background preloader

"Le Front national sera majoritaire", prédit le philosophe Bernard Stiegler

"Le Front national sera majoritaire", prédit le philosophe Bernard Stiegler
Related:  Articles Best-of - synthétiques & représentatifs | B. StieglerChercheursCulture G

Notes sur Stiegler : Amateur d'art / consommateur d'art - Culture / Ordinaire Blog B. Stiegler est un des chercheurs français (philosophe) qui théorise les pratiques amateur (amatrices, non ?), ou encore ce qu'il appelle "l'amatorat". Ses questions et problématiques croisent donc largement celles de ce blog. J'ai réorganisé quelques notes prises en écoutant la conférence qu'il a donnée le 3 Octobre à La Maison de la Poésie (Paris), intitulée "Sur le progrès" (voir un extrait vidéo), tout en essayant de rester fidèle aux idées développées : Cette conférence s'articule assez clairement autour d'une opposition entre deux modèles, deux manières d'articuler figure de l'amateur et société industrielle, deux économies, deux manières de penser : 1) Le modèle du consumérisme culturel (de la prolétarisation). 2) Le modèle du logiciel libre, (l'économie de la contribution). Ces deux modèles, s'ils permettent des interprétations de l'Histoire, ne correspondent pas pour autant à des périodes historiques précises ni même successives. 0) Boite à outils : (cc/studiocurve) Conclusion 1.

Entretien avec Philippe Contamine - Cour de France.fr Philippe Contamine est professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne, spécialiste de la guerre, du pouvoir et de la noblesse à la fin du Moyen Âge, sujets auxquels il a consacré un grand nombre d’études. Son dernier livre porte sur Jeanne d’Arc (Philippe Contamine, Olivier Bouzy et Xavier Hélary : Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, Paris, Robert Laffont, 2012). Jeunesse et formation [Page 1]C. zum Kolk : Vous êtes né en 1932 à Metz ; avez-vous passé votre jeunesse dans cette ville ? [p. 2]terminale de philosophie au lycée Hoche, et j’ai choisi la faculté des lettres plutôt que la faculté de droit. [p. 3]connaissais le plus mal et que j’ai pratiquement découverte en 1955-1956, au cours de mon année de préparation à l’agrégation. La guerre à la fin du Moyen Âge J’ai alors fait le tour des maîtres de la Sorbonne dont j’avais suivi l’enseignement, Robert Fawtier [4], Charles-Edmond Perrin [5], et quelques autres. [p. 4]successeur, mais un héritier, incontestablement. [p. 12]P. Notes

Demain, les surprenants cimetières numériques, mémoire de l'humanité. A l'occasion de cette Toussaint, il nous est autorisé d'opérer une projection sur l'avenir de nos sociétés. De nouveaux usages des données apparaissent afin que les données d'un défunt puissent de mieux en mieux lui survivre. Le compte Facebook, le blog, le site web, la boite aux lettres, les tweets, les photos du parent.... sont désormais tous « archivables » dans le Cloud. De multiples sites se développent sur ce thème comme laviedapres.com, edeneo.fr, … Désormais, lors du décès d'une personne, il devient possible de gérer en parallèle les modalités de l'inhumation physique et celles de l'archivage numérique de sa vie. Imaginons demain. Le corps physique sera vite incinéré et escamoté. La mort deviendra donc essentiellement un simple processus d'« archivage » de la vie de l'être, certes, irréversible. Les cimetières de nos ancêtres deviendront « has-been ». A son décès, le défunt ne montera plus au ciel, il montera dans « le nuage ». Bienvenue dans l'ère numérique.

Bernard Stiegler aux JEL, vers l’université numérique… L’introduction du numérique dans le système académique, comme l’appelle Bernard Stiegler, doit se faire par le haut. il est évident que les technologies numériques doivent aujourd’hui être mises en oeuvre massivement dans le champ académique mais que le champ académique doit s’en saisir, ce qui ne signifie pas acheter la dernière version de technologie de tel ou tel constructeur. Dans cette déclaration, Bernard Stiegler ne tient pas du tout à dévaloriser ces solutions mais il tient juste à donner son point de vue par rapport aux géants tels que Microsoft, Google ou autres qu’ils nomment « les cavaliers de l’apocalypse » pour dire que ce ne sont pas eux qui doivent prescrire. Il conseille même aux grands éditeurs scolaires de travailler avec les jeunes start-up et surtout en collaboration avec les universitaires… car il ne faut pas laisser le marché piloter mais bien la science ; ce qui suppose de créer une nouvelle « Taskforce ». Discours à suivre dans la vidéo ci-contre. lu : 2096 fois

passer d'un consumérisme toxique à économie contribution | geek politics Bernard Stiegler est un philosophe en lutte. En ligne de mire, un capitalisme addictif qui aspire le sens de nos existences. Son remède : passer à une économie de la contribution, inspirée du logiciel libre. Ce n’est plus un secret pour personne : le capitalisme est en train d’être dévoré par ses propres effets toxiques. Aujourd’hui, l’association comporte plus de 500 membres, économistes, philosophes, informaticiens et toxicologues (car le capitalisme est devenu « addictif » et « pulsionnel ») confondus et ne semble pas s’être trompée de sonnette d’alarme. « Nous faisons partie des gens qui ont soulevé, dès 2006, l’insolvabilité chronique du système financier américain. L’homme habite un petit moulin industriel reconverti en maison à Epineuil-le-Fleuriel, au beau milieu de la France paysanne. Le règne de l’incurie « Le problème du capitalisme, c’est qu’il détruit nos existences. Où se situe la solution ? La passion avant l’argent Le numérique, poison et remède à la fois Telecomix Notes :

Publications de Laurent Hablot sur Cairn.info ➜Recherche avancée Publications de Laurent Hablot diffusées sur Cairn.info Articles de revues Revêtir le prince. Dans Revue du Nord 2006/3-4 (n° 366 - 367) Résumé Version HTML Version PDF Disciplines Outils Mon Cairn.info English Elon Musk est-il le nouveau Steve Jobs ? L'entrepreneur américain a fondé PayPal, Tesla et veut atteindre Mars avec SpaceX. Comme le créateur d'Apple, il révolutionne tout ce qu'il touche. "A mon humble avis, monsieur Jobs, dans toute sa splendeur, n'arrivait pas à la cheville d'Elon Musk. Elon, c'est Wernher von Braun, Howard Hughes, Henry Ford, Bill Gates et Steve Jobs réunis en une seule personne." Elon Musk est l'inventeur, la tête pensante, l'ingénieur et l'architecte de ses projets On pourrait reprocher à Dolly Singh son manque d'objectivité, elle qui travaille depuis des années avec Elon Musk. Véritable touche-à-tout, celui dont l'ex-femme affirme qu'il a "d'énormes c...lles en acier", est le cofondateur des sociétés Tesla Motors et SpaceX. Le milliardaire de 42 ans, 527e fortune mondiale selon Forbes, ne se contente pas de gérer ses boites. A l'instar de Steve Jobs, Elon Musk crée des technologies disruptives. Depuis deux ans, l'action Tesla a grimpé de plus de 400%. Elon Musk est du genre précoce. Que voulez-vous ?

L’enfant, ennemi à abattre. Après lecture de Books du mois de juin, voici quelques réflexions. L’article de Tilmann Moser sur le livre d’Alice Miller montre que ce monsieur non seulement ne comprend pas bien l’auteure dont il parle, ni ses concepts, ni ceux de la psychanalyse en général. Il mélange un peu tout à « sa sauce ». Parler le soi « comme centre actif de tous les processus de défense », c’est ne rien comprendre au soi tel qu’il fut parlé par Donald Winnicott, et repris entre autres par Alice Miller. Par ailleurs, sa définition de la névrose en début d’article laisse songeur. Ainsi, les conflits intérieurs vecteurs de névroses prendraient « leur source dans le tiraillement de l’enfant entre ses pulsions et les interdits sociaux et parentaux. La «pédagogie noire» en toutes ses variantes réinvente sans cesse de nouvelles méthodes de terreur éducative pour détruire la vitalité créative de l’enfant, de l’enfant perçu par l’adulte comme un ennemi à assujettir ou abattre.

Bernard Stiegler. «La prison a été ma grande maîtresse» • Entretiens, Bernard Stiegler en 6 dates 1952 Naissance et enfance à Sarcelles 1978 Incarcération, pendant cinq ans, à la prison Saint-Michel de Toulouse puis au centre de détention de Muret 1993 Soutient sa thèse sous la direction de Jacques Derrida. Publication de son premier livre, La Faute d’Épiméthée (Galilée) 2002 Nommé à la tête de l’Ircam après avoir été directeur adjoint de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) 2005 Cofonde l’association Ars Industrialis pour une politique industrielle des technologies de l’esprit 2006 Fonde l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) du Centre Pompidou « Oh ! Vous avez vu ? Et si l’état de choc dans laquelle la crise a plongé l’Europe pouvait être aussi l’occasion d’un saut en avant vers un capitalisme polarisé par la sublimation du désir, plutôt que par la culture de la bêtise ? Vous avez écrit n’avoir jamais philosophé avant 26 ans. Bernard Stiegler : J’ai d’abord beaucoup erré. Avez-vous aimé cette vie rurale ? C’était rude mais j’aime assez cela.

Related: