background preloader

The Internet Must Go

The Internet Must Go
Related:  US ET COUTUMES #WEB

La fin du Community Management 1.0 ? Depuis plus de 5 ans maintenant je vous parle fréquemment de l’état des lieux et l’évolution du Community Management, en France, et ce début d’année ne déroge pas à la règle où je tire quelques conclusions sur l’année écoulée. Après avoir vu ces dernières années la création véritable de ce métier de Community Manager (même si dans les faits il existait déjà dans de nombreux cas et au sein de certaines entreprises, ce métier étant à la croisée de plus en plus de la Communication, du Web et de la Relation Client), je tire le constat en ce début d’année que nous arrivons à la fin d’une étape dans cette ère du Community Management… et ce pour plusieurs raisons que je vous propose de détailler ci-après. 1/ Les agences Community Management : plus nombreuses mais obligées de tendre vers un modèle classique d’agences Web Pour les plus fidèles lecteurs d’entre vous, j’écrivais en 2010 que la fonction de Community Manager ne pouvait que s’internaliser au sein des entreprises.

The Internet map Google, confessionnal du XXIe siècle Alimenté par nos requêtes plus ou moins secrètes, le moteur de recherche ouvre une porte dérobée vers notre psyché. Drôle, poétique, dramatique On peut faire l’expérience soi-même. Ouvrir Google, taper les mots «comment savoir». Serviable, le moteur de recherche termine la phrase à votre place en vous faisant quatre suggestions. Comment savoir… «si je suis amoureux», «si on est beau», «si on est gay», «si on a des poux». Voilà ce que la majorité des internautes désire savoir, selon les algorithmes avec lesquels Google répertorie les recherches effectuées par ses usagers. Le résultat n’est pas toujours drôle. Le ça et le ninja A l’autre bout du spectre, le Français Josselin Bordat s’intéresse, lui, aux «occurrences uniques», c’est-à-dire aux recherches qui n’ont été faites qu’une fois. «Depuis quelques années, les blogueurs ont pris l’habitude de publier les recherches les plus bizarres qui amènent les internautes sur leur site. Déprimant? Quand Google se fait tancer Articles similaires:

Comment réagir aux mauvais commentaires sur le Web | Vigie Média La plus grande peur des entreprises lorsqu’elles décident d’être présentes dans les médias sociaux, ce sont les mauvais commentaires des internautes. Tout le monde a peur d’en recevoir, comme si c’était la fin du monde ! Pourtant, les mauvais commentaires sont souvent inévitables et dans la plupart des cas, sans grandes conséquences. De plus, d’un point de vue optimiste, chaque commentaire négatif devrait être vu comme du feedback d’intérêt, ainsi qu’une manière de se faire valoir sur son plus beau jour et améliorer son entreprise. Une chose est certaine : chaque mauvais commentaire mérite votre attention et nécessite une réponse. 1. Il est important d’avoir un plan concret en place, une stratégie prédéfinie dans le cas où un mauvais commentaire prenne une tournure de crise d’e-réputation. En voici un exemple : 2. On répète souvent qu’il faut réagir rapidement aux mauvais commentaires. 3. 4. 5. 6. Finalement, arrêtez d’avoir peur des commentaires négatifs sur le Web.

Reprenez le contrôle de vos données ! Une nouvelle peau pour le crowdfunding ? Nous vous avions parlé en mai dernier de la question de la création d’un cadre juridique pour le crowdfunding : des propositions devaient être annoncées en septembre. Et c’est ce lundi 30 Septembre, à l'occasion de l’ouverture des Assises de la finance participative, qu’ont été dévoilées les mesures pour faciliter et favoriser le financement participatif. Pour rappel : le crowdfounding en quelques chiffres - 80 millions : c'est le poids estimé du crowdfunding en 2013. - Trois : c'est le nombre de modèle de participation offerts - le don, la participation au capital et le prêt.- Une soixantaine : c'est le nombre de sites de crowdfunding en France. Un chiffre en augmentation rapide... ce qui place le secteur face à une problématique nouvelle : comment assurer assez de visibilité à un maximum de ces nouvelles plateformes ? Une plateforme unique pour tous les réunir C'est pour répondre à cet enjeu de visibilité qu'a donc été lancé hier le site « TousNosProjets.fr ».

Les community managers en france 2013 Top 10 Web Design Topics of 2014 The "Web Design" category of general interest covers its fair share of ground. Informative articles on everything from UX to client management, to conversion psychology, and even A/B testing can be found with a simple search for "web design." In the first half of 2014 at least, we've seen a lot of the same tags popping up. Responsive is a buzzword bandied about like no other. The point I’m trying to make here is that it’s a lively field. 1. This first one is so basic, that it’s almost strange it’s taken this long for it to take center stage. Here are just a few of the articles authored in 2014 that highlight typography: 2. The flat/minimalist revolution continues its dominant presence in the minds of designers everywhere this year, and little wonder as it ties into two of the other three most popular topics under discussion. Flat design emphasizes typography and plays well with RWD. Responsive Design All that said, there’s still plenty of trouble accompanying RWD. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

Twitter: Fakir, 17 ans, sorcier du hashtag Un jeudi de printemps, Nabilla, la brune des Anges de la téléréalité, rendue célèbre par sa façon de prononcer "Non mais allô quoi !", est morte. Vous ne vous en êtes peut-être pas rendu compte, trop occupé que vous étiez à live-tweeter Roland-Garros, ou pas du genre à jeter un oeil du côté des trending topics (TT) de Twitter, les "tendances" qui s'affichent à gauche de votre timeline sur le site, et représentent ce dont les internautes parlent le plus à un instant donné sur le réseau social. Le meurtrier ? Fakir, un lycéen de 17 ans -"18 ans dans deux mois"- venant de l'Essonne. Pour encourager ses followers, il ajoute un deuxième statut enjoignant tout le monde à tweeter ce hashtag, puis un troisième, précisant que la starlette est "morte d'une crise cardiaque". Le samedi, c'est RIP Fakir est fier, mais c'est une journée comme une autre pour le brun souriant. Fakir est un des quelques jeunes qui dominent le monde parallèle de Twitter. "Je suis d'accord avec Dieudonné, il est bien"

Web 2.0 : nouveaux usages, nouveaux droits ? Présentation lors de la conférence INFORUM 2012. “Alt+0169” : copyright v. copywrong » du 31 mai 2012 organisée par l’Association des documentalistes belges. Doit-on envisager une révision drastique du droit d’auteur ou une simple évolution ? La question s’impose à l’heure où s’estompent les frontières entre les sphères privée et publique, les usages professionnels et non professionnels ou encore le jeu actif et passif des acteurs, remettant ainsi en question les qualifications juridiques traditionnelles. Comment réguler les tensions, particulièrement fortes en ce moment, entre la diffusion des connaissances et les modèles d’affaires la liberté d’expression et les limites à apporter à certaines dérives ? Un droit d’auteur bousculé Avec le web 2.0, l’internaute prend la main, au grand dam des règles du droit d’auteur qu’il piétine allégrement. Scoop-it permet de créer une revue de presse à partir d’extraits d’articles sélectionnés sur le web. Atteintes au droit de citation La loi Notes

Utilisation du Web 2.0 : guide juridique Publié par PedagoGeeks le 16 février 2012 | Dans les catégories suivantes Autres outils, Blogs, Réseaux sociaux, Social Learning Le document présenté ici, réalisé par des experts canadiens du CEFRIO, aborde tous les aspects des usages et de la protection juridique sur l’internet de dernière génération dit Web 2.0. En effet, ce web où l’internaute est au cœur du processus, n’engage pas seulement la responsabilité du propriétaire du site mais également celle de l’utilisateur puisque celui-ci a la possibilité de participer, de proposer des contenus. Quelle est donc alors sa responsabilité juridique, mais aussi quelles sont les pistes pour se protéger ? GDE Erreur: Impossible de charger les réglages du profil Vous aimerez peut être également : Cette ressource est sous licence Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 3.0 Unported

Surfer sur internet, ça laisse des traces ! Test de la CNIL La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) vient de mettre en ligne une nouvelle version de son module de test : vos traces sur Internet, ça n’est pas virtuel! « Sur internet comme ailleurs, vos activités et vos déplacements laissent des traces. L’impression de facilité qui domine l’univers du web masque la réalité d’une surveillance discrète et active. » Ce test en ligne permet de prendre conscience des traces sur Internet : « Découvrez comment vous êtes pisté sur internet et partez à la conquête de vos libertés numériques ! Le test vos traces sur Internet, ça n’est pas virtuel explore ainsi l’ordinateur (« Votre ordinateur est reconnu ! Chacun des 5 points fait l’objet d’une explicitation pédagogique et permet à chaque internaute de prendre conscience de la surveillance exercée. La CNIL récapitule dans un article les différentes traces générées par une activité sur Internet : Surfer sur internet, ça laisse des traces ! Licence :

This mockumentary i found awhile back, interesting watch about what internet service providers want to do with the internet. short answer: cable tv
-malcom by ryzenko Jan 10

Related: