background preloader

Bad buzz : gérer une crise sur les réseaux, les règles d'or.

Bad buzz : gérer une crise sur les réseaux, les règles d'or.
Chaque année de nombreux articles de blogs mettent les bad buzz à l’honneur. Ils cherchent à expliquer comment s’est produit tel ou tel lynchage numérique, quels sont les supports ou canaux de communication en cause. Moins nombreux mais tout aussi intéressants, les articles sur « La gestion de crise sur les médias et les réseaux sociaux » permettent de comprendre les différents processus mis en place (ou pas) par les entreprises. Comment endiguer la propagation d’un contenu ? Les réponses apportées sont-elles spécifiques à ces supports et pourquoi ? Dans cet article vous découvrirez les règles d’or des plus grands spécialistes de la communication et de la gestion de crise. Des réseaux sociaux plus sensibles que d’autres Il y a réellement deux réseaux sociaux sensibles au bad buzz, terreau fertile à la vitesse de propagation d’un bruit, d’une rumeur, d’un mécontentement… : TwitterFacebook Bad buzz : gérer une crise sur les réseaux, les règles d’or – Comprendre de quoi il s’agit. – Veiller.

Créer une vidéo virale : stratégie, petits secrets et coup de dés! J’ai la chance d’avoir des clients merveilleux qui m’inspirent la plupart des sujets traités sur ce blogue. Cette semaine ne fait pas exception. On m’a ainsi récemment interpellée sur la possibilité de créer une vidéo virale, un rêve que caressent bon nombre d’entreprises à la recherche de notoriété à faible coût. Évidemment, conquérir le web et les médias sociaux à la manière de WestJet et de leurs 41 millions de vues sur YouTube n’est pas chose facile. Pour suivre Stéphanie sur d’autres plateformes : Facebook ou LinkedIn. La vidéo elle-même Tout part du concept. Le lancement et la propulsion Faites attention à votre «timing». Finalement, soyez prêts pour le déluge! Une personne doit également être désignée pour réagir aux commentaires qui seront publiés sur les réseaux sociaux (un plan de gestion des réactions négatives serait un atout!). Rappelez-vous qu’une bonne vidéo virale n’a pas besoin de coûter une fortune à réaliser. À la semaine prochaine, Stéphanie Lisez mes billets précédents.

Les 6 leviers pour faire un buzz Dans mon dernier article, l’ABC du buzz, je vous ai mentionné 6 leviers qui, selon Mark Hughes, vous aideront à transformer votre contenu en buzz. Chose promise, chose due, voici maintenant mon article présentant ces 6 leviers, avec exemples à l’appui! Le tabou L’été dernier, Mark Zuckerberg annonçait sur Facebook la grossesse de sa femme, mais aussi ses fausses couches passées. L’insolite Avec près de 558 millions de vues en 2 ans, la chanson What does the fox say par Ylvis ne tient certainement pas son succès à la qualité de ses paroles, mais plutôt au caractère insolite de celles-ci. Le scandale Cette forme de buzz est de loin la plus utilisée dans les vidéoclips depuis longtemps. L’admiration Je modifierais ici pour l’émotion, plutôt que l’admiration. Plusieurs buzz se sont aussi créés autour d’une cause, élément qui amène bien sûr une grande émotivité. Le secret L’être humain est un être curieux et animé d’une soif de savoir qui peut le mener jusqu’à l’indiscrétion. L’hilarité

Community manager et Bad Buzz : quelles relations de cause à effet Ils sont sur le front tous les jours pour maintenir à flot la réputation de leurs entreprises, et pourtant il arrive que parfois ils la coulent par leur action ou leur erreur. Eux, ce sont les community manager. Leur cauchemar ? Subir les foudres de leur communauté. Pire cauchemar encore : que la cause du mécontentement provienne de leur propre action. Alors que les bad buzz fêtent leur 10 ans, il était plus que temps que j’établisse un portrait détaillé de tous les bad buzz provenant directement du community manager. I. Il existe 3 types d’erreurs de community manager qui mènent à un bad buzz : La mauvaise blague : le community manager, dans sa recherche de l’engagement utilise une blague qui passe mal.L’opportunisme mal placé : le community manager, dans l’optique de profiter à tout prix d’une actualité, va surfer sur un événement. 1. Par exemple, le community manager, dans sa recherche de l’engagement utilise une blague qui passe mal, comme Orangina en 2011, à propos des roux. 2. 3.

Gestion de bad buzz : le cas Décathlon Le 14 décembre dernier, un Décathlon des Vosges a publié sur Youtube un libdub reprenant le morceau « Call me maybe ». Les vendeurs du magasin dansaient et chantaient des paroles destinées à promouvoir les produits de Décathlon comme cadeaux de Noël… Décathlon Saint-Dié-des-Vosges Noël 2012 par Spi0n Décomplexée, voire légèrement grotesque, la vidéo a rapidement fait parler d’elle sur Twitter. Mais les soutiens, bien que plus rares, sont aussi venus : Le CM à fond la forme Rien que du très classique donc : les gens réagissent à une vidéo qui sort de l’ordinaire. Pour éteindre le feu, donnez-lui de l’oxygène La réponse au buzz ne s’arrête pas là : plutôt que d’étouffer la vidéo, le lipdub est intégrée… en home de la page Youtube de Décathlon France ! Une très bonne initiative de la part de Décathlon. Pour conclure, quelques leçons à retenir : 1. 2. Cette rapidité est probablement due à une organisation hiérarchique aplanie. 3. 4.

La stratégie Bad buzz, risquée et si commune Une stratégie de marketing viral, c’est une stratégie gagnante pour les marques. On lance une vidéo ou une publicité et elle est partagée partout sur la toile, on en parle partout dans les journaux, peu de coûts et un véritable impact. Mais pour mettre en place une stratégie de marketing viral, il faut être différent et original. Quoi de plus innovant que de « mal » faire les choses ? Les réseaux sociaux facilitent la transmission des messages, bons ou mauvais. Qu’est-ce que le bad-buzz ? Qu’est-ce que c’est, le Bad Buzz ? Le bad buzz à l’origine, c’est créer de l’indignation, de la colère ou une émotion négative chez le récepteur d’un message publicitaire. Cependant, les internautes en dénonçant une publicité la relaie et lui donne de plus en plus de visibilité au fil des partages. En règle générale, le bad buzz est synonyme de crise et les entreprises se battent pour la gérer. Une stratégie bad buzz orchestrée Départ sur les réseaux sociaux Relais sur la toile Reprise par les journaux

Autopsie des "bad buzz" en 2015 Le "bad buzz" est aujourd'hui devenu l'ennemi numéro un des marques sur les médias sociaux. Une récente étude menée par Nicolas Vanderbiest pour Visibrain (relire sur ce blog l'interview de son co-fondateur, Jean-Christophe Gatuingt) analyse ces crises sur l'année écoulée. Tentons d'en extraire les principaux enseignements. S'intéressant uniquement à la scène médiatique francophone, l'étude dénombre 109 crises en 2015, un chiffre en quasi-stagnation par rapport à 2014, et qui contraste avec l'augmentation exponentielle des années précédentes, ce qui dénote une certaine maturité des réseaux et de leurs usages, phénomène déjà observé via d'autres indicateurs. Les secteurs dans lesquels les crises sont les plus souvent rencontrées sont les médias, le commerce de détail (retail), et l'alimentaire. L'un des faits marquants de l'étude porte sur l'origine des crises et le lieu d'expression des utilisateurs. L'éthique n'est plus une barrière pour les marques.

Analyser un badbuzz | Écrire pour le web (c) Crédit Photo: Pub American Apparel Badbuzz? C’est quoi ça? L’internaute devient lui-même le média de l’information, c’est bien connu, et il est désormais plus facile que jamais de répandre tous propos négatifs, véridiques ou non, au sujet de quiconque ou de n’importe quelle marque ou entreprise sur le web. Le phénomène peut faire sourire, mais en général le préjudice est bien réel. Le bad buzz peut avoir plusieurs faces! Le bad buzz peut être la conséquence d’une action marketing qui a mal tourné et qui a déplu aux consommateurs. Souvent les marques utilisent les mêmes leviers pour «contrôler le buzz» et se vanter. Et comme pour créer un bon buzz, la propagation d’un badbuzz va souvent être gratuite ou très bon marché pour ses messagers. L’évaluation du coût d’un badbuzz Une crise de réputation peut toujours avoir des conséquences que l’on ne peut pas chiffrer. En plus, il n’existe actuellement aucune évaluation certaine du coût exact d’une crise de réputation sur le web.

SAAQ : une intervention Facebook exemplaire! Aujourd’hui, je lève mon chapeau au gestionnaire de communauté de la page Facebook de la Société de l’assurance automobile du Québec. La capture d’écran suivante est assez éloquente pour expliquer mon coup de coeur. Réaction de la SAAQ à un commentaire désobligeant sur Facebook. Imaginez la scène. Que fait le gestionnaire de communauté? Le gestionnaire de communauté demeure un métier méconnu pour une grande majorité. À ceci s’ajoute une « tâche connexe » : celle d’éduquer les gens. Aujourd’hui, mon cher Gino Desrosiers, gestionnaire de communauté de la SAAQ, c’est toute ta communauté de pairs qui t’admire et te soutient. Vidéo virale, 10 conseils et 6 exemples à découvrir Comment rendre une publicité virale sur le web ? Une vidéo virale est d’abord une vidéo postée par une marque/entreprise et qui a pour vocation d’être visionnée par un large public de clients comme de prospects. Cependant, c’est aussi une vidéo que l’on se partage par le biais du bouche à oreille et en l’occurrence par le bouche à oreille électronique aussi appelé WOM (word of mouth) qui fait tout le succès d’une vidéo virale. Il faut donc bien distinguer les vidéos partagées des vidéos visionnées et adopter une stratégie spécifique en fonction des objectifs que l’on se fixe : un maximum de vues ou un maximum de partage ? Thales Teixeira, professeur spécialisé en marketing à Harvard nous ouvre les portes du marketing viral et explique comment réussir une vidéo ciblée et efficace. Vidéos virales, succès d’une marque Nike – Leave nothing Dermablend – Zombie Boy Microsoft – Don’t fight : windows phone contre Apple et samsung Orangina – Mission 404 Vidéo virale, bad buzz

Analyse des Bad Buzz de l’année 2015 Je vous présente, aujourd’hui, un livre blanc réalisé par Nicolas Vanderbiest et Visibrain dans lequel ils livrent leurs observations et analyses sur les Bad Buzz de l’année 2015. Plus d’une centaine de crises ont été décortiquées, ce qui correspond à 2 par semaine, et 7 recommandations sont proposées aux marques pour les anticiper et bien les gérer en 2016. Quelques mots sur les auteurs de ce livre blanc : Nicolas Vanderbiest est un expert de l’E-réputation, des crises sur les réseaux sociaux, il en parle régulièrement sur son blog, que je vous invite à lire. Visibrain est une plateforme de veille Twitter utilisée par les professionnels de la communication pour anticiper, gérer les bad buzz et protéger leur réputation. Les marques, Twitter et les Bad Buzz L’étude indique que 78% des crises sont dues à une erreur dans la communication ou le marketing de l’entreprise. 7 leçons à retenir pour 2016 Cliquez pour avoir des explications. L’infographie sur les Bad Buzz 2015 commentaire(s)

8 ingrédients pour atténuer les risques d’une crise 2.0 Carl-Olivier Perras-Beaulieu Le 11 avril dernier se tenait la conférence Boomerang, le rendez-vous incontournable du web présenté par Infopresse. Voici un résumé d’une classe de maîtres intitulée Développer un plan de gouvernance et gérer une crise 2.0. Un monde hyperconnecté Au Québec, plus de 3 750 000 Québécois ont un profil Facebook et 650 000 en ont un sur Twitter. Nous vivons actuellement dans un monde où l’information circule à une vitesse ahurissante. Les types d’enjeux pour les organisations sont multiples : réputation (Lassonde, La Redoute, Première Moisson, etc.), service à la clientèle (Air Transat, Vidéotron, Domino’s Pizza, etc.) Pour atténuer les risques de crise, je vous partage donc aujourd’hui une recette composée de 8 ingrédients et d’une seule étape : la préparation. 1. D’abord, il est important d’effectuer une veille efficace des médias sociaux. 2. Ensuite, il demeure important d’avoir un guide sur les médias sociaux à l’interne. 3. 4.

Related: