background preloader

Analyse d'oeuvre : L'oeil cacodylate de Francis Picabia

Analyse d'oeuvre : L'oeil cacodylate de Francis Picabia
Sommaire Présentation générale. 3 Repérage chronologique. 3 Vie de l’artiste / de l’auteur. 3 Contexte historique de création. 10 Deux films qui retracent l’époque des années folles : 13 Le bœuf sur le toit. 14 L’histoire de « L’œil cacodylate ». 14 L’apport de Marcel Duchamp sur L’œil cacodylate. 15 Style / mouvement / courant artistiques. 16 Un mouvement international 17 La fin du dadaïsme. 17 L’humour … 17 Description de l’œuvre et interprétation. 19 Portée ou influence de l’œuvre. 22 En quoi l’œuvre a-t-elle marqué son temps ?. Peut-on la rapprocher d’autres œuvres ?. Les questions que soulève l’œuvre : 25 Lexique de base – mots clé. 25 Les sources : 26 Présentation générale Titre de l’œuvre : L’oeil cacodylate Nature de L’œuvre – Technique : Huile sur toile et collage de photographies, cartes postales, papiers divers découpés Genre de L’œuvre : Document ? Artiste / Auteur : Francis Picabia Date vie / mort : 1879 – 1953 Date de création : 1921 Les périodes historiques : XX siècle Domaine / thématique S.

analyse esthétique d'une photographie de robert doisneau - bolides à paris Analyse La première lecture de l'image invite à comparer l'énorme taille du véhicule de l'adulte à droite à la taille réduite de l'automobile à pédales de l'enfant à gauche. Quasi instantanément le spectateur est conforté dans cette comparaison par le regard croisé de l'enfant qui souligne l'existence d'un rapport établi entre les 2 véhicules : L'enfant est sur le trottoir et la voiture sur la chaussée. Mais un élément inquiétant en provenance du monde de l'adulte pénètre dans le monde de l'enfant : une roue du véhicule de l'adulte est montée sur le trottoir. Ces deux éléments sont d'autant plus menaçants que le petit bonhomme avait l'air de circuler lui-même bien droit sur le trottoir, tenant sagement son volant à 10 heures 10. L'opposition entre le monde de l'enfant et le monde de l'adulte n'est donc pas seulement une opposition d'échelle et de lieu ; c'est aussi une opposition d'ordre. L'image exprime donc le moment d'une révélation : Quel est le point de vue du photographe ? Conclusion

Le sens des images » Analyser une photo : « The Kid » (1921) Photo de plateau de The Kid (1921) de Charlie Chaplin Cette photo publicitaire anonyme représentant Charlot (Charlie Chaplin) et le Kid (Jackie Coogan) est l’une des plus célèbres associées à l’œuvre du cinéaste. Sans doute parce qu’elle évoque l’un des meilleurs films de l’auteur – son premier long intitulé The Kid sorti en 1921 – mais aussi, assurément, parce qu’elle nous émeut, en dehors de toute référence au film, par sa puissance visuelle universelle évoquant tout à la fois la pauvreté, l’enfance et la paternité. Un décor à la Dickens Dès sa deuxième apparition à l’écran en 1914 Chaplin crée son personnage emblématique du vagabond Charlot qu’il n’aura de cesse d’interpréter jusqu’en 1940. Tel père, tel fils The Kid occupe une place à part dans l’œuvre de Chaplin dans la mesure où, en racontant l’histoire d’un orphelin recueilli par Charlot, le cinéaste revit en quelque sorte sa propre enfance pauvre dans les faubourgs miséreux de Londres. Le regard caméra

Analyse d'oeuvre : Guernica de Pablo Picasso Présentation de l’œuvre Titre de l’œuvre : « Guernica » Genre de L’œuvre : Peinture historique et engagée Artiste : Pablo Picasso 1881 – 1973 Date de création : 1937 Catégorie (domaine / thématiques possibles) : Arts du visuel Arts, Etats et pouvoirArts, techniques, expressionsArts, ruptures, continuités 0ù trouver l’œuvre : Guernica a été exposée pour la 1ère fois dans le pavillon espagnol de l’Exposition Universelle de Paris en juillet 1937. Repérage chronologique : Repérer l’œuvre et indiquer des événements historiques proches susceptibles d’alimenter des liens, des correspondances entre les œuvres. 1814 : Francisco de Goya, El très de mayo 1830 : Eugène Delacroix, La liberté guidant le peuple 1907 : Pablo Picasso, Les demoiselles d’Avignon Cette toile n’est pas comme les autres exemples donnés engagée, mais elle est un jalon marquant dans l’ensemble de l’œuvre de Picasso. 1937 : Pablo Picasso, Guernica1987 : Barbara Kruger, I shop therefore I am 1990 : Christian Boltanski, Réserve Le cubisme

Œuvres à la loupe Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language Accessibilité Soutenez le Louvre Accueil>Arts & éducation>Oeuvres à la loupe Œuvres à la loupe Les Œuvres à la loupe sont conçues dans l'esprit de deux collections : Palettes, bien connue du grand public et l'Œuvre en scène, présentée à l'Auditorium du musée. Cette rubrique bénéficie du mécénat de l’entreprise eni. Oeuvres à la loupe Nb par page :5 -10 -15 Tri : Date - Titre Portrait de la marquise de Pompadour Nouveau ! Le dernier numéro de la série Focus est consacré au Portrait de la marquise de Pompadour par Maurice-Quentin de La Tour. Consultez le focus La Victoire de Samothrace Redécouvrez un chef-d’œuvre de l’époque hellénistique en compagnie de Marianne Hamiaux, ingénieur d'études, et Ludovic Laugier, conservateur du patrimoine au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines. La Joconde Les Œuvres à la loupe font peau neuve. Le Code de Hammurabi Consultez l’œuvre à la loupe Le Scribe accroupi Newsletter

Eléments pour l'analyse de l'image Mettre à jour le travail de Représentation proprement dit : Qu'est-ce que nous voyons, nous percevons, nous comprenons... des choix faits par l’auteur-réalisateur-énonciateur. 1 - Choix énonciatifs en amont de la prise de vue ▸ Choix et organisation des différents éléments visuels entrant dans l’image ● éléments fixes : décors, lieux, paysages, ambiances, climats, .... ● éléments mobiles: véhicules, animaux, meubles, fluides.... ▸ Personnages : sexes, âges, caractéristiques ethniques, culturelles, catégories sociales, tenues vestimentaires, style lié à une époque, un groupe social, démarche, allure... ▸ Jeux des personnages : ● expression du regard, faciale, gestuelle... ● déplacements, entrées, sorties ▸ Caractéristiques physiques du visuel : ● éclairage, couleurs (dominante, saturation...)... ● formes (textures, contours, lignes, structure...) ▸ Le temps représenté (instant précis ou non, date....) 2 - Choix énonciatifs liés à la prise de vue ▸ Netteté, profondeur de champ ▸ Mouvements

La peinture d'Edward Hopper expliquée aux enfants Une grande exposition consacrée à Edward Hopper se tient actuellement au Grand Palais, à Paris, jusqu’au 28 janvier 2013. Ce peintre américain a montré dans ses tableaux l’Amérique des années 1930-1940. Profitons de cette expo pour partir à la rencontre de ce grand artiste. Ce tableau intitulé «Nighthawks» (Les noctambules) a été peint par Edward Hopper en 1942. L'@ctu du jour : Tu as sans doute déjà vu sans le savoir des tableaux d'Edward Hopper (1882-1967), car ils sont souvent utilisés dans les manuels scolaires pour illustrer l'histoire des États-Unis au 20e siècle. Tous les peintres appartiennent à des mouvements artistiques. Hopper, le témoin du triomphe de l'Amérique Hopper entame sa carrière de peintre à un moment où l'Amérique commence à faire parler d'elle. C'est un véritable mode de vie à l'américaine qui naît, et qui devient un modèle pour certains pays d'Europe, comme la France, jusque dans les années 1960. … Mais un témoin distant Hopper connaît bien ce mode de vie. Plan

L'impératrice Joséphine Contexte historique Marie-Josèphe Rose Tascher de la Pagerie (1763-1814) naquit à la Martinique dans une famille installée aux Iles depuis un demi-siècle. Après une jeunesse libre et oisive, elle épousa en France, en 1779, le chevalier Alexandre de Beauharnais. Couronnée impératrice en 1804, elle subit la haine du clan Bonaparte. Analyse de l'image L’impératrice porte ici le grand habillement du sacre. Interprétation L’original de ce tableau, également conservé à Fontainebleau, fut commandé à Gérard en 1807 et présenté au Salon de 1808. Création de la Légion d'honneur Contexte historique Les distinctions avaient été supprimées en 1791. Une fois au pouvoir, Bonaparte décida de créer un ordre national pour récompenser le mérite civil et la bravoure militaire. Un décret du Corps législatif voté le 19 mai 1802 et proclamé loi de la République le 29 mai suivant créa la Légion d’honneur, destinée à décorer les élites du pays et à leur servir de creuset. Cependant devant l’opposition des assemblées et surtout celle des généraux, Bonaparte ajourna l’inauguration de la nouvelle institution. Le premier grand chancelier du nouvel ordre, Lacépède, ne fut nommé que le 14 août 1803. Sous l’Empire, alors que Napoléon instituait une nouvelle noblesse, la Légion d’honneur reçut une organisation pyramidale proche de celle des anciens ordres de chevalerie, avec des grades allant de celui de « légionnaire » (chevalier) à celui de « grand cordon », réservé aux dignitaires du régime. Analyse de l'image Interprétation

Portraits de l'Empereur Napoléon Contexte historique Dès le couronnement, comme il l’avait fait avec ses portraits le représentant en Premier consul lors de la commande de 1803 pour la Belgique (à laquelle Ingres avait déjà participé pour la ville de Liège), Napoléon voulut diffuser son image d’empereur. En 1805, il se tourna vers les artistes les plus en vue, mais les résultats furent inégaux, d’autant qu’il ne posait jamais et que les peintres devaient avoir recours aux gravures ou à d’autres tableaux qu’ils devaient de plus adapter au nouveau profil de l’Empereur, assez distinct de celui du Premier consul. En outre, chaque artiste avait son style et sa conception propres, et les ambiguïtés du nouveau régime furent très vite sensibles entre les différentes perceptions. Analyse des images Le tableau d'Ingres Le tableau de Gérard Comme dans le précédent tableau, Napoléon porte pour le sacre le grand costume d’empereur, dessiné par Isabey et Percier. Comparé au tableau d’Ingres, Napoléon est ici réel. Le tableau de Lefèvre

Le sacre de Napoléon Contexte historique En août 1802, un plébiscite avait établi le Consulat à vie, étape importante vers l’identification de la république à Bonaparte. Au début de 1803, on avait vainement tenté d’obtenir de Louis XVIII une renonciation à ses droits sur la couronne de France. Devant son refus, on évoqua le mythe de l’empire carolingien, moins choquant que la monarchie pour les partisans de la république, d’autant que la notion d’empire s’entendait aussi de manière plus abstraite : Bonaparte ou la France révolutionnaire étendaient leur empire sur l’ensemble des territoires conquis. En avril 1804, le Conseil d’Etat suggéra officiellement la création de l’Empire, et le Sénat adopta le 18 mai 1804 la nouvelle constitution confiant le « gouvernement de la république » à Napoléon Bonaparte, empereur héréditaire. Analyse de l'image Contre tout usage, Napoléon souhaita se couronner lui-même et couronner l’impératrice Joséphine, ce malgré le désir du pape de procéder au sacre et au couronnement.

Le sacre de l'empereur Napoléon Ier : une œuvre clé Contexte historique Après le consulat à vie établi en 1802, le Conseil d’Etat, s’inspirant du mythe de Charlemagne, suggère en 1804 l’instauration du régime impérial. Une nouvelle constitution confie le gouvernement de la République à Napoléon Bonaparte, qui devient empereur héréditaire. Le sacre, dont l’organisation est confiée à Ségur, grand maître des cérémonies, assisté du premier chambellan, Rémusat, est prévu à Notre-Dame. Percier et Fontaine réalisent les décors, faisant de l’intérieur gothique un temple romain, tandis qu’Isabey prend en charge les habits et les poupées costumées destinées aux répétitions. L’acteur Talma entraîne Napoléon à une démarche et à un maintien solennels. Analyse de l'image La vaste composition de 9 mètres sur 6, qui rassemble plus de deux cents figures, donne l’impression d’une scène vivante. Interprétation Cette allégorie réelle marque la fin du néoclassicisme et la primauté du réalisme et de la liberté de l’artiste par rapport au genre historique.

Tout Chagall en une œuvre La belle et le peintre Pour Chagall, impossible d’appartenir à un mouvement artistique : l’univers du peintre est si riche qu’il se suffit à lui-même. Dans ses toiles, le rêve et le fantastique ont toute leur place. Mais parfois, le rêve se transforme en cauchemar. En 1945, année de création de L’Âme de la ville, le monde entier a vécu des heures très sombres. Extrêmement touché par les horreurs de la guerre, Chagall doit également surmonter la disparition de Bella, sa compagne et sa muse pendant plus de 30 ans. Marc Chagall, L’Âme de la ville, 1945, huile sur toile, 107 × 82 cm. La tête à l’envers Quel endroit étrange ! Petite et grande histoire Chagall évoque ici la disparition de son épouse et le chagrin qu’il a pu ressentir. En partenariat avec Revue Dada dada est la première revue pour s'initier à l'art, accessible aux jeunes mais lue aussi par les plus grands. Prenez l'histoire des arts au sérieux... tout en vous amusant.

Série l'Art en question - 10 oeuvres passent aux aveux ! - 10 chefs-d'oeuvre vous réservent plus que vous n'attendez Soutenez la production et la diffusion de cette nouvelle série. En savoir plus.Objectif: Montant déjà donné: 21880€ (109.4%) Claude : 100€ le 22 janvier 2018MARIA IGNEZ : 25€ le 16 mai 2017Francois : 1€ le 6 juin 2016Bouillard : 10€ le 31 mai 2015Nicolas : 30€ le 12 mai 2015 Salvador Dalí - Dossier pédagogique Le Grand Masturbateur, 1929 [Visage du Grand Masturbateur] Huile sur toile, 110 x 150 cmMuseo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid Retour sur un personnage Plus de trente ans après la rétrospective qu’il lui a consacrée, le Centre Pompidou déploie à nouveau l’œuvre labyrinthique de Salvador Dalí dans ses espaces. Décrivant un parcours circulaire, cette seconde rétrospective, organisée par Montse Aguer, Jean-Michel Bouhours et Thierry Dufrêne sous la direction de Jean-Hubert Martin, propose de suivre les circonvolutions de l’univers dalinien le long d’un fil chronologique. L’exposition commence avec les premières recherches picturales, l’attrait de Dalí pour l’impressionnisme, le cubisme et son rapport ambivalent à la peinture académique. Cette rétrospective articule plus de deux cents pièces − toiles, dessins, objets, films −, dont certaines comptent parmi les plus célèbres de Dalí. L’Ultralocal et l’Universel L’élaboration d’une mythologie personnelle La naissance d’un roi Liens

Related: