background preloader

«Habiter Paris est un signe clair de domination sociale»

«Habiter Paris est un signe clair de domination sociale»
Alors que Bertrand Delanoë vante, une ultime fois dans les médias, son bilan à la tête de la capitale, que sa dauphine, Anne Hidalgo, s’est lancée dans la bataille des municipales, une jeune géographe, Anne Clerval, met les pieds dans le plat. Où est passé le peuple à Paris ? La mixité sociale, sur toutes les bouches, ne serait-elle pas qu’un vain mot ? Paris, dernier refuge de bobos ? Au mot galvaudé, la chercheuse et enseignante à l’université de Marne-la-Vallée, Anne Clerval, préfère le terme plus précis de «gentrifieurs». Dans Paris sans le peuple, qu’elle publie à La Découverte, elle montre comment la gentrification de la capitale s’est faite aux dépens des classes populaires. Pourquoi utiliser un terme issu de l’anglais «gentrification» ? Le terme français d’embourgeoisement recoupe des processus variés. A quand remonte ce processus ? A Paris, la gentrification apparaît plus tardive que dans d’autres métropoles comme Londres ou New York. Paris sans le peuple, Anne Clerval.

http://www.liberation.fr/societe/2013/10/18/habiter-paris-est-un-signe-clair-de-domination-sociale_940632

Related:  VILLE : PRECARITE, PAUVRETE, RICHESSEgentrificationMixtureThème de la villeFicher

A Medellin, l’urbanisme social contre la criminalité A la tombée de la nuit, dans la «Comuna 13», l’un des nombreux bidonvilles de Medellin, accroché sur les hauteurs au nord-est de la ville, quelques dizaines d’habitants, dont beaucoup d’enfants, se sont rassemblés dans la rue, près d’un terrain de sport. Il y a de la musique, une femme armée d’un micro qui fait chanter les enfants, un vendeur de tortillas. Nous n'étions pas loin de Noël, l'an dernier, et certaines maisons construites en dur étaient ceintes de guirlandes électriques. Un peu en contrebas, un minibus aménagé met à disposition une dizaine d’ordinateurs portables avec connexion internet. Des jeunes préparent le terrain de sport pour jouer au ballon, aidés par quelques soldats. D’autres militaires, kalachnikov en bandoulière, discutent ou écoutent la musique.

Politiques urbaines et gentrification, une analyse critique à partir du cas de Paris 1Depuis quelques années, la gentrification suscite l’intérêt des chercheurs français qui utilisent cette notion pour analyser le devenir des centres-villes (Bidou-Zachariasen, 2003 ; Simon, 2005 ; Fijalkow et Préteceille, 2006 ; Authier et Bidou-Zachariasen, 2008). Théorisée et étudiée par des chercheurs principalement anglais et nord-américains depuis les années 1970, la notion désigne une forme particulière d’embourgeoisement qui transforme la composition sociale comme le bâti et l’espace public des quartiers populaires. Elle présente l’intérêt d’éclairer l’interaction entre la transformation des rapports sociaux et celle de l’espace urbain.

A Paris, le XVIe fait une petite place aux HLM Il pénètre dans l’appartement, parcourt une à une les pièces avec des yeux attentifs au moindre détail, puis fait une halte dans le séjour - baie vitrée, parquet, balcon - donnant sur une charmante et paisible cour pavée. «Avec Jean-Yves [Mano, adjoint (PS) chargé du logement] à chaque fois qu’on inaugure des logements sociaux, on fait le test. On se demande : "Est-ce qu’on aimerait y habiter ?" Celui-ci me conviendrait bien, mais je n’y ai pas droit», plaisante Bertrand Delanoë. Le maire (PS) de Paris inaugurait vendredi un immeuble de logements sociaux au 60-62, rue de Passy, dans le très chic XVIe arrondissement de la capitale. « Ralentir la ville » : les Cittàslow contre le culte de la vitesse Nichée au sommet d’une colline en Ombrie (Italie), la cité médiévale d’Orvieto domine l’autoroute et la ligne à grande vitesse reliant Florence à Rome. Mais dans les étroites rues pavées, nulle trace d’automobile. Seuls quelques minibus au gaz, silencieux, frôlent les tables des cafés installées au soleil.

7. Les espaces de la faible densité Avec environ 115 habitants au km² en 2006, la France donne l’image d’un pays assez faiblement peuplé en Europe [1]. La faible densité apparaît plutôt comme une singularité au sein de l’ensemble Nord-Ouest européen mais elle n’est pas si exceptionnelle dès que l’on se place à l’échelle européenne. D’autres pays, aussi différents que la Suède ou l’Espagne, connaissent bien le phénomène. La gentrification en Seine-Saint-Denis: mythe ou réalité? La gentrification revient sur toutes les lèvres des décideurs politiques comme étant le processus majeur semblant à l’heure actuelle faire évoluer les territoires de Seine-Saint-Denis les plus proches de Paris. L’arrivée de nouvelles populations extérieures au territoire, originaires principalement de Paris intra-muros, plus diplômées et plus aisées que les populations locales, entraînerait une modification de ses caractéristiques sociodémographiques. Ce discours semble corroboré par le travail de certains chercheurs en sciences sociales, qui ont montré l’existence d’un processus de modification du peuplement dans certains quartiers de la commune de Montreuil, conduisant à faire de cette commune la «ville bobo» par excellence dans l’imaginaire collectif francilien. publicité L’élection d’une élue écologiste, Dominique Voynet, à la mairie en 2008 a consécutivement été considérée par de nombreux observateurs comme un symbole politique fort.

Paris : embourgeoisement ou gentrification Recensé : Anne Clerval, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013. 256 p., 24 €. Où et comment la gentrification de Paris a-t-elle commencé ? Comment se diffuse-t-elle dans les différents quartiers de la ville ? Et quelles catégories sociales oppose-t-elle ? «A Paris, le niveau de mixité est de loin le plus élevé» Paris aurait perdu son peuple, chassé par la gentrification. La recherche de la mixité sociale ne serait qu’une illusion, participant au contraire à ce mouvement centrifuge. Dans nos pages (1), la géographe Anne Clerval développait cette thèse radicale. Jacques Lévy, géographe, professeur à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), récuse cette vision de l’embourgeoisement. Est-ce que le concept de gentrification a un sens ? Pour répondre à cette question, il faut revenir au sens que lui ont donné ceux qui ont inventé la notion de gentrification, c’est-à-dire d’embourgeoisement.

Related: