background preloader

(Dossier) Les musées à l'heure du web 2.0 : Comment le web transforme le lien entre les oeuvres et le public ?

(Dossier) Les musées à l'heure du web 2.0 : Comment le web transforme le lien entre les oeuvres et le public ?
Les musées ont depuis une quinzaine d’années compris l’intérêt du numérique. Si au départ, quelques velléités à l’égard du numérique sont légitiment apparues, il est clair que la « révolution numérique » s’est également produite au sein des musées. Applis pour smartphones, sites Internet, réseaux sociaux et visites virtuelles… Dans quelle mesure la technologie impacte les musées ? Comment le numérique transforme le lien entre les œuvres et les visiteurs ? Les nouveaux outils: sites Internet, applis et réseaux sociaux Si les années 1960 ont vu arriver les supports vidéos, les années 1980 l’audioguide, les années 1990 sont les années de l’introduction des bornes multimédia et du web dans les musées. Selon une étude du CLIC 81% des lieux culturels dits importants ont un site Internet et 45% sont présents sur les réseaux sociaux. Vidéo de présentation de l’appli pour smartphone du Musée du Louvre Quels usages, pour quels publics ? Des visiteurs face aux bornes multimédia du Musée du Louvre

http://lecubevert.fr/dossier-les-musees-a-lheure-du-web-2-0-comment-le-web-transforme-le-lien-entre-les-oeuvres-et-le-public/

Related:  Musée et web participatifArticles de presse

Sébastien Magro / Omer Pesquer: « Le web participatif pour la culture » Par Sébastien Magro et Omer Pesquer Article initialement publié le 12 octobre 2011 sur dasm.wordpress.com, suite à la conférence du 23 septembre 2011, pendant le festival « Spectaculaire ». A l’occasion de sa quatrième édition, Spectaculaire proposait une journéee professionnelle aux exposants participants, le 23 septembre dernier. Omer Pesquer et moi-même avons été invités à intervenir au cours d’une matinée de conférences sur les nouveaux usages liés au numérique dans la culture.

Snapchat et les lieux culturels Snapchat, l’application du web éphémère et coqueluche des ados, intéresse également les musées et lieux culturels. Présentation du service et tour d’horizon d’utilisations innovantes. Snapchat Snapchat est une application de partage de photos et de vidéos disponible sur plates-formes mobiles de type iOS etAndroid (Windows Phone application officieuse 6Snap). Elle est conçue et développée par des étudiants de l’université Stanford en Californie. La particularité de cette application est l’existence d’une limite de temps de visualisation du média envoyé à ses destinataires.

International Cultural Heritage Informatics Meeting 2007: Paper: Crenn, G., and G. Vidal, Les Musées Français et leurs publics a l’âge du Web 2.0 Les sites Web des institutions muséales offrent une scène riche d’innovations à l’heure où les usages de l’internet ne cessent de se déployer. En effet, le processus d’appropriation du réseau mondial mène vers de nouvelles pratiques interactives des internautes et des inventions relevant de ce qui est convenu d’appeler le web2.0, un Web participatif et collaboratif. Plus de dix ans après la création des premiers sites Web, ces désirs d’innovations socio-techniques, à l’heure d’un Web 2.0, sont l’occasion de réinterroger les usages de sites de musées et les relations entre les musées et leurs publics. En France, les musées ont en général su s’approprier les technologies interactives pour s’adresser à des publics, visiteurs ou non, issus de groupes sociaux diversifiés. Ainsi, le secteur muséal se retrouve dans une situation délicate ; en effet celui-ci doit à la fois assurer la diffusion légitime des arts et des sciences et se situer dans ces réseaux nouveaux d’échanges de contenus.

Comment le digital modifie en profondeur notre rapport à l'art  Cette année, la Foire Internationale d'Art Contemporain (FIAC) met en place une visite virtuelle interactive à 360° qui présentera l'intégralité des stands de ses exposants. Dès son ouverture la FIAC, qui se tient au Grand Palais du 23 au 26 octobre, sera entièrement accessible virtuellement. Les internautes pourront visiter librement les stands des 191 galeries présentes à cette édition depuis leur ordinateur, leur Smartphone ou leur tablette avec une simple connexion 3G et accéder à de nombreux contenus enrichis directement sur le site de la FIAC. À travers plus de 200 panoramas à 360°, ils pourront visualiser des œuvres en très haute définition, accéder à un plan interactif et partager sur les réseaux sociaux et par email leurs œuvres favorites. Lire aussi:» Quatre garçons dans le vent pour le Prix Marcel Duchamp 2014» Pourquoi les galeristes quittent-ils Paris? Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

Web et musées : le choc des cultures 1Traditionnellement, un musée pratique une communication descendante, des « sachants » vers les « profanes ». Autour de ses collections qui lui donnent sa légitimité, il construit un discours expert qu’il délivre sous la forme qu’il juge la mieux adaptée à ses publics. Le développement et l’évolution du numérique nous obligent à reconsidérer un certain nombre de pa­radigmes, tant dans notre relation au public que dans nos modes d’organisation du travail. L’art contemporain exemple digital "How can luxury thrive in the digital age?" était le thème central des conférences organisées durant deux jours par The Family. L'industrie du luxe, doit se mettre à l'heure digitale pour survivre est la conclusion de ces débats, même si de nombreuses marques ont commencé leurs transformations. Un des débats animé par Alice Zagury, la présidente et fondatrice de TheFamily et réunissant Dominique Levy - Chinese Art Collector, co-founder of DSL Collection, Kenneth Schlenker - CEO of GERTRUDE.CO et Abdel Bounane - CEO of Bright, abordait le tournant digital et la réinvention de l'expérience dans le cadre de l'art contemporain.Cet art peut être largement découvert en ligne, de façon plus intime, en petit comité lors de vernissage sur-mesure en présence de l'artiste, ou encore être redécouvert sur les écrans d'un hôtel. Les clés de leur succès?

Le musée participatif (2/3) : quelques initiatives Après Le musée participatif : état des lieux, voici la suite de la note d’intention de mon projet de thèse, avec quelques exemples existants. Cette recherche a été effectuée plusieurs mois avant la conférence qu’Omer Pesquer et moi-même avons donnée lors de Spectaculaire – dont vous avez pu lire la synthèse ici même il y a quelques semaines – mais elle complète bien les six tendances que nous avions identifiées. Plusieurs initiatives ont été lancées depuis quelques années, mais surtout depuis un à deux ans. Il ne s’agit pas là d’en dresser une liste exhaustive, mais de citer quelques exemples pertinents et qui posent une série de questions, permettant de faire émerger des problématiques envisageables pour le présent projet de recherche. Elles feront l’objet d’une étude plus approfondie à l’occasion du développement et seront complétées par d’autres dispositifs non évoqués ici. Parmi les acteurs les plus précoces figure le Muséum d’histoire naturelle de Toulouse.

Construire une culture numérique et participative dans une institution patrimoniale Jeudi 16 octobre 2014, la Ville de Bordeaux m’a invité à intervenir lors de la journée « Culture et numérique », dans le cadre de la Semaine digitale. Voici la trame de mon intervention, qui m’offre l’occasion de livrer quelques pistes de réflexion autour du musée participatif, en m’efforçant de montrer comment construire une culture numérique et participative au sein du musée. Il manque quelques éléments qui rebondissaient sur les interventions précédentes, notamment en réponse à mon confrère Samuel Bausson autour des cultures du web et de leur adoption par les musées. Pour plus d’informations, consultez le livetweet avec les deux hashtags #SDBX4 et #culturnumbx14.

Corinne Baujard (2012), Du musée conservateur au musée virtuel Les musées, lieux avancés et protéiformes de pratiques numériques impulsées par le public ? C’est l’hypothèse investiguée dans cet ouvrage de Corinne Baujard, chercheuse de l’Université d’Evry Val d’Essonne. Loin de l’image traditionnelle du musée hors du temps et de l’agitation quotidienne, le propos développé dans ce livre montre comment les musées se sont aujourd’hui saisi de multiples technologies numériques afin d’allier patrimoine et modernité.

Related: