background preloader

Comment devenir végétarien ?

Comment devenir végétarien ?
Ces derniers temps, je parle beaucoup de végétarisme, que ce soit sur mon tumblr ou sur twitter. Et du coup, je reçois pas mal de questions de personnes qui s’intéressent à ce régime alimentaire et, plus largement, à la cause anti-spéciste. Je trouve ça vraiment chouette de constater que les gens qui me suivent ne se contentent pas de prendre des morceaux de mes combats et d’ignorer ceux qui ne les intéressent pas. Aussi, j’ai décidé de vous faire un petit mode d’emploi pour ceux qui souhaitent passer le cap. Avant de commencer, comme je sais que beaucoup de gens ne sont pas au fait du vocabulaire en rapport avec la cause animale, quelques petites définitions pour que vous ne soyez pas perdus dans cet article. Maintenant que vous avez le vocabulaire en main, quelques précisions : je me base sur ma seule et unique expérience pour vous donner ces conseils. - Un plus grand respect des animaux. - Un plus grand respect de l’environnement. - Un plus grand respect de l’humanité.

Vegfaq La viande ou la bête 1Nul ne discute la moralité de l'alimentation végétale. Le régime carné au contraire peut faire l'objet de controverses morales : parce qu'il repose sur la mise à mort des animaux, sa légitimité est douteuse, et du doute peut naître le dégoût, sinon pour toute viande, du moins pour certains morceaux. Ainsi lorsqu'un ouvrage récent (Mennell, 1987) en vient à analyser « les fondements moraux d'une aversion » alimentaire, c'est tout naturellement « le cas de la viande » qui s'impose, complété d'une « parenthèse sur les abats », dont S. Mennell attribue la première idée à N. 2S. 3On pourrait certainement discuter l'ancienneté réelle et les raisons exactes du statut de « nourriture de pauvres » ainsi attribué aux abats. 4L'article comme son commentaire entremêlent deux sortes de considérations opposées : le goût réel et la consommation effective d'une part, et de l'autre les convenances et la « délicatesse ». 9Nous mangeons du bœuf, du veau, du mouton, de l'agneau, du porc, etc.

Végétarien, je suis un repenti du cri de la carotte Tribune Le débat fait rage entre les végétariens et les non-végétariens, qui deviennent des antivégétariens (contre les anti-non-végétariens, vous suivez ?). Vous l’avouerai-je ? Je me suis éloigné de la France il y a quelques années, un peu fatigué de cette tournure culturelle de nos débats, qui aboutit généralement à deux clans ennemis, qui auparavant se toléraient. Je suis Windows, mais j’aime le design des Mac. Je suis de gauche, mais pas toujours. L’attitude de certains végétariens Quand j’avais 25 ans, ma sœur a décidé de devenir végétarienne, par amour des animaux. Aujourd’hui, c’est moi qui suis végétarien, depuis une quinzaine d’années, et elle qui remange de la viande, quoique très peu. la consommation de viande,l’attitude de certains végétariens. La consommation de viande est indéfendable Commençons par la première. Les conditions d’élevage modernes tiennent des camps de concentration, les conditions d’abattage sont très majoritairement barbares. Que dire à un non-végétarien ?

Bien manger ? 8 principes issus de 40 ans d’études (Le rapport Campbell) En matière d’alimentation, nous sommes souvent confrontés à un flot d’informations contradictoires et changeantes. A qui doit-on se fier ? Difficile de connaître les lobbies qui se cachent derrière le financement de telle étude, de ne pas se laisser emporter par les « modes alimentaires » ou d’avoir le recul nécessaire sur notre propre alimentation pour en tirer des conclusions efficaces. Dans ce grand flou, des études comme « Le rapport Campbell » (The China Study) apportent une lumière précieuse. Le rapport Campbell est l’étude la plus complète et la plus longue jamais menée en matière de santé et de nutrition. Voici, pour vous, les « Huit principes sur l’alimentation et la santé » que nous propose cette recherche. Ces principes viendront considérablement enrichir vos connaissances et votre approche de l’alimentation, pour des résultats encore plus visibles et concrets. A chaque fois que nous mangeons, nous introduisons un « package » de nutriments dans notre corps.

En Australie et aux Etats-Unis, des moutons torturés pour produire de la laine Des employés qui assènent des coups de poing à la face de moutons terrifiés, les frappent avec des tondeuses électriques et un marteau, leur entaillent la chair, les piétinent ou leur plient le cou au point de le briser. Des animaux en sang, d'autres qui meurent. Voilà ce que révèlent des vidéos à la fois très violentes et choquantes, publiées mercredi 9 juillet par l'association de défense des droits des animaux PETA (People for ethical traitment of animals), à l'issue d'une vaste enquête sur la production de laine en Australie et aux Etats-Unis. Pendant plus d'un an, de fin 2012 à mars 2014, trois militants de l'ONG américaine, qui milite pour une éthique dans le traitement des animaux, se sont faits passer pour des ouvriers dans 19 ateliers de tonte dans les Etats australiens de Victoria, Nouvelle Galles du Sud – les deux plus gros producteurs de laine du pays – et d'Australie-Méridionale. Ils ont filmé en caméra cachée les maltraitances perpétrées par 70 employés sur les animaux.

Why Go Vegan? — Vegan Future Now Every year, human-beings slaughter one-hundred billion animals for food. Billions more are killed and enslaved annually for their tusks, horns, hides, wool, bile, feathers, and fur, and as the subjects of barbaric experiments in vivisection labs around the world. Most of these animals suffer needlessly agonizing lives before dying in terror, and often in excruciating pain. Because non-human animals also feel pain, possess consciousness, experience emotions, have intelligence, and form social bonds, there is no excuse to be made for treating them as mere objects, commodities, and machines. Because intelligence, consciousness, sociability, and sensitivity to pain are the very qualities that we invoke in defense of our own rights to personal liberty and freedom from unnecessary suffering, on what grounds could we deny those very rights to our fellow creatures who also possess these traits and who, we have every reason to believe, value their own lives every bit as much as we value ours?

dossier-presse-civ-conference-viande-chevaline.pdf Economie et production de viande chevaline, Cheptel et production En 2010, l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE) estime à 950 000 le nombre d’équidés en France et à 42.700 le nombre d’éleveurs. Les équidés se répartissent entre : les chevaux de selle : 400 000 équidés ;les poneys : 220 000 équidés ;les chevaux de course : 180 000 équidés ;les chevaux lourds ou de trait : 80 000 équidés ;les ânes : 70 000 équidés. Est considéré comme éleveur tout propriétaire d’au moins une jument ayant été conduite à la saillie au cours de l’année. 80% des éleveurs ainsi dénombrés comptent 1 à 2 juments. En élevages de chevaux de race, les élevages en races Trotteurs Français et Selle Français sont le plus présents avec respectivement 7 992 et 7 579 élevages, suivi des élevages en chevaux de trait avec 8 299 élevages. La moitié des équidés est détenue dans des structures agricoles : il s’agit des juments poulinières, d’étalons, de jeunes équidés en croissance. La viande chevaline peut provenir de différents types d’animaux :

Related: