background preloader

Comment la NSA vous surveille (expliqué en patates)

Comment la NSA vous surveille (expliqué en patates)
Related:  L' Actu du Réseau !scandale NSA PRISMprotection données perso

Il y a désormais plus d'un milliard de sites sur internet Par Francetv info avec AFP Mis à jour le , publié le Internet a fêté ses 25 ans en début d'année. Et depuis un quart de siècle, le réseau n'a cessé de grandir. Il compte désormais plus d'un milliard de sites. Rien que pour la journée de mardi, Google a enregistré plus de 3,1 milliards de recherches sur ses serveurs, selon Internet live stats. Le revers de la médaille est que l'électricité consommée pour faire fonctionner internet a généré au moins 2,17 millions de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) rejeté dans l'atmosphère rien que pour la journée de mardi, d'après le compteur d'Internet live stats.

Les services secrets américains très intéressés par Wanadoo et Alcatel-Lucent Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jacques Follorou et Glenn Greenwald (Journaliste) La toile tissée par la NSA, révélée par Edward Snowden, l'ex-consultant de la plus importante agence de renseignement américaine, est symbole de gigantisme. On en sait, aujourd'hui, davantage sur les procédures et l'exhaustivité de l'intrusion américaine. C'est une certitude, les Etats-Unis fouillent les secrets de leurs alliés comme de leurs ennemis. En revanche, peu d'éléments ont encore filtré sur l'autre visage de cet espionnage, celui où apparaissent les individus ou les entreprises ciblés par le gouvernement américain. Lire nos informations Comment la NSA espionne la France Cette facette, sans doute la plus explicite en termes d'atteinte aux libertés publiques et individuelles, ne concerne donc pas que les pays considérés comme des adversaires mais également des nations amies comme la France, au cœur des centres d'intérêt de la NSA. Lire : L'ampleur de l'espionnage mondial par la NSA

Comprendre l’exercice de la Justice : panorama des institutions juridictionnelles » Semaine 1 : Introduction : le pouvoir de rendre la justice Semaine 2 : Les juridictions européennes : les juridictions communautaires Semaine 3 : Les juridictions européennes : les juridictions issues de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme. Semaine 4 : Les juridictions nationales : la dualité des ordres juridictionnels Semaine 5 : Les juridictions nationales : l’ordre administratif et l’ordre judiciaire Semaine 6 : Les juridictions nationales : ses juridictions civiles et pénales Semaine 7 : Les juridictions nationales : la Cour de cassation Semaine 8 : Le personnel des juridictions : les juges et le ministère public Semaine 9 : Les auxiliaires des parties : les avocats et les officiers ministériels Semaine 10 : Les qualités d’une bonne justice – une justice accessible du cours : Licence restrictive : l’utilisateur ne peut exploiter l’œuvre qu’à des fins personnelles, le nom de l’auteur doit systématiquement être mentionné. du contenu produit par les internautes :

Internet : outil de collaboration ou de domination Il y a un an, l’enquête Ipsos « France 2013 : les nouvelles fractures » faisait l’effet d’un coup de tonnerre médiatique, soulignant combien la crise avait exacerbé la tentation du repli national et le rejet du politique. Le Monde titrait sur « les crispations alarmantes de la société française ». « Le poujadisme s’est enraciné en France », estimait-elle. L’idéologie anti-autoritaire des années 60-70 a reflué de manière spectaculaire. 87 % des Français estiment qu’on a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre et 86 % (toute tendance politique confondue) estiment que l’autorité est une valeur qui est souvent trop critiquée. Et la nouvelle édition que vient de relayer Ipsos ne fait que renforcer cette tendance. Notre besoin d’autorité est impossible à rassasier Image : un tweet de Jean-François Copé présentant son projet politique lors d’un meeting fondé sur la devise « Liberté, autorité, égalité ». Pourquoi les gens éprouvent-ils un tel besoin d’autorité ? Hubert Guillaud

Internet: Le père du World Wide Web fustige un outil «contrôlé» par Google WEB Tim Berners-Lee assure que le problème «n’est pas technologique, mais social» et appelle à une nouvelle décentralisation du Web au nom de la «protection des données»... 20 Minutes avec agence Publié le Mis à jour le Internet « part à la dérive ». C’est en tout cas ce que pense celui qui est considéré comme le père du World Wide Web, Tim Berners-Lee. « Le Web aurait pu être magnifique, mais le cyberespionnage, le filtrage des sites Web, les recommandations de contenus qui vous emmènent sur les mauvais sites sapent complètement l’esprit d’aider les gens à créer », a ainsi lâché le physicien britannique dans une interview récemment accordée au New York Times. >> A lire aussi : L'inventeur du Web veut une charte de l'Internet Le Net est devenu un « outil de surveillance » de la population « Notre problème n’est pas technologique, il est social » >> A lire aussi : La surveillance généralisée d'Internet «justifiée» pour 57% des Français Mots-clés : google Le www a été inventé il y a 25 ans

Comment la NSA espionne la France Les documents que "Le Monde" a pu consulter montrent comment le renseignement américain a ciblé la France, ses institutions, ses entreprises et ses citoyens. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jacques Follorou et Glenn Greenwald (Journaliste) L'avenir dira peut-être, un jour, pourquoi Paris est resté si discret, par rapport à Berlin ou Rio après les révélations sur les programmes d'espionnage électronique américain dans le monde. Car la France a été tout autant ciblée et dispose aujourd'hui de preuves tangibles que ses intérêts sont quotidiennement visés. Selon les documents de l'Agence nationale de sécurité (NSA) obtenus par Le Monde, les communications téléphoniques des citoyens français sont, en effet, interceptées de façon massive. Pour en savoir plus sur le contexte des révélations du Monde, lire l'éditorial : "Combattre Big Brother" L'agence dispose de plusieurs modes de collecte. Cet espionnage apparaît au titre du programme "US-985D".

Les contrats de travail - La gazette conseil emploi Comment les réseaux sociaux vous trahissent Atlantico : Johnny Hallyday a été accusé d'évasion fiscale après que des journalistes ont suivi ses déplacements sur près de deux ans via des photos géolocalisées et datées qu'il avait publiées sur les réseaux sociaux Instagram ou Twitter. En quoi ces réseaux sociaux l'ont trahi ? Erwan Le Nagard : Les réseaux sociaux ne peuvent en aucun cas être tenus pour responsables des publications faites par Johnny Hallyday. Il s’est trahi lui-même en publiant des informations à propos de sa vie privée. Il faut partir du principe qu’en ligne, tous vos contenus et toutes vos interactions sont publics et, qu’il est relativement simple de les collecter pour les analyser. Par ailleurs, le contenu d’un tweet, la photo ou la vidéo publiée n’est pas forcément ce qui apporte le plus d’informations à propos de votre activité. Quelle est la légitimité des réseaux sociaux pour prouver des actes illégaux ?

Pourquoi l'inventeur du Web rêve d'un autre Internet - Politique Inventeur du Web il y a plus de 25 ans, Tim Berners-Lee regrette le pouvoir qu'ont pris sur lui les états et les grandes entreprises comme Google ou Facebook. Il souhaite pousser vers un Web plus déconcentré et plus sûr pour ses utilisateurs. Mais qu’a-t-on fait d’Internet ? C’est la question que se posent régulièrement des pionniers du Web, qui rêvaient de changer le monde et qui l’ont effectivement fait, sans toujours bien savoir si c’est pour le meilleur ou pour le pire. Internet a apporté son lot incontestable d’améliorations dans la vie sociale, en permettant aux citoyens de s’informer davantage, de partager des connaissances et d’entrer plus facilement en contact les uns avec les autres. Mais il est aussi devenu un moyen inédit de surveillance de la population, et une machine libérale qui favorise les plus gros dans une économie plus que jamais mondialisée. Parmi ceux qui semblent avoir quelques regrets figure l’inventeur du World Wide Web, Tim Berners-Lee.

Des soupçons de la CIA pesaient sur Snowden dès 2009 Edward Snowden a été soupçonné, quand il travaillait pour la CIA, d'avoir tenté d'accéder illégalement à des documents pour lesquels il n'était pas habilité, mais un rapport de son supérieur a été ignoré, a rapporté vendredi le New York Times. Alors que l'ex-consultant du renseignement américain a reçu jeudi un prix remis annuellement par une association américaine composée notamment d'anciens membres de la CIA pour "son intégrité dans le travail de renseignement", le quotidien affirme que le supérieur de Snowden avait écrit un rapport critique sur lui en 2009 alors ce dernier s'apprêtait à quitter son poste à Genève, document dans lequel il notait un changement net dans le comportement et les habitudes de travail du jeune informaticien. Lire : "Prism, Snowden, surveillance de la NSA : sept questions pour tout comprendre" Snowden avait été recruté en 2006 par la CIA et avait décroché son habilitation au secret.

Related: