background preloader

L’aide aux devoirs ne permet pas de lutter contre l’échec scolaire

L’aide aux devoirs ne permet pas de lutter contre l’échec scolaire
Les auteurs ont cerné les dysfonctionnements qui pèsent sur la boucle pédagogiques du travail des élèves (classe – devoirs – retour en classe – traitement). Ceux-ci sont nombreux : l’irrégularité du volume des devoirs, les notions insuffisamment maîtrisées par les élèves pour effectuer le travail, les consignes floues et les supports inadaptés, la fragmentation des savoirs et des supports (multiplicité des cahiers). Par ailleurs, certaines prescriptions fonctionnent comme un leurre dans la boucle pédagogique, comme l’apprentissage de liste de mots, cantonnant les élèves à des tâches de bas niveau cognitif, sans rapport évident avec les notions construites en classe. Certes l’élève peut mener ces tâches facilement, mais son apport réel aux apprentissages pose problème. Un type d’intervention fonctionne cependant, consistant à faire saisir aux élèves les enjeux d’apprentissage, en décontextualisant et recontextualisant la tâche. Les auteurs concluent : Like this: J'aime chargement… Related:  Pas de devoirs à la maison

#sansdevoirs Cela se passe au Québec mais cela aurait pu tout aussi bien se dérouler en France. Selon un article publié sur le site québécois « Les Actualités » (consulté le 29 octobre […] Lire l’Article → Bizarrement, alors que les devoirs « à la maison » constituent une composante essentielle du « métier d’élèves » et qu’ils sont souvent présentés comme la condition sine qua non de la réussite, on […] Lire l’Article → 2022. Lire l’Article → Suite à la publication de l’article intitulé : l’aide aux devoirs ne permet pas de lutter contre l’échec scolaire, nous avons interrogé les chercheurs Séverine Kakpo et Julien Netter afin […] Lire l’Article → L’enquête menée par deux chercheurs de l’ESCOL1, Séverine Kakpo et Julien Netter, jette le trouble. Lire l’Article → Si le numérique est encore la plupart du temps fort peu présent en classe, il n’en est pas de même à domicile où il est utilisé fréquemment dans le cadre […] Lire l’Article → Lire l’Article →

Les devoirs à la maison, une aggravation des inégalités Détails Mis à jour le jeudi 11 juillet 2013 17:10 Publié le mercredi 1 mai 2013 19:01 Affichages : 1883 Le ministère vient de nous informer que l'arrêté relatif aux paiement des CAFIPEMF, CAPA-SH et 2CA-SH, venait enfin d'être signé ! Il entre à présent dans le circuit de publication. Cette information est du reste corroborée par un courrier que nous venons de recevoir du cabinet du ministre. Nous nous réjouissons bien évidemment de cette information, toutefois nous rappelons que ce n'est rien de plus que le rattrapage d'une injustice et que les inspecteurs sont encore très largement en attente d'une réelle reconnaissance de leur investissement professionnel... Lire la lettre du directeur adjoint du cabinet du ministre de l'Education

MENE1416235C La circulaire n° 97-178 du 18 septembre 1997 relative à la surveillance et la sécurité des élèves dans les écoles maternelles et élémentaires publiques est modifiée comme suit, afin de rendre plus précise l'obligation de surveillance incombant aux enseignants. Modification du point I.1 « dispositions générales » 1°) Au deuxième alinéa, les mots suivants sont ajoutés : « Lorsqu'un enfant a un comportement momentanément difficile, des solutions doivent être cherchées en priorité dans la classe, ou exceptionnellement et temporairement, dans une ou plusieurs autres classes. En tout état de cause, l'élève ne doit, à aucun moment, être laissé seul sans surveillance. » 2°) Au troisième alinéa, les mots : « Leur sécurité » sont remplacés par les mots : « La sécurité des élèves ». Modification du point I.2 « Accueil et sortie des élèves lorsque les enseignements ont lieu dans les locaux scolaires » Le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche Benoît Hamon

As-tu fait tes devoirs numériques ? Si le numérique est encore la plupart du temps fort peu présent en classe, il n’en est pas de même à domicile où il est utilisé fréquemment dans le cadre des devoirs et du travail personnel. Comment est-il utilisé ? Pour quoi faire ? Une première version de cet article a été soumise à ceux qui nous avaient laissé leurs coordonnées, il est donc enrichi de leurs compléments, précisions, modifications… Qui a répondu ? Une utilisation massive confirmée 86 % de nos répondants disent utiliser le numérique dans un but scolaire au moins une fois par semaine et pour 33 % tous les jours voire plusieurs fois par jour. Faire des recherches mais aussi échanger L’utilisation la plus importante est “faire des recherches” mais on a aussi beaucoup d’échanges ; autant avec les camarades qu’avec les enseignants ! Concernant les recherches, Christian Ducass évoque l’utilisation pour sa fille en CM2 du dictionnaire sur tablette qu’il juge plus pratique pour rechercher des définitions. Pas indispensable ?

Le travail scolaire à la maison à l’ère du numérique « Veille et Analyse TICE | questions d'éducation | Scoop.it Donner du travail à faire à la maison, des devoirs, des leçons, et autres lectures, productions, recherches etc… est une habitude tellement ancrée dans le quotidien des enseignants, des élèves et des familles qu’on s’offusque immédiatement dès que la « quantité de travail à faire après la classe » est inférieure aux standards imaginaires de chacun. Il arrive aussi parfois que ce soit par le haut, le trop plein, que cela déborde et alors la trop grande quantité est dénoncée avec le même entrain que s’il elle avait été insuffisante. Les élèves qui connaissent bien ce rituel ont appris depuis longtemps les meilleures techniques pour ne pas se faire déborder par la quantité de travail personnel à faire, tout en assurant un résultat optimum. Avec le développement des usages des ordinateurs et surtout d’Internet la question du travail à la maison s’est amplifiée par deux effets : la facilitation de pratiques antérieurs et l’accès à de nouvelles modalités de travail. A suivre et à débattre

Obligation service premier degré La présente circulaire se substitue à la circulaire n° 2010-081 du 2 juin 2010 qui est abrogée. Le cadre général du service des instituteurs et professeurs des écoles est défini par le décret n° 2008-775 du 30 juillet 2008. I - Organisation du service des enseignants du premier degré Le service des enseignants s'inscrit dans le cadre de l'organisation de la semaine scolaire retenue en application des dispositions du code de l'éducation relatives à l'organisation et au fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires. A) Le service des personnels enseignants du premier degré s'organise en vingt-quatre heures hebdomadaires d'enseignement à tous les élèves et trois heures hebdomadaires en moyenne annuelle, soit cent-huit heures annuelles, effectuées sous la responsabilité de l'inspecteur de l'éducation nationale chargé de la circonscription dans laquelle exercent les enseignants concernés. 1. Le temps consacré à ce travail est fixé forfaitairement à 24 heures. 2. 3. 4. 1. 2. 3. 4. 5.

Le travail hors la classe et le socle commun : réflexions et pistes d’actions J’hésitais au début à poser la question ainsi : les devoirs sont-ils compatibles avec le socle commun ? Voila un titre qui pourrait décourager encore plus les professeurs à adopter une approche par compétences telle que préconisée par le socle commun, qui est souvent assimilé – à tort – à une injonction empêchant l’acte d’enseigner. S’il était encore en plus question d’interdire les devoirs, la théorie de la baisse des exigences et d’un minimum pour tous serait avalisée… Et pourtant, nous posons la question : la pratique des devoirs telle qu’elle fonctionne actuellement, avec des différences entre l’école et le collège toutefois, est-elle en adéquation avec les principes du socle commun ? Pour éviter les chausses-trappes, nous avons préféré le terme de “travail hors la classe” pour caractériser les “devoirs”. Les attendus identifiés par la recherche à la lueur des exigences des professeurs sont : Conclusion : de nouvelles pistes existent ! J'aime : J'aime chargement…

Devoirs: 50 trucs de profs et de parents pour mieux les gérer - Vie de famille Coup de Pouce On est découragée rien que d'y penser? Voici des trucs de parents et des conseils de spécialistes pour que la période des devoirs et des leçons se déroule mieux. «Mon enfant hait les devoirs» Qu'il préfère jouer plutôt que de mettre le nez dans ses livres, ça se comprend. • Lui met-on trop de pression? • Ça se termine toujours en chicane? • Est-ce le bon moment? • Est-ce qu'on déteste ça, nous aussi? Devoirs: des trucs pour les égayer «Quand mon fils a commencé à apprendre les multiplications, j'ai utilisé des pâtes sèches. D'autres idées: blocs, dés, pailles, bâtons de popsicle, petites voitures, jetons, pépites de chocolat... «J'invente des problèmes de maths où il est le personnage principal et j'écris des histoires drôles pour réviser les notions de grammaire. «On lui fait épeler ses mots de vocabulaire pendant qu'elle saute à la corde, grimpe et descend les marches d'un escalier, se tient en équilibre sur une jambe, etc.» «Il écrit ses mots de vocabulaire à l'ordinateur.»

Lettre ouverte au Ministre de l'Education nationale Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale Refonder l’école grâce aux « rythmes scolaires » Claire Leconte, professeur émérite de psychologie, chercheur en chronobiologie Monsieur le Ministre, Lorsque vous vous êtes installé dans ce ministère vous aviez une ambition très forte et attendue d’une grande partie de la population : Refonder l’école. Qu’en est-il six mois plus tard ? Un dossier qui vous tenait particulièrement à cœur, celui fâcheusement nommé « rythmes scolaires », montre à quel point la résistance au changement ne permet même plus dans ce pays de concevoir une organisation scolaire autrement qu’à partir de la seule existante. Lors de votre nomination vous aviez eu l’audace d’annoncer qu’on remettrait en place « la semaine de 5 jours en laissant la liberté aux collectivités de choisir le mercredi ou le samedi » ! La situation dans laquelle on se retrouve aujourd’hui était prévisible. Le projet de loi est tout à fait explicite à cet égard. 22 décembre 2012

Les devoirs du soir ou le cauchemar des familles | Marie Quartier Cris, pleurs, menaces, bouderies, cahiers qui volent à travers la pièce, privations, punitions, et parfois paires de claques... Combien de soirées gâchées par les disputes autour de ces fameux devoirs, combien de scènes de ménage entre les parents en découlent quelques fois, combien d'accès de colère, d'angoisse et de culpabilité sont générés par ce rituel du soir dans les familles françaises ? C'est un fait de société que les devoirs - très innocemment donnés par des enseignants qui souhaitent que les élèves gagnent en compétences et en confiance en soi, en s'appropriant les sujets abordés dans la journée - tournent hélas trop souvent au conflit dévastateur entre les parents et les enfants. D'autant plus que les enseignants, pour beaucoup et voulant bien faire, ont le réflexe malheureux de s'adresser aux parents lorsqu'un élève ne fait pas ses devoirs, méconnaissant sans doute les dégâts relationnels qu'ils provoquent. Alors, ces fameux devoirs du soir, que faut-il en faire ?

Pour remplacer les devoirs ? Dessin de Jack Kock pour les Cahiers Pédagogiques Supprimer les devoirs est une idée généreuse déjà assez ancienne, mais qui peine à s’imposer malgré les nombreuses restrictions ministérielles, et malgré le fait qu’il est connu et montré que les devoirs ne facilitent pas les apprentissages comme ils le devraient, et augmentent les inégalités scolaires. Pour beaucoup de parents, et d’enseignants, les devoirs restent indispensables car ils constituent le lien privilégié entre l’école et les familles. L’une des attentes les plus fortes des familles est en effet de savoir ce qui se passe en classe, et qui est bien souvent une boîte noire pour elles. Le cahier des apprentissages ne se confond avec le cahier d’un enseignement. Quelle forme peut prendre ce cahier d’apprentissages ? Un journal quotidien des apprentissages, où l’enfant écrit à la première personne, du pluriel pour raconter ce qui a été fait en classe, du singulier pour raconter ce qu’il a appris, compris ou pas. Conclusion

Les Activités Pédagogiques Complémentaires, un espace de liberté à investir… À partir de la rentrée 2013, les APC viendront en remplacement de l’AP (Aide Personnalisée). Leur volume sera de 36h/an au lieu de 60, soit 1h par semaine. Ces APC organisées en groupes restreints d’élèves pourront prendre trois formes : - une aide aux élèves rencontrant des difficultés dans les apprentissages - une aide au travail personnel - une activité prévue par le projet d’école le cas échéant en lien avec le projet éducatif territorial L’organisation générale de ces APC est arrêtée par l’IEN, sur proposition du conseil des maîtres. Les APC rendent possible ce qui ne l’était pas dans le cadre étroit de l’aide personnalisée, c’est-à-dire la proposition d’activités pédagogiques et éducatives ouvertes à tous, la seule limite étant la cohérence des activités avec le projet d’école. Qu’est-ce-que vous avez toujours eu envie de faire avec vos élèves sans y parvenir faute de temps ou de conditions favorables ? Et vous ? photo credit: Pink Sherbet Photography via photopin cc Like this:

Related: