background preloader

Tisseron : L’enfant, l’école et l’enseignant transformés par le numérique

Tisseron : L’enfant, l’école et l’enseignant transformés par le numérique
Comment le numérique bouleverse-t-il tous nos repères et nos rapports au monde et aux autres ? Invité de l'Université d’Automne du Snuipp, Serge Tisseron, psychiatre, directeur de recherche à Paris 7, a réaffirmé son engagement pour offrir aux enfants, dès la maternelle, une véritable éducation aux images et au virtuel, dans la lignée de la campagne qu’il a lancée il y a quelques mois, « 3-6-9-12 : maîtrisons les écrans ». Culture du livre, culture des écrans : une indispensable complémentarité Incontestablement, l’Internet et le numérique sont venus bouleverser les repères traditionnels dans la société : tout le monde s’est emparé du numérique, cet outil a un succès énorme et on l’oppose régulièrement à la culture de l’écrit, qui se perdrait par substitution de la culture de l’image. Les enseignants à l’école maternelle Dans cette recherche de partenariat entre l’école et les familles, Serge Tisseron n’hésite pas à donner des pistes concrètes d’utilisation du numérique en classe. Related:  faureville_groupeb_psyEDUCATION ENFANTS

J'ai débranché Au début, vous regardiez vos mails une ou deux fois par jour. Combien de fois le faites-vous aujourd’hui ? Vous arrive-t-il de consulter vos messages compulsivement toutes les cinq minutes, comme si votre vie en dépendait ? Cherchez-vous parfois votre mobile avec plus de fébrilité que vos clés ? Épuisé par quinze ans d’hyperactivité en ligne, Thierry Crouzet, gourou des réseaux sociaux et auteur de nombreux ouvrages sur les nouvelles technologies, entame une cure de désintoxication. Présentation Ses amis disaient qu’il était addict aux réseaux sociaux. Maître Eckhart a écrit « Vous croyez connaître la mer parce que vous la traversez avec un bateau, mais la mer n’est pas une surface, elle est abîme. Tout au long de son aventure, ses amis, ses enfants, et surtout sa femme, véritable héroïne de son livre, ne l’ont pas ménagé. Freiner.

The Overprotected Kid A trio of boys tramps along the length of a wooden fence, back and forth, shouting like carnival barkers. “The Land! It opens in half an hour.” Down a path and across a grassy square, 5-year-old Dylan can hear them through the window of his nana’s front room. He tries to figure out what half an hour is and whether he can wait that long. It’s still morning, but someone has already started a fire in the tin drum in the corner, perhaps because it’s late fall and wet-cold, or more likely because the kids here love to start fires. Other than some walls lit up with graffiti, there are no bright colors, or anything else that belongs to the usual playground landscape: no shiny metal slide topped by a red steering wheel or a tic-tac-toe board; no yellow seesaw with a central ballast to make sure no one falls off; no rubber bucket swing for babies. The Land is an “adventure playground,” although that term is maybe a little too reminiscent of theme parks to capture the vibe.

Serge Tisseron Biographie[modifier | modifier le code] Serge Tisseron fait des études littéraires avant de s'orienter vers la médecine. Sa thèse, Contribution à l'utilisation de la bande dessinée comme instrument pédagogique : une tentative graphique sur l'histoire de la psychiatrie, est soutenue en 1975[2],[3]. Elle présente déjà les éléments que l'on trouvera dans ses travaux futurs. La bande dessinée d'un côté ouvre sur le travail sur l’image tandis que l'histoire ouvre sur les secrets de famille. En 1976, Serge Tisseron passe son certificat d’études spécialisées en psychiatrie. En 1998, Serge Tisseron obtient une habilitation à diriger les recherches (HDR) de l'université Paris-Sorbonne, il est chercheur associé au CRPMS (Centre de recherches Psychanalyse, médecine et société) à l’université Paris-Diderot depuis 2013[4] après avoir été chercheur associé au LASI (Laboratoire des atteintes somatiques et identitaires) à l'université Paris-Nanterre[5]. Recherche[modifier | modifier le code] V. Extimité

Site: lien presse et autre Apprendre aux enfants à traverser les autoroutes de l’information C’est l’histoire d’un petit village, 800 âmes, traversé par une rue principale, qui abrite, les unes à côté des autres, une boulangerie, une épicerie, une boucherie. Et l’école. Matin, midi, et soir, comme dans toutes les écoles de France, les parents déposent et récupèrent leur progéniture. Bref, c’est l’histoire d’un petit village lambda, tranquille, sans histoire. Car aux heures stratégiques de l’école, les automobilistes sont priés de laisser leur véhicule aux portes du village pour rentrer chez eux ou acheter leur baguette de pain. Aucun antécédent particulier, aucun accident à signaler qui justifie ces précautions extrêmes. Évidemment, je trouve ça… comment dire… profondément ridicule. Céder à la crainte, surprotéger les enfants, ne voir en eux que des pauvres petites choses incapables de se débrouiller pour s’épargner quelques heures d’un apprentissage pourtant essentiel : voilà à quoi en sont réduits certains parents, emmenant dans leur parano toute une population. Laurence Bee

Serge Tisseron Posté par Serge TISSERON le 24 juillet 2014. On parle beaucoup de « détox numérique » aujourd’hui. Il s’agit le plus souvent de passer une semaine à quinze jours dans un endroit retiré, sans Internet ni téléphone mobile. Il est bien évident que chacun peut tirer bénéficie de périodes pendant lesquelles il est invité à se recentrer sur lui-même, la nature et des relations de proximité, loin de l’agitation du monde. Le problème est qu’ici, il ne s’agit plus seulement de retrouver le goût d’une rencontre avec soi-même et les autres, mais de réaliser un « sevrage », sur le modèle de la cure de désintoxication alcoolique dont on sait largement qu’elle n’a jamais marché. Mais avant de parler de désintoxication, il est nécessaire de distinguer deux types d’utilisations des technologies numériques qu’on peut qualifier d’excessifs. Usages d’apprentissage, usages de fuite L’intox à la détox Les stages de « détox numérique » sont évidemment inadaptés dans les deux cas.

Site: vidéo vers des solutions Le CSA constitue un observatoire des liens éducation-médias Dans le cadre du groupe de travail audiovisuel et éducation présidé par Mémona Hintermann, le CSA ambitionne d'enrichir ses travaux en traitant les thèmes de l’éducation aux médias et de l’éducation par les médias sous un angle participatif. Dans ce cadre, l'instance met en place un Observatoire réunissant professionnels des médias et de la communication, partenaires institutionnels, spécialistes et étudiants en audiovisuel. Placé sous la présidence d'honneur de Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie Française, cet observatoire se réunira une fois par trimestre.

Related: