background preloader

Articles

Articles
Howard-Jones, P. A., Varma, S., Ansari, D., Butterworth, B., De Smedt, B., Goswami, U., Laurillard, D., & Thomas, M. S. C. (2016). In his recent critique of Educational Neuroscience, Bowers argues that neuroscience has no role to play in informing education, which he equates with classroom teaching. Click here to download full text (pdf) / Cliquer ici pour télécharger l'article (pdf) See also / Voir aussi: Bowers, J. Gabrieli, J. Bowers, J.

5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation Quels sont, à votre avis, les avantages et inconvénients des pédagogies actives, ludiques et participatives ? Si les entreprises semblent conscientes de la nécessité d’amorcer un virage pédagogique dans leurs formations, elles sont parfois réticentes à l’idée de passer à l’action : est-ce vraiment utile et pertinent ? De mon point de vue, la réponse est indéniablement : OUI ! Et les recherches scientifiques menées ces dernières années vont clairement dans ce sens. Suite à la présentation que j’ai eu l’occasion de réaliser au forum, je vous invite donc à découvrir ci-dessous 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux former et apprendre : Découvrez 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux favoriser l’apprentissage dans vos formations. 1. Tous les êtres humains disposent d’une mémoire de travail. De plus, les recherches montrent que l’attention des apprenants chute naturellement au bout d’environ 10 minutes. 2. 3. 4. 5. Source : J.

Comment la musique modifie notre cerveau Accueil > Formations et ressources > Liste des vidéo - balado - webdocu > Comment la musique modifie notre cerveau L'Université Rennes 2 nous propose une conférence filmée de Hervé Platel, professeur de neuropsychologie, sur les liens entre la musique et notre cerveau. Avenue CHARLES TILLONCS 24414 Rennes 35044FranceTél: 33 (0)2 99 14 14 15/20 Les observations cliniques en neurologie ont suggéré dès la fin du 19ème siècle que notre cerveau présentait une réponse singulière à la musique, notamment au regard des capacités liées au langage. Hervé Platel – professeur de Neuropsychologie, Inserm U1077, Université de Caen Crédit photo : Guayo Fuentes / Shutterstock.com Niveau : Populaire Sujets : Biosciences , Musique - Chanson Mots-clés : Musique , Cerveau , Rennes 2 , biologie

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit. Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, auteurs de La pédagogie positive, la définissent comme Le mouvement cérébral qui va nous permettre d’orienter notre action en fonction d’un objectif, d’un centre d’intérêt… Grâce à elle, nous captons, par nos cinq sens, les différentes informations en provenance soit de notre environnement, soit de notre ressenti émotionnel ou psychologique. Stanislas Dehaene ajoute que l’attention sert à sélectionner les informations, module massivement l’activité cérébrale et facilite l’apprentissage. Mais l’attention peut être sélective. Quelles conséquences pour l’enseignement ? 2. Stanislas Dehaene écrit : 3. 4.

Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Les circuits cérébraux : des capacités disponibles dès l’origine Les circuits cérébraux qui sous-tendent les apprentissages ne sont d’ailleurs pas si variés. L’apprentissage de la lecture active une région spécifique, mais il mobilise et active aussi d’autres zones. Différentes zones du cerveau La zone de la lecture recycle un « algorithme » préexistant, celui de la reconnaissance des visages : au scanner, on voit nettement la même zone s’activer. 1. 2. 3. 4. Stanislas Dehaene

Neuroscience et développement de la lecture Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois. (Pierre Dumayet) La littératie est la clé de voûte de notre système d’éducation. Les élèves qui éprouvent des difficultés de lecture sont lourdement handicapés. Au-delà des querelles sur les méthodes de lecture, dont les différences apparaissent plus systémiques qu’individuelles (EurekAlert! Bob Dougherty, de Stanford, est passionné de neurosciences. Puisqu’il est question de lecture et de diaporamas, j’en profite pour signaler cette très intéressante présentation de Chrisitan Jacomino qui décrit tout le processus pédagogique d’une activité de « lecture collective sur grand écran ». (Image thématique : La Lectrice, par Jean Honoré Fragonard) Par ricochet : Étude : les logiciels de lecture peu efficaces Lecture : les caractéristiques d’un enseignant efficace La lecture bombarde le cerveau Compétences en lecture, décrochage et suicide Neurosciences, cognition et affectivité

L'école mobile du cerveau - Méthode holistique sur mesure Accueil | Accueil L’activité du groupe Cognisciences porte sur l’étude des processus du développement, d’acquisition et d’apprentissage du nourrisson à l’enfant. Notre approche s’appuie sur les neurosciences et la clinique du normal au pathologique (langage oral, motricité fine et globale, langage écrit, attention, calcul) Les différents travaux menés portent sur : 1) Le développement cognitif de l’enfant de 6 mois à l’adolescence 2) Le langage oral : acquisition, retards et troubles spécifiques du développement du langage (dysphasies...). 3) Le langage écrit : la lecture, le décodage, la fluence et la compréhension, les difficultés, les troubles spécifiques (les types de dyslexies). 4) Les autres troubles d’apprentissage : les troubles d’acquisition de la coordination motrice (dyspraxies), les troubles du calcul (dyscalculies), les troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité : THADA... Trois axes directeurs orientent la majeur partie de nos activités :

L'extraordinaire plasticité du cerveau La dyslexie n'est pas un trouble mental, comme le guide explicatif qui balisera la loi 21 le laisse entendre. Il s'agit plutôt d'un trouble neurobiologique du développement que les scientifiques comprennent de mieux en mieux. En effet, ces derniers savent désormais que la dyslexie se caractérise par un déficit très spécifique de l'apprentissage de la lecture. Aujourd'hui en 2e secondaire, Charles se passionne pour la géographie et l'histoire, deux matières dans lesquelles il réussit bien malgré le fait qu'il soit atteint de dyslexie. «On pouvait passer des heures à travailler la lecture, à tenter d'apprendre les correspondances entre les graphèmes [les lettres] et les phonèmes [sons], et 15 minutes plus tard, il ne se rappelait plus de rien. Il faut aussi vérifier que les difficultés d'apprentissage de la lecture de l'enfant ne soient pas dues à des problèmes de vision, d'audition ou de langage, poursuit le chercheur. Conscience phonologique La dysorthographie Une origine génétique

EDU CERI Résumé | Table des matières | Comment obtenir cette publicationUn abécédaire du cerveau | Sites web Résumé Après vingt ans d’un travail de pointe en neurosciences, la communauté éducative prend conscience du fait que « comprendre le cerveau » peut indiquer de nouvelles voies de recherche et améliorer politiques et pratiques éducatives. Résumé entiere Table des matières Partie I : Le cerveau apprenant1. Comment obtenir cette publication Les lecteurs peuvent accéder à la version complète en choisissant parmi les options ci-après : Les lecteurs d'organismes abonnés peuvent y accéder via SourceOCDE, notre bibliothèque en ligne. Un abécédaire du cerveau Télécharger la premiere chapitre : Un abécédaire du cerveau Sites web: www.oecd.org/edu/cerveau Also Available Understanding the Brain: The Birth of a Learning Science

Apprendre à apprendre Votre chemin de l'apprentissage efficace est par la connaissance de: soi même ou nous même notre capacité à apprendre la méthode utilisée avec succès par le passé pour apprendre; la connaissance du sujet que nous souhaitons apprendreou l'intérêt que nous avons pour ledit sujet Il se peut qu'il soit facile d'apprendre les sciences physiques et mpossible d'apprendre le tennis, ou l'inverse.Néanmoins tout apprentissage est un processus qui s'accommode de certaines étapes: Commencez par répondre aux questions suivantes Ensuite, organisez votre stratégie en accord avec les réponseset avec d'autres "guides d'études" Voir aussi

Intelligences multiples La théorie des Intelligences multiples d'Howard Gardner La notion d' « Intelligences multiples » a été proposée par un professeur de l'Université de Harvard, Howard Gardner, en 1983 dans son livre Frames of Minds : the Theory of Multiple Intelligence. Il suggère que chaque individu dispose de plusieurs types d'intelligences, pour lesquelles il a naturellement une plus ou moins grande compétence. Sa théorie a été reprise par de nombreux chercheurs et on distingue aujourd'hui huit principales formes d'intelligences : L'intelligence corporelle / kinesthésique C'est la capacité à utiliser son corps d'une manière fine et élaborée, à s'exprimer à travers le mouvement, à être habile avec les objets. L'utilisation de la théorie des Intelligences multiples ne vise pas, bien sûr, à classifier les individus selon un seul type d'intelligence et à les enfermer dans des catégories et exclusives. L'expérimentation à l'école maternelle des Hauldres Mise en œuvre L'exemple d'une séquence en grande section

Outils | ODEDYS version 2 Outil de dépistage des dyslexies Version 2 Ce test permet une analyse rapide du langage oral, des voies de lecture, de l’orthographe, des compétences phonologiques et visio-attentionnelles et de la mémoire. Il est régulièrement utilisé par les médecins des services de promotion de la santé en faveur des élèves formés à son interprétation. Après plusieurs années de pratique de l’ODÉDYS (édité en 2002), les utilisateurs et nous-mêmes avons souhaité étoffer la batterie de tests de dépistage des dyslexies en ajoutant quelques épreuves et en prolongeant l’étalonnage jusqu’à la classe de 5e de collège. Nous l’avons réalisé dans cette version 2 en respectant le cadre d’un dépistage qui suppose une facilité d’utilisation et un faible coût en temps. La version 2 de l’ODÉDYS inclut : Deux nouvelles épreuves de langage oral étalonnées sur tous les niveaux : une épreuve de répétition de mots et de logatomes,une épreuve de dénomination rapide. Une dictée de phrases étalonnée pour les niveaux : CM2, 5ème

Related: