background preloader

Et si vous imaginiez une stratégie sociale sans Facebook

Et si vous imaginiez une stratégie sociale sans Facebook
Cet article a été publié il y a 6 mois 4 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Depuis quelques semaines, j’écoute les conversations sur les réseaux sociaux et je vois qu’il y a une sorte de guerre entre les amis de Facebook et les amis de Google +, et notamment autour des considérations relatives au reach – surtout dernièrement -_-‘. Loin de moi l’idée de vouloir leur lancer la pierre – ni même de faire ma donneuse de leçons, j’estime que ce débat n’est pas un vrai débat. En effet, il convient de remettre à leur place les réseaux sociaux de manière générale, mais aussi de remettre en perspective les stratégies social média pour les envisager de manière plus pérennes et intégrées dans les stratégies d’entreprise. Depuis que je travaille dans le web je vois les personnes s’évertuer à donner leurs meilleures pratiques pour générer de la visibilité et de l’interaction sur les réseaux sociaux.

http://www.mycommunitymanager.fr/et-si-vous-imaginiez-une-strategie-sociale-sans-facebook/

Related:  StratégieCULTURE DU NUMERIQUEAvis de communicants

Mots clé : quelle stratégie SEO adopter ? La première étape pour une stratégie de référencement naturel consiste à choisir avec grand soin quelques expressions sur lesquelles on souhaite positionner ses pages web. Nous allons voir que cette phase est simple à mettre en place, avec un peu de méthode. Trouver des idées : les qualificatifs Cette première étape consiste simplement à décrire de la manière la plus évidente les produits ou services que l’on souhaite mettre en avant. Parfois, il peut aussi s’agir de la problématique à laquelle répond le produit. Par exemple : « manger à Bergerac » est pertinent car la réponse attendue est « restaurant Bergerac ».   Triplex, le blogue techno de Radio-Canada On dit habituellement qu’à SXSW, à Austin, on trouve aujourd’hui ce qui sera partout dans cinq ans. Si c’est le cas, nous avons intérêt à attacher notre tuque avec de la broche. À lire les billets de notre blogueur invité en résidence sur Triplex, Matthieu Dugal, qui était à Austin, nous pourrons : Faire de la musique avec tout ce qui nous passe par la main (Mogeens);Virer son médecin pour s’acheter des vêtements connectés, qui vont faire un suivi médical en permanence (McLaren Applied Technologies)

Web in Alps : "No Bullshit in Digital" vol. 2 - Comm' des Mots Points de Vue Publié le 12 décembre, 2013 | par Stéphane Favereaux Après le premier article relatant neuf premiers points, la présentation grenobloise pour Web In Alps 9 incluait également les idées « Bullshit » suivantes : Comment accroitre le nombre de mes followers Nous cherchons en permanence des moyens pour identifier et qualifier des influenceurs sur Internet, pour les adresser et augmenter le nombre de nos followers. Quelques études circulent et toutes s’accordent sur un grand principe : 1% de votre audience – sous entendu les influenceurs – contribuent à hauteur de 20% de votre audience globale par le biais de leurs twits, de leurs envois d’emails, de leurs blogs, des commentaires postés, des outils FB… L’audience ainsi générée contribuerait à hauteur de 30% des actions réalisées sur le site (achat, inscription à une lettre d’info, etc.) parce que qualifiée donc plus engagée (source 2011 Mashable/MeteorSolutions). En résumé si 1 % de mon audience génère 20% de mon trafic et indirectement30% des actions sur mon site, aucun doute je dois développer cette audience là !Quels sont les moyens qui s’offrent aujourd’hui à moi pour répondre à ces questions : qui sont les influenceurs en relation avec mon activité ?comment puis je les contacter ?

Surveiller les algorithmes… De plus en plus souvent, des algorithmes décident de notre rapport au monde. Que ce soit pour nous mettre en relation avec d’autres sur des sites de rencontres ou pour estimer notre capacité de crédit, pour nous diriger dans la ville via nos GPS voir même pour nous autoriser à retirer de l’argent à un distributeur automatique… les algorithmes se sont infiltrés dans notre vie quotidienne sans notre consentement et modulent notre rapport au monde sans que nous soyons vraiment au courant de leur existence, de l’ampleur de leur action, de leur pouvoir et des critères qu’ils utilisent pour décider de nos existences à notre place. Sans que nous ayons non plus beaucoup de possibilités pour réfuter ou intervenir sur ces critères. “Trop souvent, c’est l’ordinateur qui décide !”

Les 4 KPIs à suivre sur Facebook pour les PME Cet article a été publié il y a 6 mois 17 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Tous les CM s’en souviennent, c’était en juin 2013 : l’arrivée des nouvelles statistiques pour les pages fans. 1 - Le numérique est le nouvel opium du peuple : la cyberdépendance - Les NTIC, et alors? Aujourd'hui, avec l'arrivée de nouvelles technologies d'abord, puis avec la marginalisation de ces technologies comme l'informatique, on constate l'apparition d'une nouvelle forme de troubles psychologiques, la cyberdépendance ou cyberaddiction. C'est le fait de ne pas pouvoir s'empêcher de se connecter à Internet dans le but d'éprouver du plaisir ou de soulager une tension intérieure comme le stress. C'est lors du colloque de l'American Psychologic Association, à Toronto, en 1996, que ce terme a été utilisé pour la première fois par la psychologue américaine Kimberly Young. Elle affirme qu'il s'agit d'une nouvelle maladie psychologique. Cette cyberdépendance est la cause de multiples problèmes pour les individus : des mariages sont brisés, des jeunes négligent ou abandonnent leurs études, des gens perdent leur emploi, certains commettent même des gestes illégaux ( cybercrimes ) ou sont ruinés suite à des achats compulsifs ou des dépenses dans des sites à caractère pornographique.

Les cinq commandements d’Isaac Asimov pour trouver une idée géniale Qui ne rêve pas de trouver la bonne idée qui changera le cours de l’histoire ? Pour tenter de s’en approcher, les entreprises et les Etats multiplient les séances de brainstorming, sans pouvoir évaluer précisément leur efficacité. En 1959, l’écrivain de science-fiction Isaac Asimov avait participé à des recherches collectives à propos d’un bouclier antimissile pour l’armée américaine. C’est son ami, le scientifique Arthur Obermayer, qui l’avait invité à se joindre à des sessions de réflexions autour du projet militaire de l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense (Darpa). Asimov ne participa qu’à quelques réunions, de peur que sa liberté d’expression ne soit limitée par les informations confidentielles qu’il allait devoir traiter. Mais ce passage ne fut pas anodin, puisqu’il laissa derrière lui un texte (en anglais) sur la créativité.

5 pratiques à éviter sur les réseaux sociaux professionnels Aujourd’hui, deux réseaux sociaux professionnels se partagent le gâteau : LinkedIn et Viadeo. Dans le monde, LinkedIn domine globalement son sujet : 238 millions d’utilisateurs contre 55 millions de membres pour Viadeo, selon les derniers chiffres des réseaux sociaux. Mais en France, les deux réseaux sont assez proches, et les Français sont souvent membres des deux services. Dans tous les cas, les réseaux sociaux professionnels vous permettent d’améliorer votre identité numérique, à condition de respecter certaines règles ! Voici cinq pratiques que nous vous conseillons d’éviter sur les réseaux sociaux professionnels pour maximiser votre employabilité.

10 Idées de Concours Facebook Spécial Journal Depuis l’année dernière, il est désormais possible de créer un concours Facebook directement sur le Journal d’une page Facebook. De facto, les entreprises peuvent donc demander aux utilisateurs d’aimer, commenter ou publier sur le journal, chaque action pouvant être considérée comme un mécanisme de vote. Si le concept vous intéresse, voyons ensemble 10 idées de concours Facebook que vous pouvez organiser sur votre journal.

Dépendance à Internet ou e-addiction - marseille-psychologie Les nouvelles technologies sont partout au point qu'on ne peut pas y échapper, ou presque. Ainsi, entre usage régulier et vraie addiction au numérique, la frontière est mince. Premier épisode de l'addiction numérique, demain : Comment s'en sortir. Portables, tablettes, ordinateurs, les nouvelles technologies nous entourent. Elles sont partout : au bureau, à la maison, dans les magasins… Nous en avons tous un usage régulier, à partir de quel moment pouvons-être considérés comme addicts aux nouvelles technologies ? Comment cette addiction se traduit-elle au quotidien ?

Vente privée.com pas convaincu des apports du Big Data Le Big Data c’est du Big Blabla, pour le moment. C’est ce que pointe Ilan Benhaim, cofondateur de vente privée.com et directeur de l’innovation du site leader du e-commerce en France. Il a pris la parole le 10 octobre, lors d’un événement organisé par l’éditeur de logiciels Adobe sur le thème des stratégies d’engagement client cross-canal. 20 millions d’adresses email

12 Etapes pour Réussir votre Marketing sur les Médias Sociaux Comment utiliser les médias sociaux pour accomplir vos objectifs marketing? Force est de constater qu’on ne fait pas du social marketing du jour au lendemain. De nouveaux concepts sont à intégrer, il existe un grand nombre de plateformes et souvent les ressources humaines sont limitées pour la gestion de cette activité. La semaine dernière, j’ai trouvé une infographie intéressante qui permet de découvrir une méthodologie et un plan de 12 étapes pour réussir votre marketing sur les médias sociaux. Comme toujours, vos remarques sont les bienvenues dans les commentaires :)

Comment devient-on accro au numérique ? Atlantico : Portables, tablettes, ordinateurs, les nouvelles technologies nous entourent. Elles sont partout : au bureau, à la maison, dans les magasins… Nous en avons tous un usage régulier, à partir de quel moment pouvons-être considérés comme addicts aux nouvelles technologies ? Comment cette addiction se traduit-elle au quotidien ? Michael Stora : Cela ne se traduit pas tant en terme d’heures passées sur les nouvelles technologies qu’en termes de rupture des liens sociaux réels.

Related: