background preloader

Le concept de collection numérique

Le concept de collection numérique
Les bibliothèques sont aujourd’hui plus que jamais interrogées dans leurs pratiques et dans leurs offres de services, face aux métamorphoses rapides d’internet. Au règne de l’hypertexte a succédé le web de données, qui laisse à présent la place aux réseaux sociaux : aux États-Unis, la fréquentation de Facebook vient de détrôner celle de Google. Les usages mobiles s’intensifient grâce au développement des smartphones. Le grand public consulte ou alimente des plateformes de diffusion de vidéos, de textes, de photos, qu’il choisit ou non de partager avec d’autres internautes. Le monde de la recherche développe des entrepôts de données et des archives ouvertes, en tentant de faire évoluer les modalités de la publication scientifique. Dans cet univers aux facettes toujours changeantes, la notion de « collection numérique », qui repose sur une analogie forte avec le monde physique, a-t-elle un sens ? Le web embrasse la totalité des savoirs Une collection comme une autre, en théorie…

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-03-0013-002

Related:  Numérique et bibliothèquebibliothèques et numériqueemelinegaspardArticles en ligne

Les bibliothèques pourront librement numériser certains livres En arbitrant un litige opposant l’université technique de Darmstadt à une maison d’édition allemande, la Cour de justice de l'Union européenne vient d’arbitrer que les États membres de l’Union pouvaient autoriser les bibliothèques à numériser, sans l’accord des titulaires des droits, « certains livres de leur collection pour les proposer sur des postes de lecture électronique ». Le Bundesgerichtshof (Cour fédérale de justice d’Allemagne) avait en effet saisi la Cour de justice de l’Union européenne afin de trancher le désaccord entre, d’une part, l’éditeur, qui souhaitait interdire à l’université Darmstadt de numériser le livre et, d’autre part, l’université qui a décliné l’offre de livre électronique de ce dernier et numérisé un des ouvrages afin de le proposer à la consultation sur des postes de lecture électronique.

La bibliothèque musicale numérique La bibliothèque musicale numérique Article de Nicolas Blondeau publié le vendredi 19 août 2011, vu par 3368 visiteurs Pratiques d’emprunt de livres numériques en bibliothèques : la plateforme grenobloise Bibook - épisode 1 Une étude quantitative sur le « lectorat numérique » en bibliothèque ? Après 6 mois d’activité, il a paru pertinent et nécessaire à la Bibliothèque municipale de Grenoble (BMG) de chercher à caractériser les degrés d’appropriation de sa plateforme de prêt de livres numériques, Bibook, et de tester la pertinence envisagée du dispositif dans ses différentes composantes. C’est dans ce cadre précis que la bibliothèque municipale de Grenoble (réseau de 13 bibliothèques réparties sur la ville, ainsi que 8 autres bibliothèques d'institutions culturelles locales) et l’enssib ont envisagé une étude visant à qualifier le lectorat numérique dans son écosystème d'usages à travers une analyse statistique des données de Bibook. La demande formulée par la Bibliothèque municipale de Grenoble portait alors sur l’exploitation des fichiers d’emprunt de Bibook. Pour autant, nous pouvons supposer, sans pouvoir le vérifier, que les ebooks empruntés sont peu ou prou effectivement lus. « Usage » ?

Organiser la médiation des collections scientifiques Il relève presque du lieu commun d’affirmer, aujourd’hui comme à la suite de la publication de l’ouvrage de référence dirigé par Francis Agostini sur la Science en bibliothèque en 1994 1, que les sciences occupent une place injustement faible au sein des bibliothèques de lecture publique, tant au niveau de la constitution des fonds que de leur mise en valeur. Cette idée existe aussi dans le sens inverse, puisque plusieurs spécialistes de la question de la transmission des sciences en France considèrent les bibliothèques municipales (BM) comme des parents pauvres de la culture scientifique et technique, voire les excluent totalement de cet univers. Pourtant, depuis quelques années, la « culture scientifique et technique » (CST) est de plus en plus mise à l’honneur.

Panorama de la lecture numérique en bibliothèque Dans le cadre du rendez-vous territorial du CNFPT, une rencontre se tenait à l’Enssib, le 26 juin 2014, autour de la lecture numérique. Le développement des ressources numériques en bibliothèque, leur accessibilité via des supports diversifiés, la demande en forte croissance des usagers, amènent les professionnels à envisager le développement de nouveaux services. Pour quels publics, avec quels outils, dans quels objectifs ? Livre numérique : 2012 une année charnière ? Cet article a été publié il y a 2 ans 3 mois 6 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. En 2012 il reste une idée reçue gênante : un livre emprunté dans une bibliothèque est soit disant un livre qui n’est pas acheté. Que l’on ajoute numérique et l’idée reçue est toujours là, empoisonnant les relations entre éditeurs et bibliothécaires…. Dans l’article intitulé « Les bibliothèques pourront-elles être le freemium de l’édition? » je pensais important de réinsérer les bibliothèques dans la chaîne de valeur de l’édition, de manière explicite partant de l’idée qu’il faut nous rendre nécessaires dans un monde d’abondance des données et que les emprunteurs de livres dans les bibliothèques sont aussi acheteurs.

L'avenir du livre numérique est sur smartphone, pas sur tablette Plus de la moitié des acheteurs de livres numériques utilisent parfois leurs smartphones pour lire. Aux États-Unis, un nombre croissant de lecteurs de livres numériques lisent non plus sur tablette mais sur smartphone, souvent par petits bouts, un peu dans le métro, entre deux réunions ou à la pause déjeuner. Selon un sondage Nielsen portant sur 2.000 personnes, environ 54% des acheteurs d'ebooks utilisent parfois leurs smartphones pour lire des livres, alors qu'ils n'étaient que 24% à le faire en 2012, rapporte le Wall Street Journal. Le nombre de personnes qui lisent essentiellement sur leurs téléphones est passé de 9% en 2012 à 14% en 2015. En même temps, la part de ceux qui lisent surtout sur tablette est tombée de 50% à 32%. Stratégies marketing

La médiation numérique du patrimoine : quels savoirs au musée ? 1La médiation est souvent définie comme un processus ternaire mettant en rapport « un sujet, un support d’énonciation et un espace de référence » (Caune, 1999, 170). Mais elle est souvent présentée de manière tronquée, les auteurs et les acteurs du patrimoine et du numérique insistant plutôt sur les présentations d’outils et mettant en avant un de ces trois éléments que nous nommerons ici objet, dispositif et public. Généralement, dans ces discours d’escorte de la médiation numérique, c’est le support d’énonciation, c’est-à-dire le dispositif, qui est au cœur des préoccupations. Or, plus qu’un outil et donc qu’un « entre-deux médian », la médiation passe « par toutes sortes de degrés reliant différents pôles [l’objet, le tiers, le public] » (Régimbeau, 2011, 96).

Related: