent en panne. Une équipe française a peut-être trouvé la parade. « Je débranche une des pattes » Au sous-sol de l’institut des systèmes intelligents et de robotique de l’université Pierre-et-Marie-Curie, à Paris, Antoine Cully présente sa merveille avec un mélange de timidité et de fierté. Sur le sol du laboratoire, la grosse araignée mécanique avance ses six membres d’un pas saccadé mais régulier. « Maintenant, je débranche une des pattes », sourit-il. Algorithme Rêves d’applications industrielles La technique est classique.

Un Japonais se crée sa propre petite amie virtuelle avec une Kinect bricolée Vous vous sentez seul et avez besoin de compagnie ? Alors faites comme ce japonais qui s’est fabriqué une petite amie virtuelle ! Une histoire folle mais pourtant vraie, à découvrir tout de suite sur DGS ! Et oui la réalité augmentée vous permet désormais de faire des choses que vous n’aurez peut-être même pas imaginé avant. Pour passer du temps avec sa nouvelle copine virtuelle, ce japonais n’a donc qu’à enfiler ses superbes lunettes kinect et le tour est joué. Et vous, envie d’avoir une petite amie virtuelle ? Le journaliste du futur s'appelle Al, Al Gorithme Les journalistes du futur aux États-Unis ne prennent pas de pause café, ils écrivent à une vitesse supersonique et ne s'inquiètent pas pour leur retraite : ce ne sont plus des personnes physiques, mais des algorithmes qui transforment des données brutes en articles. Ces algorithmes fournissent un nombre croissant d'articles aux journaux et sites internet, notamment dans les domaines du sport (à partir de statistiques) ou des affaires (à partir de bilans comptables). Si les ordinateurs ne sont pas en mesure d'analyser les subtilités de toutes les informations, ils peuvent se servir d'un grand nombre de données chiffrées et les transformer en articles, selon des spécialistes. "Cela peut fonctionner pour tout ce qui est simple et répétitif", explique Ken Doctor, analyste de l'entreprise Outsell, spécialisée dans le monde des médias. Kristian Hammond, directeur technologique de Narrative Science, société basée à Chicago, travaille sur ce type d'ordinateurs depuis plus de 10 ans.

Canoë - Techno-Sciences - Quelle puissance faut-il pour rendre un robot intelligent? On a beau s'émerveiller devant les robots actuels qui font la conversation ou savent préparer des cocktails, mais le rêve est d'arriver à des machines intelligentes comme dans les films iRobot ou Alien. Vous pensiez que ce ne serait pas avant 100 ou 200 ans? Détrompez-vous, les futures générations de processeurs pourraient rendre ce fantasme bien réel. Outre l'aspect matériel des robots, leur intelligence artificielle est un enjeu de taille. Alors que faire mouvoir un robot représente déjà un tout un défi, lui montrer comment se comporter et évoluer sans mettre en danger la vie d'autrui va être incroyablement complexe, mais aussi la clé de leur succès. L'arrivée et la disponibilité au grand public de nouveaux types de processeurs évolués vont ouvrir la voie à des robots qui interagiront avec vous comme s'ils étaient des êtres humains. Un bogue et c'est la catastrophe Au-delà de la puissance du processeur, c'est la programmation des robots qui s'avérera être une tâche complexe.

Related: