background preloader

A la recherche de la ville durable

A la recherche de la ville durable
Plus d’un être humain sur deux vit aujourd’hui en ville. C’est donc là, dans nos cités, que nous relèverons (ou pas) les principaux défis de notre temps. Ecocity, dont la Xe édition se tient cette année en France, à Nantes, tente de dessiner des chemins possibles, en faisant de la ville "un chantier essentiel pour la réponse aux enjeux globaux de la durabilité" (1) De la ville intelligente à la ville du Sud, en passant par les acteurs qui font bouger la ville, Terra eco vous propose ici un aperçu de ce vaste sujet. (1) Le projet Ecocity est porté par l’ONG Ecocity Builders Pour télécharger le supplément en pdf, c’est ici

http://www.terraeco.net/A-la-recherche-de-la-ville-durable,51350.html

Related:  mmbpECOLOGIE URBAINE, VILLE DURABLE

Écologie urbaine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’écologie urbaine étudie l'ensemble des problématiques environnementales concernant le milieu urbain ou périurbain. Elle vise à articuler ces enjeux en les insérant dans les politiques territoriales pour limiter ou réparer les impacts environnementaux et améliorer le cadre de vie et la qualité de vie des habitants. Cette notion a parfois un sens plus restrictif, désignant spécifiquement l'écologie des organismes vivants dans une zone urbaine, principalement représentés par les espaces verts, publics et privés et les animaux sauvages - mais cet usage tend à se raréfier.

Dossier / l'agriculture urbaine Sous la direction de Eric Duchemin (VertigO - La revue électronique en sciences de l’environnement) (Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal) (Université du Québec à Montréal), Luc Mougeot (CRDI, Canada) et Joe Nasr (Collège Ryerson, Canada) Depuis maintenant plus d’une décennie - selon la plus récente estimation disponible – ils sont mondialement environ 800 millions à pratiquer l’agriculture urbaine (AU). 200 millions d’entre eux réalisent de la production de marché et 150 millions le font à plein temps. Ces gens produisent environ 15% de la production mondiale de nourriture. Selon les prédictions, ce pourcentage pourrait doubler dans la prochaine génération.

Un potager sur le toit Imaginez un potager, situé sur le toit d'un gymnase, entouré de buildings d'une dizaine d'étages et offrant une vue panoramique sur toute la ville. Non, vous n'êtes pas dans une des méga-fermes qui poussent au sommet des tours de Brooklyn ou Montréal, mais sur le toit d'un gymnase du 20e arrondissement de Paris, dans le premier jardin sur toit de la ville. Oubliez aussi les retraités en mal d'occupations. Ce matin, c'est une population variée faite d'étudiants, de mères de famille et barbus lookés comme dans un catalogue d'Urban Outfitters qui sont venus en découdre avec les mauvaises herbes. « Pendant la belle saison, les gens viennent jardiner mais aussi lire, prendre le soleil, partager un repas ou bavarder avec leurs voisins. Il y a des enfants partout, c'est très sympa », précise Nadine Lahoud, l'une des habituées de ce lieu de 600 m2, qui vient de repiquer épinards et betteraves.

Les éco-quartiers sont-ils le futur de la ville ? C’est dans les villes que sont consommés 75% de l’énergie mondiale. Elles sont encore très dépendantes des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel). Ces cinquante dernières années, les villes européennes se sont étendues en moyennes de 78% alors que les populations ne grossissaient que de 33%. La ville durable met le cap au Sud « Dans les pays en développement voire émergents, parler de ville durable semble souvent ahurissant. La priorité est la croissance économique », souligne Yvette Veyret, géographe coauteur de l’Atlas des villes durables (éd. Autrement). « Et, quand une classe moyenne émerge, elle n’a qu’une idée en tête : rattraper le modèle occidental, ce qui se traduit par une surconsommation, soit l’inverse de ce que prône la ville durable », renchérit Alain Dubresson, géographe spécialiste de l’Afrique. Répondre « plus particulièrement aux besoins essentiels des plus démunis » est, de fait, un des objectifs du développement durable. C’est écrit noir sur blanc dans le rapport Brundtland des Nations unies de 1987, qui a posé le concept. Un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles où la préoccupation principale est l’accès aux services de base et à l’emploi.

Débat " Ville en mutation : enjeux et perspectives " le 2 juillet à Paris Dans le cadre de la 2ème édition " l'EXPO les villes en mouvement ", Fimbacte organise le débat " Ville en mutation : enjeux et perspectives " qui aura lieu le Mardi 2 juillet 2013 de 17h30 à 19h30 au siège de la SMABTP (Paris 15ème). En 2013, "l'EXPO les villes en mouvement %u2013 vers une ville en mutation'', rencontre les capitales régionales dont Boulogne-sur-Mer, Rouen, Strasbourg... et organise des débats autour de leurs projets d'aménagement, facteur de mutation urbaine. Le débat annuel, à Paris, qui réunit les élus des villes visitées, a pour objectif d'identifier les orientations actuelles et de réfléchir ensemble à l'urbanisation de demain. Ce rendez-vous abordera l'importance de l'environnement naturel, la mixité fonctionnelle facteur dynamisant et la ville multipolaire gage d'équilibre.

Nature(s) en ville La nature, élément du bien-être des citadins La nature « sauvage », qui peut se définir comme l’ensemble des éléments (végétaux et animaux) qui n’ont pas été transformés par l’Homme et qui sont préexistants à lui, a été un espace hostile qu’il s’agissait de dompter. Elle n’est jamais « parue si belle que lorsque la machine a fait son intrusion dans le paysage » (Baridon 1998). La nature symbolise alors dans l’imaginaire des hommes la liberté et la beauté. L’architecture vernaculaire pour un développement urbain durable - Bâtiment © Francis Demange pour Nomadéis Cédric Beacher et Nicolas Dutreix, directeurs associés du cabinet de conseil Nomadéis Nomadéis est un cabinet d’étude et de conseil indépendant, spécialisé en environnement, développement durable et coopération internationale. Depuis 2002, le cabinet accompagne des entreprises, des collectivités et institutions publiques, des fondations et associations pour la réalisation d’objectifs stratégiques en France et à l’international. L’Arene Île-de-France vient de publier une étude sur le bâti vernaculaire. Cédric Beacher et Nicolas Dutreix, directeurs associés du cabinet de conseil Nomadéis, expliquent l’intérêt environnemental et social de ce type d’architecture.

Ville durable : ils changent le monde George Ferguson ne change pas Bristol seulement sur le papier On le reconnaît au pantalon rouge vif qui ne le quitte jamais. A 65 ans, George Ferguson a changé de carrière. Architecte, cet Anglais est devenu maire de Bristol, sixième plus grande ville d’Angleterre. Le jour de son entrée en fonction, en novembre 2012, ce nouveau venu dans la politique, élu en tant qu’« indépendant », a annoncé que son salaire lui serait versé en monnaie locale, les Bristol pounds. Il a inscrit au budget de sa ville une enveloppe de 500 millions pour l’amélioration des transports d’ici à 2015, et une autre de 300 millions destinée à améliorer l’efficacité énergétique et à développer les énergies renouvelables d’ici à 2020.

Related:  documents web