background preloader

Jaron Lanier: l’Internet ruine la classe moyenne

Jaron Lanier: l’Internet ruine la classe moyenne
Il fait partie de ces gens inclassables, qui gravitent dans l’univers de la high tech, aux confluences de l’informatique, la physique et les neurosciences. Un pionnier de la Silicon Valley mais ses dreadlocks le rangent plutôt parmi les techno-utopistes de Berkeley, et d’ailleurs c’est là qu’il réside, dans une maison-atelier assez grande pour entreposer sa collection d’instruments de musique traditionnelle (instruments à vent, cithares asiatiques), l’une des plus vastes du monde. Il est aussi compositeur, mais c’est une autre histoire qu’il n’a pas l’intention de raconter aujourd’hui. En 2010, le magazine Time l’a rangé dans les 100 personnalités les plus influentes du monde. Il y a une trentaine d’années, Jaron Lanier a été l’un des pionniers de la réalité virtuelle –la création d’univers numériques dans lesquels de vrais humains peuvent se mouvoir et échanger. Interview (en partie publiée dans Le Monde du 22 octobre) Q: En quoi l’internet détruit-il la classe moyenne ?

[ Reportage ] Écolos : Ennemis d’État Alors que se déroulait en grandes pompes la COP21 début décembre 2015 à Paris, sur fond de grands discours et d’auto-congratulations, le gouvernement intensifiait sa répression contre les militants écologistes, les assimilant à des écoterroristes. L’état d’urgence fut utilisé pour faire taire les opposants aux grands projets polluants, les paysans réfractaires au bétonnage et bien sûr les zadistes (participants à une zone à défendre). Ce documentaire revient sur la guerre médiatique et judiciaire que livre le gouvernement Valls contre les écologistes. Pour certains, la COP21 a eu un goût amer. Interdiction de centaines de militants d’accéder à la COP21, répression féroce des ZAD et des manifestations écologistes (parfois main dans la main avec les milices de la FNSEA, comme à Sivens), soutien aveugle du gouvernement aux grands projets destructeurs (barrage de Sivens, aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Nouvelle route du littoral, ligne à grande vitesse Lyon-Turin…), etc.

OpenFoodNetwork : outil d’achat groupé libre et ouvert ! | Cré-sol : Le blog ! Début janvier avec Simon Sarazin et Marion Rousseaux, nous avons eu l’occasion d’échanger avec Myriam Bouré , contributrice au projet OpenFoodNetwork, un service d’achat/vente groupé libre et ouvert. OpenFoodNetwork commence à se développer rapidement en Australie ou encore en Afrique du sud et, bien qu’il n’y ait pas encore beaucoup d’utilisateurs en Europe, cette initiative pourrait répondre à de nombreux besoins… et la communauté française, toute récente, ne demande qu’à se renforcer : OpenFoodNetwork, kezako ? OpenFoodNetwork est un service d’achat/vente groupé en ligne basé sur un logiciel libre qui permet de gérer des commandes parmi un catalogue de produits proposés par différents producteurs ou distributeurs (citoyens, groupements d’achat, entreprises,…). Ce qu’il faut globalement retenir d’OpenFoodNetwork, c’est qu’il est assez ouvert pour servir des usages très variés : Voir en plein écran | Me positionner sur la carte Envie d’essayer ?

Cowspiracy : le secret du développement durable Cowspiracy est un documentaire d’importance majeure. Controversé, il se penche sur l’impact de l’élevage sur l’environnement. Kip Andersen, producteur et directeur du film, révèle des informations exclusives portant sur les politiques de groupes environnementaux comme Greenpeace, Sierra Club, Surfrider Foundation, and Rainforest Action Network en plus de statistiques alarmantes sur les impacts que génèrent la consommation de viande. Le 17 novembre 2014, l’équipe Mr Mondialisation assistait à la première projection du film en France. Mais pourquoi donc cette cause est si peu combattue par les principales ONG si elle est factuellement (toujours sur base des données de l’ONU) la première cause de pollution, avant l’avion, l’industrie pétrolière ou d’autres sources polluantes. Vous aimez ces reportages ? Le reportage – Complet Source : culturedocumentee.wordpress.com / cowspiracy.com

Arduino: notre vrai patron, c'est la communauté SJTU ParisTech Review – Considérez-vous Arduino aujourd’hui comme une grande ou une petite entreprise? Federico Musto – Nous sommes une petite entreprise. Fondamentalement, il n’y a pas de différence entre ce que nous sommes aujourd’hui et ce que nous étions il y a 10 ans. Simplement, nous avons été en mesure de construire très rapidement une énorme communauté. Donc, nous sommes une petite entreprise, avec une énorme communauté derrière nous. Quelle est exactement la taille de cette communauté? Il est très difficile de la mesurer exactement. En Chine, une grande partie de la communauté est constituée d’enseignants, qui ont joué un rôle crucial dans l’ensemble de l’écosystème. Comment organiser et gérer une telle communauté? Nous ne contrôlons pas la communauté ; elle se développe par elle-même. Vous avez un organisme dédié, au sein d’Arduino, pour organiser l’interface entreprise-communauté ? Oui, nous avons une équipe, mais elle ne compte que quatre personnes. Note de la rédaction.

Amazon-Killer : à 27 ans il lutte contre Amazon pour sauver les libraires, et ça marche ! | La Relève et La Peste En tant qu’éditeur indépendant, on sait de quoi on parle et nous n’avons jamais voulu vendre notre Livre-Journal par le biais d’Amazon. Un jeune homme âgé de 27 ans, Elliot Lepers, a créé une extension appelée « Amazon-Killer » permettant de sauver les libraires face au géant que l’on connait tous, Amazon. Elliot Lepers se définit lui-même comme un « activiste, designer, réalisateur, défenseur et promoteur de l’open source, et écologiste ». Depuis l’explosion de la bulle internet dans les années 2000, ainsi que le changement des comportements de consommation qui en a découlé (notamment les achats en ligne), les libraires doivent maintenant lutter contre des géants et voient leurs clients se dissiper au compte goutte à cause des achats sur internet. Le 26 juin dernier, le gouvernement a tenté d’intervenir pour les protéger avec une loi interdisant les frais de port gratuits. Vous êtes intéressé par le principe ? Un tutoriel vous explique simplement comment ça marche !

La pensée critique dans l’enclos universitaire, par Pierre Rimbert Des rues noires de monde, des slogans offensifs, des chants au poing levé, des directions syndicales dépassées par leurs bases. Le combat social de l’automne 2010 contre la réforme des retraites aura mobilisé plus de manifestants qu’en novembre-décembre 1995. Cette fois, pourtant, nulle controverse opposant deux blocs d’intellectuels, l’un allié au pouvoir et l’autre à la rue, ne vint troubler la bataille. Quinze ans auparavant, en revanche... Un hall bondé de la gare de Lyon, des banderoles, des visages tournés vers un orateur qui ne parle pas assez fort. Deux pétitions aux tonalités antinomiques révèlent alors une fracture du monde intellectuel français. Quinze ans après l’adresse de Bourdieu aux cheminots, comment ont évolué en France les rapports entre les producteurs d’idées contestataires, les institutions auxquelles ils se rattachent et le mouvement social ? Les mobilisations de 1995 ont sonné le signal d’un renouveau de l’édition indépendante. Rapport de fascination-répulsion

Nicolat Hulot : « Pourquoi j’arrête ma mission d’envoyé spécial pour la protection de la planète » LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Simon Roger et Sophie Landrin Nicolas Hulot a annoncé, mercredi 6 janvier, qu’il mettait un terme à sa mission d’envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète. Après trois années passées à l’Elysée, il explique dans un entretien au Monde, les raisons de son départ, dresse le bilan de son action bénévole auprès de François Hollande et de la COP21 et s’interroge sur son avenir en politique. Pourquoi avez-vous décidé, à peine la COP21 terminée, de mettre un terme à votre mission ? Il y a des éléments rationnels et, comme souvent chez moi, d’autres plus irrationnels. J’ai réfléchi une bonne semaine avant d’entériner ma décision avec François Hollande. Je ne veux pas que mon engagement puisse être considéré autrement que comme un enjeu supra politique. Estimez-vous avoir été efficace ? Comment entendez-vous peser dans le débat de l’après-COP21 ?

Stéphane Hessel, l’homme d’un siècle (Photo Jerôme Bonnet) Quelques jours avant sa mort, Stéphane Hessel confiait à un ami : «Je suis en train de me défaire.» Exquise pudeur d’un vieil homme pressentant sa fin. Ultime lucidité de celui dont l’œuvre aura été sa vie même. Mais avant tout cette élégance qui en toutes occasions dictait son comportement. «J’ai rendu une visite de courtoisie à mon médecin», disait-il parfois, comme pour partager d’un sourire le constat de sa longévité. Stéphane Hessel est resté, quelque part, ce petit garçon de trois ans qui, un soir de Noël 1920, à Berlin, dans l’appartement familial du très chic quartier donnant sur le Tiergarten, dansait devant un public ravi en faisant virevolter des brins de raphia bleus et rouges noués aux poignets et aux mollets. Quand on naît un 20 octobre 1917 à Berlin doit-on s’attendre à une destinée ordinaire ? Franz et Hélène se marient à Berlin en 1913, avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Entre Jules et Jim Admis deux fois à Normale Sup Double vie

Related: