background preloader

Poésie - La Ville en poésie

Poésie - La Ville en poésie
La ville en poésie - Bibliographie Poèmes « Paris » d’Alfred de Vigny in Poèmes antiques et modernes, Poésie Gallimard, 1973. « Nouveau venu qui cherches... » de Joachim du Bellay in Les antiquités de Rome (1558), Flammarion. « Je suis un pâle enfant du vieux Paris... » de François Coppée in Intimités (1868). « Plainte » de Charles Cros in Le coffret de Santal (1873), Poésie Gallimard, 1972. « Grenier des saisons » de Maurice Fombeure in Paris m’a souri, Ed. « Villes » et « Les ponts » d’Arthur Rimbaud, in Les Illuminations, Seghers, 2002. « Les fenêtres » de Charles Baudelaire in Les Fleurs du mal, Poésie Gallimard, 2005. « Rêve parisien » de Charles Baudelaire in Les Fleurs du mal, Poésie Gallimard, 2005. Tableaux parisiens, (1861) « A une passante » de Charles Baudelaire in Les Fleurs du mal, Poésie Gallimard, 2005. « A New York” de Léopold Sedar Senghor in Ethiopiques , Oeuvre poétique, Seuil, Coll. « Rêverie » de Victor Hugo, in Les orientales, Poésie Gallimard, 1981. Recueils ou anthologies

http://www.ac-orleans-tours.fr/fileadmin/user_upload/ia28/doc_peda/MDL/actions/poesie/Banques/La_ville_en_poesie.htm

Related:  La ville en poésiepoesieVille

Villes du siecle dernier Au commencement de ce siècle, Londres est cependant la seule ville d'Angleterre à dépasser le seuil de 100 000 habitants. La croissance urbaine est très liée aux activités industrielles : les villes du coton (Manchester ou Merthyr Tydfil au Pays de Galles) par exemple ; de la sidérurgie (Cleveland) ; du chemin de fer (Liverpool). Certaines villes très spécialisées connaissent aussi un développement important : Bath, sur les bords de l'Avon est la ville d'eau à la mode. Quelques notes complémentaires Quelques notes complémentaires pour une analyse linéaire de "Phares" de Charles Baudelaire (doc. n° 20) Dès le Salon de 1846, dans la section : "A quoi bon la critique ?

Artiste plasticienne intervenant en arts visuels A l’école maternelle Charial, tous les ans, les 8 classes travaillent sur un thème commun. Cette année, il s’agit de LA VILLE. Les enfants de la classe de Caroline ont ainsi bâti un quartier entier avec des boites en carton, du papier, de la colle, des encres et des bâtonnets colorés de diverses tailles. Comme je n’interviens qu’une demi-journée dans chaque classe, les enfants ont recouvert leurs boites de papier journal avec de la colle à tapisser avant mon arrivée. En début de séance, chaque enfants choisi une grosse boite qui sera sa maison ou son appartement et de plus petites boites ou cylindres qui représenteront des portes, fenêtres, corniches, cheminées, ascenseurs, etc. Tous ces éléments sont collés à la colle chaude par les adultes afin que les enfants puissent commencer à peindre tout de suite.

Ode à la ligne 29 des autobus parisiens - Poésie - Fiction France Culture Réalisation Michel Sidoroff Membre de l’Oulipo, lauréat du Prix France Culture (1986), du Grand Prix National de la Poésie (1990) et du Grand Prix de Littérature Paul Morand de l’Académie française (2008), Jacques Roubaud est l’une des voix importantes de la littérature contemporaine. Cela ne l’empêche pas de monter dans des bus, et notamment ceux de la ligne 29 qui, partant de Saint Lazare, traversent Paris d’ouest en est jusqu’à la porte de Montempoivre. Qu'est-ce que la poésie ? par Jean-Michel Maulpoix ou que dire de la poésie ? par Jean-Michel Maulpoix "Les prétendues définitions de la poésie ne sont, et ne peuvent être, que des documents sur la manière de voir et de s'exprimer de leurs auteurs" (Paul Valéry) La poésie est mal aimée de la critique. Elle constitue un objet d’étude difficile à cerner, en constante mutation à travers l’histoire, et sur lequel la théorie a peu de prise. Bien qu’elle donne lieu à ces nettes découpes de langue qu’on appelle poèmes, si solidement établis dans leur forme propre qu’on n’y pourrait changer un seul mot, il semble qu’elle refuse toujours de s’enclore.

Inspection de l'Education Nationale de Cluses - Projet "Lire ma ville" Ce projet a été mené de mars à mai 2014 par l’école maternelle du Cretêt à Scionzier. Il avait pour objectif de faire découvrir aux élèves de grande section leur ville, leur environnement proche puis de les faire travailler dans divers domaines. Chaque élève de grande section a bénéficié de deux visites à caractère patrimonial menées par Gérald Richard, conseiller pédagogique. A partir de ces visites, plusieurs activités ont été conduites en classe : dans le domaine de la maîtrise de la langue : les élèves ont travaillé, joué, avec les noms de lieux, les noms de rue, les objets de la ville dans le domaine de la découverte du monde : les élèves ont fabriqué des maquettes représentant leur environnement proche. dans le domaine du "percevoir, sentir, imaginer, créer" : les élèves sont partis de photographies de grandes dimensions et les ont détournées.

Poezibao Essais, confessions, journal de bord intime et extime, Le miroir aveugle de Jean-Luc Parant se dépl(o)ie suivant cinq mouvements – Face à nous-mêmes, Le miroir aveugle, Des flammes dans la nuit, Un morceau de ciel sans fin, De la nuit et du vide – pour constituer une somme surréaliste, poétique et analytique, qui éclaire sous un jour nouveau ce grand livre de vie que constitue cette œuvre-monde initiée il y a plus de cinquante ans. « Nous restons longtemps la même personne parce que nous ne nous voyons pas tout entier. » Face à nous-mêmes. A la façon dont nous percevons. construction d'une mini ville en géographie Genèse de notre mini-ville (ré-utilisation d'un projet mené en FLE, cette fois ci avec des cycles 2 et cycles 3) Après avoir discuté des différences entre une ville et un village, des quartiers, routes, rues qui les composent, nos élèves ont réfléchi aux bâtiments indispensables qui composent un village et aux métiers qu’il faut installer pour faciliter la vie des habitants.

Ecrire la ville : un atelier d'écriture avec François Bon Quand l'Ouvroir de Littérature Potentielle rencontre la ville, il invente des objets urbains étranges, suggère des parcours contraints, joue avec les signes qui envahissent la ville, modifie les mouvements et le regard... Troll de Tram, textes du Tramway de Strasbourg (1994), Seul astre exact un livre, poème de façade de la bibliothèque de l'université Paris VIII Vincennes Saint-Denis (1996), les Douze mois à Carrefour-Pleyel, poèmes muraux d'une station du métro parisien (2001), Les Clous de l'Esplanade, promenade poème sur la place centrale de Rennes : autant de réalisations faisant écho aux "textes anaglyphiques" et autres "holopoèmes" que François Le Lionnais évoquait, en 1973, dans la "Boîte à idées" de La Littérature potentielle. Fondé en 1960 par François Le Lionnais et Raymond Queneau, l'Oulipo rassemble écrivains, peintres et mathématiciens qui usent de règles et de contraintes comme d'un processus créatif permettant d'inventer de nouvelles formes poétiques ou romanesques.

Voyelles - Panorama critique Note de synthèse sur la bibliographie de Voyelles En intitulant le chapitre final de son livre de 1968 : Voyelles telles quelles, Étiemble escomptait-il vraiment mettre un terme aux délires interprétatifs suscités par le sonnet ? Dans ce cas, il s'est trompé. Mais il a quand même réussi à recentrer l'étude du poème sur des bases plus objectives.

Notre abécédaire de la ville de Garges-Lès-Gonesse - Circonscription de Garges-lès-Gonesse - Inspection de l'éducation nationale du Val-d'Oise En 2011-2012, le prix littéraire du réseau Matisse mettait en concurrence des albums sur le thème de la ville (voir Mise en lien des albums sur le thème de la ville) : Rendez-vous à quatre heures et demie (Claire Frannec), Bruits (Marion Bataille), André Duhaime. Haïku et co (1996). En venant à cet atelier, vous avez peut-être soupçonné un dépaysement mystérieux. S'il y a lieu, je tiens à corriger cette impression: ni kimono, ni sushi, ni hara-kiri en vue... Bonsaï, ikebana, kabuki, koto, origami et sumo sont des mots récemment entrés dans notre quotidien et qui ont affiné l'idée que l'on se fait du Japon. La curiosité pour les arts traditionnels du Japon a crû, peu à peu, avec l'impressionnante réussite économique d'un pays qui n'a ouvert ses portes sur l'Occident que depuis un peu plus d'un siècle. Il n'est pas étonnant que cette culture en fascine plus d'un et suscite le désir d'aller au-delà de certains clichés. C'est donc dans un esprit d'exploration que nous aborderons les formes poétiques japonaises: "se rapatrier par le détour du dépaysement" comme le disait Jacques Brault.

Related: