background preloader

La ville: ouverte et/ou intelligente

La ville: ouverte et/ou intelligente
« Smart city » et « open data » : les deux approches ont en commun de mettre la donnée au coeur du fonctionnement de la ville intelligente. Mais au-delà des questions liées à la production des données, les conditions de son partage font débat. Doit-on les ouvrir à tous, en s’appuyant sur une possible intelligence des foules ou au contraire en faire un objet de pilotage centralisé des activités urbaines, quitte à en réserver l’accès à quelques opérateurs urbains ? Illustré d’exemples français (Rennes Métropole, Grand Lyon) et internationaux (Singapour), ce billet se propose d’éclairer les évolutions en cours et les combats d’acteurs qui s’annoncent autour de ce « nouveau pétrole » que constitue la donnée urbaine… La version originale de cet article a été publiée dans le numéro 25 de la revue urbaine Place Publique Rennes. Je le reproduis ici avec leur aimable autorisation. 1 – La donnée, carburant des services urbains 2 – La ville intelligente façon smart city, des contours flous J'aime :

http://donneesouvertes.info/2013/09/27/la-ville-ouverte-etou-intelligente/

Related:  Smart citiesSmart CitiesSmartcityaménagement urbainville_en_oeuvre

Alléger la ville : des stratégies de lieux partagés Après les plateformes de crowdfunding urbain et les kits d’intervention urbaine, le groupe de travail “Alléger la ville” de la Fing poursuit la publication de ses conclusions sous forme de pistes d’innovation…Retour sur le désir d’hybridation du numérique dans l’espace urbain… Des lieux, oui ! Mais pour quoi faire ? Marine Albarede et Thierry Marcou esquissent une typologie de nouveaux lieux et de fonctions pour incarner nos nouvelles proximités et favoriser la création et l’innovation sous toutes leurs formes. La ville intelligente, ultime utopie avant un chaos urbain généralisé ? Temps de lecture estimé : 6 min Aussi neuf et incertain qu’il soit encore, le concept de « ville intelligente » ou « V.I. » suscite un engouement qui n’est pas sans rappeler celui de la «fée électricité» à la Belle-Epoque. L’essayiste Jérémy Rifkin appelle au développement des technologiques informatiques dont les V.I. dépendent dans l’espoir d’une « troisième révolution industrielle » [] . Mais les prototypes récemment sortis de terre laissent craindre que les solutions vantées ne soient pas à la hauteur du chaos urbain généralisé qui s’annonce et qu’elles fassent perdre un temps précieux à une indispensable transition vers la « ville durable ».

La Ville Intelligente La ville numérique est un dossier transversal qui emprunte à la fois au numérique, à l’Internet, à la communication, etc. C’est une utopie, la technologie devançant encore une fois le sociétal. 1- Intelligent = smart 2- La ville intelligente 3- Les nouveaux espaces de connectivité 4 scénarios pour la Ville Numérique de demain En juin dernier, Google annonçait la création de Sidewalk Labs, une “entreprise d’innovation urbaine dédiée à l’amélioration de la vie en ville des résidents, actifs et municipalités ». Sidewalk propose de créer des services « à l’intersection des mondes physiques et numériques ». Par exemple, reconvertir des anciennes cabines téléphoniques à New York pour créer plus de 10 000 hotspots, accès publics gratuits au WiFi. Allons-nous un jour voir nos bons vieux services publics remplacés par des solutions designed in Mountain View (ou Cupertino, ou Seattle) ? Difficile à croire : toutes les villes ne sont pas comme New York rompues aux partenariats publics-privés de grande ampleur.

Alléger la ville : l’intervention urbaine en kit Par Marine Albarede le 04/10/13 | 8 commentaires | 4,078 lectures | Impression Après les plateformes de crowdfunding urbain, le groupe de travail “Alléger la ville” de la Fing poursuit la publication de ses conclusions sous forme de pistes d’innovation… Préparez-vous au déploiement des kits d’intervention urbaine ! Une ville, qui sait ouvrir ses systèmes et espaces urbains, ne les pense plus comme des éléments terminés, mais comme des objets actionnables, espaces de proposition par et pour les citadins ; cela signifie rendre possible, faciliter ces interventions, mais aussi savoir se laisser surprendre tout en se dotant d’une certaine souplesse de réaction. Plus globalement, il s’agit de faire évoluer la participation dans l’espace public. L’outillage de ces interventions urbaines, pour qu’elles concernent le plus grand nombre, pour qu’elles se démocratisent, est essentiel ; c’est à ces enjeux que se proposent de répondre les kits d’intervention urbaine.

Comment notre "société des données" va reconfigurer la ville?UrbaNews.fr L’incidence des données et de leur explosion est en train de franchir un cap. Aux portes des villes, sur d’anciens sites industriels ou sur des bases logistiques désaffectées, de drôles de « boîtes » fleurissent, comme autant de témoignages physiques d’un basculement numérique en cours. Érigés au plus près de la demande et des points d’interconnexions, là où la croissance des besoins en matière de stockage et de gestion des données se fait la plus critique (mais aussi là où il est le plus logique et facile d’y répondre), les data centers, comprenez des « centres de traitement de données », ont à charge d’abriter et de faire tourner des milliers de serveurs d’entreprises, à la manière d’immenses pouponnières digitales. L’essor des données et de leurs infrastructures On les appelle « fermes à serveurs » ou « usines numériques ». Les data centers, ces immenses hangars qui se développent ces dernières années au cœur du réseau métropolitain mondial ont semble-t-il de beaux jours devant eux.

Transports et Ville intelligente 93 903 879Connected objects Potentiel de SIGFOX (connexions) * Une ville intelligente intègre les technologies vertes de pointe pour créer une métropole qui est durable et offre un niveau de vie élevé. Une ville intelligente ouvre la voie vers la neutralité carbone et propose des solutions rentables et efficaces pour ses habitants. En même temps, une ville saine et éco énergétique utilise des sources d'énergie renouvelables autant que possible, y compris la biomasse et les déchets, et est un pionnier dans le déploiement des technologies intelligentes avancées.

Interactions dans un groupe d’apprenants Plusieurs stratégies peuvent animer un groupe d’apprenants et caractériser les interactions qui se vivent entre les différents participants. 4 organisations différentes sont présentées et caractérisées ici : collaboration, confrontation, compagnonnage et compétition. Après avoir étudié l’intérêt de chacune, on verra la pertinence de les associer. 1 – La collaboration La collaboration est pertinente dans le cadre d’une pédagogie par projets ou par problème, à condition que la tâche ne soit pas réalisable seul. TESS - EU funded project FP7: French project description French project description Le projet TESS a été conçu d’une part dans le but de permettre aux décideurs de prendre en considération l’ensemble des données de niveaux communautaire, national, régional et local lors des prises de décision et d’autre part dans le but d’encourager les communautés locales à préserver et restaurer les services fournis par les écosystèmes et la biodiversité. Une condition nécessaire à la réalisation de ces objectifs est la mise en place d’un système transactionnel de support à la décision en matière d’environnement permettant d’associer les communautés locales à la planification politique de niveau central. Un tel système permettra notamment de veiller à la prise en considération de nombreuses recherches sur les services fournis par les écosystèmes et la biodiversité ainsi qu’à l’élaboration de cartes à petite échelle décrivant la répartition des habitats et des espèces dans les zones cultivées et aménagées.

Entretien avec Anthony Townsend, directeur de l'Institut pour le futur et auteur de "Smart Cities : Big Data, Civic Hackers and the Quest for a New Utopia" - Entretiens Entretien avec Anthony Townsend, directeur de l'Institut pour le futur et auteur de "Smart Cities : Big Data, Civic Hackers and the Quest for a New Utopia"

Related: