background preloader

Apprentissage mobile : principes directeurs et questions clés — Enseigner avec le numérique

Apprentissage mobile : principes directeurs et questions clés — Enseigner avec le numérique
Related:  Réflexions et formation continueBYOD, tablettes et pédagogie

Qu’est-ce qui est inacceptable, en éducation? Justin Tarte est directeur des services éducatifs dans un district américain du Missouri. Blogueur à ses heures, il a livré récemment une liste de 8 choses que tout éducateur devrait, selon lui, trouver inacceptable. Est-ce votre cas? Le 12 octobre dernier, Justin Tarte publiait sur son blogue un billet intitulé « 8 things we can’t accept in education ». Avec sa permission, nous traduisons ici ces 8 choses afin de les partager avec la communauté francophone. Vous êtes d’accord (ou non!)? 1. L’évolution amène des changements que l’éducation ne peut ignorer. 2. De plus en plus, les élèves entrent en classe avec des besoins qui vont bien au-delà de simplement « apprendre ». 3. Le monde offre des possibilités infinies de collaboration et on est toujours plus forts lorsqu’on travaille en équipe. 4. Le développement d’une relation forte avec les élèves donnera automatiquement du sens au contenu qu’on leur propose. 5. 6. 7. 8. À propos de l’auteur Audrey Miller Pour suivre l’auteur :

Des tablettes au collège pour faire du français autrement Enseigner avec ou sans le numérique, est-ce du pareil au même ? A quoi cela sert-il d’équiper les classes en tablettes si c’est pour faire la même chose qu’avant, fût-ce avec des outils plus « modernes » ? A moins qu’il ne s’agisse de travailler différemment : d’inventer des usages qui rendent les élèves vraiment acteurs de leurs apprentissages ? Quelques activités Ecritures enrichies Les élèves de Marie Soulié utilisent les tablettes pour des activités d’écriture variées. Réalité augmentée La tablette permet d’abattre les murs de la classe, peut-être pour libérer aussi l’imaginaire. Histoire littéraire animée Comment rendre ludique l’histoire littéraire ? Classe inversée La tablette peut contribuer à transformer non seulement l’espace, mais aussi le temps scolaire. Questions à Marie Soulié Questions « bassement » matérielles pour commencer : de quels équipements et de quel soutien logistique disposez-vous ? J'ai créé un atelier d'écriture numérique avec des élèves volontaires. Evidemment !

Internet et les méandres de la mémoire Tous les jours, faute de se rappeler un fait, une date, un nom, une définition, on interroge Internet et on obtient une réponse. Sans effort. À force d’agir de manière aussi automatique, perdrons-nous la mémoire ? Autour de la table familiale, on discute politique. Ce genre d’anecdote se répète tous les jours. La mémoire des chemins Devant des ordinateurs, une centaine d’étudiants de Harvard s’engagent dans une tâche assez banale : retenir 40 phrases anodines, du type « L’oeil d’une autruche est plus gros que son cerveau ». Dans une étude publiée en 2011 dans le magazine Science, celle-ci concluait que le cerveau des humains mémorise moins bien une information qu’il sait entreposée dans un ordinateur. « C’est une manière d’économiser de l’énergie », explique le professeur Alain Dagher, de l’Institut de neurologie de Montréal, qui s’intéresse aux impacts d’Internet sur le cerveau, notamment dans le cadre des dépendances au Web. Internet à double tranchant Avec Internet, des néo-cerveaux?

Pour quelles raisons j’autorise les élèves à utiliser en classe leur smartphone, ou iPod, ou éventuellement tablette L’apprentissage est en premier lieu un processus, un mouvement, une évolution. Rien n’est figé, immuable et définitif. Les interdictions sont incompatibles avec les progrès émergents grâce aux compétences. En début d’année, j’annonce aux élèves, toujours très surpris, que la salle dans laquelle ils se trouvent est une «salle-laboratoire» et que leur cahier est un «cahier-laboratoire» : ils vont émettre des hypothèses toute l’année, tâtonner, faire des erreurs et s’améliorer. Je leur annonce qu’ils sont autorisés à travailler en groupe ou avec leurs voisins. Je leur annonce encore qu’ils sont autorisés à se lever pour prendre et utiliser un dictionnaire ou un des nombreux manuels scolaires (de français, d’histoire-géographie, de biologie ou de physique) disponibles au centre de la classe. Je leur annonce également qu’ils peuvent discrètement et à tout moment manger un fruit ou boire de l’eau dès qu’ils en ressentent le besoin. un petit en-cas Savoir manger - etc Rapport Faure – Unesco J'aime :

Judith Cantin - courants et taxonomie La métacognition est un thème qui nous tient à coeur. De l’enseignement réflexif à l’apprentissage autonome en passant par la motivation de plus en plus autodéterminée, la métacognition un important rôle à jouer « devant et derrière le pupitre ». Nous vous présentons en cette année d’Après-cours 2011-2012, une série de capsules qui portent à une réflexion sur le rôle de la métacognition dans l’apprentissage. La première capsule vidéo traite de l’évolution des visions de l’apprentissage à travers les époques. Quelle est la transformation cognitive que je souhaite constater chez l’apprenant ? Source de l’image à la une: Par Nesbit (convertie par King of Hearts en SVG) document dérivéde de Chandres (BloomsCognitiveDomain.svg) [Domaine public], via Wikimedia Commons. À propos de Andrée Deschênes Conseillère pédagogique, Service régional du RECIT FGA en Gaspésie et aux Îles de la Madeleine.

BYOD : une bonne chose pour les CDI de l’école Faute de budget... Depuis plusieurs dizaines d’années, les collèges et les lycées en France sont dotés d’un CDI, un Centre de Documentation et d’Information. Sorte de bibliothèque évoluée destinée à accueillir les élèves lors de leur temps libre ou durant certaines activités spécifiques, on y retrouve des livres mais aussi assez souvent des ordinateurs. Faute de budget, le parc informatique des CDI des établissements est toutefois souvent faible. Une problématique qui peut être résolue désormais dès lors que de nombreux étudiants disposent d’un ordinateur portable ou d’une tablette tactile. Thomas Bréant, qui travaille dans un lycée en France, a publié récemment sur Ludovia son expérience de quasi deux ans de BYOD en CDI. Un bon réseau et des services adaptés Son conseil numéro un concerne tout d’abord le réseau. Son deuxième conseil concerne l’offre de services et de contenus. Entre confiance et égalité sociale Son troisième conseil concerne l’égalité entre les élèves et les professeurs.

AQUOPS 2013 – Répondre aux réels besoins d’un élève du 21e siècle Du 26 au 28 mars 2013 se tenait à Québec le colloque annuel de l’AQUOPS. Infobourg y était et partage quelques faits saillants. Aujourd’hui, retour sur la conférence L’école de demain : le virage nécessaire pour répondre aux réels besoins d’un élève du 21e siècle. La très courue conférence de Nancy Brousseau, coordonnatrice des services à l’enseignement de la Fédération des établissements d’enseignement privé du Québec (FÉEP), intitulée L’école de demain : le virage nécessaire pour répondre aux réels besoins d’un élève du 21e siècle, a rassemblé une centaine de personnes (estimation) le mercredi en après-midi. Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, l’école était l’endroit où trouver le savoir. Mme Brousseau fait une synthèse des courants forts au niveau de l’utilisation des TIC. Mme Brousseau met en garde tous les établissements qui s’apprêtent à investir en technologie : « le modèle 1 pour 1 est incontournable, et particulièrement avec des appareils mobiles ». Vous y étiez?

Pourquoi utiliser les "BYOD" dans une classe ? 8 Shares Share Tweet Email L’idée est intéressante, mais est-ce aussi facile qu’on le dit ? Selon plusieurs études récentes, l’utilisation d’un outil précis dans une salle de classe présente déjà des difficultés de gestion au quotidien. Pourtant, certains établissements scolaires (Outre-Atlantique) ont fait le choix du BYOD. À titre d’exemple, le Peel District School Board, en Ontario, propose depuis 2013 aux élèves d’utiliser leur propre appareil. Afin d’intégrer au mieux le projet BYOD dans les écoles, le conseil scolaire a même mis en place des outils pour aider les parents et les élèves. Une vidéo explicative, un guide pour les parents, un code de conduite numérique et un ensemble de ressources pour les parents viennent ainsi aider l’intégration dans les classes. Par ailleurs, force est de constater que le BYOD demande à l’enseignant de redéfinir son rôle et de réfléchir sur la façon d’appréhender cette nouveauté. Les avantages Les inconvénients lu : 9673 fois

LE CONSTRUCTIVISME Le constructivisme a pris son essor en réaction au behaviorisme qui limitait trop l'apprentissage à l'association stimulus-réponse. L'approche constructiviste de l'apprentissage met l'accent sur l'activité du sujet pour appréhender les phénomènes. La compréhension s'élabore à partir des représentations que le sujet a déjà. Aussi, dans cette perspective, les auteurs parlent de restructuration des informations en regard des réseaux de concepts particuliers à chaque personne. Voir Lasnier (2000) : p.9 Piaget (1896-1980), en réaction aux associationnistes, a développé une théorie du développement de l'intelligence où il a placé le sujet au coeur du processus; il en a fait l'acteur principal. En outre, Piaget (1974) suppose différents niveaux de prise de conscience de la démarche cognitive que le sujet-apprenant mène ou a menée. Piaget a également parlé d'abstraction réfléchissante. Voir Dubé (1990) pp.203-210, Goupil et Lusignan : pp.50-52 Voir Goupil et Lusignan (1993) pp.52-54 Minier (2000)

L’appareil numérique en salle de classe : je dis OUI ! Pourquoi restreindre la perception du numérique en classe par ceci : (Caricature par Ygreck) Alors qu’on peut/doit viser ceci : Avec chaque rentrée scolaire, c’est l’occasion de voir un certain traitement médiatique des sujets reliés à l’éducation; cette année ne fait pas exception (ici, ici et ici, en petit échantillon) et trop souvent, le ton est moins reluisant de ce qu’il pourrait être… La semaine dernière, quelques interventions sur le sujet de la place des appareils mobiles en classe; ce sondage des directions d’écoles où une majorité y voient une place, la réaction de Mario Asselin, chroniqueur en éducation, et celle du ministre de l’Éducation du Québec. Le procès des TIC en classe perdure, même après un sixième (1/6) du XXIe siècle (presque) écoulé. À mon avis, la question du mobile en classe sous-tend une autre question, plus profonde, plus fondamentale, celle qui n’arrive pas encore à remonter à la surface pour un réel débat de société sur l’école : Z’en voulez-d’autres ? J'aime :

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser Entretien croisé avec Philippe Meirieu, pédagogue et essayiste et Marcel Gauchet, historien et philosophe. Dans quelle mesure l'évolution de nos sociétés ébranle-t-elle les conditions de possibilité de l'entreprise éducative ? Marcel Gauchet : Nous sommes en proie à une erreur de diagnostic : on demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés, et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas... Quelles sont ces transformations collectives qui aujourd'hui posent à la tâche éducative des défis entièrement nouveaux ? Ils concernent au moins quatre fronts : les rapports entre la famille et l'école, le sens des savoirs, le statut de l'autorité, la place de l'école dans la société. A priori, famille et école ont la même visée d'élever les enfants : la famille éduque, l'école instruit, disait-on jadis. Aujourd'hui, la famille tend à se défausser sur l'école, censée à la fois éduquer et instruire. P. M. M. P. P. M. P.

Bruno Vergnes : Eduquer à l’image la génération mobile Selon les sociologues, la jeune génération serait moins celle de l’ordinateur que celle du smartphone : l’Ecole ne doit-elle pas alors prendre en compte les appétences de la génération mobile pour développer en elle de réelles compétences ? C’est l’ambition de Bruno Vergnes, professeur de français dans les Pyrénées-Atlantiques : avec leurs téléphones mobiles, ses collégiens ont pris des photographies respectant des consignes esthétiques précises ; ils les ont publiées, échangées, commentées sur Instagram, célèbre réseau social de partage d’images. Le projet relie l’Histoire des arts et l’Education aux médias et à l’information. Il démontre remarquablement combien des outils que l’Ecole tend à diaboliser peuvent aider les élèves à mieux regarder et habiter le monde. Vous avez choisi d'utiliser le réseau Instagram à des fins pédagogiques : pourquoi avoir choisi ce réseau en particulier ? Le choix de ce réseau de partage d’images a été assez rapide. Cette expérience m’a appris deux choses.

Related: