background preloader

Les agences de voyages dans la tourmente de l’e-tourisme

Les agences de voyages dans la tourmente de l’e-tourisme
XEnvoyer cet article par e-mail Les agences de voyages dans la tourmente de l'e-tourisme XEnvoyer cet article par e-mailLes agences de voyages dans la tourmente de l'e-tourisme Art de vivre & tourisme Une condition pour survivre : se concentrer sur les besoins d'un consommateur devenu autonome Compagnies aériennes, compagnies ferroviaires, AirBnB, leboncoin, papvacances, couchsurfing, home for exchange et même marques de la grande distribution… Avec l’essor d’Internet et l’émergence de nouveaux acteurs du tourisme, le voyage n’est plus l’apanage des traditionnelles agences de voyages. Réserver à la dernière minute un vol pour Rome sur lastminute.com. Fini les agences de voyages ayant pignon sur rue, présentant leurs catalogues sur papier glacé, et organisant de A à Z vos séjours depuis la réservation du billet d’avion jusqu’au all inclusive sur place. Voyageurs du monde a su par ailleurs se positionner comme un acteur multicanal : 50 % de sa clientèle provient ainsi du Web. Related:  Aspects négatifs E-tourismeclairegrd2elliemtod

A la Une également : Ondes de choc XEnvoyer cet article par e-mail A la Une également : Ondes de choc XEnvoyer cet article par e-mailA la Une également : Ondes de choc Le Web a dynamité les tour-opérateurs et les agences de voyages Existe-t-il une autre activité ayant dû subir une telle série de big bangs, tous plus violents les uns que les autres ? Enfin, les alertes sanitaires, les risques environnementaux, ou les révolutions de printemps ont achevé de perturber les voyagistes. Le détail pourrait paraître anecdotique, il en dit pourtant long sur les profondes mutations agitant le monde du tourisme. Durant plusieurs décennies, le tourisme a surfé sur la croissance et l'opulence. Désintermédiation Actuellement, ce modèle traditionnel et ces enseignes sont sérieusement bousculées. Tendance amplifiée par la montée en puissance des compagnies low cost qui, dès leur création, ont imposé la vente directe afin de proposer les prix les plus bas. Ce big bang ne se limite pas à la distribution. L'heure est à “l'infomédiation”.

Tourisme 2.0 : Préparer son voyage / Préparer son offre de tourisme Le livre Les technologies du Web 2.0 ont des implications importantes tant pour les candidats au voyage que pour les professionnels du tourisme. Comment peut-on mieux préparer ses vacances ou son déplacement professionnel ? Quelles sont les nouvelles opportunités offertes aux petites entités touristiques pour promouvoir leurs services ? Les systèmes de cartographie interactive peuvent-ils être mis en œuvre facilement ? Comment réagir lorsque des évaluations négatives apparaissent sur le Net ? Un guide pratique des nouveaux usages, illustré de nombreux témoignages. L'auteur Jean-Claude Morand est l’auteur de 4 livres pratiques dans le domaine du marketing et des nouvelles technologies. Brice MOLLARD est titulaire d’un Master en gestion touristique de l’Université de Savoie. Le sommaire Introduction De multiples applications touristiques La fin des discours officiels Processus d’achat des voyages sur Internet Web 2.0 et Tourisme 2.0 Comment préparer un voyage ?

En crise, les agences de voyage veulent réagir - 13/11/2013 - LaDepeche.fr L’état soutient un vaste audit pour aider les agences de voyage à se moderniser pour s’adapter à la nouvelle concurrence d’internet. La profession a perdu 5000 emplois depuis 2008. Confrontée à la crise et à de nouveaux enjeux notamment avec internet, la profession des agences de voyage va se soumettre à un vaste audit économique et social pour réagir. En France la profession a perdu près de 5 000 emplois depuis 2008 en partie à cause de la concurrence frontale d’internet. «Nous traversons une période un peu chahutée. La profession compte encore 33 500 salariés et est composée de 3 750 entreprises, dont 90 % de moins de dix salariés. Mais «les disparitions d’entreprises s’accélèrent» cette année, s’est alarmée Valérie Boned, la secrétaire générale déléguée du Snav. Sonnette d’alarme Le Snav tire la sonnette d’alarme : les petites entreprises du voyage doivent se former et se repositionner pour maintenir l’emploi.

PARTIE 3 : Face à Internet, comment l'agent de voyages peut-il conserver son client ? Pourquoi Monsieur le client irait-il rémunérer un service qu’il peut lui-même se procurer ? Seule réponse à ce cruel constat : prouver la valeur ajoutée du service produit et adapter son modèle économique aux évolutions de son environnement. DR Fotolia Nous vivons une époque formidable où les moyens technologiques boostent littéralement l’accès à l’information, avec, en contre partie, le risque de tomber dans les travers de la précipitation : « La calme sagesse est une épouse fidèle, la précipitation est une prostituée. » Proverbe malais. Trop d'infos tue l'info Autres articles Mêmes causes = mêmes effets. 4 conseils pour son client... Thierry Baux, 49 ans, est diplômé de l'Ecole Supérieure de Gestion et « Green Belt » 6 Sigma. Diriger une société de conseil en ressources humaines est un baromètre, un observatoire des tendances et comportements humains dans l’écosystème du monde du travail ; tout simplement le reflet d’une époque.

Collectivités territoriales : Offices de tourisme & syndicats d'initiatives XEnvoyer cet article par e-mail Collectivités territoriales : Offices de tourisme XEnvoyer cet article par e-mailCollectivités territoriales : Offices de tourisme Encore un service public bouleversé par le web Il y a 15 ans, les offices de tourisme étaient un passage quasi obligé. Les offices de tourisme sont la vitrine de la boutique France. Le big bang du web En moins de dix ans, les offices de tourisme ont vu leur environnement totalement bouleversé. Mais Internet a provoqué un raz-de-marée dans le secteur. “71,3 % des Français surfent sur le Net, comme le constate Christian Mantei, directeur général d'Atout France. La situation est même devenue précaire. Moins en phase avec le public, les offices de tourisme souffrent aussi d'un “manque de reconnaissance par les professionnels présents sur leur territoire”, déplore Stéphane Rouziou. L'office de tourisme de demain Internet et smartphones auront-ils la peau des maisons de tourisme ? Deuxièmement, l'information. Par Aymeric Marolleau

L'office de tourisme nouvelle génération Il est sorti : le guide méthodologique accueil numérique réalisée par Offices de Tourisme de France, la DGCIS et Atout France. La MOPA ; comme six autres relais territoriaux a participé à la rédaction de ce guide.Exploiter et optimiser les outils numériques pour mieux accueillir les visiteurs des offices de tourisme est une ambition partagée depuis trois ans par les contributeurs de l’étude. Ces premières expériences d’offices de tourisme numériques, ou offices de tourisme « nouvelle génération » sont riches d’enseignements : Dans les stations touristiques à forte affluence, le numérique permet d’abord de gérer les flux et demandes de renseignements « basiques » (où dormir, se loger, que faire..), dans les zones moins touristiques, les appareils digitaux incitent les visiteurs à franchir la porte de l’office de tourisme grâce à la mise en scène numérique des informations, elles confortent pour tous la place attendue de l’accueil humain et le besoin d’échanges, de conseils.

Tourisme : face à Internet et à la crise, les agences de voyages sont-elles « hors-jeu » ? "Selon une étude commanditée par le portail easyvoyages, seuls 16% des Français ont choisi de passer par une agence de voyages pour réserver leurs vacances de printemps. Ce canal de distribution, à qui on promettait une mort rapide, fait pourtant bien plus que de la résistance.C'était en 2007. Lors de la convention du syndicat national des agents de voyages (Snav), à Biarritz, la profession craignait, face à la concurrence d'Internet, une disparition de 30% des agences de voyages physiques. Un pronostic qui ne se fondait que sur le seul exemple américain où une telle situation était en train de se passer. en savoir plus

Réserver un voyage : en agence de voyage ou via internet ? Lorsqu’on décide de réserver son voyage, plusieurs options sont possibles. Passer par une agence de voyage est la solution la plus logique mais avec l’arrivée d’internet, il est de plus en plus facile d’organiser et de créer son voyage en achetant les différents éléments de manière directe. Chaque solution a des avantages et des inconvénients, tout en correspondant également à des voyageurs qui voient le voyage différemment. Réserver son voyage via une agence : un gage de sécurité Un voyage tout compris et « clé en main », c’est souvent la solution la plus naturelle pour un voyage dans le pays de ses rêves. Des voyages organisés Ne pas se soucier des lieux à visiter, du timing entre le vol et l’hôtel, la réservation de certaines activités… : les agences de voyages permettent aux vacanciers d’être tranquilles et sereins tout au long du séjour. Professionnalisme et expérience Une protection contre les aléas Pendant un voyage, un imprévu est très vite arrivé. Internet, si facile

L'eTourisme est mort ! Le tourisme numérique est SoLoMo (Social-Local-Mobile). Si l’on s’en réfère aux dernières tendances du secteur avec des chiffres en progression forte et constante, il est de plus en plus réducteur aujourd’hui de parler d’e-tourisme tant le tourisme et les nouvelles technologies sont inexorablement voués à converger vers un tourisme numérique et connecté. Les comportements des voyageurs ne trompent pas avec comme conséquence directe des résultats plus que significatifs pour l’industrie touristique, premier secteur de l’e-commerce. On compte désormais pas moins de 6 européens sur 10 qui réservent leur voyage en ligne en 2011. En France, les ventes en ligne progressent de 12% au 1er trimestre 2011 et les sites de tourisme gagnent +17.2% de trafic en moyenne sur l’année 2010. Merci à Lucile Prouteau (pour sa réactivité) et Emmanuel Jacquel (chapeau l’artiste !) Ainsi, je partage les propos de Ludovic Dublanchet aux rencontres e-tourisme d’Anglet pour dire que l’e-tourisme est mort au bénéfice du tourisme numérique. SO pour SOcial ! 5 1 vote

» Le service à la clientèle 2.0 Près des 2/3 des consommateurs préfèrent contacter les entreprises par les médias sociaux plutôt que par leur centre d’appels. Lorsqu’ils obtiennent un bon service, ces clients le partagent, en moyenne, à 42 personnes, comparativement à 15 dans le cas des autres consommateurs. Ces adeptes des médias sociaux dépensent 30% de plus que les autres. Et pourtant, 60% des entreprises ne répondent pas aux commentaires émis sur ces plateformes. On évalue même que 70% des plaintes qui y sont formulées ne reçoivent jamais de rétroaction. Le service à la clientèle 2.0, c’est quoi? Selon Andrée Ulrich, le service à la clientèle 2.0 doit être le prolongement de ce qui se fait en entreprise. L’impact de l’approche classique en service Les médias sociaux et les courriels constituent des plateformes supplémentaires qui nécessitent une gestion d’autant plus efficace des expériences clients. Remettre le client au cœur de l’entreprise Pour ce faire, Mme Ulrich propose une réflexion en cinq étapes: Selon M.

Tourisme : face à Internet et à la crise, les agences de voyages sont-elles « hors-jeu » ? C'était en 2007. Lors de la convention du syndicat national des agents de voyages (Snav), à Biarritz, la profession craignait, face à la concurrence d'Internet, une disparition de 30% des agences de voyages physiques. Un pronostic qui ne se fondait que sur le seul exemple américain où une telle situation était en train de se passer. Six ans après, on constate que les agences de voyages sont encore présentes dans toutes les villes de France et, s'il est difficile d'avoir des chiffres précis, quelque 5000 points de vente accueille toujours des clients partout dans l'Hexagone. On peut avancer plusieurs raisons. Le défi du multicanal Les clients, c'est encore les agences qui en parlent le mieux : lors de la dernière convention du syndicat national des agents des voyages, notre spécialiste, qui a sondé un panel de vendeurs, a rapporté ces éléments. « Avec une agence, j'aurais peut être trouvé une solution » 64 défaillances en 2011 LIRE ICI les autres tribunes de Laurent Guéna

L'agent de voyages traditionnel ne disparaîtra pas mais devra changer "En France, les définitions de producteurs et distributeurs sont très floues par rapport au reste de l'Europe. Les tours-opérateurs assemblent les prestations, mais ils distribuent également et parfois même leurs concurrents" - Photo DR Ce n'est plus un secret, mais l'étude Phocuswright, présentée à l'occasion du Forum du CETO qui se tenait la semaine dernière à Saint-Cyr-sur-Mer (83), le confirme : en France, les agences de voyages traditionnelles perdent des parts de marchés. "Les Français réservent de moins en moins exclusivement "off line", et de plus en plus souvent en ligne", a indiqué, chiffres à l'appui, Florence Kaci de Phocuswright. Pour autant, la distribution classique n'est pas encore morte. "L'agent de voyage traditionnel garde son importance, il ne disparaîtra pas. De plus en plus de tours-opérateurs recentrent leur distribution Autres articles Opodo-eDreams-Go Voyages : bouleversement en vue ? Explosion des services mobiles Quelques chiffres à la loupe

Facebook est-il toujours intéressant pour les pros du tourisme ? L’actualité n’est pas toujours tendre avec Facebook le plus connu et fréquenté des sites de réseaux sociaux. La portée naturelle des publications est en baisse. La concurrence s’intensifie avec de nouvelles applications mobiles en phase avec les nouveaux usages sur les réseaux sociaux parmi lesquelles Snapchat, Instagram, Viber et même Google+. Facebook est-il toujours un vecteur intéressant pour les entreprises du tourisme ? Pour y répondre, j’ai le plaisir d’accueillir Mathieu Vadot, consultant e-tourisme. Cette question mérite d’être posée, car vous avez sans doute entendu ici et là que Facebook était en déclin, voir bientôt mort !? Tous ces points sont plus ou moins fondés. S’il y a un point sur lequel tout le monde est d’accord : Facebook est aujourd’hui le réseau social « Main Stream », celui ou tout le monde est présent et « actif ». 98 % des français présents sur les réseaux sociaux sont sur Facebook ! Facebook n’est pas en en déclin, mais plutôt à maturité ! Peut-être.

Related: