background preloader

Interdisciplinarité

Interdisciplinarité
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Richesse initiale du cloisonnement des disciplines[modifier | modifier le code] Cet auteur souligne combien cette délimitation a permis la phase dite modernité de la recherche scientifique qui succédait à la phase classique où "tout le monde pensait sur tout" avec une grande dispersion de l'attention et de l'énergie. Exemple des disciplines médicales ; motivations politiques[modifier | modifier le code] Le cloisonnement des disciplines est le propre des disciplines médicales, qui se sont individualisées, segmentées, mais aussi hyperspécialisées dans une dynamique comparable de celle des disciplines scientifiques, la subdivision en disciplines comporte des avantages en termes de circonscription du champ de savoir et de production de connaissance, mais elle fournit également une garantie de définition d’intérêts catégoriels pour les professionnels de la discipline en question. Limites de l’hyperspécialisation[modifier | modifier le code] Related:  Thèmes / Conceptsnouvelle enceinte

Transdisciplinarité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La transdisciplinarité est une posture scientifique et intellectuelle. Elle a pour objectif la compréhension de la complexité du monde moderne et du présent. Éclairage du concept[modifier | modifier le code] La transdisciplinarité est définie par Basarab Nicolescu par trois postulats méthodologiques : l'existence de niveaux de réalité et de perception, la logique du tiers inclus et la complexité. La transdisciplinarité se distingue ainsi de la pluridisciplinarité et l’interdisciplinarité en ce sens qu’elle déborde les disciplines d’une part, mais surtout d’autre part que sa finalité ne reste pas inscrite dans la recherche disciplinaire proprement dite. Ainsi, comme l’indique son préfixe « trans », la transdisciplinarité est la posture scientifique et intellectuelle qui se situe à la fois entre, à travers et au-delà de toute discipline. Sciences humaines[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

Pluridisciplinarité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Intérêts[modifier | modifier le code] Toutefois cette conception plurale ne suppose pas et ne mène que rarement à une rencontre des approches pouvant provoquer la modification réciproque des travaux disciplinaires. Il est régulièrement cité certains effets pervers de cette démarche dans le champ des pratiques thérapeutiques. Cette approche s'oppose à celles de l'Interdisciplinarité (étude d'un même sujet par entrecroisement des disciplines) et de la Transdisciplinarité (où les disciplines, plus que de communiquer entre elles, interagissent en se modifiant les unes les autres, la limite des disciplines devenant alors très floues). La difficulté de cette démarche peut trouver sa source dans la description du nexialisme, en effet, le problème principal de la démarche résidant dans la connaissance générale suffisante de tous les acteurs et/ou à la présence d'un médiateur/traducteur destiné à faire le lien entre les différentes disciplines.

Science de l'information Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La science de l'information (ou les sciences de l'information) est une science interdisciplinaire, branche des sciences de l'information et de la communication. Les spécialistes se divisent quant à la nature exacte de cette discipline, voire à sa pleine légitimité. La science de l'information ne doit pas être confondue avec la théorie de l'information de Shannon, qui étudie un concept mathématique particulier de l'information, ou avec les sciences de l'information et des bibliothèques qui constituent une branche particulière propre à la médiation des savoirs. Histoire[modifier | modifier le code] Si le terme "science de l'information" est d'origine récente, les réflexions sur la circulation des documents sont bien plus anciennes. Fondements[modifier | modifier le code] Trois processus composent le paradigme de cette science [4] : la construction, le traitement et l'usage de l'information. Domaines de recherches[modifier | modifier le code]

De l’environement psychopathologique et de l’écosystémique! « Androgena Peut-on vivre en santé dans un environnement malade ? J’ai trouvé intéressant que le réseau québécois de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) nous convie à participer à la Semaine nationale de la santé mentale sous l’égide de l’importance d’être bien entouré. En effet, j’ai immédiatement fait un lien avec ce que j’appelle l’environnement psychopathologique. L’approche écosystémique est plus susceptible d’accommoder la complexité des systèmes au sein de leurs environnements et contribue au principe du développement durable, qui considère à la fois le bien-être des humains et la pérennité de son environnement (écosystèmes). Plus spécifiquement, l’approche écosystémique s’intéresse à l’interaction des objets complexes au sein d’un environnement. L’homme étant un être grégaire, les relations, reste un besoin vital. La nécessité de bien s’entourer serait une compétence et/ou une habileté à choisir les relations et liens sociaux qui nous sont le plus bénéfiques possible.

Méthode expérimentale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La méthode expérimentale est une démarche scientifique qui consiste à tester par des expériences répétées la validité d'une hypothèse en obtenant des données nouvelles, qualitatives ou quantitatives, conformes ou non à l'hypothèse initiale. L'expérience scientifique se distingue de l'expérience empirique en ce qu'elle exige un protocole conçu à partir d'une hypothèse. Elle est à la base de ce que l'on nomme à présent la méthode scientifique introduite grâce aux travaux de Ibn Al Haytham (Alhazen)[1],[2],[3],[4]. Définie par le chimiste Michel-Eugène Chevreul en 1856, elle a en particulier été développée par Claude Bernard en médecine et en biologie. Historique et épistémologie[modifier | modifier le code] Définition moderne[modifier | modifier le code] Cette méthode a été centrale dans la révolution scientifique accomplie depuis le XVIIe siècle, en donnant naissance aux sciences expérimentales. La thèse Duhem-Quine[modifier | modifier le code]

Nexialisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nexialisme (du latin nexus qui signifie « lien », « articulation » et de nectere, « lier »), est un terme inventé par l'écrivain de science-fiction A. E. van Vogt dans son livre la Faune de l'espace[1]. Cela désigne une méthode scientifique consistant à articuler les savoirs de manière composite pour trouver des solutions originales aux problèmes posés et dégager de nouvelles pistes. Les exemples du livre de van Vogt montrent la création de nouvelles technologies en intégrant divers éléments préexistants. Définition[modifier | modifier le code] Le nexialisme est une science qui vise l'intégration de toutes les branches de la connaissance contre le cloisonnement en domaines spécifiques. Applications[modifier | modifier le code] Un exemple de nexialisme appliqué : le biomimétisme. Applications bien connues de cette discipline : effet lotus (surface autonettoyante) - effet bardane[2](bande velcro). Philosophie[modifier | modifier le code] holisme

l'Approche Centrée sur la Personne Rogers, Carl (1902-1987), psychologue américain, connu pour avoir développé de nouvelles méthodes thérapeutiques destinées aux enfants maltraités. Insatisfait par les thérapies et les techniques de diagnostic dans le traitement de la schizophrénie, il créa ce que l'on appelle aujourd'hui "la psychothérapie centrée sur le client", "client" signifiant "patient". Cette méthode est axée sur l'usage que le client fait de la relation avec son thérapeute. Carl Rogers Le psychologue américain Carl Rogers élabora la psychothérapie "centrée sur le client". Rogers attachait plus d'importance aux attitudes du thérapeute qu'à sa formation technique ou à son talent ; il préférait le terme de "client" à celui de "patient" pour indiquer que le traitement n'était ni manipulatoire, ni de nature médicale.

Histoire des sciences Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'histoire des sciences est l’étude de l'évolution de la connaissance scientifique. L'histoire des sciences n'est pas la chronique d'une série de découvertes scientifiques. C'est l'histoire de l'évolution d'une pensée, mais aussi d'institutions qui offrent à cette pensée les moyens de se déployer, et de traditions qui viennent l'enrichir. L'histoire des sciences n'est pas l'histoire des techniques. Préhistoire[modifier | modifier le code] Historiquement, la technique précède la science. Le développement de l'agriculture et de l'élevage ne sont pas non plus sans rapport avec l'émergence de certaines protosciences, le calcul et l'astronomie en particulier[réf. nécessaire]. Antiquité[modifier | modifier le code] L'homme pense à son environnement depuis la nuit des temps, comme en témoignent les fresques préhistoriques. Pré-science mésopotamienne et babylonienne[modifier | modifier le code] Sciences égyptiennes[modifier | modifier le code] Aristote

enceinte de travail Sciences exactes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sciences dures est une expression populaire désignant dans un même ensemble les sciences de la nature et les sciences formelles. Synonyme de sciences exactes, elle est cependant sensiblement plus problématique que cette dernière expression, en particulier du fait de son caractère normatif. Elle peut être perçue comme implicitement dévalorisante : à l'endroit des sciences humaines et des sciences sociales (parfois appelées « sciences molles » ou, moins connoté négativement, « sciences douces ») ;à l'encontre des sciences exactes qu'elle fait paraître comme inhumaines et rigides. Histoire de l'expression[modifier | modifier le code] Selon Philippe Cibois, Secrétaire Général de l’Association Française de Sociologie[1] : Dans le n°661-662 de Juin-Juillet 2002 de la revue Critique, intitulé Sciences dures ? Toujours selon Léna Soler, l'expression « sciences dures » aurait donc une portée normative, par opposition aux « sciences molles »[4].

Related: