background preloader

TDAH : la méditation à l’étude

TDAH : la méditation à l’étude
Quoi de neuf? TDAH : la méditation à l’étude Publié le 18 avril 2013 par Carolann Claveau La méditation est une activité pratiquée par plusieurs adeptes désirant, entre autres, se détendre et diminuer leur niveau de stress. Il est peut-être trop tôt pour l’affirmer hors de tout doute. Selon les chercheurs, les données recueillies pendant une étude américaine permettent de constater que la capacité d’absorption donne aux participants une plus grande habileté à se concentrer sur une information précise et à filtrer les interférences. Les bienfaits cliniques de la méditation ont déjà été prouvés en ce qui concerne les troubles d’anxiété. [Consulter l’article] AK Rockefeller Dernière modification : 3 mars 2014. Mots-clés : méditation, source recherche, TDA/H, trouble_attention Contribuez à l'appréciation collective Cette information est-elle utile à votre pratique ? (Aucun vote actuellement) Il n’y a aucun commentaire présentement. Écrire un commentaire Politique éditoriale des commentaires Infolettre Related:  Solutions TDAHtdahapprentissage

Témoignages de parents Les enfants atteints de TDA/H... leur fonctionnement et des trucs... Dans ses jeux l'enfant hyperactif est poussé par le turbo d'une fusée... alors que les autres avancent à la vitesse de leur trottinette. Si l'enfant ne comprend pas une explication, recommencer en changeant de sens... des fois il entend « à l'envers »...( même moi si je comprends pas un truc... je commence par la fin pour comprendre le début :-)... Retenir que certaines expressions ne s'impriment pas dans le cerveau... faut se faire une raison...« calme-toi, fais attention, va moins vite, ne bouge pas, écoute-moi, t'emballe pas, y a des règles à respecter, sois patient, attends 5 minutes... »et plus on lui dit... plus il en rajoute.... On ne dit pas « on va faire »... si c'est pas le projet des 5 minutes suivantes...car l'espace de l'hyperactivité est virtuel... et attendre est une injustice... Un hyper ne supporte pas de perdre, c'est pour ça qu'il faut savoir lui faire croire qu'il a gagné... Expérience d’une mère 22h30.

Les troubles de l’attention (avec ou sans TDA/H) Par Francine Lussier. Pour en savoir plus sur cet ouvrage, cliquez ici. Parce que l’enfant ayant un TDA/H présente davantage de comportements impulsifs, parce qu’il est agité dans des lieux où il faudrait qu’il se tienne tranquille, parce qu’il ne semble pas obéir ou répondre aux demandes ou exigences formulées par les adultes, parce qu’il a un plus faible seuil de tolérance à la frustration, parce qu’il est davantage porté à défier l’autorité, parce qu’il vit davantage de conflits avec ses camarades ou avec sa fratrie, parce qu’il est souvent moins autonome dans ses jeux et réclame davantage la participation de ses parents, parce qu’il demande beaucoup plus d’interventions de la part de l’adulte pour le contenir, il épuise les parents qui, continuellement, sont amenés à s’interroger sur la meilleure façon d’agir avec leur enfant. Lire la suite Par Isabelle DEMAN Accompagner un élève avec PPS ou PPRE d’Isabelle Deman sera disponible le 24 mars 2014 en librairie. Lire la suite Lire la suite

MindMeister TDAH: Suffit-il (vraiment) de les faire bouger? | ISABELLE AUDET | Santé Publié le 03 novembre 2014 à 11h46 | Mis à jour le 03 novembre 2014 à 11h46 Des chercheurs notent un impact positif de l'activité sur la concentration des enfants à l'école, tout particulièrement chez ceux atteints du trouble déficitaire de l'attention (TDAH). Photomontage La Presse Ils bougent, ils rêvassent, ils lancent mille projets simultanément, et peinent à en terminer un seul. Les enfants atteints du trouble déficitaire de l'attention (TDAH), avec ou sans hyperactivité, ont souvent un parcours scolaire sinueux. L'activité physique serait-elle le remède miracle ? De nombreux enseignants le savent d'instinct : un enfant qui fait régulièrement de l'activité physique sera plus réceptif, plus concentré. Voilà la conclusion à laquelle en est venu Philippe Simard, étudiant à la maîtrise en kinésiologie à l'Université Laval, soutenu dans son travail par la Dre Leila Ben Amor, pédopsychiatre à l'hôpital Sainte-Justine et professeure à l'Université de Montréal.

Le trouble du déficit de l'attention/hyperactivité Présentation Cet ouvrage propose un portrait complet et réaliste du trouble du déficit de l’attention/hyperactivité (TDA/H) chez l’enfant. Avec rigueur mais en toute simplicité, il aborde les causes de ce dysfonction-nement, ses symptômes, les autres troubles qui peuvent y être associés ainsi que les traitements pharmacologiques possibles. Quatre règles de vie importantes, desquelles découlent de nombreuses stratégies éducatives et comportementales, sont également formulées pour permettre aux divers intervenants de soutenir avec optimisme l’enfant atteint du TDA/H. Un court chapitre s’adresse directement à l’enfant. Auteur Martin L. Adaptation : Stéfanie Duval Table des matières 1. Une définition du TDA/H tenant compte de la « dysfonction exécutive » Les différents types de problèmes associés au TDA/H Existe-t-il une solution ? 2. Rester positif Les chances de succès sont bonnes 3. Rester calme : éteindre le feu au lieu de l’attiser L’approche coopérative de résolution de problèmes 4. 5. 6. 7.

Organisation spatiotemporelle de l’apprentissage. La manière d’apprendre et de se situer dans cet espace dit virtuel et pourtant bien réel est parfaitement illustrée dans ces 2 vidéos : «Famille ; révolution numérique, apprendre», une conférence,animée par Serge Tisseron et Serge Soudoplatoff, et «Les élèves doivent contribuer à produire des connaissances» de François Taddéi. Une nouvelle organisation pour une nouvelle manière d’apprendre. Cette conférence et cette interview rappellent l’importance du collaboratif mais aussi l’immense importance des lieux de savoir qu’ils soient localisés dans des lieux classiques à des heures classiques ou dans des lieux insolites» à des heures tout aussi «insolites». Ces vidéos sont une mise en abime de sa propre manière d’apprendre ou plutôt de la nouvelle manière dont j’apprends aujourd’hui. La nouveauté c’est la porosité des espaces et du temps que je consacre au travail et/ou au loisir. Un contexte pédagogique et scientifique riche. Organiser pour sécuriser. Ritualiser pour orienter. Références

Blog Hop'Toys | Solutions pour enfants exceptionnels Conseils Publié le 05 septembre 2014 / par Sébastien / 2 min. Canalisez son besoin de bouger avec des fidgets ! Sélectionnez un ou plusieurs fidgets qui lui conviennent et apprenez-lui à maintenir son attention et à se concentrer tout en permettant à son corps de bouger. les crayons fidgets Ecoutez les besoins de son corps Il se dandine sur sa chaise ? la barrière pop up le coussin Dynair le chat lesté le tapis lesté le dinosaure sensoriel le timer visuel Structurez son environnement de travail Organisez son bureau, éliminez le plus de parasites visuels et/ou auditifs (ex : pas de télévision en fond sonore). Changez de mode d’apprentissage Privilégiez le matériel éducatif qui permet la manipulation et l’expérimentation, notamment pour des matières très abstraites comme la lecture ou les mathématiques. les compteurs familles le plateau de tri Apprenez-lui à gérer son impulsivité par le jeu Bazar Bizarre 2 A propos de l'auteur

Les 50 Trucs pour la gestion académique du déficit d’attention Les 50 Trucs pour la gestion académique du déficit d’attentionEdward M. Hallowell, M.D. et John J. Ratey, M.D. © 1992 Dr Edward M. Les professeurs savent ce que beaucoup de professionnels ignorent : il n’y a pas qu’un seul mais plusieurs syndromes du déficit d’attention. Il n’y a pas de solution facile permettant de gérer le déficit d’attention, que ce soit en classe ou à la maison. Voici quelques trucs de gestion scolaire, concernant l’enfant qui souffre d’un déficit d’attention (TDA). 1. 2. 3. 4. Mais essayez de vous asseoir avec l’enfant seul à seul, et demandez-lui de quelle façon il apprend le mieux. De plus, et surtout avec les enfants plus âgés, assurez-vous qu’ils comprennent bien ce qu’est le déficit d’attention. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. Ces enfants tolèrent mal les transitions et les changements imprévus. 13. 14. 15. 16. 17. 18. Les gros travaux ont vite fait d’écraser l’enfant qui se révolte par une réponse émotive telle que : " je-ne-serai-jamais-capable-de-faire-ça ".

Le modèle IMAIP – présentation de M. LEBRUN et C. BATIER sur le mooc Elearn² Au cours de la première semaine du Mooc Elearn², Marcel Lebrun développe son approche IMAIP. C’est simple et drôlement efficace, et ça justifie de s’inscrire au Mooc si il en est encore temps. Comme souvent, Marcel Lebrun nous donne une perspective historique. Avec les livres, et plus encore avec Internet, le modèle doit évoluer. « La formation peut être regardée comme la mise à disposition du futur formé d’occasions où il puisse apprendre. Marcel Lebrun nous promet un modèle simple, en cinq mots clés… L’enchevêtrement de fils électriques derrière lui, sur la vidéo nous dit pourtant le contraire. Mais avant d’y venir, il nous propose un itinéraire à travers les pédagogues qui l’ont inspiré. Le modèle se construit autour de trois mots clés : Les moteurs entre ces éléments sont la motivation et les interactions que la formation produit. Le commandant Lebrun et son équipage ont ainsi 5 manettes sur lesquelles agir, qui elles mêmes renvoient à toute une série d’outils pour le formateur. J'aime :

Blog Hop'Toys | Solutions pour enfants exceptionnels Conseils Publié le 26 août 2014 / par Elsa / 2 min. De l’anglais, voulant dire «remuer», «tripoter», «frétiller», «avoir la bougeotte», les fidgets sont des petits outils s’adressant aux enfants et adultes hyperactifs ou ayant des troubles de l’attention et de la concentration. Ils s’utilisent à l’école, à la maison ou en milieu professionnel et aident à focaliser l’attention en proposant un exutoire moteur aux tensions et désirs de mouvement. Ces divers objets encouragent la manipulation : ils se malaxent, se triturent dans tous les sens et procurent un bien être tactile. Choisissez celui qui convient le mieux aux besoins et goûts de l’utilisateur ou combinez l’action de plusieurs fidgets ! Certaines fois, un enfant a besoin de mettre des objets à la bouche, de mastiquer ou de mâchouiller. Découvrez ci-dessous une sélection de fidgets tactiles, stimulants et de mastications. Fidget de mastication : les plaques de mastications dures et les plaques de mastication tendres A propos de l'auteur

50 trucs de gestion du déficit d'attention de l'adulte Plusieurs ont consulté différent(te)s spécialistes, sans recevoir d’aide véritable. Finalement, plusieurs d’entre eux perdent goût en leur avenir. En premier lieu, dès le début du traitement, il faudra, refaire cette confiance. Ces individus qui présentent un TDAH auront oublié le meilleur d’eux-mêmes. Ils ont perdu, depuis longtemps, le goût de s’en sortir. Ils se croient coincer dans un solide étau, et s’inventent diverses croyances ou moyens de survie, seulement pour se garder la tête hors de l’eau. Nous allons diviser le traitement du déficit d’attention en cinq sections de base : [2]1. 2. 3. 4. 5. Dans cet exposé, nous allons faire l’esquisse de quelques principes généraux qui s’appliquent autant aux enfants qu’aux adultes, à propos des aspects non-médicamenteux du traitement du TDAH. Voici cinquante (50) de ces trucs que je présente ci-dessous : 1- Autocritique et Éducation 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. II. 14. 15. 16. 17. 18. 19. 20. 21. 22. 23. 24. 25. 26. 27. 28.

Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Les circuits cérébraux : des capacités disponibles dès l’origine Les circuits cérébraux qui sous-tendent les apprentissages ne sont d’ailleurs pas si variés. L’apprentissage de la lecture active une région spécifique, mais il mobilise et active aussi d’autres zones. Différentes zones du cerveau La zone de la lecture recycle un « algorithme » préexistant, celui de la reconnaissance des visages : au scanner, on voit nettement la même zone s’activer. 1. 2. 3. 4. Stanislas Dehaene

Related: