background preloader

Comprendre et approfondir - Chemins de mémoire de la Grande Guerre en Nord-Pas de Calais

Comprendre et approfondir - Chemins de mémoire de la Grande Guerre en Nord-Pas de Calais
Related:  Guerre 14-18 dans le Nord Pas-de-Calais

1914-1918 : Ukrainiens internés Date de diffusion : 25 mai 1987 En 1914, le gouvernement conservateur de Robert Borden établit et invoque pour la première fois la Loi sur les mesures de guerre afin de protéger le pays de l'« ennemi intérieur ». Plusieurs milliers d'Ukrainiens sont internés entre 1914 et 1918, précise le reportage de Louise Beaudoin. Et comme les Japonais avant eux, les descendants de ces prisonniers de guerre espèrent obtenir excuses et réparation de la part du gouvernement fédéral. De 1914 à la fin de la guerre, la Loi sur les mesures de guerre permet au gouvernement de contrôler les déplacements de ceux qui sont jugés suspects en raison de leur lieu d'origine. Encore aujourd'hui, des organismes tels que le Congrès des Ukrainiens Canadiens et l'Association ukrainienne-canadienne des libertés civiles continuent de lutter pour un règlement du problème de l'internement des Canadiens ukrainiens pendant la Première Guerre mondiale. 1914-1918 : Ukrainiens internés

anciens élèves The Conscription Crisis of 1917 World War I broke out in 1914 and Canada, as an ally of Great Britain, automatically found itself in the fray. Prime Minister Robert Borden's intention to send a large number of soldiers aroused furious debate across the country - debate that would culminate in a real crisis when conscription was carried out in 1917. HISTORICAL CONTEXTWorld War One broke out in 1914 and, as an ally of Great Britain, Canada automatically found itself in the fray. SUMMARYThe antecedents of this crisis could be found as far back as the Boer War (1899-1902) and the creation of a Canadian navy (1908) when the issue of Canadian participation in Imperial wars arose. ConceptsDominionState attached to the British Crown and member of the British Empire. British EmpireGroup that includes Great Britain and its colonies. Canadian Expeditionary Force (CEF)Army formed in Canada in 1914 to serve overseas. ColonyCountry that is not completely sovereign and is under the authority of another country.

Sambre-Marne-Yser Bienvenue sur ce site Ce site est l’oeuvre d’un particulier et est consacré aux opérations militaires qui se sont déroulées d’août à novembre 1914, dans la phase dite "guerre de mouvement". Les deux adversaires : Joffre et Moltke Collection privée L’histoire de la bataille des frontières, de la retraite à travers la Belgique et le Nord de la France et de la bataille de la Marne est l’exemple du redressement spectaculaire d’une situation presque compromise. L’Allemagne avait mis au point un plan longuement élaboré et théoriquement imparable pour battre rapidement l’armée française. Et pourtant, ce plan s’effondra au bout d’un mois après une série ininterrompue de succès, d’où l’on peut se poser les questions : A qui revient le mérite de la victoire de la Marne ? Après avoir présenté les causes qui ont déclenché la tragédie de la guerre de 1914 - 1918 et les deux plans, français et allemand, nous en verrons le déroulement au jour le jour, avec les succès et les échecs respectifs. Abréviations

La crise de la conscription de 1917 En 1914, la Première Guerre mondiale éclate et le Canada se retrouve automatiquement en guerre au côté de la Grande-Bretagne. La volonté du premier ministre Robert Borden d'envoyer un grand nombre de soldats provoque des débats orageux au pays. Ces débats engendreront une véritable crise lorsque la conscription sera appliquée en 1917. CONTEXTE HISTORIQUELorsque la Première Guerre mondiale éclate en 1914, le Canada est automatiquement entraîné dans le conflit aux côtés de la Grande-Bretagne. En effet, le Premier ministre du Canada, Robert Borden, déclare : « lorsque la Grande-Bretagne est en guerre, le Canada est en guerre; il n'y a aucune différence ». L'année 1916 est désastreuse pour les Alliés et la situation devient critique. RÉSUMÉ DU CONFLITLes antécédents de cette crise peuvent remonter aussi loin qu'à la Guerre des Boers (1899-1902), et à la création d'une marine canadienne (1908), alors qu'il est question de la participation canadienne à des guerres impériales.

La capitulation de Maubeuge Histoires 14-18 il y a cent ans 15 longs jours de bataille, le siège de Maubeuge restera le plus long de la Grande Guerre. La France y perdra plus de 4000 hommes tués et blessés, 32 000 seront faits prisonniers. Par Marianne Courtois Publié le 19/09/2014 | 12:08, mis à jour le 22/09/2014 | 10:14 © France 3 Retour sur «cette petite place sans importance » qui sera « une grosse épine dans le pied teuton»​ Nous sommes le 25 août 1914, l’avancée allemande en Belgique se poursuit, Namur vient de tomber, les Alliés se replient, les Allemands décident alors d’encercler Maubeuge. Le 27 août, plus de 40 000 soldats allemands encerclent la place. Première bataille majeur de la Grande Guerre sur le sol du Nord, le siège de Maubeuge aura quand même permis de tenir éloignées plusieurs divisions allemandes de la bataille de la Marne qui éclate le 5 septembre. Cet épisode de la collection de reportage " Histoires 14-18 il y a cent ans " est présenté par par Florence Mabille, de France 3 Nord Pas-de-Calais

Digital Archives - The First World War: Canada Remembers - The First World War: Canada Remembers They called it "The Great War" and "The War to End All Wars" – though of course it didn't. When hostilities erupted in Europe in 1914, Canadians rushed to Britain's side. But the cost was terrible: more than 60,000 were killed, 172,000 wounded. There are no more Canadian combat veterans alive to recall the horrors of the First World War, but their voices and memories live on in the archives of the CBC. Lest we forget, here are some of their stories. Browse the menu at right to discover radio and TV clips from the CBC Digital Archives topic The First World War: Canada Remembers. Last updated: April 15, 2014 Page consulted on April 24, 2014 First World War: legen... Artists aid war effort...

La bataille de Cambrai (20 novembre - 4 décembre 1917)  La « bataille de Cambrai », terme qui désigne l’attaque menée en novembre 1917 contre les défenses allemandes de la ligne Hindenburg, appartient à la litanie des offensives meurtrières et inutiles menées sur le front ouest. Cependant, elle est marquée, pour les deux camps, par des innovations tactiques importantes qui annoncent les méthodes de combat mises en œuvre en 1918 pour sortir de l’impasse stratégique dans laquelle est plongé le front ouest depuis l’automne 1914. La nouveauté la plus spectaculaire, c’est l’emploi, par les Britanniques, pour la première fois, des chars d’assaut comme élément décisif de la bataille. Le premier emploi des chars, par les Britanniques, en septembre 1916, dans le cadre de la bataille de la Somme, s’était révélé de faible utilité, passé l’effet de surprise initial. Le haut commandement allemand, d’ailleurs, n’avait pas tardé à exprimer son mépris pour une arme nouvelle, jugée sans avenir. Le plan d’attaque britannique conçu par le général J.

Conscientious Objection | Mennonite Central Committee Canada Original version written by Elaine Bishop, CFSC, 1991 Revised by Esther Epp-Tiessen, MCCC, 2006 Pre-Confederation The first protection for those objecting to compulsory military service was provided by Lord Simcoe, the Lieutenant-Governor of . He promised exemption to Quakers, Mennonites and Brethren in Christ to encourage them to immigrate to . This promise became law in the Militia Act of 1793: ". . . persons called Quakers, Mennonites and Tunkers (Brethren in Christ) who from certain scruples of conscience, decline bearing arms, shall not be compelled to serve in the said militia . . ." In principal, Quakers and Mennonites opposed payment of the fees. 1867 to World War I In 1868, the year after Confederation, the Militia Act was amended significantly. Between this time and World War I, several Orders in Council were issued by the government providing "entire exemption" for certain religious groups that the Canadian government wished to encourage to immigrate to . World War I

Images d'une guerre oubli e - En temps de guerre Dans la nuit du 26 au 27 septembre 1918, partout se faisait sentir la tension de l'attente. Il n'y eut pas de tir de barrage préliminaire; tout était calme. Dans les zones de rassemblement surpeuplées, l'infanterie était étroitement entassée avec l'artillerie et les mitrailleuses, qu'on avait fait avancer jusque là afin qu'elles soient prêtes pour une avance rapide. Redoutant toujours une riposte de l'artillerie allemande contre elles, dangereusement placées à cause de leur grand nombre, les troupes attendaient impatiemment l'heure H. La pluie commençait à tomber et la terre froide devenait boueuse et glissante, inconvénients qui s'ajoutaient aux difficultés auxquelles on s'attendait durant l'attaque prochaine. Le jour se levait, nuageux et sombre, mais la pluie avait cessé. Au cours des opérations de la 4e division, le 27 septembre, deux officiers subalternes avaient mérité la Croix de Victoria. Adapté et utilisé avec la permission de Nicholson, G.

DHP - Les Autochtones et l'experience militarie canadienne : une histoire - Chapitre 5 Un Indien dans le Corps forestier canadien À l’époque de la Grande Guerre, le service militaire conférait simultanément aux soldats autochtones le statut de guerrier, qui était très estimé dans de nombreuses cultures et collectivités autochtones au pays, leur permettait de se familiariser avec les rouages de l’économie basée sur les salaires, que beaucoup connaissait encore mal, et leur offrait souvent la possibilité d’utiliser des compétences acquises en exerçant leur métier civil, que ce soit comme ouvrier forestier, spécialiste de la navigation fluviale, chasseur, éclaireur ou traqueur. L’exécution d’au moins une certaine période de service militaire est considérée encore aujourd’hui comme un important rite de passage au sein de nombreuses collectivités autochtones canadiennes.Bibliothèque et Archives Canada (PA 5424) La Première Guerre mondiale (1914-1919) Cliquez pour agrandir l'image Pétition des anciens combattants des Six-Nations, D.C. Pourquoi s’enrôlent-ils?

Related: