background preloader

Le domaine public des semences : un trésor menacé

Le domaine public des semences : un trésor menacé
Il existe une dimension du domaine public dont je n’avais pas encore clairement pris conscience avant de lire cet excellent article de Shabnam Anvar, consacré à la question des "semences libres". J’avais déjà écrit un billet, il y a quelques temps, à propos d’un projet visant à créer une licence Open Source sous laquelle placer des graines, afin de les rendre réutilisables à la manière des logiciels libres. Seed Freedom. Commons Fest. CC-BY-SA. Mais il existe aussi un domaine public des semences, de la même manière que les oeuvres de l’esprit que sont les livres, la musique ou les films, peuvent finir par entrer dans le domaine public à l’issue de la période de protection du droit d’auteur. Or comme c’est le cas pour tous les titres de propriété intellectuelle, le COV est limité dans le temps, ce qui fait que les variétés végétales passent dans le domaine public, une fois le délai de protection écoulé. La pétition Seed Freedom à signer. Seeds are a common good. Like this: Related:  Environnement Ecologie...au sens large

Avec le troc des semences Kokopelli propose aussi une réforme au niveau Européen. - Daniel Jagline Les grandes entreprises semencières qui sont en passe d'accaparer tous les droits sur les semences qu'ils prétendent 'créer', tentent également de rendre illégale toute autre forme d'échange de semences qui viendraient en concurrence dans nos jardins, toutes ces variétés conservée par nos aïeux, au fil des décennies avec les améliorations qu'ils leurs ont apportés par diverses manipulations naturelles, et qui sont dans le domaine public. Ceci est fondamentalement inacceptable, Kokopelli en France et d'autres au plan international s'insurgent et s'organisent. Alors le troc, c'est à dire ce qui se pratiquait tout naturellement entre nos paysans d'antan, serait-il la solution pour sortir des filets des nouvelles réglementation Européennes, je me dis que c'est possible, et qu'il faut essayer. Avec un support dédié, 'Graines de troc' présenté ici, l'échange de semences s'organise et gagne en dimension, j'encourage totalement cette initiative. participerez vous avec moi ?

Agrobusiness et spéculation : comment une coopérative agricole s'est muée en empire industriel - Vous avez dit coopérative ? C’est à Paris, sur la très chic avenue de la Grande armée, à l’étage « trading » du groupe coopératif agricole InVivo, que se décide au quotidien le sort d’une partie des céréales françaises. Environ le quart des récoltes sont vendues à partir de ces bureaux. Une petite quinzaine de traders travaillent ici, les yeux rivés sur les courbes des matières premières, à quelques pas des sièges de PSA et de BNP Paribas. L’année 2010-2011 restera pour eux un grand souvenir. Céréales spéculatives En 2011-2012, retour à la normale. Avec 241 coopératives sociétaires et un chiffre d’affaire de 5,7 milliards d’euros, InVivo est désormais le premier groupe coopératif français. Dérégulations, mondialisation et... corruption « Avec ce genre de groupe, on est passé d’un outil collectif censé sécuriser les revenus des producteurs à une grosse machine qui part à la conquête des marchés », regrette Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne. Financements publics et crédits d’impôts

Frozen plants from the Little Ice Age regenerate spontaneously Retreating glaciers are proving to be good news for plant scientists. Underneath one such glacier on Ellesmere Island in Canada, researchers have found plants that they believe have regrown after being entombed in the glacier for more than 400 years, since a cold period called the Little Ice Age. These plants are called bryophyte, a group that includes mosses. They are non-vascular, which means they do not have tissue that distributes resources throughout the plant and they do not reproduce through flowers and seeds. They use spores instead. But they also possess the ability to regrow from tiny fragments of themselves through a process called clonal growth. The discovery reported in the journal Proceedings of the National Academy of Sciences was made by a team led by Catherine La Farge, an expert on bryophytes at the University of Alberta. The plants were trapped during a period known as the Little Ice Age, between the 16th and 19th centuries, when glaciers were growing in size.

Criminalité : L’ère des bio-mafias Les fraudes dans la filière de l’agriculture biologique atteignent aujourd’hui des volumes importants, à l’échelle internationale, et à travers un réseau complexe de sociétés. C’est-à-dire avec toutes les caractéristiques du crime organisé traditionnel. Jadis, à l’époque que l’on appelle le bon vieux temps, il arrivait ponctuellement qu’un agriculteur ou un commerçant bio fraude ici ou là. On mettait un peu de pesticides dans les champs, on mélangeait quelques œufs industriels – et bon marché – aux œufs bios . Cela passait généralement inaperçu, et les volumes concernés n’étaient pas importants. En Italie, les fraudeurs de la filière bio ont dépassé ce stade depuis belle lurette. Depuis le mois d’avril, on sait que le parquet de la ville italienne de Pesaro, au bord de l’Adriatique, a ouvert une enquête non pas sur un fraudeur présumé, mais sur 23 membres présumés d’un réseau de contrefacteurs. Le ministère, à Rome, n’est pas encore éclaboussé par l’affaire.

Feeding bees corn syrup may leave them vulnerable to colony collapse Apis mellifera, the western honeybee, is big business; the pollination services the bees provide to US agriculture are valued at roughly $14 billion. Unfortunately, bees the world over are suffering from colony collapse disorder (CCD), in which worker bees go out foraging and then disappear instead of returning to the hive and tending to the queen like they are supposed to. The causes of CCD are not clear, but pathogens, parasites, and pesticides have all been implicated. Neonicotinoids, a class of pesticides that have been shown to alter bees’ navigation, foraging, communication, and reproduction, have just been banned in Europe in an attempt to help the bees. New research suggests yet another potential contributor to CCD. The problem? Bees are exposed to a huge variety of plants because they gather nectar from the spring through the fall.

Z'avez un peu d'espace chez vous ? oh, super, voilà une idée pour recycler un cadre de lit fait maison pour notre premier enfant quand il a eu trois ans : 190x70 cm. On avait utilisé les restes de bois exotique acheté pour faire une clôture devant la maison. Il a servi à tous nos enfants, et petits-enfants... Et le grillage au fond, ici, sera utile pour éviter les mulots qui viennent grignoter les racines, vider les betteraves, les navets : il n'en reste parfois que la forme vu du dessus, et quand on tire : plus rien ;-( seulement, je me demande si ça vaut le coup avec une si petite largeur, et je crois qu'en hauteur, on n'a pas autant non plus !! je vais aller voir ça de plus près ;-)) J'en ai fait deux l'an dernier, pour voir les résultats.

Ne jetez plus votre marc de café, faites-y pousser des champignons Cédric Péchard et sa production de pleurotes (Marion Perrier) Comme chaque matin en arrivant à votre travail, vous vous dirigez instinctivement vers la machine à café. Alors que votre expresso coule, vous contribuez peut-être à fournir aux chefs étoilés des pleurotes d’une qualité exceptionnelle, tout en permettant l’insertion d’une quinzaine de personnes en situation de handicap. Making of Cet article a d’abord été publié dans les pages de Socialter, un nouveau magazine consacré à la social-économie, que nous avons la joie de compter désormais parmi nos partenaires. Mathieu Deslandes Ce tour de force, c’est Cédric Péchard qui l’a rendu possible en créant Upcycle, une entreprise francilienne qui produit des pleurotes Monte Cristo en utilisant le marc de café comme substrat de culture. Cet ingénieur agronome – passé par les administrations de grandes sociétés, comme Nestlé ou Alstom – s’est très tôt intéressé au biomimétisme. L’économie bleue Un « déchet » très propre

Verbalisé pour avoir Vendu des Tomates Hors Catalogue Le 17 mai 2013, sur le marché de Lavelanet en Ariège, un maraîcher de Lavelanet, commune ariégeoise, a été contrôlé et verbalisé sur le marché. Son délit ? Avoir vendu des tomates "hors catalogue", c'est à dire des tomates non inscrites au catalogue officiel. Un agent de la répression des fraudes (DGCCRF) qui après lui avoir signifié qu’il devait avoir la carte du GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences) et ne vendre que des variétés inscrites au catalogue officiel, l'a verbalisé d'une amende de 450 euros. Il s’agit là d’un abus s’inscrivant complètement dans la logique d’un fichage généralisé de toutes les activités et de tous ceux qui, jusqu’à aujourd’hui, échappaient au contrôle des multinationales de la semence. Il faut savoir qu'entre 1954 et 2002, 80 % des variétés potagères ont été radiées de ce catalogue. Cette action était co-organisée par : (link is external)

Kokopelli/ La guerre des graines a commencé Depuis 20 ans Kokopelli distribue gratuitement des semences potagères anciennes ou rares pour faire vivre la biodiversité agricole. Tout cela grâce à un réseau militant de producteurs, d’adhérents, de parrains et marraines qui permettent de maintenir une collection planétaire unique de plus de 2200 variétés. En 2007, elle distribuait 550 variétés de tomates, 300 variétés de piments, 130 variétés de laitues, 150 variétés de courges et 50 d’aubergines ! Chaque année Kokopelli distribue gratuitement près de 200 colis de semences aux communautés rurales, associations ou ONG. Le bras de fer de la concurrence En 2005 Kokopelli avait été attaquée par la société Graines Baumaux pour concurrence déloyale. Car c’est l’enjeu ! La vie en dictature Puis vint une proposition de loi UMP qui légalise les semences de ferme …à condition de verser une “rémunération“ aux titulaires des COV c’est à dire des entreprises de semenciers. Nous en appelons également à notre gouvernement. *Aux éditions La Découverte

Page d'accueil du site "Un Jardin sans arrosage" German energy giant E.ON to focus on renewables | News | DW.DE | 01.12.2014 The energy giant announced plans to spin off its nuclear, oil, coal and gas operations - a move that will include selling its businesses in Spain and Portugal to Australian investment firm Macquarie for 2.5 billion euros ($ 3.11 billion). "We are convinced that it's necessary to respond to dramatically altered global energy markets," the company's CEO Johannes Teyssen said in a statement late Sunday. "E.ON's existing broad business model can no longer properly address these new challenges," he added. "Two separate, distinctly focused companies offer the best prospects for the future." The new business model will also focus on distribution networks and customer solutions. Germany goes green The overhaul comes as Germany plans to wean itself off nuclear power and shift to renewable energy sources by 2022. The new spin-off branch will take over control of the traditional energy-generating activities in 2016. pad/uhe (Reuters, dpa, AFP)

La semence paysanne : caution de la qualité, garante de la diversité Pourquoi et comment nous pouvons défendre le droit des paysans à sélectionner et produire leurs semences (1). Produire ses graines et les semer : un geste fondateur et vieux comme le monde. Grâce au travail de sélection de la semence, le paysan offre une production adaptée à son environnement, il peut cultiver sans apports chimiques, il protège la biodiversité, et ses plantes seront robustes face au changement climatique. Pourtant son savoir pourrait disparaître totalement face aux pressions constantes des lobbies de l’agriculture industrielle. Les dangers qui le menacent sont nombreux. (1) Un projet de loi sur la biodiversité sera débattu par les sénateurs le 19 janvier prochain. Les brevets et droits de propriété L’appétit des semenciers industriels est sans fin. Une partie des semences mises sur le marché ont été rendues non reproductibles. Les OGM qui ne disent pas leur nom A ce jour, ces nouveaux OGM de mutagénèse sont indétectables par les paysans comme par les consommateurs. J'aime :

Related: