background preloader

Le fauvisme

Le fauvisme
La peinture fauve s’attache particulièrement au travail de la couleur. Les œuvres sont facilement reconnaissables par l’emploi sur de larges surfaces de couleurs aux teintes éclatantes. Les images figuratives tendent, par la simplification des formes, à une certaine ébauche d’abstraction. Le fauvisme apparaît en France à la même période que l’expressionnisme en Allemagne. Mais si l’expressionnisme allemand se caractérise par une atmosphère tourmentée, parfois violente, la forme d’expressivité du fauvisme est tout autre. Ce mouvement s’inscrit dans la continuité des recherches entamées par Cézanne à l’époque des impressionnistes. Cette notion est poussée encore un peu plus loin par Gauguin. Le terme « fauve » peut exprimer l’aspect nature, vif, spontané, presque sauvage de l’emploi de la couleur. Related:  CLIL Modern art

Accueil Nous allons redécouvrir sur deux pages l'oeuvre d’Henri MATISSE À partir De 100tableaux commentés La note ci-dessous vous présente un résumé de sa vie Henri Matisse est né le 31 décembre 1869 au Cateau-Cambresis dans le Nord. Son père Emile travaillait comme vendeur dans un magasin de textiles Il en conserva toute sa vie une grande connaissance des tissus Sa mère Héloïse était modiste dans le quartier de Passy Henri Matisse savait se montrer extrêmement attentif au choix des étoffes dont il se vêtait. Il a accompagné longtemps sa fille Marguerite chez les couturiers où elle se faisait faire ses robes pour donner son avis Pendant les années 1900-1903, financièrement difficiles, sa femme Amélie fut elle aussi modiste Les tissus, tapisseries, étoffes exercèrent une influence déterminante sur l’esthétique de Matisse Matisse créera le chapeau à plumes du tableau « Les plumes blanches » et les chasubles de sa chapelle du rosaire à Vence Le rayon « grains » connut un grand succès et l’épicerie disparut

Fauvisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Publié dans L'Illustration, 4 novembre 1905, Les Fauves : Exposition au Salon d'automne. Le fauvisme est un courant de peinture du début du XXe siècle. Dans un article Le Salon d'automne publié dans le Gil Blas le 17 octobre 1905, Louis Vauxcelles décrit le salon salle par salle. Le fauvisme est caractérisé par l'audace et la nouveauté de ses recherches chromatiques. Les sources et objectifs du fauvisme[modifier | modifier le code] Plusieurs influences communes peuvent être reconnues dans les œuvres de ses artistes. Les impressionnistes constituent la première source. Les couleurs cristallines impressionnistes sont également reprises, notamment par Manguin, dont la palette est dominée par des tons jaunes et orangés lumineux. C'est, de ce fait, une revanche forte des couleurs, des lumières et du plein air qui va éclater et qui va entrainer dans la peinture des bouleversements dont il est alors difficile de prévoir les conséquences. Die Brücke

Le fauvisme et ses influences sur l’art moderne André Derain, Les deux péniches, 1906 « L’orgie des tons purs » La « cage aux fauves » du Salon d’Automne, 1905 « Le fauvisme est venu du fait que nous nous placions tout à fait loin des couleurs d’imitation et qu’avec des couleurs pures nous obtenions des réactions plus fortes. » « La couleur surtout et peut être plus encore que le dessin est une libération. » Henri Matisse, Écrits et propos sur l’Art Régulièrement accrochés dans les premières salles du Musée national, les artistes fauves annoncent par la couleur la modernité et les bouleversements artistiques du début du XXe siècle. C’est en 1905 que nait le mouvement dont Henri Matisse est le précurseur et le plus important représentant. Les sources du fauvisme Paul Gauguin, Femmes de Tahiti, 1891 Huile sur toile, 69 x 91,5 cm Les Nabis, réunis autour de Paul Sérusier, ont semblé dans un premier temps porter la couleur à son paroxysme − comme dans le Talisman, 1888 (27 x 21 cm, collection musée d’Orsay)1, toile qui amorce le mouvement.

Les lumineuses "Promenades intérieures" de Matisse à Nice L'inimitable lumière du Sud, les paysages et les couleurs de la Provence ont inspiré dès le début du 19e siècle, les plus grands peintres. Van Gogh à Arles, Cézanne à Aix en Provence, Picasso à Antibes et Matisse à Nice. Matisse y séjourne dès la fin de l'année 1917 pour reconquérir son inspiration et s'installe de façon définitive en 1921. Fasciné par le vaste horizon bleu de la mer et la luminosité du ciel de Nice, le peintre va contempler et peindre la promenade des anglais sous de multiples facettes. Il travaillera dans l'univers feutré des chambres de l'hôtel Beau Rivage pour utiliser la lumière filtrée par les persiennes. Reportage : Mekoussia Bendjema - Richard De Silvestro - Pascale Pauron Si vous êtes à Nice cet été, ne manquez pour rien au monde cette exposition. Musée Matisse 164, avenue des Arènes de Cimiez 06000 Nice Tél. 04 93 81 08 08 L'inimitable lumière du Sud, les paysages et les couleurs de la Provence ont inspiré dès le début du 19e siècle, les plus grands peintres.

Portrait de madame Matisse à la raie verte Portrait de madame Matisse à la raie verte Henri Matisse , 1905 Huile sur toile 42,5 X 32,5 Statens Museum for Kunst, Copenhague De même, dans Madame Matisse au chapeau la provocation tient au massacre du visage, dernier tabou de la peinture. Mais la recherche formelle est plus importante encore, la couleur se substitue à la ligne pour marquer le volume, l'opposition entre les deux taches rouge et mauve, chaudes à gauche et le vert à droite suffisent pour exprimer la profondeur. Nul besoin non plus d'accessoire pour suggérer la profondeur comme dans la peinture classique de portrait.

Fauvisme Le fauvisme (ou les fauves) est un mouvement pictural né en France au début du XXe siècle. Les artistes de ce mouvement prônent l'utilisation de la couleur, et non du dessin comme il est d'usage dans l'art officiel. Le fauvisme est caractérisé par la systématisation de formes simplifiées, cloisonnées par des contours très marqués, et l'audace dans les recherches chromatiques. Le mouvement du fauvisme en France n'a duré que quelques années. Un contexte artistique propice[modifier | modifier le code] Publié dans L'Illustration, 4 novembre 1905, Les Fauves : Exposition au Salon d'automne. Les recherches autour de la couleur[modifier | modifier le code] La question de la couleur devient une problématique majeure durant la seconde moitié du xixe siècle. Ces réappropriations de la couleur sont facilitées par la publication de traités sur la couleur. La mise en place du marché de l'art[modifier | modifier le code] Une nouvelle génération d'artistes[modifier | modifier le code] Die Brücke Franz Marc

Milan expose la maternité dans l'art Frida Kahlo, Cindy Sherman, Louise Bourgeois, Niki de Saint-Phalle, etc. Sont présentes les plus grandes: Frida Kahlo, Cindy Sherman, Yoko Ono, Louise Bourgeois, Dora Maar, Lee Miller, Annette Messager, Niki de Saint-Phalle... mais également leurs confrères parmi les plus créatifs: Marx Ernst, Marcel Duchamp, Salvador Dali, Man Ray, Francis Picabia, Edvard Munch, Jeff Koons, Maurizio Cattelan... D'où une exposition très dense, presque encyclopédique, qui débute par une section consacrée aux idoles, matrones, Vénus et autres divinités préhistoriques, toutes ces images qui, dans chaque civilisation, des plus primitives aux plus évoluées, ont sacralisé l'image de la mère. La mère est certes perçue comme génitrice - elle est également l'image de la mère patrie - mais également comme nourricière: "la Grande Madre" se tient en parallèle de l'Exposition universelle voisine, qui explore depuis le 1er mai le thème de l'alimentation. Remise en cause des stéréotypes Remise en cause des stéréotypes

Peintres et Santé: Le style de van Gogh dans « La nuit étoilée » ou van Gogh peintre. Un des intérêts qui s’attache à la « La Nuit étoilée » de van Gogh est, qu’elle suscite plusieurs interprétations selon qu’elle est abordée selon que l’on envisage la peinture ou le peintre. D’un point de vue théorique mais aussi personnel, l’analyse de la toile d’un peintre pour être utile, doit se baser sur les connaissances que l’on a du style du peintre et de sa vie. La vie de van Gogh a été particulièrement chaotique et son style changeant au fur et à mesure de sa maturation artistique. Pour être en accord avec cette vision des choses l’interprétation de « La Nuit étoilée » connaissant le style de van Gogh s’il est identifiable sur la toile, devrait retrouver sa manière de peindre. Lorsque van Gogh était en Arles à la fin des années 1880, il lui arrivait fréquemment de partir la nuit muni de son attirail de peintre et surtout de son chapeau sur lequel il fixait des bougies. La Nuit étoilée 1889 Au troisième plan un beau ciel étoilé. Van Gogh peintre

Parcours de l'exposition Parmi les tendances primitivistes qui se font jour autour de 1945, en réaction aux horreurs du récent conflit mondial, il en est une qui fait appel à la fois aux arts populaires et aux productions marginales. Issu d'une famille modeste d'artisans, Gaston Chaissac est très informé de l'art de son temps mais se tient à l'écart de toute tendance artistique en accomplissant son œuvre dans une solitude presque totale. Ses premiers totems apparaissent en 1954, le plus souvent à partir de planches de bois récupérées d'une scierie voisine. Pierre Bettencourt découvre la création plastique en chassant, avec Dubuffet, le papillon qu'il considère comme « son premier maître à peindre, car il est un modèle de métamorphose ». Familier du surréalisme et du groupe CoBrA, Jean Raine se consacre, parallèlement à l'écriture, plus régulièrement à la peinture à partir de 1957 et exécute de grandes encres sur papier, son support de prédilection. En 1969, Bacon peint trois Étude(s) pour une corrida.

La desserte rouge - Matisse - Collège Alphonse Daudet à Istres S'authentifier Accueil du site Magazine des Arts La desserte rouge - Matisse Magazine des Arts La desserte rouge - Matisse mercredi 28 mars 2012, par La desserte rouge - Matisse Imprimerl'article Derniers articles pour « Magazine des Arts » : Collège Alphonse Daudet, 1 Avenue Radolfzell - 13800 Istres - Tél. 04 42 56 14 27 - FAX : 04 90 73 91 88 — Responsable de publication : M.

Les surprises et secrets du vitrail contemporain à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine | Le blog de Thierry Hay La Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris présente jusqu'au 21 septembre 2015 l'exposition : "Chagall, Soulages, Benzaken... Le vitrail contemporain". 130 oeuvres réunies, 44 édifices représentés. L'occasion de découvrir l'évolution historique et la fertilité créatrice d'une trentaine d'artistes majeurs de la seconde moitié du XXe et du XXIe siècle. Jeux de couleurs et de lumières. Une grande partie de l'Histoire de l'Art pourrait, sans doute, se résumer au souci de capturer la lumière et d'en saisir son mystère, sa spiritualité et son symbolisme. Alors, quand j'apprends que la Cité de l'Architecture et du Patrimoine propose une exposition sur le vitrail de 1945 à nos jours, je m'y rends immédiatement. Vue générale de l'exposition "Chagall, Soulages, Benzaken ... Préliminaire Pour exposer les vitraux originaux, il aurait fallu, bien souvent, les retirer des lieux de culte. Les mystères de la couleur Audace Bizarrement, le vitrail est un art monumental mal connu. Croisements Vanité

Arman Courant : Nouveau Réalisme Armand Fernandez entreprend des études artistiques à l’École des arts décoratifs de Nice en 1946, puis à l’École du Louvre, à Paris, de 1949 à 1951. Entre temps, il se lie d’amitié avec Yves Klein, rencontré dans un cours de judo : celui-ci introduit Arman auprès du critique Pierre Restany pour former le groupe des Nouveaux Réalistes en 1960. Ses 1ères peintures, les Cachets, composent des images abstraites à partir d’empreintes d’objets trempés d’encre, jusqu’au jour où il prend conscience que l’objet lui-même peut être encore plus signifiant que son image ainsi reportée. C’est le début de son travail d’Accumulations qui rassemble de grandes quantités d’objets identiques fondus dans du plexiglas. Ce procédé de l’accumulation de déchets est porté à son paroxysme lors de l’exposition du Plein, à la Galerie Iris Clert en 1960 : toujours très proche de son ami Yves Klein, Arman répond ici à l’opération du Vide, exécutée dans la même galerie, deux ans auparavant.

Le Nouveau Réalisme Dossiers pédagogiques - Collections du Musée Un mouvement, une période > English text Le Nouveau Réalisme : un recyclage poétique du réel Les artistes et leurs Œuvres Arman, Chopin’s Waterloo, 1962 César, Ricard, 1962 Raymond Hains, Panneau d’affichage, 1960 Yves Klein, Monochrome bleu (IKB 3), 1960 Daniel Spoerri, Repas hongrois, tableau-piège, 1963 Martial Raysse, Soudain l'été dernier, 1963 Niki de Saint Phalle,Crucifixion, 1963 Jean Tinguely, Baluba, 1961-1962 Texte de référence Chronologie Bibliographie sélective Ce dossier s’inscrit dans une série Un mouvement, une période, qui sera régulièrement augmentée dans cette partie du site. • Ces dossiers sont réalisés autour d’une sélection d’œuvres des principaux mouvements ou tendances représentés dans les collections du Musée national d’art moderne. *À NOTER Les collections du Musée comportent plus de 65 000 œuvres. Le Nouveau Réalisme : un recyclage poétique du réel • Lien dossier Pop Art Les artistes et leurs Œuvres Texte de référence

Related: