background preloader

Le capes de documentation -CRDP Aquitaine :

Le capes de documentation -CRDP Aquitaine :

les classifications Le discours que l'on entend sur le peu d'importance que revêtent les classifications depuis l'informatisation des catalogues de bibliothèques est injustifié. S'il est vrai que les classifications ne nous servent plus qu'à coter et non plus à construire des fichiers-matières systématiques, une bonne cotation est néanmoins indispensable car elle est le seul garant d'une organisation matérielle cohérente des fonds documentaires et participe de ce fait, à l'efficacité de la recherche documentaire. En effet, il ne faut pas oublier que l'accès direct aux rayons est pour beaucoup d'élèves le seul moyen utilisé pour la recherche de documents (fonds non informatisé ou pas entièrement, méconnaissance du logiciel, pas assez de poste de consultation ...). On a donc intérêt à maîtriser les techniques de cotation pour rendre le fonds le plus accessible possible. Le travail sur une classification permet une approche globale des problèmes d'organisation de l'espace en CDI. Sommaire

3- Fiches thématiques Articles publiés dans cette rubrique Dokiwiki A découvrir (ou redécouvrir) le wiki d’étudiants ayant préparé le CAER de documentation pour la session 2009. Vous y retrouverez : des Actualités des fiches Auteurs un vivier de Citations des critiques de littérature jeunesse des références de Culture générale tout ou partie de la Culture professionnelle une Méthodologie du concours [ !! lire la suite de l'article Production de fiches collectives Sur le forum Prof Doc et CDI, nous avons ouvert une rubrique "espace de travail - fiches de synthèse". Nous vous proposons de nous y rejoindre afin de participer à l’élaboration de ces fiches collectives et d’enrichir ainsi votre culture professionnelle pour la préparation du CAPES. lire la suite de l'article

Information Literacy En France, le recours au terme Information literacy donne l’illusion de régler le problème d’un flou conceptuel : formation à la maîtrise de l’information, éducation informationnelle, formation des usagers, formation documentaire… comment nommer ce qui idéalement dépasse une simple formation à la recherche documentaire, pour aller vers une réelle maîtrise des outils et des concepts de l’information, voire s’égare vers la media literacy, mais qui dans les faits est parfois cantonné à la visite de la bibliothèque ?Au niveau international, l’information literacy est un sujet fort, qui regroupe associations, journaux spécialisés, recherche autour de la formation des usagers et a donné lieu à de nombreuses définitions. Association IFLA. Information literacy section. Website of the International Federation of Library Associations and Institutions [en ligne]. Dossier Formation des usagers. Ressources CHAPRON, Françoise et DELAMOTTE, Éric. MALIÉ, Pierre et NOËL, Élisabeth. SERRES, Alexandre.

Agenda 2016-2017 Petit aide-mémoire des manifestations à l’usage des établissements scolaires 2021-2022 Liste indicative et non exhaustive de manifestations qui sera remise à jour régulièrement dans la mesure du possible en fonction de la parution des instructions officielles et des informations relatives aux dates et aux thématiques. Une collaboration à partir d’un fichier modifiable. Quelques comptes officiels à suivre On peut suivre quelques comptes officiels autour de l’éducation et de la culture sur Twitter Compte officiel du MEN : @educationfrance Twitter officiel du portail des professionnels de l’éducation, de la direction générale de l’enseignement scolaire - ministère de l’Éducation nationale : @Eduscol Comptes Twitter disciplinaires Eduscol (Voir la page sur le site : Les comptes Twitter disciplinaires Eduscol : s’informer avec des comptes référents dont 2021 et 2022, années internationales 2021-2030 : Décennie des sciences océaniques pour le développement durable Documents de référence Financement

Economie du document (Bloc-notes de Jean-Michel Salaün) Le cours ouvert en ligne sur l'économie du document s'est achevé fin avril. Le cours n'en est pas à sa première version. Il a précédemment été proposé en format ouvert trois fois sur le web depuis 2008. La dernière version a bénéficié des expériences précédentes, mais elle a compris aussi de nombreuses innovations. En voici un bref bilan subjectif du côté enseignant. Pour éviter une trop grande dispersion, je n'ai pas mis de lien à l'intérieur du texte. Audience Le cours était offert, cette fois, sur deux programmes comme cours optionnel, le master en architecture de l'information de l'ENS de Lyon (2 étudiantes) et la maîtrise en sciences de l'information de l'EBSI de l'Université de Montréal (27 étudiant(e)s) et il était librement accessible sur le web par l'intermédiaire d'un blogue sur Hypothèses.org. En terme de pages vues, la présence écrasante de la France (60%) mérite d'être notée. Architecture Le cours a articulé plusieurs sites ou plateforme : Contenu Participation Evolution

CULTURE NUMÉRIQUE : 08 L'hypertexte - Centre d'Enseignement Multimédia Universitaire (C.E.M.U.) Université de Caen Basse-Normandie CULTURE NUMÉRIQUE : 08 L'hypertexte La définition qui semble la plus adéquate de l'hypertexte a été posée en introduction d'un numéro spécial de juillet 1988, désormais célèbre, du journal Communication of the ACM. Smith et Weiss y considéraient l'hypertexte comme « une approche de la gestion de l'information dans laquelle les données sont conservées dans un réseau de nœuds mis en relation par des liens. Les nœuds peuvent contenir du texte, des graphiques, du son, de la vidéo aussi bien que des logiciels ou d'autres formes de données. » Le modèle hypertexte propose en effet un mode particulier d'accès à l'information : la navigation. On peut distinguer plusieurs types de recherche d'information : Ces modèles de recherche d'information ne s'excluent pas les uns les autres. Les principales limites de l'hypertexte tiennent à la structure en blocs d'informations juxtaposés. Points essentiels

Vocabulaires contrôlés Introduction Jusqu'à la fin de la dernière décennie, le schéma qui se trouvait derrière la notion de langage documentaire était que le langage utilisé à l'indexation devait être le même que celui utilisé à la recherche. En outre la plupart des spécialistes de la question pensaient que des langages documentaires de type différent (par exemple RAMEAU et Motbis pour ne citer qu'eux) ne pouvaient en aucun cas être compatibles. La grande nouveauté en ce domaine est apparue avec la norme américaine ANSI-NISO Z39.19:2005 dans les annexes de laquelle on trouvait des exemples d'interopérabilité entre LCSH (équivalent américain de RAMEAU) et le thésaurus ERIC (équivalent américain de Motbis). Mots-clés, conceptualisation, contextualisation et repérage de l’information pertinente (du triomphe de Google au projet de Web sémantique du W3C) semblent aller dans un sens tout à fait différent. L’approche traditionnelle des langages documentaires

Enseigner avec les technologies L’Espace « enseignement et technologies » (EET) développé par le RISET (Réseau Interfacultaire de Soutien Enseignement et Technologies) promeut les initiatives d’intégration des technologies dans l’enseignement à l’Université de Lausanne (UNIL). Outre les dossiers thématiques, le réseau met à disposition un guide de l'enseignant(e) pour « avoir un aperçu des possibilités offertes par l’intégration des technologies dans l’enseignement ». Le guide proposé ne se présente pas comme souvent sous la forme d'un fichier au format PDF à télécharger. Il s'agit ici d'une interface dynamique composée de différents carrés à la manière d'un damier. Quatre grands blocs s'affichent en entrées thématiques : Construire un scénario pédagogique, Quelques réalisations, En pratique, Du soutien en cas de besoin. Pour accéder au contenu et zoomer sur les différentes sous-catégories, il suffit de cliquer dans un carré et d'opérer de façon inverse pour remonter d'un niveau. Sources Réseaux et médias sociaux

Les nouveaux usages appellent une nouvelle gouvernance. - Le blog de Séverin Naudet Le choix de rendre accessible et réutilisable les données publiques s’inscrit, c’est ma conviction, dans une perspective historique, dans une recherche d’un meilleur partage et d’une plus grande diffusion de l’information. La Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 énonçait clairement ce principe : « la Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration ». Il aura fallu des millénaires pour passer de l’écrit à l’imprimerie, des siècles pour passer de l’imprimerie au télégraphe. Mais le progrès technologique s’égrène dorénavant en années. 40 ans du télégraphe au téléphone. 15 ans de la radio à la télévision. Quelques années seulement pour l’émergence d’une « nouvelle économie des données ». Inexistants au 20ème siècle, les réseaux sociaux contribuent désormais à l’expression de la démocratie. La réutilisation des données publiques est un droit pour tous consacré par la loi. Le choix courageux est de devancer et d’accompagner les attentes. sn

Questions de genre : Des ressources pour débattre - Site internet de la CRAJEP Île-de-France La CRAJEP a décidé de consacrer un espace sur son site internet qui rassemble des ressources utiles pour continuer d'alimenter un débat citoyen sur les questions de genre. Sur cette page vous trouverez notre journal consacré au sujet, des articles, des initiatives, des adresses de blogs et de sites internet. Les questions de genre et d’égalité ne concernent pas que les femmes ni les associations féministes. Elles interpellent l’ensemble de la société dans toutes ses composantes, et interrogent aussi bien la notion d’égalité, que les cadres institutionnels et sociaux, ou encore notre modèle de société, de vivre ensemble et d’éducation. En cela, elles posent des questions multiformes aux acteurs de l’éducation populaire s’ils souhaitent s’en emparer. Ressources / Initiatives Egalité femme-Hommes : des ressources pour comprendre. 2 mini films pour expliquer le genre et le sexisme : Ces films font partie d'une série de mini vidéos intitulées "Les 3 minutes d'Hubertine sur..." Journal n°8

Folksonomies Le terme de folksonomie est apparu récemment sur le web pour désigner le phénomène d’indexation des documents numériques par l’usager. On rencontre également fréquemment le mot tag qui désigne en quelque sorte un mot-clé. Le terme de folknologie est aussi employé, mais plus rarement. L’usage du mot folksonomie semble donc plus opportun. L’architecte de l’information Thomas Vander Wal a forgé ce terme en combinant la taxinomie (règles de classification, taxonomy en anglais) et les usagers (folk). Ce phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur avec l’avènement des nouvelles technologies du web, dites « web 2.0 », qui donnent plus de possibilités d’expression à l’internaute. Le phénomène est-il durable ou n’est-ce qu’un effet de mode ? Caractéristiques Les folksonomies constituent la possibilité pour l’usager d’indexer des documents afin qu’il puisse plus aisément les retrouver grâce à un système de mots-clés. L’ouverture d’esprit caractérise la folksonomie, comme le web 2.0. Conclusion

OkYdOc Comment la propriété intellectuelle a transformé les Jeux olympiques en cauchemar cyberpunk A première vue, il y a assez peu de rapports entre les Jeux olympiques de Londres et les univers dystopiques du cyberpunk , tel qu’ils ont été imaginés à partir des années 80 dans les romans de William Gibson, de Bruce Sterling de Philip K. Dick ou de John Brunner. A bien y réfléchir cependant, le dopage – dont le spectre rôde sans surprise toujours sur ces jeux 2012 – est déjà un élément qui fait penser au cyberpunk, où les humains cherchent à s’améliorer artificiellement par le biais d’implants bioniques ou l’absorption de substances chimiques. Mais c’est plutôt à travers la gestion des droits de propriété intellectuelle par le CIO que l’analogie avec le cyberpunk me semble la plus pertinente et à mesure que se dévoile l’arsenal effrayant mis en place pour protéger les copyrights et les marques liés à ces jeux olympiques, on commence à entrevoir jusqu’où pourrait nous entraîner les dérives les plus graves de la propriété intellectuelle. No photography, please. We are british.

Related: