background preloader

Interface neuronale directe

Interface neuronale directe
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir IND et BCI. Schéma d'une interface neuronale directe Une interface neuronale directe - aussi appelée IND ou BCI[1] (Brain-Computer Interface : Interface Cerveau-Machine, ou encore Interface Cerveau-Ordinateur) est une interface de communication directe entre un cerveau et un dispositif externe (un ordinateur, un système électronique, etc.). Ces systèmes peuvent être conçus pour assister, améliorer ou réparer des fonctions humaines de cognition ou d'action défaillantes. L'IND peut être unidirectionnelle ou bidirectionnelle. Ce type de périphérique est fondamentalement différent de toute autre interface homme-machine : une telle liaison ne requiert en effet aucune transformation préalable du signal électrique émis par l’activité cérébrale en activité musculaire (psychomotrice), cette dernière étant usuellement traduite en signal d’entrée pour la machine. Principe[modifier | modifier le code] Un rapport conclu :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Interface_neuronale_directe

Related:  TranshumanismeDARPA Defense Advanced Research Projects Agency – Agence pour leL'homme et la machineInterface brain computerTEST

La télépathie peut fonctionner grâce aux ordinateurs (Crédit : Andrea Danti/Shutterstock) Alvaro Pascual Leone confie à la revue scientifique PLOS One : « Nous voulions voir s’il était possible de communiquer directement entre deux personnes en lisant les activités cérébrales de la première puis en transmettant à une autre, et ce sur de vastes distances, via les systèmes de communication existants comme Internet ». Lors de l’expérience, un des sujets était en Inde et l’autre en France. Celui situé en Inde portait des électrodes sur la tête.

Système de positionnement par satellites Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le système de positionnement par satellites, appelé sous le nom plus complet de système de positionnement et de datation par satellites ou sous son sigle anglais GNSS (Global Navigation Satellite System), est le nom général des systèmes de navigation satellitaires fournissant une couverture globale de géopositionnement à usage civil. Les GNSS utilisent les constellations existantes de satellite de navigation, et des systèmes satellitaires complémentaires d’amélioration de performance, comme EGNOS, ou des compléments au sol, comme le DGPS. Depuis 2010, le système de satellites NAVSTAR, développé aux États-Unis, constituant le GPS, n'est plus la seule constellation totalement opérationnelle. Le système russe GLONASS, opérationnel en 1996, était devenu obsolète dans les années 2000, à cause de la chute de l'URSS, provoquant un non-entretien et un délabrement du matériel le faisant fonctionner.

Singularité technologique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. De telles conséquences ont été débattues dans les années 1960 par I. J. Good. Selon Ray Kurzweil[5], cofondateur de la Singularity University[6], cette notion de singularité technologique aurait été envisagée par John von Neumann dans les années 1950[7]. L’interface cerveau-machine ou "agir par la pensée" Dossier réalisé en collaboration avec le Pr François Berger, directeur du laboratoire de technologie translationnelle Clinatec (CEA/CHU de Grenoble/Inserm/Université Joseph Fourier, Grenoble) et le Dr Jérémie Mattout, chercheur dans l’équipe Dycog du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (Inserm/CNRS/Université Claude Bernard, Lyon) – septembre 2015 © Inserm, E. Maby En cours de développement dans différents laboratoires à travers le monde, les interfaces cerveau-machine (ICM) sont des dispositifs qui devraient permettre à des personnes souffrant de handicaps majeurs de retrouver une certaine autonomie. Comment ça marche ? La structure d’une ICM comprend un système d’acquisition et de traitement des signaux cérébraux, un système de classification puis de traduction de ces signaux en commande (écriture sur écran, mouvement de fauteuil roulant ou de prothèse...).

[eMAG]Sciences L’être humain a toujours tenté d’améliorer ses performances ou son bien-être au moyen, par exemple, de l’apprentissage, de la maîtrise de l’outil ou du recours à des substances comme le café, l’alcool ou d'autres types de drogues de toutes natures,... Cette possibilité qu’a l’être humain en bonne santé de s’améliorer (human enhancement) a été décuplée par les progrès de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie, ce n'est plus marginal. Elle peut schématiquement se référer à l’apparence corporelle (par exemple greffes de cheveux, tatouages, chirurgie esthétique…), aux performances physiques (dopage sportif, stimulants sexuels….), ou encore aux capacités du cerveau réalisant ce qui est appelé le « brain enhancement » ou encore « neuro enhancement ».Bien évidemment, le tout connecté à toutes sortes de gadgets à diodes , capteurs d'automesure,... qui mériteront une analyse plus précise dans un très prochain article sur une tendance appelée "quantify self".

Global Positioning System Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Global Positioning System (GPS) – que l'on peut traduire en français par « système de localisation mondial » – est un système de géolocalisation fonctionnant au niveau mondial. En 2011, il est avec GLONASS, un système de positionnement par satellites entièrement opérationnel et accessible au grand public. Blue Brain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le projet Blue Brain, littéralement « cerveau bleu », a pour objectif de créer un cerveau synthétique par processus de rétroingénierie. Fondé en mai 2005 à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse, ce projet étudie l'architecture et les principes fonctionnels du cerveau. Objectifs[modifier | modifier le code] En 2002, Henry Markram s'installe à l'EPFL ; en 2005, il convainc IBM de constituer une équipe internationale de 35 informaticiens, mathématiciens, biologistes et physiciens.

Homo technicus: un futur hallucinant! Les convergences entre le monde biologique et technologique vont rendre possible un nouvel âge, celui de l'hybride homo technicus. Après le débat sur la mort médicalement assistée, se profile celui de la vie "médicalement" augmentée. Jusque-là, la recherche biomédicale a été aisément justifiée par une finalité de traitement, dans le sens d'une amélioration ou d'une normalisation. En neurologie par exemple, la technologie permet d'améliorer les symptômes de la maladie de Parkinson par des impulsions électriques intracérébrales, de retrouver l'audition au travers d'implants cochléaires - une neuro-prothèse - reliés au cerveau, ou de traiter des dépressions graves par des ondes magnétiques trans-crâniennes. Les prouesses de la recherche fondamentale Dans les laboratoires, la recherche fondamentale fait encore plus de prouesses.

MQ-1 Predator Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Predator. Le MQ-1 Predator est un drone militaire d'altitude de croisière moyenne et de longue autonomie[2] entré en service en 1995, au terme d'un programme qui aura coûté 2 387 millions de dollars[3]. L'Homme 2.0 Parmi les notions qui nous deviennent familières, il y a celle de la "réalité augmentée". Il s'agit d'incruster des objets virtuels de façon réaliste de façon à ce que nous percevions le réel et les objets virtuels comme faisant partie d'une même "réalité". Cette technologie trouve ses applications dans les films, les applications pour smartphone ou les simulateurs. Mais les entreprises et gouvernements se penchent désormais sur une autre notion, celle de l'Homme augmenté.

LES "BLACK PROGRAM": LE PROJET MK ULTRA/MONARCH - Derrière ces deux noms obscures, se trouve l'un des crimes les plus diaboliques commit sur une partie de la population humaine, une forme de contrôle de l'esprit systématique qui a imprégné tous les aspects de la société sur près de cinquante ans. Cet article est étayé par des documents déclassifiés du gouvernement Américain, des personnes anciennement rattachées à la communauté du renseignement Américains, des écrits d'historiens, de chercheurs compétents dans le contrôle mental, des publications de praticiens de la santé mentale, et les témoignages recueillis auprès des survivants. Soumis malgré eux à une forme très complexe d'un traumatisme à base de contrôle de l'esprit connu sous le nom de "programmation MONARCH". Les origines de la recherche "psychologique" et "psychiatrique".

[ANALYSE ETHIQUE] Google, un bond de Géant… pour le transhumanisme Plus de 90% des français utilisent Google comme moteur de recherche principal. Occupant la seconde place de la capitalisation boursière après celle du pétrolier ExxonMobil, Google est aujourd’hui le leader mondial de la navigation internet. Mais pas seulement. Google ne cesse d’accroître son champ d’investigation à travers ses investissements dans les industries et technologies du futur, c’est-à-dire celles de la robotique (Boston Dynamics), de l’intelligence artificielle (DeepMind) et des objets connectés (Nest). Bien plus qu’un moteur de recherche, Google est aujourd’hui une géante entreprise des NBIC (nanotechnologies, bio-ingénierie, informatique et science cognitives).

Related: