background preloader

6 Names for Cannabis and Where They Came From – Cannabis Destiny

6 Names for Cannabis and Where They Came From – Cannabis Destiny
With so many names for Cannabis, it might make you wonder about their origins. Here are 6 Names for Cannabis and Where They Came From. 1. Cannabis The plant name cannabis is from Greek κάνναβις (kánnabis), via Latin cannabis, originally a Scythian or Thracian word, also loaned into Persian as kanab. 2. Information Source: etymonline.com 3. The term, originally spelled variously as marihuana, mariguana, etc., originated in Mexican Spanish. 4. Possibly a shortened form of Mexican Spanish potiguaya (“marijuana leaves”) or potaguaya (“cannabis leaves”) or potación de guaya literally ‘drink of grief’, supposedly denoting a drink of wine or brandy in which marijuana buds were steeped. Information Source: wiktionary.org 5. Shortened from Hindu Kush, the region from which the species of cannabis originates. Information Source: wikipedia.org & wiktionary.org 6. Hemp refers to a fiber made with the cannabis plant. Information Source: etymonline.com And there you go! Conversation Related:  Cannabis Social Clubs Français

Cannaweb.org | Entre vous et nous c'est une histoire de gout ^^ Légaliser le cannabis pour limiter les dégâts de l'alcool On pourrait croire que l'on tente, ici, de combattre le feu par le feu, mais l'idée de légaliser le cannabis pour limiter les effets néfastes de l'alcool chez les jeunes vient directement du directeur du centre de Recherche sur l'Alcool australien. Pour lui, si l'on était autorisé à mélanger cannabis et alcool, les dommages sociaux liés à l'alcool chez les jeunes seraient bien inférieurs. Au centre de cette idée quelque peu réactionnaire par rapport à l'opinion publique il y a un constat : là où l'alcool tend à donner des réactions violentes, le cannabis tend à calmer les personnes qui en consomment. Les effets de l'un sont donc contrebalancés, en quelque sorte, par les effets de l'autre. Les dommages liés au cannabis sont moindres que ceux liés à l'alcool Robin Room en est certain : un jeune qui fume de la marijuana est moins susceptible de se retrouver avec de gros problèmes qu'un jeune qui bois de l'alcool. L'alcool, un véritable problème de santé publique Paolo Garoscio

Déjeuner sur l'herbe : le cannabis de Ketama à Montevideo De Mexico à Montevideo, en passant par la ville de Guatemala, une partie l’Amérique latine semble aujourd’hui gagnée par le débat sur la dépénalisation, voire, la légalisation de la marihuana. L’Uruguay est sans doute le pays qui est allé le plus loin dans ce sens puisque dans quelques semaines devrait être promulguée une loi visant à encadrer la production, la vente et la distribution de cannabis par l’Etat lui-même. Rien de tel au Mexique, mais devant l’échec patent de la « guerre contre le narcotrafic » lancée par l’ancien président Felipe Calderon, des initiatives locales ambitieuses apparaissent : ainsi le parlement de la capitale, Mexico, débattra bientôt d’une dépénalisation de la consommation de cannabis. Au Guatemala le président Otto Pérez Molina a lui aussi annoncé son intention de dépénaliser prochainement la consommation du cannabis. Comment expliquer ce qui semble bien être une petite révolution dans la lutte contre les trafics de drogue au niveau continental ? Invité(s) :

Cannabis, 40 ans de malentendus (Volume 1 : 1970-1996) Coupures de presse, documents classés « secret défonce » par les activistes, dessins inédits d’artistes en herbe, photos souvenirs de manifestations cannabiques à l’appui, Jean-Pierre Galland vous invite à un voyage dans le monde du cannabis, un ouvrage férocement politique et furieusement militant. Parce que le sujet est en permanence d’actualité et l’iconographie foisonnante, pas moins de trois volumes seront nécessaires pour rendre compte des événements ayant marqué la petite comme la grande histoire du cannabis. Le premier volume de Cannabis, 40 ans de malentendus débute en 1970, l’année où a été votée la loi et s’interrompt en 1996, l’année où les activistes dans la ligne de mire de la justice préparent néanmoins une action explosive. En commande sur www.trouble-fete.com.

A la télé, c’est la fête au cannabis | Drogues et addictions Ces derniers jours, c’est la fête au cannabis dans les grandes émissions d’information de la télévision française. Trois longs reportages (dont Zone interdite et Enquête exclusive dimanche, sur M6) pour dénoncer les ravages de la consommation massive et pluriquotidienne des adolescents d’un cannabis soi-disant surpuissant, cultivé par les usagers eux même pour leur consommation ou un cercle restreint de proches mais aussi en quantité industrielle par des organisations criminelles internationales. Le constat est incontestable : les ados français fument du cannabis très jeune (initiation autour de 15 ans) ; massivement (près de 50% d’expérimentateur pour environ 30% d’usagers réguliers, plus de dix fois dans le mois) ; et parfois à des doses quotidienne élevées (entre quatre et dix joints par jour). Le taux moyen en principes actifs (principalement le THC) des échantillons analysés dans les saisies de police est lui aussi en augmentation (il se rapproche des 16% enregistré aux Pays-Bas).

La Ministre de la Santé défend ASUD La Ministre de la Santé défend ASUD Réponse du ministère Affaires sociales et santé à la question écrite N° 20055 du député Jean-Frédéric Poisson (UMP) Question soumise le 5 mars 2013 M. Réponse parue au JO le 16/07/2013 La politique de réduction des risques en direction des usagers de drogue a pour objectif de prévenir les risques immédiats liés à la consommation de drogues illicites, notamment les contaminations par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et le virus de l’hépatite C. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

L’association Principes Actifs défend le cannabis thérapeutique L’association Principes Actifs défend le cannabis thérapeutique Fondée par des patients, l’association a pour but de créer un réseau regroupant des personnes atteintes de maladies reconnues comme susceptibles de réagir favorablement à la prise de cannabis et en faisant usage. Cette question de l’usage médical du cannabis reste fermée en France. Nous avons pourtant besoin d’être entendus mais nous devons être de bons malades, dociles, acceptant d’ingurgiter des prescriptions médicamenteuses sans poser de questions. Avant d’être une association, Principes Actifs était un collectif, né en 2009 à la suite de la première conférence française sur l’usage du cannabis thérapeutique que j’ai organisé avec l’association Asud. Pourquoi avons-nous créé cette association ? Principes Actifs a pour but de créer un réseau de malades faisant usage de cannabis pour le traitement des symptômes de pathologies reconnues comme susceptibles de réagir favorablement. Cette situation doit cesser ! Nos objectifs

Snoop Lion approuve ce message | Tracks #Psychovinyle #Trackshare #Replay

Related: