background preloader

Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste

Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste
Contexte historique La propagande abolitionniste Vers 1770, apparaît en Angleterre et aux Etats-Unis l’abolitionnisme, mouvement d’une nouveauté radicale qui remet en cause l’esclavage aux colonies. Il engage le combat contre ce qui apparaît alors comme une institution économiquement solide, efficace, fructueuse et donc tout à fait moderne. A l’origine, les idées religieuses d’égalité entre les hommes sont lancées par les quakers des deux côtés de l’Atlantique, puis répandues par de nombreuses églises protestantes. Elles rejoignent le message universel des Lumières. En Angleterre se cristallise un mouvement de grande ampleur. D’emblée, le mouvement se veut international, comme l’est la traite elle-même. Analyse des images Une « horreur géométrique » saisissante Cette célèbre gravure de 1789 met brutalement sous les yeux de l’Angleterre et des autres pays pratiquant la traite les conditions de transport des captifs noirs dans un bateau négrier, pendant la traversée d’Afrique en Amérique.

http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=730

Related:  Esclavage Antiquité-Traites NégrièresLe passage du milieu, à bord d'un négrierHistoire de l'esclavagepour les élèves : vidéos, sites et exercices

La traite négrière divise les intellectuels africains Le 27 avril dernier, pour la première fois un pays africain, le Sénégal, rendait hommage aux victimes de la traite négrière. La date de cette commémoration, qui se veut désormais annuelle, n’a pas été choisie au hasard: elle correspond à celle de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, le 27 avril 1848. Des poèmes ont été lus, des discours prononcés et des fleurs ont été jetées d’un bateau effectuant la traversée entre Dakar et l’île de Gorée, haut-lieu de ce trafic ignoble dont la «Maison des Esclaves» et sa porte béante ouverte sur l’océan Atlantique rappelle douloureusement ces départs sans retour. «Le pardon de l’Afrique à l’Afrique»

Slave Ships v Primary Sources v An estimated 15 million Africans were transported to the Americas between 1540 and 1850. To maximize their profits slave merchants carried as many slaves as was physically possible on their ships. Le Code Noir Le Code Noir est promulgué en 1685 par Louis XIV. Extraits. Art. 2 Tous les esclaves qui seront dans nos îles seront baptisés et instruits dans la religion catholique, apostolique et romaine. Enjoignons aux habitants qui achètent des nègres nouvellement arrivés d'en avertir dans huitaine au plus tard les gouverneurs et intendant desdites îles, à peine d'amende arbitraire, lesquels donneront les ordres nécessaires pour les faire instruire et baptiser dans le temps convenable.

La traite négrière résumée en une infographie de deux minutes D'habitude, quand nous évoquons «l'esclavage américain» ou «la traite américaine des esclaves», nous faisons référence aux colonies américaines ou, plus tard, aux Etats-Unis. Mais quand on s'intéresse à la traite négrière dans son ensemble, l'Amérique du nord ne joue qu'un rôle secondaire. Depuis le début de la traite, au XVIe siècle, jusqu'à sa fin, au XIXe siècle, les marchands d'esclaves ont transporté la plupart des Africains asservis à deux endroits: dans les Caraïbes et au Brésil. Parmi les plus de 10 millions d'esclaves africains qui sont finalement arrivés de l'autre côté, 388.747 –moins de 4% du total– sont arrivés en Amérique du nord. Contre 1,3 million en l'Amérique centrale, appartenant alors à l'Espagne, 4 millions amenés dans les colonies britanniques, françaises, néerlandaises et danoises dans les Caraïbes et 4,8 millions transportés au Brésil.

La Marie-Séraphique, navire négrier Bertrand Guillet La Marie-Séraphique, navire négrier Nantes ; éditions MeMo, 2010, 187p ; 35€ lundi 19 avril 2010, par Christiane Peyronnard Sous un joli nom, un triste navire, l’auteur reconstitue l’histoire d’un navire négrier en voyage vers les Antilles dans la seconde moitié du XVIII ème siècle, un commerce "ordinaire" pour l’époque, encouragé par l’État et légitimé par l’Église.

XVIe au XIXe siècles - La traite atlantique et le commerce triangulaire - Herodote.net La traite atlantique désigne le transfert forcé de 12 à 20 millions d'Africains en Amérique entre le XVIe et le XIXe siècle. Ce trafic d'esclaves noirs est une tache indélébile au front de la civilisation occidentale. Il commence au XVe siècle avec l'introduction de plusieurs milliers d'esclaves sur l'île portugaise de Sao Tomé, dans le golfe de Guinée. Actualités - Histoire-géographie - Éduscol La cartographie des données concernant la traite transatlantique d’esclaves depuis la fin du XVIe siècle redéfinissent ce fait historique. À partir de leurs recherches, des historiens ont construit une base de données qui permet de cartographier la traite transatlantique des esclaves africains depuis le XVIe siècle. Le blog Africa4-Regards croisés sur l’Afrique, hébergé sur le site de Libération et rédigé par Vincent Hirribarren et Jean-Pierre Bat, s’en félicite et rend compte de la démarche et des résultats de ce projet. De fait, la mise en carte de ces données permet de redéfinir les trajets de ce commerce qui apparaît de moins en moins « triangulaire ». Il s’agit le plus souvent d’un commerce vers les Caraïbes et le Brésil et non pas vers l’Amérique du Nord.

A bord du négrier : une histoire atlantique de la traite Une traite atlantique, mais des histoires différentes Les chiffres et la réalité sont tout d’abord rappelés par l’auteur : en quatre siècles, plus de 12 millions d’être humains furent déportés pour la partie transatlantique de la traite. Près de 2 millions d’entre-eux moururent avant d’avoir atteint les Amériques. L’ouvrage ne traite pas toute la période, mais se concentre sur les années 1700 à 1808.

navire négrier Accueil | Esclavage | Pédagogie | liens | Académie de La Réunion | Bulletin de la régionale Le voyage d'un navire négrier bordelais au Mozambique Cet extrait du journal de bord de J. Brugevin, commandant le navire négrier la Licorne, est tiré de la contribution de G. Debien, Le journal de traite de la Licorne au Mozambique, 1787-1788, parue dans Etudes africaines offertes à H.

Archives Municipales de Bordeaux - les navires négriers Au début de la traite négrière à Nantes, les armateurs s’arrangeaient pour acheter un vieux bateau de commerce qu’ils transformaient en négrier, et la plupart des navires nantais étaient construits par les procédés les plus rudimentaires avec des bois de qualité inférieure. Chose plus grave, ces bâtiments lents, peu maniables et trop lourdement chargés pouvaient fort bien sombrer dans une tempête. Autant par intérêt que par humanité, des armateurs qui avaient perdu ainsi par naufrages, navires, équipages et cargaisons, firent construire, dans la seconde partie du XVIII siècle, des voiliers plus résistants et doublés de cuivre, qui effectuaient leurs voyages plus rapidement et avec moins de risques d’accidents. Au début du XVIII siècle, les négrier jaugeaient de 100 à 150 tonneaux.

Le négrier d’hier à aujourd’hui Historien, écrivain et militant des droits de l’homme, Marcus Rediker est professeur à l’université de Pittsburgh. Spécialiste de l’histoire maritime et notamment de l’Atlantique, il a publié plusieurs livres, notamment Villains of All Nations : Atlantic Pirates in the Golden Age (2004) et The Amistad Rebellion : An Atlantic Odyssey of Slavery and Freedom (2012). Il a accepté de nous donner cet entretien à l’occasion de la sortie en France de son livre The Slave Ship.

Related: