background preloader

OMS-Diabète

OMS-Diabète
Related:  acapmedicosocial

MEDinfos - Informations médicales Toutes les informations sur le diabète de type 1 - Parlons Diabète Les femmes handicapées sont victimes d’un double stéréotype Handicap|25/11/2016par Catherine Piraud-Rouet © Firma-V-Fotolia Depuis l'instauration d'une obligation d'emploi des travailleurs handicapés en 1987 et bien que d'importants progrès en la matière ont été réalisés, de nombreuses personnes en situation de handicap, et notamment des femmes, rencontrent encore des obstacles et discriminations dans leur accès à l'emploi et dans leur carrière. Dans le cadre de ses missions de suivi de l'application de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées et de lutte contre les discriminations, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, publie un rapport sur l'emploi des femmes en situation de handicap. Entretien avec Clémence Levesque, chargée de mission à la Direction de la promotion de l’égalité et de l’accès aux droits du Défenseur des droits, une des corédactrices de ce rapport. Quelles sont les discriminations auxquelles sont confrontées les femmes handicapées ? Vous émettez différentes recommandations…

SFEndocrino Qu'est ce que le diabète ? Faire de l’hôpital un lieu de vie à part entière grâce à l’art et la culture - Entretien avec Caroline Quessandier, déléguée culturelle au CHU-Hôpitaux de Rouen [Entretien] Hôpital |25/11/2016 Faire de l’hôpital un lieu de vie à part entière grâce à l’art et la culture – Entretien avec Caroline Quessandier, déléguée culturelle au CHU-Hôpitaux de Rouen par La Rédaction Le colloque Art & Santé s’est tenu le 4 novembre dernier à l’École des hautes études en santé publique. Organisée par un groupe d’élèves, cette journée dédiée à l’art et la culture dans les établissements de santé, sociaux et médicosociaux a permis d’aborder le contexte et les enjeux des politiques culturelles, d’échanger autour de retours d’expériences et de performances artistiques. Caroline Quessandier a rejoint le CHU en 2010, après un Master 2 en conception et mise en œuvre de projets culturels et une première expérience au sein de structures culturelles et de compagnies artistiques. Propos recueillis par Estelle Lucas et Prisca Orsonneau, élèves-directrices d’établissement En quoi consiste votre fonction de déléguée culturelle au sein du CHU de Rouen ?

Diabète et dialyse rénale Le diabète qu’il soit de type 1 ou 2 peut se compliquer d’une atteinte rénale (néphropathie) dans 30 à 40 % des cas. Cette atteinte rénale débute en général environ 5 ans après le début du diabète. L’hypertension, un mauvais contrôle du diabète et des facteurs génétiques sont les principaux facteurs pré-disposants à l’atteinte rénale diabétique. Manifestations de la néphropathie Au début, cette atteinte se manifeste par le passage dans l’urine d’une petite quantité de protéine appelée microalbuminurie. Il est possible au début de l’atteinte rénale diabétique d’en arrêter la progression dans beaucoup de cas par un meilleur contrôle du diabète et de la tension artérielle. Malheureusement, dans plusieurs cas, la maladie rénale diabétique continue de progresser. Il existe deux façons d’épurer le sang, l’hémodialyse et la dialyse péritonéale. L’hémodialyse L’hémodialyse a aussi pour rôle d’enlever l’excédent de liquide accumulé par le patient. La dialyse péritonéale Le choix du traitement

Diabète et précarité : une prise en charge spécifique ? En France, les patients diabétiques appartenant aux populations défavorisées abandonnent fréquemment leur traitement pour raisons financières. A cela s’ajoute une situation d’insécurité alimentaire. « La prise en charge du diabète chez des patients précaires exige de s’adapter en permanence », explique le Dr Hélène Bihan, diabétologue à l’hôpital Avicenne de Bobigny. « Au cours de la consultation, nous avons parfois du mal à faire comprendre et faire passer nos messages de santé. » Hélène Bihan note par exemple, que ces malades éprouvent des difficultés à se projeter dans l’avenir. « Il est difficile de leur expliquer l’importance d’une prise en charge régulière de leur maladie et de leur faire comprendre qu’elle conditionne leur futur ». Le défi est d’autant plus grand, que le diabète est chez certains malades, asymptomatique. « Pourquoi suivre un traitement, si je ne souffre de rien, me disent-ils ». Le diabète rappelons-le, est une maladie chronique. Agir le plus tôt possible

Contre le diabète | ACCUEIL Le meilleur système de santé du monde (2 Plutôt que de concevoir ces années de travail très difficiles et mal payées pendant l’internat, comme une sorte de sacrifice dont il faut ensuite rentabiliser la mise avec dépassements etc... Pourquoi ne pas se battre dès le début pour de meilleures conditions de travail, un meilleur service de santé et même un meilleur enseignement de la médecine. Pour un meilleur système pour le patient ET le soignant. Pourquoi accepter ces concours qui ne reposent finalement que sur la capacité à ingurgiter des sommes colossales de savoirs et non pas sur les qualités humaines, de réflexion et d’ouverture ? le 13 décembre 2012 - 23h57, par toto2013 Cela me désolera toujours d’observer le succès du fast thinking et la facilité avec laquelle nous nous toisons tous, de nos corporations respectives, avec méfiance et suspicion ..et surtout, souvent, une grande ignorance. le 12 décembre 2012 - 19h02, par fmt le 10 décembre 2012 - 20h12, par Bidochon le 10 décembre 2012 - 18h16, par fmt merci.

Diabète de type 2 : stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique 'Anxiété' : regard pessimiste et instructif sur l'impossibilité de lâcher prise | Médium large Santé Anxiété : regard pessimiste et instructif sur l'impossibilité de lâcher prise Le vendredi 18 mars 2016 Scott Stossel, éditorialiste de la revue The Atlantic, signe un essai dans lequel il relate son combat contre les troubles anxieux. Ces troubles constituent la pathologie la plus répandue dans le monde, et 12 % des Canadiens en seraient atteints. Créer un compte

Scandale autour de l’étiquetage alimentaire Une enquête du « Monde » dévoile de nombreux conflits d’intérêts autour d’une étude lancée par le ministère de la santé pour mieux informer les consommateurs. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Horel et Pascale Santi Un étiquetage clair sur ses produits ? L’industrie agroalimentaire n’en veut pas. Depuis dix ans, elle lutte contre la mise en place de logos colorés, inspirés des feux de circulation, qui révéleraient la vraie nature de certains aliments transformés : trop gras, trop salés, trop sucrés. Lire aussi : Etiquetage : des logos de couleur pour mieux orienter les consommateurs Quand la ministre de la santé, Marisol Touraine, se met à envisager sérieusement un logo à cinq couleurs, réalisé par la recherche publique, les industriels de l’agroalimentaire et la grande distribution scellent une alliance. Deux comités ont été mis en place pour superviser, pendant plusieurs mois, l’organisation et la réalisation de cette étude. Lobbying scientifique de l’agroalimentaire

Etiquetage nutritionnel alimentaire: les consommateurs français veulent le code 5 couleurs 1 an déjà que le principe d’un étiquetage nutritionnel graphique sur les emballages alimentaires a été adopté, afin d’avoir une meilleure lisibilité de la qualité des aliments/mets industriels que nous achetons et consommons. C’était en décembre 2015, en vertu des votes de la Loi Santé à l’Assemblée et au Sénat. A la suite de quoi les pouvoirs publics ont souhaité soumettre à une évaluation en conditions réelles 4 logos concurrents, qui s’est finalement déroulée dans 60 magasins répartis sur quelques territoires choisis de France de fin septembre à début décembre. Quel est l'étiquetage dont nous-consommateurs demandons la recommandation ? Il faut rappeler l’objectif premier et principal de ce dispositif supplémentaire d’information nutritionnelle, à savoir la Santé des Français, avec dans le viseur principalement la population moins favorisée. Moi, en tant que consommateur, pour moi et ma famille, je demande l'affichage 5C / Nutriscore.

Related: