background preloader

Consommer à l’heure de la crise

Consommer à l’heure de la crise
Pourquoi avoir consacré un livre aux pratiques des consommateurs?L’idée de départ de cet ouvrage collectif était d’observer, à travers une série d’enquêtes de terrain et de réflexions sociologiques, ethnologiques et économiques, quels effets la crise de 2008 a pu avoir sur le pouvoir d’achat des Français et comment ces derniers se sont organisés pour vivre dans un contexte de crise. étonnamment, notre premier constat a été de voir que l’impact de la crise sur la consommation ne s’est pas fait ressentir immédiatement, de façon évidente. Je me souviens avoir interviewé, en 2009, un directeur des Centres E. Leclerc dans l’Est de la France qui m’affirmait ne pas avoir remarqué de baisse des paniers d’achat dans son magasin. Il a fallu, de fait, attendre 2011-2012 pour observer le développement de comportements plus économes, typiques des pratiques de consommateurs sous contrainte de pouvoir d’achat et qui perdurent. Signe qu’ils sont effectivement liés à la crise.

http://www.pointsdevente.fr/visualisation-darticles/detail/consommer-a-lheure-de-la-crise.html

Related:  QG1 Le consommateur est-il toujours rationnel dans ses choix ?Le comportement d'achat du clientconsommationlpstjo

Consommation: "On cède sur l'accessoire pour conserver l'essentiel" En quoi la consommation des Français a-t-elle changé? C'est le rapport même à la consommation, à mon sens, qui s'est le plus transformé, avec l'émergence d'un phénomène spectaculaire: l'essor de la consommation collaborative. Les pratiques comme le recours au marché de l'occasion, les achats groupés ou encore l'emprunt sont anciennes, mais leur ampleur, elle, est tout à fait nouvelle. Le « showrooming » et le « pretailing » redéfinissent le processus d’achat! Depuis environ dix ans, les ventes en ligne n’ont cessé de croître et l’offre aussi. Nous achetons tout en ligne ou presque. Oui, plusieurs gammes de produits souffrent un peu de l’intangibilité du Web, mais l’avenir pourrait bien changer ce fait. En effet, acheter des chaussures en ligne ou même des vêtements apparaissait improbable et pourtant même avant le Web, Sears vendait par catalogue des vêtements et des chaussures. Comment ont-ils réussi ce tour de force?

Un restaurant ose l’abonnement illimité Thomas Mankowski t.mankowski@sudouest.fr L'abonnement illimité ou le Pantagruel de la consommation : le musée, le cinéma, le mobile, l'Internet, les remontées mécaniques, le parc d'attractions, la salle de gym… Il se généralise avec un appétit de boulimique et c'est à croire qu'il n'est pas rassasié puisqu'il gagne maintenant la restauration. Rôle et pouvoirs de l'Assemblée - Assemblée nationale Accueil > Rôle et pouvoirs de l'Assemblée Rôle et pouvoirs de l'Assemblée nationale L’Assemblée nationale se situe au coeur de notre démocratie comme le montrent les textes qui régissent le fonctionnement de la Vème République. Représenter le peuple français, légiférer et contrôler l’action du Gouvernement : tel est le triptyque qui guide l’action des 577 députés de la France de métropole et d’Outre-mer. Chaque année, ce sont ainsi en moyenne une centaine de lois qui sont adoptées, plus de 1400 heures de débats qui ont lieu dans l’hémicycle, plus de 33 000 questions qui sont posées au Gouvernement par écrit ou par oral, plus de 450 rapports qui sont adoptés par les commissions sur les sujets les plus divers.Avec la dernière révision de la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008, qui s’est traduite par une réforme profonde du Règlement de l’Assemblée, les pouvoirs de l’Assemblée ont été sensiblement renforcés, particulièrement en matière de contrôle.

Les courses alimentaires, une contrainte pour les Français La fréquentation des magasins d'alimentation, quelle que soit leur forme, ne diminue pas. Stagnante pour les supermarchés et les hypermarchés, qui restent les circuits les plus fréquentés par les Français, elle progresse, par rapport à 2005, pour les commerces alimentaires spécialisés (boucherie, charcuterie...), les magasins de surgelés et le hard-discount, selon une enquête du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc). Fidèle ou papillonneur ? Le consommateur est devenu "zappeur", estiment les auteurs de cette étude, Adeline Dembo et Patrick Duchen. 23 % des Français déclarent fréquenter six circuits ou plus au moins une fois par mois, contre 19 % des déclarants interrogés lors d'une enquête similaire en 2005. A l'inverse, ceux qui fréquentent trois circuits ou moins sont en diminution. Les courses, une contrainte.

Plus pauvres, les Français hyper-consomment autrement Cela fait dix ans que les Français sentent leur niveau de vie reculer. A force, ils développent un rapport à la consommation plus réfléchi : la débrouille entre dans les mœurs et la consommation alternative s'est démocratisée au point de ne plus être une alternative, nous enseigne la lecture du second rapport de l'Observatoire des consommations émergentes publié ce jeudi 7 novembre 2013 par l'Obsoco. Une bipolarité des comportements d'achat Le recul très net du pouvoir d’achat des Français (-0,9 % selon l’INSEE) explique l'évolution de l'indécision dans les comportements d'achat des Français.

L'évolution des habitudes d'achat des Français entre 2012 et 2013 Le commerce actuel est omniprésent, résultant de la multiplication des points d'achat mais aussi de l'évolution des comportements des consommateurs. Afin de continuer à comprendre ces changements, Ipsos a réalisé la seconde édition de l'étude Omniretail pour CA Com, au sujet de l'évolution des habitudes d'achat des Français entre 2012 et 2013. Florilège des principaux résultats de ce sondage, effectué auprès d'un échantillon de 1013 personnes, représentatives de la population française, âgées de 15 ans et plus, du 5 au 8 avril 2013. Le consommateur moyen a définitivement disparu "2013, un consommateur caméléon" . A l'occasion de son dernier Media Morning, Kantar Worldpanel a fait le point, la consommation en France. Le contexte de l'année n'a pas été favorable à la consommation : des à-coups dans l'évolution du PIB en volume (-0,2% pour le 1er trimestre, +0,5% pour le 2ème, -0,1% au 3ème) ; une météo chaotique (hiver maussade, printemps le plus froid depuis 1987, bel été) ; hausse du chômage... Seul point positif : le redressement du pouvoir d'achat par unité de consommation à +0,8% au 1er trimestre, +0,3% au 2ème, après une baisse de 1,5% sur 2012. "L'envie de dépenser n'est toujours pas au rendez-vous et la perception de leur pouvoir d'achat par les ménages est globalement plus négative au second trimestre", constate Gaëlle Le Floch, strategic insight director, en poursuivant : les arbitrages se poursuivent dans de nombreux secteurs hors-alimentaires. Au cumul annuel 3 ème trimestre : les catégories qui s'en sortent le mieux sont :

Related: