background preloader

Parcours - Les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

Parcours - Les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France
parcours pédagogique Jean-Pierre Roux et Pierre Papet, Enseignants de l'Académie de Grenoble Présentation Retrouvez ce parcours sur le site de l'Académie de Grenoble . Une large sélection de documents permet d'identifier les phases et les enjeux successifs de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France. Place dans le programme Terminale > L et ES > Histoire : Le rapport des sociétés à leur passé > L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en FrancePremière > L et ES > Histoire : La guerre au XXe siècle > Guerres mondiales et espoirs de paixPremière > S > Histoire : La guerre au XXe siècle > Guerres mondiales et espoirs de paix Activités Les films (documentaires et fictions) ont joué un grand rôle dans l'évolution des regards portés sur la Seconde Guerre mondiale en France, dans l'évolution de ses mémoires. Problématique : Quels sont les enjeux de la mémoire de cette période ? Avant-propos : Les déchirements de la France pendant la Seconde Guerre mondiale. L'apaisement ? Related:  L'Historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondialeL'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondialeH1 - Les mémoires de la Seconde Guerre mondiale

Histoire Spécifique - Personnages : L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Fils de notables et haut fonctionnaire avant la guerre, Maurice Papon est nommé secrétaire général à la Préfecture de la Gironde le 1er juin 1942, sous l'autorité du préfet Maurice Sabatier. Il collabore sous Vichy, mais il rejoint en 1943, et surtout en 1944, des réseaux de résistance et il cache plusieurs fois des résistants dont des Juifs chez lui. À la Libération, en août 1944, il est nommé préfet des Landes puis il continue sa carrière au Maroc, en Corse, à Paris. Il est préfet régional pour l'Est de l'Algérie de 1956 à 1958 et enfin à son retour en France, préfet de police de 1958 à 1967. Pendant la guerre d'Algérie, pour mettre fin aux actions violentes et terroristes du FLN sur le territoire français, Maurice Papon suggère au gouvernement de de Gaulle des mesures exceptionnelles qui sont acceptées et appliquées. Il organise la répression et après de très nombreux attentats contre les forces policières en 1961, un couvre-feu est imposé aux Nord-Africains le 5 octobre.

Chapitre 1 L’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale (Term S) | Blog histoire-géographie Rappel méthode d’une introduction : amorce (partir d’une définition, d’une citation, d’un fait/exemple) + donner le sens du sujet + définir les mots clés du sujet + indiquer les bornes chronologiques + contextualisation du sujet + Problématique + plan. Introduction : (Amorce : choix de rappel d’un fait) Le film « Nuit et Brouillard » est censuré en 1956 parce qu’on voit sur un plan fixe un gendarme français gardant le camp d’internement de Pithiviers, preuve de la collaboration des autorités françaises avec le régime nazi. Un autre document, la couverture du livre de l’historien américain Robert Paxton qui démontre la collaboration à l’aide des archives allemandes qu’il a pu consulter (car les archives françaises étaient interdites au public). Ces deux documents pris en exemple montrent l’importance de ce sujet. (Donner rapidement le sens du sujet) Le sujet nous invite à étudier l’évolution des mémoires. Distribuer chronologie : les historiens et les mémoires de la S G mondiale WordPress:

Enseigner la mémoire ? - À propos du film René Bousquet ou le grand arrangement Mes premiers contacts avec les coscénaristes Pierre Beuchot et Antoine Desrosières en 2005 À la suite d'un coup de téléphone de Pierre BEUCHOT, réalisateur en 1992 de L'Hôtel du Parc, m'informant qu'il travaillait à l'écriture d'un projet de téléfilm de fiction pour Arte sur René BOUSQUET, et qu'il souhaitait recueillir mon témoignage, son coscénariste, Antoine DESROSIÈRES m'a envoyé un mél le 25 mai 2005 dans lequel il me disait qu'ayant déjà eu « l'occasion de dialoguer sur ce projet avec Pascale Froment et Éric Conan », il me demandait de bien vouloir répondre à un long questionnaire. Cette requête m' a amené à rassembler et à trier tout ce que j'avais pu accumuler au cours de mes recherches sur l'ancien préfet de la Marne, ainsi que les notes que j'avais prises pendant et tout de suite après mon entretien avec BOUSQUET chez lui, à son domicile parisien, puis au téléphone. Cher Monsieur Beuchot, Cher Monsieur Desrosières, Bien cordialement à vous. Antoine DESROSIÈRES Cher Monsieur,

Composition: Les mémoires de la seconde guerre mondiale Les mémoires de la seconde guerre mondiale La mémoire n'est pas l'histoire, elle est une construction, un jugement sur une période historique. C'est un travail rigoureux, scientifique d'historien. Travail qui se heurte souvent à l'émotion de ceux qui ont vécu le conflit. La mémoire peut se perdre, changer, être sélective au fil du temps. I - 1945-69: Les mémoires immédiates Passé les premiers procès expéditifs et les abus de la libération (femmes tondues) la théorie du glaive (De Gaulle, attaque l'Allemagne) et du bouclier (Pétain protège de l'Allemagne en collaborant) va dominer. La République entretient un rapport ambigu avec Pétain (exilé à l'île d'Yeu, tombe fleurie par François Mitterrand en hommage au vainqueur de Verdun pendant la 1ère GM). L'oubli (juif, tziganes, homosexuels, témoins de Jéhova, malgré-nous) et la réconciliation (collaborateurs graciés) nationale passe avant la vérité historique. II - 1969-1995: Le tournant mémoriel

"Les victimes de l'histoire en appellent plus à la connaissance qu’à la reconnaissance" Grand historien de la seconde guerre mondiale, auteur d’essais décisifs sur la mémoire de Vichy – Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Vichy, un passé qui ne passe pas -, Henry Rousso s’interroge aujourd’hui sur les usages actuels de l’histoire et les politiques de mémoire en France. Son livre important, Face au passé, essai sur la mémoire contemporaine (Belin) tente de comprendre le sens d’un investissement collectif inédit pour prendre en compte, les séquelles des traumatismes du passé. Un plaidoyer vif pour la connaissance du passé, intégrant elle-même la question du silence des victimes. Face au passé n’aurait-il pas pu s’intituler Face au présent, sachant que votre livre, fruit de dix ans de travail, touche à l’actualité de notre temps ? Henry Rousso – Bien sûr que Face au passé est aussi Face au présent. Vous dédicacez votre livre à votre père qui a eu, dites-vous, “la sagesse de laisser le passé derrière lui”. Comment, précisément ? C’est un phénomène relativement récent.

Repères dates l'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale Discours de l'Hôtel de Ville de Paris, 25 août 1944 Discours de l'Hôtel de Ville de Paris, 25 août 1944 Le 25 août, Paris est libéré par l'action conjuguée de la police parisienne, des forces de l'intérieur levées dans la capitale et de la division blindée du général Leclerc qui a brisé les positions allemandes dans la banlieue sud et les derniers centres de résistance de l'ennemi au Majestic, au Luxembourg, au Palais-Bourbon, rue Royale, etc. Le général de Gaulle fait son entrée dans la ville à 4 heures du soir par la porte d'Orléans. Pourquoi voulez-vous que nous dissimulions l'émotion qui nous étreint tous, hommes et femmes, qui sommes ici, chez nous, dans Paris debout pour se libérer et qui a su le faire de ses mains. Non ! Paris ! Eh bien ! Je dis d'abord de ses devoirs, et je les résumerai tous en disant que, pour le moment, il s'agit de devoirs de guerre.

Vichy, entre silence, déni et arrangement Il aura fallu cinquante ans avant que la France reconnaisse sa responsabilité dans les crimes commis par le régime du maréchal Pétain. Dans un documentaire aussi rigoureux qu’éclairant, Michaël Prazan retrace les étapes de ce long processus mémoriel (lundi 16 mai, à 20 h 50, sur France 3). LE MONDE | • Mis à jour le | Par Christine Rousseau Documentaire sur France 3 à 20 h 50 Quelques semaines après son élection à la plus haute fonction de l’Etat, Jacques Chirac prononçait, le 16 juillet 1995, lors de la commémoration de la rafle du Vel’d’Hiv, un discours historique. « Ce jour-là, dira-t-il, la France, patrie des Lumières et des droits de l’homme, terre d’accueil et d’asile accomplissait l’irréparable. » Par ces mots de vérité, Jacques Chirac déchirait ainsi le voile de silence apposé sur ces crimes et signifiait la fin d’un combat entre les politiques et la société civile qui aura duré plus de cinquante ans. « La France d’après-guerre fut une France aveugle et aveuglée »

Charles de Gaulle "Paris, Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré !... Tsiganes internés sous Vichy: la France reconnaît sa responsabilité Soixante-dix ans après la libération des derniers Tsiganes internés en France, un hommage national a été rendu ce samedi matin sur l'ancien camp de concentration de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire). François Hollande a reconnu la responsabilité de la France dans l'internement de milliers de Tsiganes par le régime de Vichy entre 1940 et 1946. "Le jour est venu et il fallait que cette vérité soit dite", a dit le président français. "La République reconnaît la souffrance des nomades qui ont été internés et admet que sa responsabilité est grande dans ce drame", a-t-il poursuivi lors d'une cérémonie d'hommage, où étaient présents plusieurs survivants. Reconnaissance officielle de leurs souffrances Depuis la libération des derniers Tsiganes internés en France, il y a 70 ans, leurs descendants et les associations attendaient cette reconnaissance officielle de leurs souffrances. Des anciens internés à la cérémonie Le plus grand des 31 camps gérés par Vichy

Libération de Paris Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La libération de Paris pendant la Seconde Guerre mondiale a eu lieu du 19 au , marquant ainsi la fin de la bataille de Paris. Cet épisode met fin à quatre années d'occupation de la capitale française. Contexte[modifier | modifier le code] Kœnig, commandant en chef des Forces françaises de l'intérieur, prépare une insurrection afin de contrecarrer l'installation de l'AMGOT redouté par le Gouvernement provisoire de la République française. Situation stratégique allemande[modifier | modifier le code] Hotchkiss H35 capturé par l'armée allemande en 1940 en mouvement à Paris, le 19 août 1944. Les ordres de Hitler prévoyaient la destruction des ponts et monuments de Paris, la répression impitoyable de toute résistance de la part de la population et de combattre dans Paris jusqu'au dernier homme[6] pour créer un « Stalingrad » sur le front Ouest immobilisant ainsi plusieurs divisions alliées. Insurrection populaire[modifier | modifier le code] A.

Comment ont évolué les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France depuis 1945 ? - Terminale Histoire Énoncé Comment ont évolué les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France depuis 1945 ? Première partie Analysez l'ensemble documentaire en répondant aux questions suivantes : 1. 2. 3. 4. Deuxième partie À l'aide des réponses aux questions, des informations contenues dans les documents et de vos connaissances personnelles, vous rédigerez une réponse organisée au sujet :Comment ont évolué les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France depuis 1945 ? Document 1 Extrait d'un manuel de cours moyen 1e année (CM1), Hachette, 1964 La Deuxième Guerre mondiale1. 3. Source : A. Document 2 Extraits d'un manuel de 3e cycle d'école primaire L'OccupationLes Français vivent, durant ces quatre années, sous l'occupation allemande. Document 3 Timbre-poste français émis en 1965 Document 4 Affiche du Parti communiste français, octobre 1945 Source : Centre international de recherche sur l'imagerie politique (CIRIP)/ A. Document 5 Discours du président de la République, Jacques Chirac, le 16 juillet 1995

Pierre Laborie, un historien « trouble-mémoire » – Mondes Sociaux CC Wikimedia Commons Bundesarchiv, Bild Selon Pierre Laborie, « le rôle de l’historien n’est pas seulement de distinguer la mémoire de l’histoire, de séparer le vrai du faux, mais de faire de cette mémoire un objet d’histoire, de s’interroger sur l’usage du faux comme du vrai et sur le sens que les acteurs veulent ainsi donner au passé et leur passé (…) La proximité de nécessité ou de sympathie, aussi forte soit-elle, ne peut en aucune façon servir à confondre les terrains et à escamoter les distances. Il ne s’agit pas de légitimer ce qui est maintenant, mais de pouvoir témoigner de ce qui a été, et de la façon dont cela était. Conservateur de mémoire, l’historien se trouve chargé de préserver ce qu’il doit par ailleurs décaper et démythifier. Il est et doit être, tout à la fois, un sauve-mémoire et un trouble-mémoire…« (Pierre Laborie, « Historiens sous haute surveillance », 1994, Esprit, n° 198, 48) CC Mondes Sociaux CC Wikimedia Commons Parcours chrono-bibliographique incitatif

Le choc des mémoires au mépris de l'histoire, par Jean-Arnault Dérens (Le Monde diplomatique, décembre 2016) Les Balkans produisent-ils vraiment « plus d’histoire qu’ils ne peuvent en consommer », selon la célèbre formule attribuée à Winston Churchill ? Durant l’été 2016, la Serbie et la Croatie ont encore polémiqué sur ce terrain. Belgrade accuse Zagreb de procéder à une réhabilitation du régime fasciste des oustachis (1941-1944), qui élimina en masse Juifs, Roms et Serbes. Tous les gouvernements nationalistes de la région utilisent, déforment ou manipulent les faits historiques afin de justifier ou d’asseoir leur propre pouvoir. Le 22 juillet 2016, la cour d’appel de Zagreb annulait le verdict de 1946 qui reconnaissait le cardinal Alojzije Stepinac (1898-1960) coupable de collaboration avec l’État indépendant croate (Nezavisna Država Hrvatska, NDH), créé en 1941 par les oustachis sous la protection de l’Allemagne nazie. Une étrange et tardive « révolution nationale » est en cours en Croatie. Néanmoins, le régime oustachi n’a jamais fait l’objet d’une reconnaissance officielle.

Related: