background preloader

Guillaume Pley, l'agresseur aux millions de vues

Guillaume Pley, l'agresseur aux millions de vues
Publiée le 16 octobre, la vidéo de Guillaume Pley Comment chopper une fille en 3 questions (sic) cumule plus de deux millions de vues sur Youtube. En regardant cette vidéo, je fus profondément atterrée, comme je l’imagine, un grand nombre d’entre vous. Contrainte et surprise, des techniques innovantes ? Non, un délit pénal Guillaume Pley s’inspire directement de cette autre vidéo, How to get girls to kiss you. Le principe est exactement le même. Est-ce que je peux te poser 3 questions ? Peu importent les réponses des jeunes femmes : les questions ne sont qu’un prétexte pour retenir son attention. On constate sur la vidéo de Guillaume Pley qu’il se passe volontiers du consentement de la jeune femme, puisque plusieurs répondent clairement « non » à sa 4ème question. Et totalement répréhensible, excusez-nous de le souligner : Article L-222-22 du Code pénal : « Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise. » Bravo l’artiste.

http://www.madmoizelle.com/embrasser-inconnue-pley-207075

Related:  Harcèlement de rueSexisme

BAISER VOLÉ – Quand un défi de séduction devient agression Une sculpture de Seward Johnson à San Diego inspirée de la célèbre photographie d'Alfred Eisenstaedt, "V-J Day in Times Square". (BENJCOHEN/CC BY-SA 2.0) Le 14 août 1945, Alfred Eisenstaedt immortalisait l'un des baisers les plus célèbres du monde, celui d'un marin embrassant vigoureusement une jeune femme sur Times Square à New York pour célébrer la capitulation du Japon. Mais l'histoire est désormais connue, ce baiser fougueux n'avait rien de passionnel ni de romantique : le marin avait attrapé par la taille cette femme qu'il ne connaissait pas et ne lui avait pas laissé le choix de se soustraire à son baiser (relisez l'enquête du Monde sur cette image : "Un baiser peut en cacher un autre"). Animateur sur la radio NRJ, Guillaume Pley veut prouver que l'on peut embrasser une inconnue en dix secondes, le temps de lui poser trois questions et de la placer dans une situation où celle-ci ne peut plus le repousser. NRJ c'est la radio des ados, quel genre de message voulons nous leur donner ?

Slane Girl : le Héros et la Salope Slane Girl est le surnom d'une adolescente qui a été prise en photo en train de pratiquer une fellation en plein milieu d'un concert. Pas très malin, certes. Mais le vrai souci, c'est que selon les internautes, le jeune homme qu'elle suçait est un « héros », et elle une « salope ». Qui a dit double standard ?

Thomas Mathieu POINT NET 2.2 Voilà une note, qui ne parle pas vraiment du véritable harcèlement, et qui part un peu dans tous les sens. C'est un peu "poire le nice guy" qui essaie de faire du harcèlement. Je ne suis pas sûr d'où je vais, c'est un peu long. J'utilise ce blog comme terrain d'essai, comme d'habitude. L’hétérocentrisme ou l’obligation du rapport pénétratif Je voudrais revenir sur cet article d'une féministe radicale car les réactions, aussi épidermiques que le texte qui est une mauvaise lecture de Dworkin à mon avis, commencent à m'échauffer. Au passage si l'auteure passe par là, il conviendrait de te mettre à jour sur le problème des IST, tu véhicules de fausses informations. Si vous avez des commentaires agressifs, sexistes envers ce texte, abstenez-vous, je censurerai. La « révo­lu­tion sexuelle » empêche les femmes de dire non, mais ne leur donne pas les moyens de dire oui. La défi­ni­tion de la sexua­lité n’a pas changé : la sexua­lité, c’est l’acte sexuel, et l’acte sexuel, c’est le coït hété­ro­sexuel avec éjacu­la­tion de l’homme dans la femme, c’est-à-dire, de toutes les pos­tures sexuelles, la plus fécon­dante — un héri­tage des pre­miers chré­tiens qui n’est tou­jours pas mis en cause.Christine Delphy.

Il faut toujours être prête Le tri sélectif, c’est chaud. Je suis arrivée à la déchèterie un samedi après-midi d’août, avec dans ma voiture, des tonnes de saloperies à jeter. Jusque là, je ne me faisais pas trop remarquer. Déconstruction de l’idée de nature dans les rapports sociaux "Si le patriarcat existe, c'est qu'à la base les hommes sont plus forts physiquement que les femmes ; ils les ont donc dominés et cela a commencé cela". Je ne compte plus les fois où j'ai entendu cette hypothèse naturaliste. Hypothèse qui tend à transformer des rapports sociaux en des rapports naturels (= dûs à la nature), ce nouveau dieu qui régit les rapports humains et qui, comme le dit Colette Guillaumin, "va jusqu'à organiser des programmes génétiques spéciaux pour ceux qui sont socialement dominés".

Un court métrage qui inverse les rôles de genre? Ceci pourrait être un intéressant court métrage inversant les normes de genre [ les rôles masculin et féminin intégrés comme "norme" dominante dans la société...pour faire court ], et les conséquences pour chacun-e qu’elles entraînent. [Court métrage visionné d'abord sur une brève postée par l'homme simple] Pourtant, nombreux points m’ont posé problème, BEAUCOUP problème. Plus la trame avance, plus on s’empêtre dans des clichés plus énormes les uns que les autres.

Pick up artists, séduction à la française et consentement des femmes Se développe ces dernières années un business de la drague et de la séduction, que de nombreuses féministes ont dénoncé, tant il colporte des incitations au viol et à l'agression sexuelle. Bien évidemment, les différents sites de "pick up artists" n'ont pas tardé à se désolidariser de celui qui était le plus visé, expliquant qu'ils n'étaient pas du tout comme cela et qu'eux respectaient les femmes. S'il faut évidemment dénoncer ces sites, qui enseignent aux adolescents des véritables méthodes de manipulations, voire incitent à l'agression sexuelle, il me semble important de constater qu'ils ne contentent de reproduire, d'une façon même pas caricaturale, ce qui existe déjà dans nos sociétés et qui est vendu comme modèle de "séduction à la française". La séduction à la française semble ne pas concevoir l'égalité des participants à cette séduction.

La rue, fief des mâles LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Fanny Arlandis Sur le trottoir ou dans le métro, on croise des vieux, des jeunes, des hommes, des femmes. A première vue, l'espace public est mixte. A première vue seulement. Car l'espace urbain demeure un espace où les déséquilibres entre les deux sexes restent profonds. De jour, ça se voit peu.

Related: