background preloader

L’opération « Plomb durci »: La guerre israélienne est financée par l’Arabie saoudite

L’opération « Plomb durci »: La guerre israélienne est financée par l’Arabie saoudite
Depuis le samedi 27 décembre 2008, à 11h30 (heure locale), les forces armées israéliennes ont lancé une offensive contre la bande de Gaza, d’abord aérienne, puis aussi terrestre à partir du 3 janvier 2009, 18h30 (heure locale). Les autorités israéliennes déclarent viser exclusivement des sites du Hamas et prendre le maximum de précautions pour épargner les vies des civils. Dans la pratique, viser « des sites du Hamas » signifie détruire non pas seulement les sites de ce parti politique, mais aussi les logements de ses cadres et, surtout, tous les bâtiments officiels. En d’autres termes, l’opération actuelle vise à anéantir toute forme d’administration dans la bande de Gaza. Le général Dan Harel, chef d’état-major adjoint, a précisé : « Cette opération est différente des précédentes. Nous avons mis la barre très haut et nous allons dans cette direction. Les autorités israéliennes affirment agir en légitime défense. Or, le Hamas n’a pas rompu de trêve. Revenons-en au théâtre d’opération. Related:  la privatisation de la guerre et de la violenceuneseulenationarabeArabie saoudite

Scandale en Arabie saoudite: la sécurité du Hajj assurée par une société israélienne On aura tout vu… Le quotidien libanais Al-Akhbar vient de révéler que la sécurité du pèlerinage à La Mecque – le Hajj - est assurée depuis 2010 par la filiale d’une société israélienne de sécurité: Al-Majal G4S, dirigée par un certain Khaled Baghdadi *. Le cheikh Ekrima Sabri, président duConseil islamique suprême de Jérusalem et imam de la mosquée Al-Aqsa a confirmé que cette société intervient dans les territoires occupés et a déclaré : « Ceux qui aident l’occupation sont responsables ou complices de ses crimes ». En effet, G4S fournit non seulement des équipements de sécurité aux colons, mais participe aux interrogatoires musclés de détenus palestiniens dans plusieurs prisons israéliennes. Sur le papier, Al-Majal G4S appartient à une compagnie brito-danoise. Il n’empêche qu’en Israël, G4S cite d’autres activités en Arabie à Djeddah lors du transfert des pèlerins vers La Mecque. *Saudi Hires Occupation-Friendly Company for Hajj Security, par Orouba Othman (Al-Akhbar – 7/10/13)

(2) La pieuvre évangéliste instrumentalise le sionisme ! C’est une contradiction : les Nord-Américains qui appuient plus l’idée d’un seul Israël "avec Judée et Samarie" -c’est-à-dire, territoires palestiniens inclus- sont des politiques et prédicateurs évangéliques, méthodistes, presbitériens, adventistes et autres variantes chrétiennes qui ont gagné un poids politique considérable avec W. Bush au gouvernement. Cette croyance a engendré des phénomènes curieux aux Etats-Unis.Le fondamentalisme évangéliste en général et celui qui pourrait se nommer christianisme sioniste en particulier ont des liens étroits avec la droite fondamentaliste d’Israël. Son influence sur la politique américaine au Moyen-Orient est notoire et visible à la Maison Blanche et au Congrès.Elliot Abrams, alors directeur du Conseil de Sécurité National pour le Proche-Orient, a reçu en mars 2004 des dirigeants du Congrès Apostolique mécontents de la décision de W. Bush de favoriser l’éradication d’installations israéliennes dans le territoire palestinien de Gaza. Yakov Rabkin

Anne-Marie Delcambre, L'islam d'Arabie : le wahhabisme Le succès du wahhabisme, né au XVIIIe siècle dans le Nedj en Arabie centrale, est étroitement lié à son adoption, dés 1744, par la famille des Sa'ud, fondatrice en 1932 du « royaume d'Arabie Saoudite » dont il devient alors la doctrine officielle. Interdisant la pratique d'autres religions, le wahhabisme se distingue par son fondamentalisme. Anne-Marie Delcambre, docteur d'État en droit, docteur en civilisation islamique, professeur d'arabe et islamologue, nous explique la nature de cette idéologie et la manière dont elle régit, encore de nos jours, le système politique, social, économique et judiciaire de l'État saoudien. Origines et naissance du wahhabisme Tout changea pour le hanbalisme au XVIIIe siècle, avec Muhammad ibn Abd al-Wahhâb, un Arabe de la tribu des Tamim, originaire du Nejd, le cœur de l'Arabie désertique. Cependant, la rencontre décisive est celle qui allait avoir lieu dans la ville de Dariyya, avec un seigneur du désert, Muhammad ibn Sa'ud – Saoud – en 1744.

Un rapport montre que l'opposition syrienne, appuyée par les États-Unis est responsable d'atrocités sectaires Un rapport de Human Rights Watch (HRW) publié hier révèle les massacres sectaires de centaines de civils par les forces de l'opposition sunnite, soutenues par les Etats-Unis, au cours d'une offensive, au début du mois d'août, dans la région à majorité alaouite autour de la ville côtière de Lattaquié. En se fondant sur des preuves photographiques abondantes et des entretiens avec les survivants, Human Rights Watch a montré qu'au moins 190 civils alaouites avaient été massacrés et 200 pris en otage par les forces de l'opposition. Parmi les morts on compte au moins 57 femmes, 18 enfants et 14 hommes âgés. Le directeur de HRW pour le Moyen-Orient, Joe Stork, a déclaré que les massacres n'étaient "pas des actions menées par des combattants voyous... Ces événements sont une mise en accusation de Washington et de ses alliés européens, mais aussi des médias, qui ont tous soutenu les milices d'opposition liées à Al-Qaïda en Syrie.

La Syrie en proie aux mercenaires de l’islam radical, arme de guerre du cosmopolitisme mondialiste Avant propos de Lee Trusk, analyste en géostratégie. « La presse s’en va-t-en guerre, mironton, mironton, mirontaine, ... ». À l’heure où ces lignes s’écrivent, la Syrie sera bientôt sous le feu des missiles de croisière, du moins le croit-on. Mais que peut-il bien y avoir derrière ces « rebelles syriens », mais aussi derrière ces « résistants libyens », et aussi ces « démocrates » égyptiens, tunisiens et d’ailleurs... pour lesquels les plus puissants gouvernements occidentaux, soudain saisis de l’étrange prurit de l’indignation vertueuse, se ruent à la guerre « ruerunt ab bello » ? « Le wahhabisme », répond d’emblée et sans ambiguïté J.M. À quelques encablures donc des frappes contre la Syrie, jamais ouvrage ne fut plus opportun car à toutes ces questions comme à d’autres, il répond dans une forme bien à lui, dense et érudite. C’est pourquoi lire « Les Égarés » s’impose, et critiquer seulement ensuite. Il convient d’abord de fixer certaines idées. Or que nous dit cette pensée conforme ?

Dangereuse montée aux extrêmes au Moyen-Orient En confiant depuis juin dernier la conduite de la guerre en Syrie à l'Arabie Saoudite - en remplacement du Qatar, viré pour incompétence - , le Bloc occidental a aussi opté pour la surenchère sanglante. Massacres dans les villages alaouites autour de Lattaquié ; vraie-fausse attaque chimique pour tenter de justifier l'intervention du Bloc au moment où ses mercenaires s'essoufflent : l'accélération est phénoménale.Mais elle déborde désormais sur le Liban voisin. Après l'attentat perpétré dans la banlieue chiite de Beyrouth il y a une semaine, une nouvelle attaque a frappé hier les sunnites à Tripoli, dans le nord du pays. La stratégie est cousue de fil blanc. Il s'agit de précipiter le Pays du Cèdre dans une nouvelle guerre confessionnelle pour «fixer» le Hezbollah, soutien de Damas. La sanglante empreinte des Saoud en Syrie... Le Bloc atlantiste semble avoir joué sa dernière carte en confiant la gestion de la guerre en Syrie à la Maison des Saoud. ...et au Liban désormais

La guerre, vécue comme un jeu vidéo Non-débat à l'Assemblée Nationale 9 janvier 2012 Plus bas, un dossier sur la guerre avec des drones Je suis assailli de messages de lecteurs, me demandant de parler de ceci, de cela. Là, il y a urgence, car notre avenir est entre les mains de fous complets. Le 17 novembre 2011 s'est tenu à l'Assemblée Nationale un audit, piloté par deux pro nucléaire patentés : les députés Christian Bataille (Nord-Calvados, socialiste, 65 ans) et Bruno Sido (Sénateur UMP, de Haute Marne, 60 ans, ancien ingénieur agronome vice-président de l'Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technique) . On peut se demander pourquoi je précise les noms de ces gens. Au cours de cette journée (où le député Yves Cochet a été le seul "contestataire", qui a émis pendant 10 minutes quelques protestations vis à vis des projets envisagés. 300.000 tonnes d'uranium "appauvri", issu des opérations d'enrichissement depuis le début du nucléaire en France L'EPR et son récupérateur de corium, en jaune Tout y est. a

Ebooks libres et gratuits

Related: