background preloader

Les Mooc, la ruine de l’université ?

Les Mooc, la ruine de l’université ?
Billet rédigé par Caroline Jouneau-Sion (ENS-Lyon), Chloé Manceau (ENS-Lyon) Alors qu’ils ont connu un fort succès auprès des grandes universités américaines (Harvard, MIT, Stanford, etc.), les Mooc (Massive Open Online Courses) arrivent doucement dans les universités françaises. Rappelons actuellement, deux plates-formes américaines dominent le marché en hébergeant la plupart des Mooc : Coursera et edX. Source Avant de s’étendre davantage sur le sujet, il est important de rappeler qu’un Mooc n’est pas seulement un cours numérisé, c’est un cours un minimum scénarisé pour amener des “masses” d’apprenants aux apprentissages visés. Voir aussi cette infographie. Mais pourquoi les universités françaises, dont le modèle est établi depuis des siècles, se lancent-elles dans cette innovation ? Les Mooc, concurrence déloyale ? Les Mooc sont-ils moins chers que les cours universitaires ? Cours gratuits pour ceux qui les suivent, les Mooc ne sont pourtant pas gratuits à produire. Source Related:  ressources elearning

Mooc Santé au travail (Estim) Best of 2013 : 10 conseils pour animer une classe virtuelle L’offre d’outils de classe virtuelle explose et les entreprises commencent à se convertir à cette nouvelle technopédagogie. Les règles d’animation d’une formation classique s’applique à une classe virtuelle. Voici quelques conseils pour réussir sa classe virtuelle en partant d’une comparaison avec les 10 points de vigilance d’une formation présentielle. 1- La conception de la formation La conception d’une classe virtuelle est en général plus simple que celle d’une formation présentielle. Faire court (la durée optimale d’une classe virtuelle est de 20 à 50 minutes, le temps d’un exposé)Privilégier les schémas au texteEviter les surcharges de texte1 diapo toutes les 3 à 5′ (hors diapo intercalaires, soit une douzaine de diapo maximum)Penser à faire faire des pauses structurantes et des exercices 2- L’implication des apprenants Avant toute formation, l’apprenant doit être impliqué dans le processus pédagogique conçu. 3- La préparation 4- L’avant formation 5- Le démarrage Attention !

Revue de la littérature nord américaine sur les apprenants de MOOCs Les MOOCs (Massive Open Online Courses) ont connu en 2012 un développement sans précédent. Gratuits et ouverts, ils permettent à tous d’accéder à la connaissance. Ces nouveaux dispositifs d’éducation en ligne proposent l’accès à des cours sous la forme de capsules vidéo ainsi qu’à des QCM. Ils incitent les apprenants à réaliser des exercices ou des projets qui sont évalués soit par leurs pairs, soit de manière automatique. Les apprenants ont la possibilité d’interagir entre eux grâce à un ensemble d’outils comme des blogs, des forums ou des groupes créés sur des réseaux sociaux. Plusieurs auteurs s’accordent sur le fait que certaines caractéristiques spécifiques des MOOCS bousculent les modèles traditionnels des formations en ligne (Mackness & al. 2010 ; Cisel & Bruillard 2013 ; Baron 2012 ; Stepan, 2013) : Liyanagunawardena et ses collègues ont proposé en 2013 une revue de la littérature nord-américaine publiée par des chercheurs sur les MOOCs entre 2008 et 2012. Principaux résultats

Livre blanc "la démarche ePortfolio dans l'enseignement supérieur français" Les dispositifs ePortfolio Les dispositifs ePortfolio visent à rassembler, dans un environnement numérique, un ensemble de documents et de ressources électroniques qui décrit et illustre l'apprentissage ou la carrière d'une personne, ses expériences, ses travaux et ses compétences. Ils intéressent très directement l'enseignement supérieur pour la formation initiale et tout au long de la vie (formalisation des parcours et des référentiels, nouvelles modalités d'acquisition et de repérage des compétences, ...) et pour l'insertion professionnelle (valorisation des acquis et expériences). En France, il fait pour le moment l'objet d'expériences ponctuelles, de plus ou moins grande ampleur. Un livre blanc Ce livre blanc intitulé "La démarche ePortfolio dans l'enseignement supérieur français" est diffusé sous forme de cahiers. Le cahier n°1 Téléchargez le cahier 1 : "enjeux et recommandations" Le cahier n°2 Le cahier n°3 Téléchargez le cahier 3 : "état des lieux" Dans le futur

Décryptage de l'engouement pour les Mooc en France - Étude - Online Fabienne Broucaret Mardi 7 octobre 2014 Les « Massives Open Online Courses » (Mooc) – en français « cours en ligne ouverts à tous » – sont en train de révolutionner la formation à distance. À vous les meilleurs cours du monde en direct… de votre canapé ! « Philosophie et mode de vie », « Avoir l’audace d’entreprendre », « Le tabac : le connaître pour le vaincre », « Comment financer son projet solidaire », « La Première guerre mondiale expliquée à travers ses archives »… Depuis quelques mois, c’est la frénésie. Après s’être imposés aux États-Unis, les Moocs cartonnent en France. Pour le moment, les Moocs sont gratuits. Un vrai plus sur le CV, selon Éric Matarasso, directeur Étude et Conseil de l’agence Quatre Vents : « Il y a un réel bénéfice pour les salariés en termes d’employabilité. 1. Trois plateformes > france-universite-numerique-mooc.fr ; coursera.org ; fr.openclassrooms.com Un annuaire > mooc-francophone.com À lire aussi : Ecole : Top 15 des pires mots d’excuse de parents

Avec un marché en forte croissance, bon nombre d’entreprises devraient être confrontées au choix puis à l’implémentation de leur plateforme. Pour réussir ce processus important dans l’établissement d’une stratégie e-learning, plusieurs étapes seront nécessaires. 1. On l’a dit, la mise en place d’une plateforme LMS est un grand chantier qui s’inscrit dans une stratégie e-learning bien définie. « Les plateformes sont là pour servir les business », rappelle très clairement Élodie Primo, cofondatrice de MindOnSite. 2. « Il est important d’avancer pas à pas, de penser son projet en étapes successives, d’avoir la modestie de penser qu’on va apprendre à chaque étape du projet et que cela aura une influence sur la manière d’aborder les étapes suivantes », déclare Sébastien Fraysse, consultant e-learning. La réussite du projet devra obligatoirement passer par la satisfaction des utilisateurs. 4. Il sera également utile de s’entourer d’un consultant lors de l’implémentation.

Les MOOCs : finalement ni "massif" ni si "open" ? Les MOOCs, Massive Open Online Courses sont les prémices d’une révolution dans l’enseignement et l’acquisition de savoirs mais sans qu’on sache encore trop ce qu’il faut prendre ou laisser, quelle partie des promesses est valide ou pas. Ce n’est donc que l’expérimentation qui permettra de recadrer, affiner, progresser. Et justement, les expérimentations se multiplient avec leur réussites et leurs échecs. La dernière en date dont je voulais parler vient de l’université d’Etat de San Jose (San Jose State University – SJSU) aux Etats-Unis. Un semestre de MOOC : 76% d’échec Bien sur tout le monde était impatient d’avoir les premiers résultats de cette initiative novatrice. Pas question ici de tuer un principe prometteur au nom d’un stupide principe de précaution mais simplement d’affiner la compréhension qu’on a de ce type de dispositifs et leur adaptation à des enjeux / publics / besoins nombreux et complexes. On peut en tirer quelques réflexions • Le « 100% » online est il viable ? Google+

Mesurer l’impact des technologies, est-ce vraiment réalisable ? Share Tweet Email La question de la mesure des effets des technologies est « déjà » une vieille question. Beaucoup de tentatives, et cela fait environ 30 années que cela dure, se sont hélas soldées par une conclusion qui tient en trois lettres : NSD. Les recherches les plus fréquentes, souvent construites sur une comparaison « avec et sans technologie » et axées sur les effets en termes de « réussite » des apprenants dans un contexte limité (par exemple : école, outil particulier, discipline) ont la plupart du temps été marquées par ce no significant difference. Déjà, les méta-recherches pionnières de Kulik et al. Or, nous l’avons dit, on peu très bien utiliser les technologies dans le cadre de méthodes transmissives (osons citer les xMOOC) ou alors dans le cadre d’un dispositif actif et interactif visant le développement de compétences. Pourquoi cette difficulté ? Russell, T. (2001). Pour de plus amples informations : Lebrun, M. (2012). lu : 5344 fois lu : 5343 fois

Le E-learning est mort, vive les Mooc, Cooc et autres Spoc ! - Cocktail RH Professionnels des RH et de la formation ! Si vous pensez encore que mettre en place une solution e-learning dans vos parcours de formation, c’est innovant ! Si pour vous une formation, c’est avant tout réunir vos salariés une journée pour qu’ils écoutent un expert leur parler de théorie, alors arrêtez tout, nous vous l’annonçons, le e-learning est mort, laissez place au MOOC, COOC et autres SPOC ! Alors les MOOC, oui, vous en avez entendu parler, c’est encore un truc inventé par les américains non ? mais les COOC, là vous ne voyez pas ! Quelques définitions pour commencer : MOOC : Massive online open course, autrement dit des cours ouverts à tout le monde, en ligne. COOC : Corporate online open course, il s’agit de l’application des MOOC au sein de l’entreprise pour former les salariés. SPOC : Small private online course, rien à voir avec Star Trek, fonctionnent sur le même modèle «à distance» que les MOOC, la différence ? Quelques écueils à éviter : Les MOOC sont gratuit ….

5 forces ou menaces (Porter): analyse de concurrence stratégique Analyse de votre environnement concurrentiel L’analyse des cinq forces, ou menaces, aide votre personnel marketing à simuler une situation de concurrence. Elle a des similitudes avec d’autres outils d’audit et analyse, tel que l’analyse PESTEL. Cette analyse de Michaël Porter se concentre sur un seul DAS (Domaine d’Activité Stratégique) plutôt que sur un produit ou une gamme de produits. Les 5 forces (menaces) : Intensité de la concurrenceNouveaux entrantsPouvoir de négociation des clientsPouvoir de négociation des fournisseursProduits de substitution Analyse des 5 Forces (Porter) 1- Concurrence Elle est susceptible d’être plus importante si l’entrée est facilitée. 2- Nouveaux entrants Une industrie connaissant de nombreuses entrées voit décroitre la profitabilité de chacune de ses entreprises. Économies d’échelle (ex. : avantages associés à l’achat en gros)Coût élevé ou réduit d’entrée (ex. : combien cela coûtera-t-il pour la dernière technologie ?) 3- Pouvoir de négociation des clients

Mooc : une étape vers la privatisation des cours Cette année, l’Ecole normale supérieure (ENS) se lance dans l’aventure des Mooc («cours en ligne ouverts et massifs» en anglais). Trois nouveaux cours en mathématiques, physique et philosophie ont été enregistrés et mis en ligne sur la plateforme privée américaine Coursera. Une révolution du système universitaire qui nous semble devoir être publiquement débattue. L’apparition des Mooc aux Etats-Unis dans les années 2010 relève de choix économiques de pure rentabilité. L’objectif affiché était de répondre à la crise des universités privées américaines, suite à la hausse des frais de scolarité, à l’augmentation des emprunts étudiants, au chômage croissant des jeunes diplômés et à l’affaiblissement de leur retour sur investissement. Le modèle économique des Mooc tente de répondre à ces problèmes grâce aux gains permis par l’enseignement virtuel. Ces dispositifs devraient aussi soulever quelques interrogations sur le sens du métier d’enseignant.

Imaginaires et promesses du numérique en éducation, par Marcel Lebrun Histoire du personnage, Marcel Lebrun Avant d’être enseignant en sciences de l’éducation, Marcel Lebrun a étudié la physique nucléaire et ce n’est qu’au tout début des années 80 qu’il a commencé à s’intéresser aux micro-ordinateurs. « Parce que l’informatique m’intéressait, j’ai commencé à développer des logiciels éducatifs et j’ai vite vu que du côté de la partie logiciels, je maîtrisais, mais côté éducatif, ça allait moins bien ». Marcel Lebrun s’est donc tourné vers des pédagogues qui m’ont expliqué « que les étudiants n’étaient pas des particules élémentaires et que, la croyance que le champ magnétique de l’enseignant allait les faire apprendre, n’était pas vraiment fondé ». Il a suivi l’évolution des logiciels éducatifs, de l’internet, des CD Roms, le Web 2.0 et maintenant les MOOC…pour devenir maintenant un professeur en sciences de l’éducation avec toujours en point de mire, « la volonté de balancer le côté obscur de la force ». Il reprend une phrase de Michel Serres qui l’inspire,

Related: