background preloader

Juifs et musulmans - Si loin, si proches (1/4)

Juifs et musulmans - Si loin, si proches (1/4)
Où l’on retrace la naissance de l’islam et sa conquête en un siècle d’un territoire s’étendant de la Perse à l’Espagne. Quelle a été la place des millions de non-musulmans dans cet empire ? Pour les polythéistes, c’est la conversion ; pour les peuples du Livre, juifs et chrétiens, le statut de "dhimmi", qui les détermine inférieurs, mais leur confère une protection plus ou moins généreuse selon les lieux, et leur permet de pratiquer leur religion. Dès l’avènement de l’islam, le sort des musulmans et des juifs a été étroitement lié, mais un peu plus d'un siècle de conflit a suffi à occulter dans les mémoires treize siècles d’une histoire commune souvent pacifique et parfois harmonieuse. De 610 à nos jours, de l’Arabie au Proche-Orient en passant par l’Empire ottoman, l’Andalousie et le Maghreb, cette histoire complexe et méconnue est racontée chronologiquement, avec une fluidité qui n’exclut pas le sens du détail. Related:  Histoire d'Israel

Déclaration Balfour de 1917 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Balfour et le texte de la Déclaration. La Déclaration Balfour de 1917 est une lettre ouverte adressée à Lord Lionel Walter Rothschild (1868-1937), publiée le par Arthur James Balfour, le ministre britannique des Affaires Étrangères, en accord avec Chaim Weizmann, alors président de la Fédération Sioniste[réf. nécessaire] et qui sera élu en 1948 président de l'État d'Israël. Par cette lettre, le Royaume-Uni se déclare en faveur de l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif avec le respect des communautés non juives sur le territoire. Cette déclaration est considérée de facto comme une des premières étapes dans la création de l'État d'Israël[1]. Contexte historique et motivations[modifier | modifier le code] À l'aube de la Première Guerre mondiale, la Palestine fait partie de l'Empire ottoman. C'est aussi l'époque du « Grand Jeu » selon Kipling pour maîtriser les zones riches en pétrole et protéger l'accès aux Indes.

Le mythe de l’islamisation. Essai sur une obsession collective « Depuis le milieu des années 2000, un mot s’est immiscé dans le débat : islamisation. Les musulmans, dont la population s’accroîtrait dangereusement, chercheraient à submerger numériquement et culturellement l’Europe. L’imaginaire du complot déborde ainsi peu à peu le cadre de l’islamophobie ordinaire. Si cette perception paranoïaque était restée l’apanage d’une poignée d’extrémistes, elle ne ferait pas question, mais elle envahit aujourd’hui l’espace public, imprègne les discours de politiciens écoutés et les analyses d’auteurs réputés sérieux. (…) Lorsqu’on décompte les musulmans, on ne dénombre pas seulement une population religieuse, mais on évalue l’intensité d’une menace. C’est pourquoi toute conversion, toute naissance, tout migrant représente toujours plus que sa singularité.» Cette rescension est publiée avec l'aimable autorisation de l'auteur. Décortiquer pour mieux comprendre Confrontation du mythe à la réalité Clichés et thèse du complot

Société humaniste ou eugéniste ? Deux visions du futur s’opposent à TEDxParis 2014 La nouvelle saison de vidéos TEDxParis est lancée ! Nous commençons par un dialogue à distance entre Laurent Alexandre et Alain Damasio, deux moments phares de TEDxParis 2014. L’école devra-t-elle devenir eugéniste ? Découvrez les deux premiers talks du cycle 2014 de TEDxParis, enregistrés le 5 octobre 2014 au théâtre du Châtelet et contribuez au débat qui s’engage sur les réseaux sociaux. Nos enfants iront-ils demain dans des écoles eugénistes ? Très humain plutôt que transhumain par Alain Damasio à TEDxParis 2014 Pour aller plus loin et dépasser ce clivage quelque peu caricaturale, l’équipe TEDxParis organise le 6 juin 2015 L’ÉCHAPPÉE VOLÉE au Chateau de Chambord, une expérience unique, un programme construit autour des piliers de cette nouvelle Renaissance. Pour en savoir plus sur L’ÉCHAPPÉE VOLÉE :

Adolphe Crémieux Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Crémieux. Il est l'auteur du décret Crémieux d'octobre 1870. Il fut ami de l'abbé Grégoire dont il fit l'éloge funèbre. Origine[modifier | modifier le code] Ses parents, des Juifs du Pape vivant à Carpentras (dans l'enclave pontificale), émigrèrent à Nîmes où son père David Crémieux (1761-1819) créa avec son frère Élie un négoce de soieries « E. Adolphe Crémieux se voulait universaliste et refusait tout sectarisme[réf. nécessaire]. Sa sœur, Julie-Égalité Crémieux (1796-1880), se convertit au catholicisme malgré l'opposition de son père et de sa famille. Une carrière d'avocat[modifier | modifier le code] Crémieux revendique la liberté religieuse et n’hésite pas à s’opposer à l’État pour la défendre. Préoccupé par l’oppression des Juifs dans le monde, il s’impose comme mission de les défendre où qu’ils soient et rivalise à cet égard avec son confrère anglais, sir Moses Montefiore. Ces décrets comprenaient:

Le mythe de l’islamisation. Essai sur une obsession collective « Depuis le milieu des années 2000, un mot s’est immiscé dans le débat : islamisation. Les musulmans, dont la population s’accroîtrait dangereusement, chercheraient à submerger numériquement et culturellement l’Europe. L’imaginaire du complot déborde ainsi peu à peu le cadre de l’islamophobie ordinaire. Si cette perception paranoïaque était restée l’apanage d’une poignée d’extrémistes, elle ne ferait pas question, mais elle envahit aujourd’hui l’espace public, imprègne les discours de politiciens écoutés et les analyses d’auteurs réputés sérieux. (…) Lorsqu’on décompte les musulmans, on ne dénombre pas seulement une population religieuse, mais on évalue l’intensité d’une menace. C’est pourquoi toute conversion, toute naissance, tout migrant représente toujours plus que sa singularité.» Cette rescension est publiée avec l'aimable autorisation de l'auteur. Décortiquer pour mieux comprendre Confrontation du mythe à la réalité Clichés et thèse du complot

21 Short Videos Worth More Than an MBA If you're determined to get a job that requires an MBA, by all means spend the time and money to get one. However, if you want to know more about business than 99.9 percent of your colleagues, you can spend a day watching these TED Talks. Motivation 1. Why we do what we do Tony Robbins discusses the invisible forces that make us do what we do and how to use them to your advantage. 2. Dan Pink examines the puzzle of motivation, starting with a fact that social scientists know but most managers don't: that traditional rewards aren't very effective. 3. Shawn Achor argues that happiness inspires productivity and that the concept that we should work to be happy is backwards. Management 4. Jason Fried explains why the office isn't a good place to get work done and why people who work elsewhere are more productive. 5. Sheryl Sandberg looks at why a smaller percentage of women than men reach the top of their professions, and offers advice to women aiming for the C-suite. 6. Marketing 7. 8. 9. Economics

Mohammed Amin al-Husseini Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mufti Husseini vers 1929. Mohammed Amin al-Husseini (Jérusalem, 4 juillet 1895 (1313 AH)[1] - Beyrouth, 5 juillet[2] 1974), également connu en tant qu'Hadj Amin al-Husseini, ou encore en tant que « Grand Mufti de Jérusalem ») était un chef religieux et nationaliste en Palestine mandataire. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] Durant sa jeunesse, Amin a-Husseini est éduqué pour succéder à son père, mufti de Jérusalem[3]. En 1913[2], à 18 ans, il effectue le pèlerinage de la Mecque et rajoute Hadj à son nom[3] comme le permet la tradition musulmane[4] pour se faire appeler Hadj Amin al-Husseini, un des deux noms sous lesquels il est le plus souvent cité[5]. Durant la Première Guerre mondiale, il s'engage dans l'armée ottomane qu'il quitte[6] en 1917 pour retourner à Jérusalem[3]. Activités politiques[modifier | modifier le code] Mufti de Jérusalem[modifier | modifier le code] Rencontre avec Hitler en 1941.

Jews helps guard UK mosques after attacks - Features London, UK - Muslim leaders in an area of north-east London have recruited the help of a police-trained ultra-orthodox Jewish neighbourhood patrol to bolster security following attacks on mosques and threats against Muslim communities in the UK. The initiative, in the Stamford Hill neighbourhood of Hackney, has seen mosques added to a list of local sites watched over by Shomrim, a volunteer organisation that responds to reports of crime, anti-social behaviour and other incidents in the area and calls itself "the eyes and ears of the police". "We keep an eye on all the mosques. Munaf Zeena, chairman of the North London Muslim Community Centre, said the arrangement, under which Shomrim volunteers have also advised the centre on security issues, was prompted by a series of attacks targeting mosques and Muslims since the killing of Lee Rigby, a British soldier, in Woolwich, south London, in May. Increase in attacks Stamford Hill is home to Europe's largest community of Haredi Jews.

70+ book picks from TED speakers and attendees The tables in bookstores can be overwhelming: Every book cover looks appealing, every blurb glows with praise. Sometimes, you just need a recommendation from a human, someone you trust. Below, 10 members of the TED community — with very different points of view — share the books they think you’ll enjoy this summer. Their selections are wonderfully untethered to new releases and bestsellers, with a little something for everyone. Mind-bending fiction, picked by David Eagleman David Eagleman is a neuroscientist whose sensory vest may just expand the limits of human perception. Labyrinths by Jorge Luis Borges. The Bear by William Faulkner. The Most Human Human: What Artificial Intelligence Teaches Us About Being Alive by Brian Christian. The Arrival by Shaun Tan. Invisible Cities by Italo Calvino. The Amazing Adventures of Kavalier & Clay by Michael Chabon. Last and First Men by Olaf Stapledon. Things That Are: Essays by Amy Leach. Books on art and race, picked by Anne Pasternak

Plan de partage de la Palestine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le 29 novembre 1947, le plan de partage de la Palestine[1] élaboré par l’UNSCOP est approuvé par l’Assemblée générale de l’ONU, à New York par le vote de la résolution 181. Ce plan prévoit la partition de la Palestine en trois entités, avec la création d’un État juif et d’un État arabe, Jérusalem et sa proche banlieue étant placées sous contrôle international en tant que corpus separatum. La partie I du plan précise les dispositions de la fin du mandat britannique, du partage et de l’indépendance des entités. Il indique que le mandat doit se terminer aussi vite que possible. Les Britanniques prévoient de se retirer le 1er août 1948 et le partage doit être réalisé au 1er octobre. Le plan est accepté par les dirigeants de la communauté juive en Palestine, par le biais de l'Agence juive à l'exception de ceux de l'Irgoun. Contexte historique[modifier | modifier le code] En 1901, le Fonds national juif est fondé à Bâle lors du 5e Congrès sioniste.

10 talks you won't be able to stop thinking about | Playlist Now playing Here's a TED first: an animated Socratic dialog! In a time when irrationality seems to rule both politics and culture, has reasoned thinking finally lost its power? Israël Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode. État d’Israël[Note 1] מְדִינַת יִשְׂרָאֵל (Medīnat Yisra'el) (he) دولة إسرائيل (Dawlat Isrā'īl) (ar) Israël, en forme longue l’État d’Israël, respectivement en hébreu יִשְׂרָאֵל (Yisrā'el) et מְדִינַת יִשְׂרָאֵל (Medīnat Yisra'el), en arabe إِسْرَائِيلُ (Isrā'īl) et دولة إسرائيل (Dawlat Isrā'īl), est un État situé sur la côte orientale de la mer Méditerranée au Proche-Orient. Israël est une démocratie parlementaire. Israël a établi sa capitale à Jérusalem, choix qui n’est pas reconnu par une grande partie de la communauté internationale. Parmi les Israéliens, 4% ne sont ni juifs, ni arabes ; ils sont principalement représentés par les communautés chrétiennes grecques, arméniennes, syriaques…, etc.[5] Nom « Canaan a été razzié de la pire manière. — Stèle de Mérenptah.

Related: