background preloader

Dyslexie : les tablettes peuvent aider les enfants à lire

Dyslexie : les tablettes peuvent aider les enfants à lire
Je m'abonne pour 1,75€/mois Les chercheurs américains ont découvert que les enfants dyslexiques ont moins de difficulté à lire sur l’écran des tablettes numériques. Le Dr Matthew Schneps, du Centre des sciences de l’éducation de l’Université de Harvard a suivi un groupe d’une centaine d’élèves et leur a demandé de lire des phrases courtes écrites sur un cahier, puis d’autres phrases courtes sur l’écran d’une tablette. Il s’est rendu compte que les enfants qui souffraient de dyslexie avaient beaucoup de moins de difficulté avec la lecture lorsque les phrases étaient présentées sur une tablette. « Cela tient tout simplement au fait que sur l’écran, il y a moins de mots sur chaque ligne, ce qui permet à l’enfant de se concentrer sur chacun d’eux » a expliqué le chercheur interrogé par la BBC Cette étude rejoint les conclusions d’une étude franco-italienne qui a prouvé que les enfants dyslexiques étaient beaucoup plus l’aise pour lire quand le texte avait des mots et des lettres plus espacés. Related:  Elèves en difficulté et numérique : la dyslexieDyslexie

Tablettes pour les Dyslexiques, exit Androïd et iPad ... Les iPad et autres tablettes Androïd ne sont pas adaptées aux usages spécifiques des dyslexiques. Sauf l'inclusion scolaire... Pourquoi ceci est-il si important ? Lorsqu'on parle de compensation de la dyslexie à l'aide de logiciels informatiques, de quoi parle-t-on ? Le plus souvent, il s'agit d'adaptations fines à des difficultés de lecture, d'écriture, de compréhension de document, de lisibilité...etc. Pour pouvoir construire et personnaliser sa solution, il est indispensable d'avoir un système d'exploitation ouvert. Néanmoins, et d'un point de vue purement humain, le concept même de tablette peut être un facteur d'acceptation de l'outil de la part des ados... D'ores et déjà, des tablettes Acer, Samsung ou ViewSonic fonctionnent sous Windows.

Une jeune dyslexique utilise l'iPad au collège : retour d'experience et apps utilisées - iPad mini, iPad Air, iPad 2 en France avec VIPad La fille d’Eric Delcroix souffre de dyslexie qui la gène dans ses études au collège. En accord avec l'administration et dans le cadre d'un Projet Personnalisé de Scolarisation elle peut utiliser son iPad 2 3G à la place des cahiers et manuels de troisième. L’expérience est relayée ici sur le blog d'Eric pour un "bilan d'étape" au premier trimestre, morceaux choisis et apps retenues à découvrir dans la suite : Eric Delcroix et sa fille Yseult ont d'abord évalué et choisi les applications: Evernote pour la prise de note et la centralisation des informations, SimpleMind pour des cartes heuristiques (système de représentation hiérarchique ou "mind mapping"), Jotter Notes pour le dessin et l'appareil photo de l'iPad 2. Les avantages sont nombreux. Le système a tout de même quelques désagréments. D'abord le tout petit nombre de documents et manuels disponibles au format électronique. C'est en mathématiques que vient la difficulté principale: la saisie des formules et des équations. Source

Veille et Analyse TICE – Partager, débattre et apprendre L’année 2018 a vu venir au grand jour une question trop souvent négligée par le passé, celle des données, en particulier personnelles. C’est la mise en place du RGPD (Règlement général pour la protection des données) qui a donné l’alerte. En éducation comme en général dans la société, la place prise par le numérique est telle que l’on est en droit de s’interroger sur ce qui se passe derrière nos claviers, nos souris et nos écrans (devenus tactiles). Or c’est bien autour des données que se situe l’ensemble des questions essentielles : dans un programme informatique on apprend à séparer le code des données. Quand, au début des années 1980, nous bricolions en langage Basic, nous avions souvent les données en grande partie mélangées au code, c’est à dire aux procédures de traitement de ces données. Reste un espace d’incertitude à propos des données en contexte scolaire : que collecte-t-on et comment ? La déshumanisation n’est pas forcément celle que l’on croit. A suivre et à débattre BD

Le livre électronique motive les jeunes lecteurs Texte traduit et adapté de Kansas State professor using the Kindle e-reader to broaden and enhance stutdents’ reading experiences; techy device motivates less-enthusiastic readers publié sur le site de l’Université d’État du Kansas le 16 avril 2010. Lotta Larson, chercheuse à l’Université d’État du Kansas en enseignement primaire, pense que des enfants pourraient améliorer leurs compétences en utilisant le livre électronique (livrel). Sa dernière étude, dont les résultats paraitront dans le prochain numéro de la revue The Reading Teacher, lui a permis de découvrir que le livre électronique permet aux enfants des interactions qui ne pourraient pas être possibles avec des livres imprimés. Depuis l’automne 2009, Larson utilise le livrel d’Amazon « Kindle » avec des élèves de 2e année. Parfois, affirme Larson, les élèves font des commentaires qui résument l’intrigue, ce qui renforce leur compréhension de l’histoire. Highlighting E-Readers (Inside Higher Ed, 2010) [Lire l'article]

Des tablettes dès la maternelle pour préparer les élèves à l'économie numérique Plusieurs écoles de l’agglomération tourangelle ont été équipées de tablettes numériques. Ces outils permettraient de développer la créativité, l’autonomie et la coopération entre élèves. Mais cette expérimentation, qui s’inscrit dans le cadre d’un projet académique, prépare surtout les enfants à devenir à la fois des consommateurs et des agents de l’économie numérique. Depuis maintenant un an, la mairie de Tours a mis en place des tablettes numériques dans plusieurs écoles au nom de l’expérimentation. « Une station (comprenant le chariot de transport, l’ordinateur de l’enseignant, la formation, le SAV…) de six tablettes est facturée 6 290 euros HT. A ce prix-là, et vu la vitesse de remplacement des nouvelles technologies, autant employer une personne supplémentaire. Mais le projet ne s’arrête pas là. Des élèves préparés à la consommation sur Amazon dès la maternelle A l’école maternelle Dolto de Fondettes, on utilise également des tablettes. Pas de désavantages, juste des limites

Morphorem Outil de remédiation de la lecture basée sur l’entraînement à l’analyse morphologique chez des élèves dyslexiques "Morphorem" est un logiciel, à la fois d’évaluation et de remédiation, conçu par des chercheurs, en référence à l’hypothèse que le lecteur dyslexique qui ne peut utiliser adéquatement le code grapho-phonologique d’un système alphabétique, peut s’appuyer sur l’identification des unités de sens que constituent les morphèmes des mots écrits. Dans le champ de la rééducation des troubles du langage écrit, il répond donc à une attente sur les moyens de compenser un déficit d’automatisation de la voie sublexicale ou phonologique, chez des enfants ou adolescents qui ont déjà bénéficié d’une rééducation axée sur le déficit de traitement phonologique. A qui s’adresse "Morphorem" ? "Morphorem" est un outil de remédiation, d’aide à la lecture et au développement de certains aspects du langage oral (morphologie, vocabulaire, compréhension). Configuration minimale requise : Windows XP.

TICE et Dys : de l’utilité de l’informatique en classe L’enfant qui présente des troubles du langage écrit lentement, commet des fautes d’orthographe et de grammaire très fréquentes, bute sur les mots à la lecture… Autant de difficultés surmontables grâce à un environnement numérique. Le point sur ces outils (1) qui permettent aux élèves Dys de travailler autrement en classe. © Phovoir Un environnement numérique permet aux élèves Dys de travailler autrement en classe. À lire aussi "Une dysorthographie, si elle est sévère, peut stigmatiser l’élève, le gêner pour prendre des notes et apprendre les cours. Cette dernière insiste notamment sur le rôle de l’enseignant : "Il peut permettre à l’enfant de suivre une scolarité qui, sans la mise en place d’adaptations visant à contourner ses difficultés, sera difficile, voire impossible." En primaire : bon sens et petits aménagements Dans le 1er degré, les adaptations les plus simples sont aussi les plus utiles. A partir du collège : place aux TICE Mais le correcteur de Word n’est pas toujours suffisant.

Futur 2.0 : Si les livres pouvaient parler Par Hubert Guillaud le 23/04/07 | 7 commentaires | 5,452 lectures | Impression A l’occasion de la parution de Futur 2.0 (Amazon, Fnac), et en partenariat avec FYP éditions, la rédaction vous propose durant quatre semaines une sélection d’articles extraits de cet ouvrage, qui nous a semblé dans la continuité des réflexions que vous avez l’habitude de trouver sur InternetActu.net. Dans cet intéressant panorama dirigé par Philippe Bultez Adams, Maxence Layet et Frédéric Kaplan, vous découvrirez bien d’autres contributions remarquables et synthétiques sur demain : Futur 2.0 est un ouvrage de vulgarisation abordable et richement illustré où chercheurs, philosophes, sociologues et artistes racontent concrètement les enjeux technologiques, socioculturels, économiques et écologiques de notre avenir. Quand mon grand-père est mort, j’ai récupéré une partie de sa bibliothèque. Ce n’étaient pas des livres de grande valeur, mais c’étaient des livres qu’il avait lus. Frédéric Kaplan

Usage des tablettes Voyage en Dyslexie, un livre numérique pour les enfants ayant du mal à lire La dyslexie est souvent vécue par les enfants et leurs parents comme un problème difficile à résoudre. Pour dédramatiser ce sujet sensible, Nicolas Le Drézen a entièrement créé un livre numérique. L’histoire s’intitule « Voyage en dyslexie ».L’auteur a réalisé l’intégralité du livre lui-même, l’histoire, les peintures, les animations, les musiques, les voix jusqu’au fichier du livre numérique. On peut saluer le tour de force de N. Le Drézen car il a réussi non seulement à concevoir une histoire douce et intelligente, mais il a aussi su utiliser les outils technologiques de façon pertinente, sans l’aide de personne pour créer un livre plein d’interactivité. A propos de son ebook enrichi, il explique : « Ce livre numérique est destiné à rassurer les jeunes lecteurs. bouger avec son doigt le protagoniste perdu au milieu des flots afin de le rapprocher de sa famille ou de l’en éloigner. Voir un extrait du livre en vidéo

Les tablettes peuvent-elles améliorer les performances scolaires Atlantico : Une start-up américaine a mené des essais sur l'utilisation d'une application iPad permettant aux élèves d'appliquer leurs connaissances en mathématiques. Cette expérience a souligné la grande différence de niveau entre les élèves d'une même classe. L'utilisation des tablettes permettrait-elle un enseignement plus personnalisé ? Michael Stora : Les tablettes bouleversent complètement les rapports maitre-élèves. Le pouvoir motivationnel des tablettes auprès de générations nées avec ces technologies est très important. Il y a de la résistance de la part des professeurs à utiliser des tablettes car elles mettent à mal ce rapport vertical qui existe entre un enseignant et son élève. Philippe Cottier : Quand les tablettes sont installées dans les écoles, on met en place un autre dispositif que la classe frontale. Ce sont des outils complémentaires que l’enseignant va choisir de s’approprier ou pas suivant ses compétences et ses préférences.

Littérature jeunesse : l'investissement numérique, clef du succès C'est l'investissement dans l'économie et l'éditorial numériques qui fera la clef du succès, assurent les éditeurs anglo-saxons. À l'occasion de la conférence Launch Kids, dans le cadre du Digital Book World 2014, qui s'ouvre à New York, les intervenants relèvent que la stratégie numérique est primordiale, dans les secteurs jeunesse et Young Adult. flickingerbrad, CC BY 2.0 Cindy Loh, directrice de la publication chez Bloomsbury Children's Books explique combien « les livres numériques sont radicalement différents : la manière dont ont en fait l'expérience, la manière dont on les fabrique, celle dont on les vend ». Pour assurer la diffusion, c'est une promotion agressive sur les droits de traduction qui est mise en place, pour développer plus largement les marchés mondiaux, que Bloomsbury opère. Put Me In The Story, c'est un service de personnalisation des livres, qui permet de s'intégrer, soi ou un proche, au sein de l'histoire. Pour approfondir

Related: