background preloader

Association Castoriadis

Association Castoriadis
Related:  PhilosophieDÉBATS

Cornélius Castoriadis : « Démocratie et relativisme. Entretiens avec le MAUSS  Repenser la démocratie Démocratie et relativisme. Entretiens avec le MAUSS Cornélius Castoriadis Éditeur : Mille et une nuits 160 pages / 11,40 € sur Amazon Résumé : Occasion de se plonger ou se re-plonger dans la pensée de Castoriadis, cet ouvrage pose les jalons d'une réflexion critique et actuelle sur la démocratie. Baptiste BROSSARD sur nonfiction.fr « Je veux secouer les gens, et je veux faire comprendre que l'homme n'est pas, de droit divin, un être démocratique. La pensée de Cornélius Castoriadis témoigne de cette indépendance d'esprit, de cette volonté de penser le monde autrement que par les sens communs, qu'ils soit libéraux, marxistes, ou même démocrates. - Premièrement, refuser le capitalisme en tant que système naturel ; - Deuxièmement, fonder une pensée marxiste non-dogmatique ; - Troisièmement, définir ce que serait, dans ce cadre conceptuel, une démocratie. Ainsi, sont regroupés dans Démocratie et relativisme un ensemble de réflexions qui intéresserons un public varié.

Les amis de Marcel Gauchet Alinalia - Le Site Alain Cornelius Castoriadis. L'imaginaire radical 3 Après avoir suivi à Athènes des études de droit, d’économie et de philosophie, Castoriadis arrive en France en 1945 pour y entreprendre une thèse de doctorat en philosophie sur Max Weber. Parallèlement à ce travail de recherche, il s’implique dans des activités de militant au sein du PCI, mouvement qu’il quitte en 1948, pour fonder en compagnie d’autres camarades (dont Claude Lefort) le groupe et la revue Socialisme ou barbarie, laquelle paraîtra de 1949 à 1965. 4 Très rapidement, Castoriadis va remettre en cause non seulement la politique trotskyste officielle du PCI, mais plus fondamentalement les thèses développées par Trotsky lui-même sur la dégénérescence du socialisme en URSS à partir de la fin des années vingt. 6 Dans Économie et société, Max Weber avait dégagé l’idéal-type de la bureaucratie comme forme accomplie de la domination « légale-rationnelle ». 13 Cela signifie-t-il que Castoriadis n’admettait aucune différence entre l’Est et l’Ouest ?

Bachelard - Bienvenue sur www.gastonbachelard.org, site de l'Association des Amis de Gaston Bachelard C. CASTORIADIS - L'institution imaginaire de la société Le marxisme est une référence incontestable pour qui s'intéresse aux problèmes de la société. Mais de quoi parle-t-on ? Les visions du marxisme s'opposent, et chacune prétend à la vérité unique. Le marxisme ne saurait se réduire au « retour à Marx », envisagé comme une exégèse des textes, pouvant être compris indépendamment de la pratique historique et sociale à laquelle ils correspondent. Dire qu'aucune des pratiques historiques qui se sont réclamées du marxisme ne s'en inspirait « vraiment », c'est renier Marx lui-même, dont le but déclaré était non pas d'interpréter, mais de transformer le monde. En fait, si la pratique inspirée du marxisme a pu se révéler conservatrice, c'est que depuis les années trente, le marxisme est devenu une idéologie, comme « complément solennel de justification » (Marx) des régimes totalitaires, comme doctrine de multiples sectes, et comme théorie rigidifiée et n'évoluant plus. Déterminisme économique et lutte de classe Le rationalisme objectiviste

Société Michel Henry Association Internationale Gaston Bachelard Castoriadis et l’autonomie, par Baptiste Eychart (Le Monde diplomatique, mars 2015) L’historien Pierre Vidal-Naquet écrivait de l’œuvre de son ami Cornelius Castoriadis (1922-1997) qu’elle pouvait être placée sous le « triple signe de Thucydide, de Marx et de Freud ». Philosophe français d’origine grecque, ayant exercé comme psychanalyste pendant de nombreuses années, Castoriadis a développé une pensée qui s’est voulue inextricablement philosophique, anthropologique et politique. En éclairant son cheminement intellectuel et l’élaboration de ses notions-clés, la riche biographie de François Dosse (1) permet de comprendre ce qui l’a mené de l’animation d’un groupe et d’une revue d’extrême gauche antistalinienne, Socialisme ou barbarie (1949-1967), à une rupture publique avec le marxisme, afin, selon ses termes, de « rester révolutionnaire ». Elle invite également à mesurer la pertinence de ses concepts, et leur influence. Une partie de l’œuvre de Castoriadis publiée chez 10/18 était épuisée. On peut ne pas être convaincu par la problématique d’une société « autonome ».

Rousseau Association for study of Jean-Jacques Rousseau Notes de lecture : "L'institution imaginaire de la société", par Cornélius Castoriadis - Blog - Pierre-Yves Gibello Le titre de ce billet est peut-être inapproprié : son contenu est plutôt un condensé, écrit de mémoire et donc interprété, de ce que j'ai retenu d'essentiel. En espérant expliciter assez clairement, sans trop d'omissions ni de déformations, la pensée du philosophe... et vous donner envie de le lire (l'effort en vaut la peine). En introduction, Castoriadis commence par critiquer le marxisme : en l'inscrivant dans une perspective historique, il établit que ses prémisses comme ses conclusions n'ont rien d'absolu (qu'une révolution conduise à la dictature du prolétariat implique qu'il existe un "prolétariat" et des "révolutions"; ces dernières, supposées causées par un décalage entre le social et l'économique, impliquent qu'il existe une sphère "économique" largement autonome, etc...). Dit autrement, l'histoire crée de l'altérité : elle crée ex-nihilo des choses nouvelles... et on ne peut en établir de théorie générale, forcément bâtie sur des bases qui n'existent pas encore !

Centre Emmanuel Levinas Responsable : Danielle Cohen-Levinas Le Collège des études juives et de philosophie contemporaine a été fondé en en 2008 à l’Université Paris IV Sorbonne par Danielle Cohen-Levinas. La pensée juive, ainsi que les traditions herméneutiques propres au judaïsme, ont souvent suscité de vives polémiques au sein de la tradition philosophique. Citons, à titre d’exemple, le débat qui opposa les défenseurs de Platon et d’Aristote contre les disciples d’Averroès, ainsi que la violente controverse autour de l’œuvre de Maïmonide qui eut pour conséquence en 1232, à Montpellier, l’organisation d’un autodafé du Guide des perplexes.

Related: