background preloader

Territoire - Population, superficie et densité des principaux pays du Monde en 2014

Territoire - Population, superficie et densité des principaux pays du Monde en 2014

Amérique Latine: les recettes fiscales continuent d'augmenter mais restent faibles et variables selon les pays, d’après le nouveau rapport OCDE-CEPALC-CIAT Accueil de l'OCDE › Brésil › Amérique Latine: les recettes fiscales continuent d'augmenter mais restent faibles et variables selon les pays, d’après le nouveau rapport OCDE-CEPALC-CIAT 20/01/2014 - Les recettes fiscales dans les pays d’Amérique latine continuent d’augmenter mais restent inférieures, en proportion du revenu national, à celles de la plupart des pays de l’OCDE. Il ressort des Statistiques des recettes publiques 1990-2012 (troisième édition) que les recettes fiscales rapportées au PIB ont progressé régulièrement dans les 18 pays d’Amérique latine et des Caraïbes couverts par le rapport[1], passant de 18.9 % en 2009, après avoir atteint 19.5 % l’année précédente, à 20.7 % en 2012. Un chapitre spécial du rapport décrit les évolutions déterminantes pour les recettes tirées des ressources naturelles non renouvelables dans l’ensemble de l’Amérique latine. Principaux résultats : Recettes fiscales rapportées au PIB Structure de la fiscalité Contacts presse : Also Available

Les échanges commerciaux entre la France et le Brésil au premier semestre 2013 La dynamique de progression des importations du Brésil avait enregistré une pause en 2012 après avoir connu une augmentation en moyenne annuelle de 13,6% entre 2000 et 2011, avec notamment des croissances record en 2010 (de 42%, record mondial) et 2011 (24,5%, soit la sixième progression mondiale). Sur les 7 premiers mois 2013, le Brésil est à nouveau le pays dont la croissance des importations est la plus élevée au monde. Dans ce contexte, les exportations françaises vers le Brésil ont également connu une progression favorable, de près de 7%, nettement supérieure en outre à la performance enregistrée vers le reste du monde (-1,7%). En 2013, la part de marché de la France au Brésil poursuit sa (légère) remontée entamée en 2012, pour s’établir à 2,7%. Un ralentissement des échanges dû à la forte baisse des importations françaises en provenance du Brésil. Des exportations qui restent dynamiques Les importations en provenance du Brésil connaissent une baisse généralisée

Le Brésil, plus prospère et toujours plus violent LE MONDE | • Mis à jour le | Nicolas Bourcier (Rio de Janeiro, correspondant régional) La stratégie pour assurer sa réélection en octobre était limpide. La présidente Dilma Rousseff n'avait qu'à mettre en avant les progrès économiques et sociaux réalisés par le pays depuis l'arrivée au pouvoir, en 2003, de son prédécesseur et mentor, Luiz Inácio Lula da Silva. Une campagne calibrée sur le long terme avec le Parti des travailleurs (PT) comme fer de lance, la Coupe du monde de football en porte-voix et, pour tout viatique, quelques chiffres propres à convaincre les économistes les plus rétifs. Certes, la crise s'est invitée entretemps, les sondages pessimistes sur le moral des Brésiliens se succèdent et les mouvements sociaux qui parcourent le pays depuis 2013 ne donnent pas l'impression d'avoir dit leur dernier mot, mais le Brésil, dans son ensemble, ne s'était jamais autant enrichi depuis la fin de la dictature en 1985. De fait, la sécurité publique au Brésil est du ressort des Etats.

Les procédures douanières à l'import au Brésil Membre du MERCOSUR (Mercado Comun del Sur : Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay). Les droits de douane entre les pays membres ont théoriquement été abolis en 1994, avec néanmoins beaucoup d'exceptions, selon le " Régime d'adaptation " (Regime de adecuaçao) : biens d'équipement, technologies de l'information, secteur des télécommunications, automobile, secteur sucrier. Le tarif extérieur Commun du Mercosur (CET) ne concerne pas tous les produits : seules 75% des lignes tarifaires bénéficient d'un tarif unique. Les pays appliquent plus où moins les préconisations de l'organe central selon leur situation économique. ESSOR: Brésil Localisation : Amérique du SudSuperficie : 8 511 965 km²Population : 200 millions d'habitants (estimation 2013)Capitale : Brasilia (2 millions d'habitants)Villes principales : São Paulo (18,4 millions), Rio de Janeiro (11,1 millions), Belo Horizonte (4,5 millions), Porto Alegre (3,8 millions), Salvador de Bahia (2,4 millions), Fortaleza (2,14 millions).Langue officielle : PortugaisMonnaie : Real - 1 EUR = 3,1 réauxRégime : République fédéralePrésident : Dilma ROUSSEFFPIB/habitant : 11690 USDEspérance de vie : 73 ans (Banque Mondiale)Taux d'alphabétisation : 92%Indice de développement humain (ONU) : 0,73 (85ème sur 187)Personnes vivants en dessous du seuil de pauvreté : 21.4% Différentes éthnies : Blancs : 53.7%, Noirs : 6.2%, métis : 38.5%Réligions : Catholique : 68 %, évangéliques : 20%, Population urbaine : 85%Ressources principles : Café, riz, mais, sucre de canne, cacao, graines de soja C’est pourquoi l'action d'ESSOR cible ces régions et ces thématiques de développement.

Le Brésil et la Russie s'engagent à renforcer leurs échanges commerciaux BRASILIA, 14 juillet – Le Brésil et la Russie ont signé lundi des accords pour développer la coopération bilatérale sur les plans économique et commercial, avec pour objectif d’élever le volume annuel de leurs échanges commerciaux de 5,6 milliards de dollars à 10 milliards de dollars. La présidente brésilienne Dilma Rousseff a eu un entretien de près de deux heures avec son homologue russe Vladimir Poutine au palais présidentiel. Les deux parties ont discuté de questions d’intérêt commun, y compris la coopération dans les domaines du commerce, de l’éducation et de la santé, a fait savoir Mme Rousseff à la presse à l’issue de la rencontre. Lors d’une cérémonie tenue au palais présidentiel, des ministres brésiliens et russes ont signé une série d’accords visant à renforcer les relations bilatérales dans les secteurs de la défense aérienne, de l’aviation, du gaz, de l’éducation et de la santé. M. Agence de Presse Xinhua

Accords et conventions bilatérales | Chambre de Commerce du Brésil en France Plus de plus amples informations concernant les accords internationaux, veuillez accéder le site Legifrance.gouv.fr Mise en place d'un régime de circulation transfrontalière au bénéfice des résidents de la zone frontalière entre l'Etat de l'Amapa et la région Guyane Décret n° 2014-1052 du 15 septembre 2014 portant publication de l'accord sous forme d'échange de lettres entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République fédérative du Brésil concernant la mise en place d'un régime de circulation transfrontalière au bénéfice des résidents de la zone frontalière entre l'Etat de l'Amapa et la région Guyane (ensemble une annexe), signées à Brasilia le 26 mars 2014 et à Paris le 28 avril 2014 [...] Accord entre la République française et la République fédérative du Brésil en matière de sécurité sociale Ensemble un accord d'application, signé à Paris le 22 avril 2013 et signé à Brasilia le 15 décembre 2011 [...] Lutte contre l'exploitation aurifère illégale 1. 1.

Brésil-L'excédent commercial a chuté de 87% en 2013 BRASILIA, 2 janvier (Reuters) - L'excédent commercial du Brésil a fondu de 87% en 2013, à 2,561 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros environ), reflétant la baisse des prix des matières premières, la hausse des importations d'énergie et une moindre compétitivité des produits industriels brésilien. Le chiffre publié jeudi par le ministère du Commerce est le plus faible enregistré depuis 2000 et il se compare à un excédent de 19,396 milliards en 2012. Pour le seul mois de décembre, la première économie d'Amérique latine a enregistré un excédent commercial de 2,564 milliards de dollars, supérieur à la médiane des estimations de six analystes recueillies par Reuters, qui ressortait à 1,35 milliard. Ce chiffre est cependant en trompe-l'oeil puisque dû en grande partie à la vente d'une plate-forme pétrolière par la compagnie publique Petrobras à une de ses filiales à l'étranger. © Thomson Reuters 2015 Tous droits réservés.

Brésil Capitale : Brasilia Heure locale : Il est 08:44 à Recife, Brasilia, Rio, Sao Paulo, Porto AlegreIl est 05:44 à Salvador, FortalezaIl est 07:44 à Manaus Taux de change au 18/01/2015 : 1 BRL = 0.3815 USD, 1 USD = 2.6210 BRL 1 BRL = 0.3298 EUR, 1 EUR = 3.0320 BRL Prévision de croissance du PIB : 1,4% en 2015 Stocks d'IDE : 702 208 millions USD en 2012 Risque pays : Consultez l'analyse risque-pays du Brésil proposée par Crecimundi. Présentation Conjoncture économique Le Brésil est la sixième économie mondiale. La présidente Dilma Rousseff s'est engagée à poursuivre la politique de Lula, son prédécesseur. Malgré les bonnes performances économiques, les problèmes sociaux sont importants. Principaux secteurs d'activité Le Brésil dispose de ressources naturelles abondantes et son économie est relativement diversifiée. Le Brésil est également un grand pays industriel. Le secteur tertiaire représente les deux tiers du PIB et emploie 60% de la population active. Commerce extérieur Le contexte politique .br

Approcher le consommateur au Brésil Dans cette page : Le profil du consommateur | Opportunités d'affaires Le profil du consommateur Les secteurs de consommation porteurs Automobiles, ordinateurs et logiciels informatiques, e-commerce, matériel lié aux technologies de l'information, matériel informatique, produits pharmaceutiques, télécommunications, nourriture et compléments alimentaires, vente de produits de luxe (voitures, vêtements, etc.) et tourisme. Le comportement de consommation Alors que par le passé les consommateurs de tous les niveaux de revenus confondus étaient fidèles à certaines marques, ceci ne semble plus être le cas en raison du ralentissement économique du pays. Le profil du consommateur et son pouvoir d'achat La consommation de la majorité de la population est concentrée sur la nourriture et le logement. Le recours au crédit à la consommation Le recours au crédit est en plein essor, particulièrement chez la classe moyenne et malgré des taux d'intérêts parmi les plus élevés au monde. La population en chiffres

La production et les exportations au Brésil continuent de baisser La production de véhicules au Brésil (voitures, utilitaires légers et véhicules de fort tonnage) a diminué de 9 % en octobre, à 293 328 unités, portant le volume pour les dix premiers mois de l’année à 2 677 528 unités, en recul de 16 %, a annoncé l’Anfavea (Association des constructeurs). La production de voitures et utilitaires légers, notamment, a reculé de 7,5 % le mois dernier, à 278 239 unités, et de 15,6 % sur dix mois, à 2 522 555 unités. Celle de camions a chuté de 32,4 % en octobre, à 12 394 unités, et de 24,6 % sur dix mois, à 124 483 unités. Enfin, la production d’autobus a baissé de 22,6 % le mois dernier, à 2 695 unités, et de 13,3 % sur dix mois, à 30 490 unités.

Le Brésil inverse son cycle de politique monétaire pour juguler l'inflation L'inflation redevient la préoccupation principale au Brésil. Hier soir, la banque centrale du pays a décidé de relever ses taux directeurs de 25 points de base (bp) à 7,50%, expliquant que «le haut niveau d'inflation et la dispersion des hausses de prix, parmi d'autres facteurs, ont contribué à la résistance de l'inflation et nécessitait une réponse en termes de politique monétaire». Après une rafale de baisses de taux qui ont conduit le taux Selic à son plus faible niveau historique, la décision d'hier, prise à une majorité de 6 voix contre 2, constitue le premier geste de resserrement de la politique monétaire au Brésil depuis le mois de juillet 2011.La présidente Dilma Rousseff et le gouverneur de la banque centrale, Alexandre Tombini, ont indiqué leur détermination à ne pas laisser déraper la hausse des prix à la consommation qui a dépassé en mars le rythme maximum de 6,5% toléré par l'autorité monétaire.

Brésil : activités économiques L'agriculture emploie encore plus de 20 % des actifs. Le Brésil est le premier ou deuxième producteur mondial de café, d'agrumes, de sucre, de soja. L'élevage bovin est également développé. 1. L'économie brésilienne est en pleine mutation. Grande puissance agricole et industrielle, le Brésil demeure le « pays des paradoxes ». Les structures foncières (avec le maintien de grandes propriétés sous-exploitées et une masse de paysans sans terre), les inégalités régionales (contraste entre les régions « développées » du Sudeste autour de São Paulo et le Nordeste, souvent misérable) sont cause de tensions sociales. 2. Le secteur industriel brésilien est de loin le plus important d'Amérique latine. La production de biens intermédiaires (sidérurgie, pétrochimie…) constitue toujours le secteur industriel le plus important. 3. L'industrialisation du Brésil s'est accompagnée d'un déclin de l'agriculture. 4. 5. Pays longtemps endetté, le Brésil est devenu excédentaire en 2008. 6. 6.1. 6.2. 6.3. 7.

Related: