background preloader

Petit guide pour une pédagogiqe cognitiviste

Petit guide pour une pédagogiqe cognitiviste
Rédigé en juin 2010 dans le cadre du cours de 2e cycle «Sciences Cognitives» à la TELUQ, ce petit guide de la pédagogie cognitiviste se veut un support aux enseignants de langue seconde et de toutes autres matières. Table des matières 1. Introduction 2. 3. 4. 5. Bibliographie Ce document s’adresse au large spectre des enseignantes et enseignants, mais plus spécifiquement aux enseignants du français langue seconde. La forme retenue pour ce document n’est pas comparable aux travaux typiques universitaires. Ce guide fera une distinction entre deux antagonistes de l’éducation, le béhaviorisme et le cognitivisme. Bonne lecture! 1. En 2006, j’ai enseigné en Colombie-Britannique pour l’école de langue de l’Université de Victoria pendant la période estivale. Un des indicateurs de réussite d’une technique d’enseignement est la maîtrise des notions chez les apprenants. C’est à cette époque de ma carrière que j’ai pris pleinement conscience de l’importance des techniques d’enseignement utilisées. 2.

Bref résumé des théories psychologiques de l’apprentissage | Les bases en pédagogie Les approches et pédagogies reposent toutes sur des théories psychologiques de l’apprentissage dont vous trouverez ci-dessous un bref rappel. Approche horizontale et verticale Le cours magistral appartient à la famille des pédagogies verticales, et c’est ce qu’on lui reproche à l’époque du vivre ensemble et de l’intelligence collective. L’information circule verticalement, de l’instructeur (enseignant, formateur, coach…) à l’apprenant. Dans la pratique, les formateurs et enseignants font souvent appel à de l’horizontalité et de la verticalité au cours de la même séance, ce qui interroge sur la pertinence de ce classement, essentiellement théorétique (= qui vise uniquement la connaissance) et sur la validité écologique (= ce qui se passe réellement dans le monde complexe dans lequel nous évoluons) de certaines études scientifiques. L’introspection Le behaviorisme A la psychologie (et philosophie) de l’introspection, a succédé le behaviorisme. Et devinez quoi ? Le cognitivisme Pour terminer

Constructivisme ou enseignement explicite L’enseignement explicite est parfois présenté en opposition aux théories constructivistes et socioconstructivistes. Cet article présente les liens qui existent entre ces conceptions pédagogiques et didactiques, pour dépasser une opposition stérile et tenter une appréhension globale de l’acte d’enseigner. L’enseignement explicite [1], ou enseignement efficace, trouve ses théoriciens chez Clermont Gautier, Steve Bissonnette et Mario Richard [2]. Ils s’appuient sur des recherches comme le projet Follow Through [3]. Cette démarche correspond à des « méga-analyses » (c’est-à-dire des compilations de méta-analyses) de recherches en sciences humaines de par le monde, dans le but d’augmenter la force de la preuve par des échantillons de plus en plus grands. Ces études font apparaitre une forte prépondérance de « l’effet-maitre » sur la réussite des élèves. Et le constructivisme ? Qu’entendons-nous par constructivisme ? Il ne suffit pas d’enseigner pour que les élèves apprennent

Pavlov et le conditionnement classique L’expérience d’Ivan Pavlov et de ses chiens est l’une des plus connues et notoires (pour ce qu’elle a supposé) de l’histoire de la psychologie. Grâce à cette petite découverte accidentelle, une théorie psychologique de l’apprentissage a vu le jour. Les études de Pavlov nous ont aidé à comprendre l’apprentissage associatif à travers le conditionnement classique. Le conditionnement classique consiste en l’association d’un stimulus initialement neutre avec un stimulus significatif. Par la suite, pour comprendre un peu mieux le conditionnement classique, nous allons nous concentrer sur deux aspects. L’expérience de Pavlov Ivan Pavlov, physiologiste russe, a étudié la salivation des chiens en présence de nourriture. La déduction effectuée par Pavlov fut que ses chiens, d’une certaine façon, avaient associé l’expérience à la présentation de la nourriture. L’expérience qui a démontré l’existence du conditionnement classique est l’association d’un son d’une clochette avec de la nourriture.

Théorie d'apprentissage - Nasr Elayech Service des formations Mon père, Tu m'as offert, le long de ta vie, le modèle idéal que je désirais atteindre. Ma mère, C'est grâce à ta sagesse que j'ai pu tracer mon chemin dans cette vie. Mes soeurs et mes frères, Merci pour vos encouragements et votre aide incontournable. Un grand merci a toutes mes familles qui ont contribué au bon déroulement de ce mémoire. C'est le moment où je devrais vous offrir le fruit de mon travail, signe d'amour et de respect. Mes meilleurs amis, Merci pour les harmonieuses conditions de travail que vous m'avez prodiguées. A eux tous, je souhaite un avenir plein de joie, de bonheur et de succès. Ce stage a été effectué au lycée secondaire ouled chamekh, Il entre dans le cadre des travaux de recherche pédagogique. Je tiens tout d'abord à exprimer ma reconnaissance, de la manière la plus vive, mon encadreur Monsieur le Professeur Mallek Rebei. Je remercie aussi Mr Mohamed Habib Kerkeni pour les conseils précieux qu'il m'a prodigués durant ces derniers années. 1. 2. 2.3.

Les théories de l’apprentissage : enseigner / apprendre (Pascal Ourghanlian) Enseigner, transmettre, construire Les théories de l’apprentissage : enseigner / apprendre Un texte de Pascal Ourghanlian Quatre modèles(1) de l’apprentissage sont habituellement proposés par les didacticiens, à la fois selon une entrée diachronique (ces modèles recouvrent une évolution historique) et une entrée synchronique (chacun de ces modèles reste d’actualité et fournit une grille d’analyse possible de telle ou telle séquence de classe) : les modèles de l’« outre à remplir », du « stimulus-réponse », de « l’architecte » et de « la boîte noire ». Des modèles soumis à rectification(2) Historiquement, c’est le modèle transmissif qui vient en premier. C’est à Skinner que l’on doit une première inflexion de ce modèle. Le courant de la pédagogie de la maîtrise, couramment pratiquée aujourd’hui, a repris à Skinner la structuration de l’apprentissage en fonction d’objectifs très fins, organisés de manière spiralaire (pré-test, enseignement, test d’étape, remédiation, test terminal). Notes

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit. Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, auteurs de La pédagogie positive, la définissent comme Le mouvement cérébral qui va nous permettre d’orienter notre action en fonction d’un objectif, d’un centre d’intérêt… Grâce à elle, nous captons, par nos cinq sens, les différentes informations en provenance soit de notre environnement, soit de notre ressenti émotionnel ou psychologique. Stanislas Dehaene ajoute que l’attention sert à sélectionner les informations, module massivement l’activité cérébrale et facilite l’apprentissage. Mais l’attention peut être sélective. Quelles conséquences pour l’enseignement ? 2. Stanislas Dehaene écrit : 3. 4.

Théories de l’apprentissage: behaviorisme, cognitivisme, socio-constructivisme Les schémas « L’intelligence est une adaptation » (Piaget, 1936): équilibrations entre assimilation et accommodation 2. « Expansive Learning » (Engeström, 2001): l‘apprentissage dans une communauté de travail Définition des principaux concepts On peut présenter au moins quatre grandes visions théoriques de l’apprentissage : apprendre c’est transmettre des savoirs, en renforçant des comportements (le béhaviorisme);apprendre c’est traiter de l’information, par les mécanismes mentaux internes constitutifs de la pensée et de l’action (le cognitivisme).apprendre c’est construire des images de la réalité dans des situations d’action (le constructivisme);apprendre c’est échanger du sens, dans des rapports sociaux (le socio-constructivisme). Les liens entre l’apprentissage et l’enseignement sont bien représentés sur cette carte conceptuelle. 1. 2. Voir alors les débats et même les fortes controverses: 3. En psychopédagogie, J. On peut trouver de nombreuses publications de J. 4. Pour C. Pour Y. Y. Y.

Related: