background preloader

Interdisciplinarité

Interdisciplinarité
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Richesse initiale du cloisonnement des disciplines[modifier | modifier le code] Cet auteur souligne combien cette délimitation a permis la phase dite modernité de la recherche scientifique qui succédait à la phase classique où "tout le monde pensait sur tout" avec une grande dispersion de l'attention et de l'énergie. Exemple des disciplines médicales ; motivations politiques[modifier | modifier le code] Le cloisonnement des disciplines est le propre des disciplines médicales, qui se sont individualisées, segmentées, mais aussi hyperspécialisées dans une dynamique comparable de celle des disciplines scientifiques, la subdivision en disciplines comporte des avantages en termes de circonscription du champ de savoir et de production de connaissance, mais elle fournit également une garantie de définition d’intérêts catégoriels pour les professionnels de la discipline en question. Limites de l’hyperspécialisation[modifier | modifier le code]

Pluridisciplinarité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Intérêts[modifier | modifier le code] Toutefois cette conception plurale ne suppose pas et ne mène que rarement à une rencontre des approches pouvant provoquer la modification réciproque des travaux disciplinaires. Il est régulièrement cité certains effets pervers de cette démarche dans le champ des pratiques thérapeutiques. Cette approche s'oppose à celles de l'Interdisciplinarité (étude d'un même sujet par entrecroisement des disciplines) et de la Transdisciplinarité (où les disciplines, plus que de communiquer entre elles, interagissent en se modifiant les unes les autres, la limite des disciplines devenant alors très floues). La difficulté de cette démarche peut trouver sa source dans la description du nexialisme, en effet, le problème principal de la démarche résidant dans la connaissance générale suffisante de tous les acteurs et/ou à la présence d'un médiateur/traducteur destiné à faire le lien entre les différentes disciplines.

Science de l'information Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La science de l'information (ou les sciences de l'information) est une science interdisciplinaire, branche des sciences de l'information et de la communication. Les spécialistes se divisent quant à la nature exacte de cette discipline, voire à sa pleine légitimité. La science de l'information ne doit pas être confondue avec la théorie de l'information de Shannon, qui étudie un concept mathématique particulier de l'information, ou avec les sciences de l'information et des bibliothèques qui constituent une branche particulière propre à la médiation des savoirs. Histoire[modifier | modifier le code] Si le terme "science de l'information" est d'origine récente, les réflexions sur la circulation des documents sont bien plus anciennes. Fondements[modifier | modifier le code] Trois processus composent le paradigme de cette science [4] : la construction, le traitement et l'usage de l'information. Domaines de recherches[modifier | modifier le code]

World Knowlege Dialogue Méthode expérimentale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La méthode expérimentale est une démarche scientifique qui consiste à tester par des expériences répétées la validité d'une hypothèse en obtenant des données nouvelles, qualitatives ou quantitatives, conformes ou non à l'hypothèse initiale. L'expérience scientifique se distingue de l'expérience empirique en ce qu'elle exige un protocole conçu à partir d'une hypothèse. Elle est à la base de ce que l'on nomme à présent la méthode scientifique introduite grâce aux travaux de Ibn Al Haytham (Alhazen)[1],[2],[3],[4]. Définie par le chimiste Michel-Eugène Chevreul en 1856, elle a en particulier été développée par Claude Bernard en médecine et en biologie. Historique et épistémologie[modifier | modifier le code] Définition moderne[modifier | modifier le code] Cette méthode a été centrale dans la révolution scientifique accomplie depuis le XVIIe siècle, en donnant naissance aux sciences expérimentales. La thèse Duhem-Quine[modifier | modifier le code]

Planetary Collegium The Planetary Collegium is an international research platform that promotes the integration of art, science, technology, and consciousness research. It is based in Plymouth University, with nodes in Kefalonia, Lucerne, Trento, and Zurich. Its president is Roy Ascott. Planetary Collegium logo History[edit] The Planetary Collegium was founded in 1994 at what is now the University of Wales, Newport as the Centre for Advanced Inquiry in the Interactive Arts (CAiiA) by Roy Ascott.[1] Three years later, Ascott established STAR (Science Technology and Art Research) in the School of Computing, University of Plymouth. In 2003, Ascott relocated the platform to Plymouth University, renaming it the Planetary Collegium. Since 1997, the Collegium has given over fifty conferences and symposia in Europe, North and South America, Japan, China and Australia. Aims[edit] Structure[edit] Awards[edit] The Collegium was awarded The World Universities Forum Award for Best Practice in Higher Education 2011.[3] 1998.

Histoire des sciences Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'histoire des sciences est l’étude de l'évolution de la connaissance scientifique. L'histoire des sciences n'est pas la chronique d'une série de découvertes scientifiques. C'est l'histoire de l'évolution d'une pensée, mais aussi d'institutions qui offrent à cette pensée les moyens de se déployer, et de traditions qui viennent l'enrichir. L'histoire des sciences n'est pas l'histoire des techniques. Préhistoire[modifier | modifier le code] Historiquement, la technique précède la science. Le développement de l'agriculture et de l'élevage ne sont pas non plus sans rapport avec l'émergence de certaines protosciences, le calcul et l'astronomie en particulier[réf. nécessaire]. Antiquité[modifier | modifier le code] L'homme pense à son environnement depuis la nuit des temps, comme en témoignent les fresques préhistoriques. Pré-science mésopotamienne et babylonienne[modifier | modifier le code] Sciences égyptiennes[modifier | modifier le code] Aristote

Transdisciplinary studies Transdisciplinarity connotes a research strategy that crosses many disciplinary boundaries to create a holistic approach. It applies to research efforts focused on problems that cross the boundaries of two or more disciplines, such as research on effective information systems for biomedical research (see bioinformatics), and can refer to concepts or methods that were originally developed by one discipline, but are now used by several others, such as ethnography, a field research method originally developed in anthropology but now widely used by other disciplines. Usage[edit] Transdisciplinarity has two common meanings: German usage[edit] When the very nature of a problem is under dispute, transdisciplinarity can help determine the most relevant problems and research questions involved.[3] A first type of question concerns the cause of the present problems and their future development (system knowledge). Wider usage[edit] Arts and Humanities[edit] Global education[edit] Human Sciences[edit]

Science formelle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les sciences formelles (ou sciences logico-formelles) explorent déductivement, selon des règles de formation et de démonstration, des systèmes axiomatiques. Les sciences formelles regroupent les mathématiques, la logique et l'informatique théorique. Algèbre[modifier | modifier le code] L'étude des structures algébriques peut être faite de manière unifiée dans la cadre de l'algèbre universelle. Mathématiques[modifier | modifier le code] Les mathématiques sont un domaine de connaissance construit par des raisonnements hypothético-déductifs, ou par l'absurde, relativement à des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les changements. Géométrie[modifier | modifier le code] Traditionnellement, la géométrie est la partie des mathématiques qui étudie les figures dans le plan et l'espace à 3 dimensions. Informatique[modifier | modifier le code] Logique[modifier | modifier le code] Topologie[modifier | modifier le code]

L'approche interdisciplinaire Quelques notions clés "L'interdisciplinarité, c'est partir d'un projet, d'une problématique, pour faire percevoir, favoriser la recherche des interactions des savoirs et de leur complémentarité, dans un esprit d'ouverture."(***) "L'interdisciplinarité, c'est une association de compétences en vue d'une réalisation commune (étude ou projet)."(***) "L'interdisciplinarité, c'est travailler ensemble pour reconstruire une réalité morcelée artificiellement par le cloisonnement des disciplines et viser l'acquisition de compétences transversales."(***) Il ne s'agit pas de rechercher l'interdisciplinarité parce que c'est une valeur en soi. L'approche interdisciplinaire s'impose de manière évidente dès le moment où l'on change de regard sur le monde, où on le voit comme un enchevêtrement de systèmes de systèmes, où, comme le dit E. L'approche disciplinaire a ses vertus, elle correspond à la construction de savoirs sur le mode analytique. Bibliographie - BAILLY J. MORIN E., 1977, La méthode, 1.

Sciences exactes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sciences dures est une expression populaire désignant dans un même ensemble les sciences de la nature et les sciences formelles. Synonyme de sciences exactes, elle est cependant sensiblement plus problématique que cette dernière expression, en particulier du fait de son caractère normatif. Elle peut être perçue comme implicitement dévalorisante : à l'endroit des sciences humaines et des sciences sociales (parfois appelées « sciences molles » ou, moins connoté négativement, « sciences douces ») ;à l'encontre des sciences exactes qu'elle fait paraître comme inhumaines et rigides. Histoire de l'expression[modifier | modifier le code] Selon Philippe Cibois, Secrétaire Général de l’Association Française de Sociologie[1] : Dans le n°661-662 de Juin-Juillet 2002 de la revue Critique, intitulé Sciences dures ? Toujours selon Léna Soler, l'expression « sciences dures » aurait donc une portée normative, par opposition aux « sciences molles »[4].

Related: