background preloader

Quelle école pour demain ?

Quelle école pour demain ?
Les innovations pédagogiques Depuis quelques années, l’école a mis en place plusieurs innovations pédagogiques qui valorisent davantage la place et le rôle de l’élève. Tout d’abord le conseil d’élèves. Comme le Conseil des ministres, il a lieu une fois par semaine et aborde les questions du quotidien de la classe, permet de formuler des projets et de gérer les conflits. Sous la responsabilité du professeur, le conseil aide la classe à structurer les relations dans le respect de chacun et la recherche du bien commun. Les élèves le tiennent eux-mêmes avec un président de séance et des secrétaires. De même au lycée, il existe désormais des modules d’une ou deux heures consacrés à l’accompagnement personnalisé (AP) des élèves. Les innovations technologiques L’école de demain est aussi une école qui a commencé à se doter de nouveaux outils techniques. L’école de demain sera-t-elle plus juste ? Paroles de profs Marc*, professeur dans un collège des Hauts-de-Seine *Les prénoms ont été modifiés.

Décrochage scolaire, de quoi parle-t-on ? Par Françoise Solliec Depuis quelques années, la problématique du décrochage scolaire mobilise la scène de l’éducation nationale. Comment identifier les décrocheurs ? L’école est-elle responsable de ces échecs ? Comment prévenir le décrochage ? Dans le foisonnement des analyses, des initiatives et des acteurs, nous tentons ici de tracer quelques pistes. Quelques documents pour s’y retrouver Depuis plusieurs décennies, le nombre de jeunes de plus de 16 ans quittant le système scolaire sans qualification (ni CAP, ni BEP, ni baccalauréat), interpelle chercheurs et pouvoirs publics. « Maintenant que l'insertion professionnelle et sociale se trouve largement indexée sur le diplôme que l'on possède, sur le fait d'avoir en quelque sorte ce brevet de normalité sociale que constitue le long passage par l'école, celui que ne passe pas par l'école, qui n'y réussit pas qui n'a pas de diplôme, a toute chance de se retrouver dans une grande difficulté. L'entretien La revue Foéven n°162, décembre 2011

D’ici 5 ans, quelles technologies s’imposeront à l’éducation ? — blog.econocom Impression 3D, laboratoire virtuel et vêtement connecté seront bientôt de nouveaux outils pour l’éducation, prédisent les experts. BYOD et Cloud à court terme Au sein du NMC (New Media Consortium), des experts internationaux regroupant enseignants et chercheurs ont identifié les nouvelles technologies – et leurs atouts – qui seront adoptées par les professionnels de l’enseignement à court, moyen et long terme dans le secondaire. Cette communauté d’experts compte pour l’année en cours et à venir sur une généralisation progressive de technologies déjà en place mais pas encore massivement déployées : Le BYOD avec pour avantage d’offrir aux élèves des outils avec lesquels ils sont familiers, qu’ils peuvent utiliser dans leur vie privée et scolaire. L’analytique et l’enseignement personnalisé dans 3 ans À moyen terme, les experts du NMC envisagent l’adoption massive de 4 technologies : Learning Analytic ©Open College Impression 3D, réalité augmentée et Internet des objets d’ici 2018

Décrochage : C. Blaya : "Il n’existe pas un seul type de décrocheur" Tout a-t-il été essayé en terme de décrochage ? "La responsabilité du décrochage scolaire est souvent attribuée à des problèmes de déficience parentale. Parfois également elle se naturalise dans un vision du jeune paresseux... A-t-on une idée de l’importance de l’absentéisme et du décrochage ? L’institution scolaire sait mieux recenser l’absentéisme lourd ou chronique que l’absentéisme occasionnel. L’importance du décrochage scolaire est dépendante de la définition du phénomène et son évaluation varie selon les indicateurs utilisés: s’intéresse-t-on au décrochage à 16 ans comme le fait le ministère de l’Education nationale ou s’intéresse-t-on au décrochage plus tard, vers 20-25 ans comme le font les chercheurs du Céreq ? On a l'impression que l'opinion publique est un peu lasse des efforts vers la partie la plus faible de sa population. Le décrochage est plus qu’un problème de l’école ou le problème de jeunes en difficulté, c’est un problème de société. Catherine Blaya

Ken Robinson : "La révolution éducative viendra par la base" - Actu sur Educpros Sir Ken Robinson à Paris : l'innovation en débat à l'occasion du Salon des grandes écoles Sir Ken Robinson compte aujourd’hui parmi les experts de l’éducation les plus influents sur la scène internationale. Spécialiste de la créativité et de l’innovation, cet universitaire anglais aujourd’hui installé aux États-Unis a accompagné les réformes éducatives de plusieurs gouvernements à travers le monde. A l'occasion du Salon des grandes écoles de Paris, il sera l'invité d'EducPros le 12 décembre 2013, deux mois après la parution en France de son livre L'Élément : succès de librairie, traduit en vingt-deux langues et cosigné par Lou Aronica, ce livre est un véritable plaidoyer pour une école qui aiderait chacun à trouver la "clef du bonheur". Entretien. Le secret de la réussite, dites-vous, consiste à faire converger "ce que nous adorons faire" et "ce pour quoi nous sommes doués". L'“Élément” est le point de convergence du talent et de la passion. Selon moi ? Bien sûr que non.

Décrochage scolaire : Peillon présente son plan de lutte Vincent Peillon, ministre de l'Education natio­nale, a pré­senté mardi matin sur RTL les prin­ci­pales mesures de son plan de lutte contre le décro­chage sco­laire. Actuellement, sur les 140 000 décro­cheurs iden­ti­fiés, "nous sommes capables d'en rac­cro­cher 9 500", a-t-il indi­qué. L'objectif du ministre pour 2013 est de par­ve­nir à 20 000 jeunes "raccrochés". Des décro­cheurs clai­re­ment identifiés "Le gou­ver­ne­ment pré­cé­dent — je lui rends hom­mage — a mis en place des plates-formes qui per­mettent d'identifier les décro­cheurs", a déclaré Vincent Peillon. Le ministre va "tra­vailler avec tous les acteurs de la lutte contre le décro­chage — les régions, les plates-formes, les mis­sions locales, les pro­fes­seurs — pour mettre en place des pro­po­si­tions sur-mesure" pour rat­tra­per les jeunes sor­tis du sys­tème sco­laire sans diplôme, alors qu'"il y a des places vacantes dans les lycées pro­fes­sion­nels" et "des entre­prises qui n'arrivent pas à recruter".

De l’utopie de la négation du corps au geste tactile, un pas vers l’école du futur Une réflexion consécutive à une question que l’on m’a posée : comment imaginez vous l’école de demain ? Je ne suis pas encore sûr que mon propos soit d’une grande rigueur, prenez ce billet comme un bloc note extime élaboré en assemblant des idées éparses. Veuillez m’excusez par avance. Depuis quelques temps nous cherchons à imaginer ce que sera l’école dans 20, 30 ou 50 ans. Alors même que nous sommes entrés dans la société de la connaissance, que l’immatériel est un enjeux fort, qu’il est reconnu par l’Unesco. Les projets et les équipes qui se penchent sur la question sont nombreuses, on peut citer pêle même et sans préoccupation de priorité : la 27ème Région a de son côté largement commencé à border les champs en se posant des questions de type "Comment innoverons nous demain ?" … Dès 2005, Alain Milon dans son ouvrage intitulé "La réalité virtuelle : Avec ou sans le corps ?" Il me semble que l’enseignement et l’apprentissage doivent aussi questionner le corps. Like this:

La lutte contre le décrochage scolaire En vidéo : La lutte contre le décrochage scolaireLutte contre le décrochage scolaire : témoignages Toutes les vidéos sur le décrochage scolaire Vaincre le décrochage : un enjeu de cohésion sociale La lutte contre le décrochage constitue un enjeu majeur humain, social et économique. Les jeunes sans diplôme se trouvent plus souvent au chômage, notamment de longue durée, occupent plus souvent des emplois précaires et présentent un état de santé dégradé. Du point de vue économique, le décrochage génère des coûts importants pour la société. Les pays qui ont réussi à réduire significativement le décrochage en ont fait une cause nationale, un enjeu du vivre-ensemble.Le décrochage scolaire n’est pas un phénomène uniforme et homogène. Le décrochage n’est pas une fatalité. [Infographie] Année scolaire 2017-2018 : des solutions concrètes pour vaincre le décrochage Les chiffres du décrochage Une politique ambitieuse qui se déploie sur tous les territoires Prévenir Actions déjà réalisées Nouvelles étapes

For Back to School, Reimagine Classroom Design Teaching Strategies Lenny Gonzales By Therese Jilek As the school year begins, most classrooms across the country will mirror traditional class design: rows of desks with passive children sitting quietly listening to a teacher in the front of the class. But not at Hartland-Lakeside. Across the Hartland-Lakeside school district in Hartland, Wisconsin, teachers have transformed their Industrial Age classrooms into innovative, state-of-the-art learning spaces. The innovative spaces were a product of teachers changing how they taught and viewed student learning. Teachers realized that they needed to do more than rearrange the room; they needed to start over. As teachers transformed their roles into facilitators of learning, they found that standing in front of the classroom or lecturing was no longer prudent. Students and teachers work together throughout the day in many different ways. This change also reflects the increased use of mobile technology to personalize learning. Therese Jilek

Related: