background preloader

La nouvelle écologie du temps

La nouvelle écologie du temps
Related:  Temps et Crise

Une autre science est possible. Une autre science est nécessaire [...] une lutte pour que nulle position ne puisse définir comme légitime la mise sous silence d’autres, qui sont censés ne pas compter Enseignante à l’université libre de Bruxelles, la philosophe des sciences Isabelle Stengers dénonce la sorcellerie capitaliste et invite à croire dans la force d’un collectif puissant et multiple. Isabelle Stengers a d’abord suivi une formation scientifique. Les travaux de cette physico-chimiste ont porté sur le temps et l’irréversibilité. Dans Au temps des catastrophes, vous dites qu’une autre histoire a commencé. Isabelle Stengers. Vous parlez d’une « Nouvelle-Orléans à l’échelle planétaire »… Isabelle Stengers. Votre propos est sous-titré « Résister à la barbarie qui vient » en référence à l’alternative de Rosa Luxemburg : « Socialisme ou barbarie ». Isabelle Stengers. Selon vous, « l’emprise du capitalisme » s’établit à partir d’« alternatives infernales » ? Isabelle Stengers. Isabelle Stengers. Isabelle Stengers. Isabelle Stengers. Isabelle Stengers.

Comment la France pourrait diviser par quatre ses émissions d'ici à 2050 Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric La France peut atteindre le fameux "Facteur 4", c'est-à-dire diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2050 par rapport au niveau de 1990. Des efforts essentiellement portés sur les logements et les transports permettraient en effet de réduire la consommation d'énergie de 20 % d'ici à 2030 et de près de 50 % en 2050. En vue du débat sur la transition énergétique qui va s'ouvrir vers la mi-novembre à la demande du gouvernement, l'agence publique a bâti deux scénarios énergétiques et climatiques pour 2030 et 2050. Les projections ont été réalisées en se fondant sur les données démographiques de l'Insee (68,5 millions d'habitants en 2030 et 74 millions en 2050), les chiffres de l'Agence internationale de l'énergie pour les prix du pétrole, du gaz et du charbon et ceux du Conseil d'analyse stratégique pour la croissance du PIB (1,8 % par an en moyenne sur l'ensemble de la période).

La technique est-elle responsable de l’accélération du monde Le sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa a été remarqué en France depuis la traduction en 2010 d’Accélération : une critique sociale du temps, complété depuis par une synthèse et mise à jour de ce livre dans Accélération et aliénation… Pour Hartmut Rosa, le temps a longtemps été négligé dans les analyses des sciences sociales sur la modernité au profit des processus de rationalisation ou d’individualisation. Pourtant, selon lui, l’accélération est la caractéristique de la société moderne. « Mon livre explique que l’essence et la nature de la modernité reposent sur l’accélération », attaque Hartmut Rosa. Pour lui, notre monde contemporain repose sur son dynamisme, qui n’a d’autre but que de mettre en mouvement le monde matériel, social et idéel. Pour comprendre ce qu’est l’accélération du monde, il faut comprendre ce que signifie la lenteur, estime Rosa. « Le rêve de la modernité c’est que la technique nous permette d’acquérir la richesse temporelle. Comment expliquer cela ?

L'écologie, cible favorite des lobbies économiques Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric En accusant le gouvernement d'avoir cédé à des pressions des lobbies économiques, jeudi 4 juillet, l'ex-ministre de l'écologie Delphine Batho a remis sur le devant de la scène les rapports de force intenses à l'œuvre sur les dossiers environnementaux stratégiques et polémiques. Dans ces domaines, l'influence des industriels n'est pas nouvelle, allant même jusqu'à entraîner l'abandon de projets promus par des responsables politiques. En voici quelques exemples. Nicole Bricq et le pétrole de Shell C'est le cas le plus récent et le plus évident d'influence des lobbies économiques sur des ministres de l'environnement. En cause : sa volonté de réformer le code minier – qui définit ce qu'est une mine et les conditions de son exploitation – et de réviser les permis en cours, afin d'obtenir davantage de garanties environnementales et un partage de la rente différent avec les compagnies pétrolières. L'accord électoral Verts-PS et le MOX

Accélération du temps, crise du futur, crise de la politique 1On parle beaucoup, aujourd’hui, de ce que l’on appelle la « crise de la politique » – une expression qui rassemble une constellation de processus dont le résultat final est la disparition de la politique en tant que forme de gouvernement du changement. À la base de cette crise, il y a l’hégémonie de la logique du marché dans la vie sociale, une dominance qui privatise les questions concernant l’existence des individus : en transformant les citoyens en consommateurs et en érodant l’espace de rencontre et de confrontation entre le public et le privé qu’est l’agora. La distance grandissante que nous ressentons aujourd’hui entre la citoyenneté responsable et la politique peut être considérée comme une des conséquences collatérales de ce processus. La séparation de la dimension politique de la vie quotidienne en représente, à son tour, une expression éclatante. 6Nous proposons enfin une lecture de la relation entre le temps et la politique, dans une perspective de genre.

L'économie écologique déploie ses propositions L'économiste de l'environnement Robert Costanza propose une réorientation de l'économie sur de nouvelles valeurs : intégration aux limites de la nature, prise en compte du pic des ressources, mise en avant du bien-être plutôt que de la croissance. "Le monde est un système adaptatif complexe non linéaire, avec des seuils, des points de bascule et des surprises" : par cette ouverture d'un colloque co-organisé par l'Iddri le 25 avril à Paris, l'économiste américain Robert Costanza, enseignant-chercheur à l'institut pour des solutions durables de l'université de Portland (Oregon), brosse le constat d'une planète malmenée par les activités humaines, qui s'aventure dans un état d'instabilité inconnue. En cause : la croissance. Robert Costanza est l'un des pionniers de l'économie écologique. Valoriser le capital naturel Dépasser l'économie de croissance Substituer le bien-être à la croissance est une des pistes explorées par l'équipe de Costanza. Instaurer un secteur des biens communs

« Nous franchissons le mur du temps » Thierry GaudinChiclayo (Pérou), 2012, cliché DL Entretien avec Thierry Gaudin, 1er février 2013 Pour le prospectiviste Thierry Gaudin, nous vivons une révolution cognitive. Nous sommes en train de franchir « le mur du temps ». La course à la puissance, fondée sur des mythes hollywoodiens, précipite les crises au lieu de les résoudre. Dominique Lacroix : L’Université de la Singularité est en train de recruter sa troisième promotion, 80 étudiants-entrepreneurs qui, pendant 10 semaines cet été en Californie, étudieront la civilisation censée advenir à partir de la « singularité », vers 2045, moment, imaginé par extrapolation, où l’on saurait produire « un supercalculateur plus intelligent qu’un humain ». Évolution de la puissance de calcul. Cette initiative de Raymond Kurzweil, héraut du transhumanisme, a pour principaux sponsors Google et la Nasa. Thierry Gaudin : La démarche des transhumanistes consiste à prêter à la technique des vertus mythiques.

Europe USA un accord à risque ! L’Europe s’engage dans une négociation à haut risque, dans laquelle un certain nombre de lignes jaunes - touchant aux «préférences collectives» des Européens, en matière de santé, de droit du travail ou d’environnement - pourraient être menacées. Bœuf aux hormones et OGM à gogo ? Aujourd’hui, l’Europe ne consomme pas de bœuf aux hormones. Et bon nombre de pays ont adopté un moratoire sur la culture des OGM. C’est notamment le cas de la France. L’interdit fixé par la France (Libération du 13 juin) va-t-il tenir ? La difficulté avec un tel mandat donné à la Commission, c’est qu’en matière de garde-fous, comme sur les normes sanitaires, il n’y a que des principes généraux. Problème supplémentaire, la Commission a toujours été opposée à des restrictions sur les OGM. Des services publics en péril ? Tous les services ou presque sont dans le champ du mandat de la Commission, avec l’idée de les libéraliser. Les firmes à l’assaut des Etats ? Encore un souci en perspective. Catherine MAUSSION

Related: