background preloader

Publication de rapports des inspections générales (IGEN, IGAENR)

Publication de rapports des inspections générales (IGEN, IGAENR)
Related:  Education Scolaire

Education : comment l'Etat favorise les plus privilégiés LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard L'éducation n'est plus nationale. Un rapport d'observations provisoires de la Cour des comptes que Le Monde s'est procuré montre pour la première fois l'injustice de la répartition des moyens d'enseignement sur le territoire. Quelque 93 pages d'un travail inédit dévoilent ligne après ligne comment l'Etat donne plus à ceux qui ont déjà plus et moins à ceux qui cumulent tous les risques de réussir moins bien. Un favoritisme qui s'est aggravé ces dernières années. L'académie de Créteil, qui était en 2006 dans la moyenne nationale pour la dépense par élève dans le primaire, est tombée au 22e rang sur 26. Ce travail est entre les mains du ministère et de quelques recteurs invités à faire part de leurs remarques à la Cour. En France, on sait où sont les élèves défavorisés, mais on ferme les yeux sur cette donnée lors de l'allocation des moyens. Pourtant, la différence de traitement commence dès qu'un enfant met un pied dans l'école.

La privatisation mondiale de l’éducation : Jean Charest au service d’une élite mondialiste « Le DÉCODEUR – média citoyen Par Eric Granger | La hausse des droits de scolarité au Québec s’insère dans un processus de privatisation mondiale de l’éducation, un processus dicté par une élite mondialiste dont Jean Charest fait partie. Line Beauchamp (Ministre de l’éducation) et Jean Charest (PM) Photo : Agence QMI L’entêtement du gouvernement Charest à vouloir augmenté les droits de scolarité, à bonifier les prêts étudiants et à instaurer un régime de remboursement proportionnel au revenu (RPR), cet entêtement est facile à comprendre lorsqu’on regarde de plus près d’où proviennent ces idées de réformes de l’éducation. Il ne s’agit pas d’idées qui sont sorties du cerveau du Premier ministre ou de la ministre de l’éducation, ces idées viennent de l’extérieur, ces réformes ont été conçues loin du Québec, dans des institutions internationales à vocation de mondialisation. De l’Angleterre au reste du monde Le programme mondial de privatisation du financement de l’éducation a débuté en Angleterre en 1998. M. M. M. M. M.

Education : Sarkozy n'a pas les bons chiffres (détecteur de mensonges) Invité de RTL lundi matin, Nicolas Sarkozy est revenu sur la volonté de son adversaire socialiste de créer 60.000 postes supplémentaires dans l'éducation nationale. Le président-candidat a dénoncé "la démagogie extravagante" de François Hollande. "Je suis effaré qu'on puisse dire, avant même de commencer la discussion sur l'école, qu'il faut créer 60.000 postes en plus, avant même d'obtenir la moindre réforme", a lancé le chef de l'Etat, désormais en campagne. Et ce dernier - pour justifier ses dires - a avancé des chiffres : "Il y a un peu plus de 400.000 élèves de moins dans l'Education nationale depuis dix ans, et il y a 45.000 professeurs de plus." Avant de conclure : "S'il suffisait d'embaucher des profs pour que l'école fonctionne et que les profs soient heureux, on devrait avoir l'école qui fonctionne le mieux au monde et les professeurs les plus heureux du monde." Sauf que les chiffres de Nicolas Sarkozy ne sont pas exacts. Une baisse et non une hausse du personnel enseignant

Liste des conseillers TICE auprès des recteurs - Conseillers TICE auprès des recteurs Le DAN pilote une mission académique pour le numérique éducatif (MANE). Il anime aussi des personnels en EPLE (référents numériques, etc.) et des personnels ayant une mission académique (Interlocuteurs académiques TICE disciplinaires, etc.) Il s'appuie notamment sur les IEN TICE pour le 1er degré. Rôle et activités du délégué académique numérique (DAN) L'activité du délégué académique numérique s'articule autour de quatre axes essentiels : Elle se déploie en synergie avec les initiatives menées par les différents réseaux et acteurs académiques, le réseau Canopé, corps d'inspection, etc. Les délégués académiques numériques font partie d'un réseau national animé par la DGESCO. Liste des délégués académiques numériques

Suppressions de postes: La FCPE dénonce une «curée» dans l'Education Publié le Mis à jour le La FCPE, principale fédération de parents d'élèves, dénonce les suppressions de postes dans l'Education nationale à la rentrée 2012, évoquant une "curée" et un "acharnement systématique" contre "l'école et les élèves", dans un communiqué publié ce mardi. "Pour 2012, les 14.200 suppressions de postes prévues (dont 200 dans l'enseignement agricole) se feront encore au détriment de l'accès à l'école maternelle, de la mise en place effective des remplacements des enseignants, de l'aide spécifique à apporter aux élèves en difficulté, des élèves de la voie professionnelle, des collégiens pourtant encore plus nombreux en 2012 80.000 postes au total supprimés entre 2007 et 2012 Au total, 80.000 postes, essentiellement des postes d'enseignants, auront été supprimés entre 2007 et 2012. Mots-clés : Des impacts de balles découverts sur une vitre blindée d'une gendarmerie en Haute-Corse

Les Nouveaux Etudiants Flash Eco : 37M€ de déficit pour les universités L'ensemble des 83 universités françaises ont dégagé en 2010 un déficit total de 37 millions d'euros, a affirmé mardi le député PS Alain Claeys, responsable de l'enseignement supérieur dans l'équipe du candidat François Hollande, en posant une question à l'Assemblée nationale. "Monsieur le ministre, après 2008 et 2009, les comptes de résultat des universités françaises font semble-t-il apparaître pour 2010 un déficit total de 37 millions d'euros", a déclaré M. Claeys, à l'attention du ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez. "Demain, combien d'entre elles seront placées sous tutelle? Quelles seront leurs variables d'ajustement? LIRE AUSSI: » Déficit: 7 universités et écoles surveillées » Autonomie des universités : la France mal classée en Europe

France : Les finances de cinq universités dans le rouge Cinq universités sont placées sous gestion rectorale ou ministérielle. C'est une des conséquences techniques de la loi sur l'autonomie des universités. Certaines universités passées à l'autonomie depuis 2009 connaissent des difficultés budgétaires. L'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris-VI), l'université de Savoie, Bordeaux-III, l'université de Limoges et l'école normale supérieure de Cachan viennent d'être placées sous la gestion des recteurs ou du ministère de l'Enseignement supérieur. Ces cinq universités ont connu deux exercices financiers en déficit consécutifs en 2009 et 2010, ce sont donc les recteurs qui arrêteront le prochain budget, conformément à la loi. Pour le ministère, il ne s'agit pas «d'incriminer les universités » mais de travailler «sereinement» avec elles pour «assainir leur situation financière». Problèmes d'écritures comptables L'autonomie a un coût, selon la conférence des présidents d'université Certaines universités incriminées protestent contre cette tutelle.

François Hollande a besoin de cours de maths A l’occasion du débat pour les primaires socialistes (15 septembre), François Hollande a rappelé qu’il souhaitait créer 60 000 nouveaux postes d’enseignant en 5 ans, au rythme de 12 000 par an. Il a estimé que la création de 12 000 postes dans l’éducation nationale allait coûter 500 millions la première année, soit 2,5 milliards d’euros en 5 ans. ... François Hollande a besoin de cours de maths par lessuper0s Fronde contre le programme d'histoire-géo de première Comment faire en un an à peu près ce que l'on faisait en deux ans, en plus devant des élèves de séries différentes dont certains passeront la matière au bac à la fin de l'année et d'autres non ? A la suite de la réforme de la classe de première, les professeurs d'histoire-géo sont face à ce défi. Et protestent contre un programme indigeste. L'une des principales nouveautés de la première qui se met en place à cette rentrée dans le cadre de la réforme du lycée, est l'introduction d'un tronc commun aux élèves de S, L et ES. L'idée, selon les concepteurs de la réforme, est de permettre aux lycéens qui se seraient trompés de filière de changer et de passer dans une autre sans être trop perdus. Pour ses détracteurs, le but est tout autre: en regroupant les séries, on peut entasser davantage d'élèves, par exemple compléter une classe de S avec des élèves de L, des ES avec des L (toujours les moins nombreux), etc. Mais le problème ne se limite pas aux cours. Réagissez à cet article

Related: