background preloader

Marc Maron: The Social Media Generation Animated

Marc Maron: The Social Media Generation Animated

http://www.youtube.com/watch?v=LGU8yjjJXD8

Related:  Les comportements addictifs liés à l'usage numérique

“Les réseaux sociaux étaient ma drogue dure” Cyrille de Lasteyrie Entendons-nous bien, je ne parle pas de l’Internet pratique, celui qui permet de s’informer, de se cultiver rapidement, de réserver un billet de train, d’agir à distance sur ses comptes ou d’acheter ses cadeaux de Noël. Cet Internet-là est aussi salutaire et révolutionnaire que l’invention de l’imprimerie ou de l’eau courante. Non, je parle de l’Internet social, ce monstre difforme et suceur de temps. 6 Authors Who Might Actually Convince You To Unplug  So, I recently wrote a book (Unfriending My Ex: And Other Things I'll Never Do) about my addiction to social media and my iPhone. Because of the slippery slope that social media (and texting) provided me in acting out my most dangerous and risky impulses, I found myself inspired to write a brutally honest memoir that I'd hoped my generation (and anyone who has ever felt the chainlike pull of their digital activity) might be able to relate to and thus gain some perspective on their own social media-led activity. I started off with a digital detox (no iPhone, no computer, no Wi-Fi, no DVR, no iPad...

L’addiction aux réseaux sociaux : c’est grave docteur ? Le phénomène a commencé avec la génération Y et les digital natives et gagne lentement toutes les couches de la société, que ce soit du nourrisson qui buguent déjà sur le smartphone de maman ou de l’octogénaire qui essaye tant bien que mal de se débrouiller avec le clavier tactile de son Ipad pour terminer sa partie de backgammon… Les réseaux sociaux sont partout, et oui il faut bien l’admettre, de plus en plus de personnes sont addicts. D’après une étude TGI Clickstream, 5,7 millions de Français seraient accros aux réseaux sociaux, un chiffre qui ne va cesser d’augmenter d’ici les prochaines années.

Détox numérique: halte à l'intox!  On parle beaucoup de "détox numérique" aujourd'hui. Il s'agit le plus souvent de passer une semaine à quinze jours dans un endroit retiré, sans Internet ni téléphone mobile. Il est bien évident que chacun peut tirer bénéficie de périodes pendant lesquelles il est invité à se recentrer sur lui-même, la nature et des relations de proximité, loin de l'agitation du monde. Le problème est qu'ici, il ne s'agit plus seulement de retrouver le goût d'une rencontre avec soi-même et les autres, mais de réaliser un "sevrage", sur le modèle de la cure de désintoxication alcoolique dont on sait largement qu'elle n'a jamais marché. Mais avant de parler de désintoxication, il est nécessaire de distinguer deux types d'utilisations des technologies numériques qu'on peut qualifier d'excessifs. Ni l'une ni l'autre ne sont d'ailleurs pathologiques, car elles peuvent être ponctuelles et correspondre à un moment dans le rapport qu'un individu entretient avec.

Psychologies.com © Jupiter Radio en fond sonore, concerto de bips sur le téléphone annonçant chaque nouvelle dépêche… Pour certains d’entre nous, l’information se consomme en perfusion. Peur de rater quelque chose d’important ? Besoin de maîtriser son environnement ? D’où vient cette insatiabilité ? - Comment sommes-nous devenus accros à l’information ? L’information s’est beaucoup accélérée ces dix dernières années, via l’évolution des outils de communication et de la demande du public. Cet engouement pour l’actualité est lié à notre besoin de socialisation mais aussi à notre demande de divertissement. Sur le plan quantitatif la fréquence des interactions entre individus s’est accrue, à mesure que les distances se sont raccourcies via l’urbanisation croissante.

Un adulte américain sur huit "accro" à l'internet Un adulte américain sur huit est "accro" à l’internet. C’est ce que révèle une étude menée par téléphone auprès de 2500 personnes par la Impulse Control Disorders Clinic de l’université de Standford. Ces accros du net se révèlent incapables de passer plus de quelques jours sans se connecter. Et un sur onze essaie par tous les moyens de dissimuler cette addiction à son entourage. 70% des personnes interrogées sont des utilisateurs réguliers d’internet et ils sont 14% à trouver difficile de rester déconnectés plusieurs jours d’affilée. « Nous avons pour habitude de toujours considérer combien Internet est merveilleux – combien il peut rendre les choses simples et efficaces.

Guy Birenbaum, éditeur, journaliste et Auteur, revient dans son livre sur son utilisation abbusive des réseaux sociaux : « Le burn-out : histoires d’une dépression française » TéléchargerS'abonner au podcast S'abonner au podcast : "C'est arrivé demain" Vous pouvez vous abonner au téléchargement périodique d'un fichier audio. Vous pouvez conserver l'émission ainsi téléchargée sur votre ordinateur, l'emporter sur votre baladeur numérique ou la graver sur un CD. Si vous choisissez iTunes, cliquez simplement sur le lien suivant : le logiciel prend en charge toutes les opérations d'abonnement. > S'abonner avec iTunesSi vous optez pour un autre logiciel, copiez et collez-y le lien suivant, puis suivez ses indications pour procéder à l'abonnement. L'actualité de la semaine et des jours à venir revisitée, analysée et réinterprétée par David Abiker en compagnie d’intellectuels, d’artistes, de chefs d'entreprises et d'acteurs institutionnels.

Les jeux vidéo, des utopies expérimentales Notes Inserm : Jeux d’argent et de hasard, expertise collective – Éditions Inserm (2008). E Durkheim : Le suicide – Paris, Puf (1930). Un ado sur huit a un usage problématique des jeux vidéo Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pascale Santi Un élève sur huit aurait un usage « problématique » du jeu vidéo. C’est ce qu’indique une enquête menée auprès de 2 000 élèves de la 4e à la 1e inscrits dans 15 établissements d’Ile-de-France, rendue publique mercredi 17 décembre et réalisée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et la consultation jeunes consommateurs (CJC) du centre Pierre Nicole de la Croix Rouge*.

Les méfaits - GameAddict - Addiction au jeu vidéo - Cyberaddiction Je suis accro... enfin complètement addict quoi ! Accro à une série, addict à la musique... quelle différence ?Y en a t il seulement une ?Avant de tenter une approche qui aura pour but de sensibiliser à la question de l'addiction au jeu (jeu dit pathologique) il est intéressant d'observer la confusion qui règne dans nos propres propos. En écoutant les jeunes et les moins jeunes on réalise qu'ils sont incapables de les distinguer...et pour cause étant donné leur équivalence.Le terme "accro" renvoie à quelqu'un qui est "dépendant d'une drogue" au sens premier du terme et à quelqu'un qui est "passionné" au sens familier.

Related: