background preloader

Profs débutants : 10 bonnes raisons d'échapper au numérique

Profs débutants : 10 bonnes raisons d'échapper au numérique
Chers jeunes collègues, vous débutez, prenez vos premières classes, devez affronter vos premiers défis… C’est compliqué et difficile, vos collègues vous sollicitent sans cesse, qui pour préparer un voyage, qui pour organiser un contrôle commun — quelle drôle d’idée ! —, qui pour mettre en place les TPE, l’accompagnement personnalisé, que sais-je encore !… De leur côté, les élèves, qui ne sont pas trop autonomes, font constamment appel à vous, ne vous laissent aucun répit, vous harcèlent même… Il vous faut faire des impasses, des choix draconiens, faute de quoi vous y laisserez votre santé ! À rentrée difficile, il faut de bonnes résolutions, définitives si possible pour ne plus avoir à y revenir. Un conseil, laissez tomber les Tice, le numérique, l’ENT, tout ça ! Première bonne raison : vous n’avez pas été formé C’est d’autant plus une bonne raison que c’est vrai. Oh ! Donc pas de formation, pas d’action ! Deuxième bonne raison : personne ne vérifiera vos compétences dans ce domaine

http://gingko.neottia.net/post/60527894660/profs-debutants-10-bonnes-raisons-dechapper-au

Related:  Débuter comme enseignantLes TIC dans les classesPRESSE NEWS CULTURE EDUCATIVE

Petit guide des grossièretés au travail Comment injurier son patron sans se faire virer ? Comment insulter son salarié sans être inquiété ? par Éric ROCHEBLAVE Avocat au Barreau de Montpellier Spécialiste en Droit du Travail et Droit de la Sécurité Sociale Blog de l’Actualité du Droit du travail Dans le cadre d’une relation de travail, la maitrise du langage doit être de règle ( CA Dijon, 12 Octobre 2006 Numéro JurisData : 2006-321468) . Histoire de se rappeler… que les TICE … En 1985, France Henri et Anthony Kaye (et coll.) publient « le savoir à domicile » aux Presses de l’université du Québec pour la Télé-université. En 1989 Pierre Caspar (et coll) publie : « le savoir à portée de la main », aux Editions d’Organisations. Ces deux ouvrage sont hautement symboliques d’abord et ô combien utile à la réflexion pour tous ceux qui prétendent parler des MOOC et autres classes inversées ou encore innovations avec les TIC en enseignement. On ajoutera à ces deux ouvrages celui de Jean Marie Albertini « La pédagogie n’est plus ce qu’elle sera », Seuil 1992, ou encore celui de Goerie Delacote, « Savoir apprendre, les nouvelles méthodes », Odile Jacob 1996. Eduquer aux TIC/numérique c’est donc aussi regarder ce qui vient de se passer en plus de 50 ans au cours desquels l’informatique puis les TIC et désormais le numérique sont passés de salles climatisées secrètes à la poche de nos vêtements et probablement bientôt non loin de nos épidermes. A suivre et à débattre

Les enfants ne savent pas se servir d’un ordinateur et vous devriez vous en inquiéter. Marc Scott est professeur d’informatique en collège et lycée au Royaume-Uni. Son article “Kids can't use computers… And this is why it should worry you” est traduit en français par Nicolas Le Gland. Trop long à lire ? Le tuteur vu par l’apprenant : Eclairage sur une fonction Le tuteur vu par l’apprenant Eclairage sur une fonction Bruno Uyttersprot*, Le GRAIN asbl,7 mai 2013 Des codes QR pour lier des publications numériques d’élèves aux livres de la bibliothèque Il est essentiel — mais souvent difficile — d’impliquer les élèves dans leurs apprentissages scolaires. Pour favoriser la motivation intrinsèque, une solution possible est la publication finale de certains travaux. D’une part, en effet, cette publication promet de dépasser le cadre strictement scolaire : elle donne aux travaux une existence publique, durable et ouverte à des possibles interactions. Elle renouvelle ainsi le sens et l’enjeu des activités scolaires. D’autre part, la publication des travaux promet de construire une mémoire et une certaine culture d’établissement. Pour publier les travaux, un site est certainement une bonne solution.

TIC et décrochage scolaire, un lien discuté par les syndicats européens de l'éducation affiliés au CSEE Le Comité Syndical Européen de l'Education (CSEE) rassemble 24 syndicats européens de l'éducation -dont l'UNSA Education- pour échanger sur la façon dont les TIC peuvent remotiver les exclus de l'éducation formelle. Cet atelier est le second volet de ce projet du Comité Syndical Européen de l'Education (CSEE) soutenu par les fonds de la Commission Européenne L'expertise scientifique est assurée par un consortium de représentants syndicaux de l'enseignement et par des experts dans les domaine des TIC en l'éducation et dans l'abandon scolaire en Europe. Les résultats de leurs travaux ont été présentés en pleinière et les propositions émanant de cet atelier d'Athènes vont permettre la rédaction de lignes directrices qui seront validées lors de la conférence finale en novembre 2013. Durant cet atelier, l'UNSA Education a présenté “l’entrée de l’école dans l’ère du numérique” en France ainsi que les positions que nous défendons (cf. diaporama ci-dessous)

OCDE : L'urgence de valoriser les enseignants français Seulement 5% des enseignants français se sentent valorisés. Être professeur en France est-ce une aventure singulière ? Que pensent-ils de leur métier ? Comment l'exercent-ils ? L'enquête internationale sur l'enseignement et l'apprentissage (TALIS) interroge directement le coeur des systèmes éducatifs des pays membres de l'OCDE. Pour la première fois, la France y participe.

Plickers : des “boîtiers de vote" en papier pour les élèves. Comment permettre aux élèves d’une classe de répondre simultanément à une même question (question fermée ou sondage) et comment recueillir à la volée leurs réponses « anonymement », sans qu’ils puisent être influencés par les réponses de leurs pairs ? Comment consulter instantanément et archiver ses réponses individuelles ? Comment visualiser et projeter les graphiques statistiques des réponses des élèves ? Des technologies le permettent aujourd’hui, mais elles sont souvent coûteuses et assez lourdes à installer.

Petite Poucette : la douteuse fable de Michel Serres Depuis un an, le petit livre de M. Serres, Petite poucette[1], fait partie des essais les plus vendus en librairie et les plus relayés dans les medias, où son auteur est très régulièrement invité. Dans cet opuscule, issu d’un discours prononcé à l’Académie française, Serres porte un regard résolument optimiste sur le monde numérique et sur les nouvelles générations qui le portent – les petit(e)s poucet(te)s du titre -, promises selon l’auteur à une libération sans précédent, cognitive et politique, grâce aux vertus d’un monde numérisé et librement connecté.

Introduction. Le rôle des enseignants 1Face aux problèmes économiques et aux questions de société, on se tourne volontiers vers l’École pour chercher des réponses et trouver des solutions. L’École occupe ainsi une place centrale dans tous les pays démocratiques. Pour renforcer cette situation unique, gardons à l’esprit que tout le monde est allé à l’école, a une expérience de l’enseignement et a donc un point de vue personnel sur les bonnes méthodes, sur la meilleure pédagogie ou sur les contenus essentiels !

Travailler en groupe avec le numérique La tradition scolaire a institué le travail individuel comme modalité principale du métier d'élève. Il y a déjà bien longtemps que l'exclusivité de cette forme a été contestée par les praticiens de l'éducation. C'est pourquoi on dispose d'un grand nombre de travaux sur le travail en groupe des élèves (dont les travaux de Philippe Meirieu autour de sa thèse). L'arrivée de l'ordinateur "individuel" a rafraichi la mémoire de cette individualisation de l'apprentissage et on envisageait encore difficilement un travail de groupe avec ordinateur il y a peu.

Pourquoi les socialistes haïssent-ils les professeurs ? Ce qui se passe dans l’Éducation Nationale a un goût de déjà vu. C’est Claude Allègre qui avait décidé de « dégraisser » le mammouth, s’en était pris aux professeurs quasiment traités de fainéants et avait imposé sa « réforme » malgré l’opposition massive des professeurs et souvent des élèves et de leurs parents. Le PS l’a payé au prix fort : selon les sondages 150000 enseignants électeurs habituels du PS auraient voté pour Chevènement ou Besancenot. Résultat : Jospin éliminé au premier tour de la présidentielle. Avec Peillon, c’est « Allègre : le retour ». Il impose au nom de la « refondation républicaine de l’école » un train de réformes qui conduisent à accélérer la dislocation de l’école républicaine et préparent l’entrée massive du privé sur le terrain de l’éducation.

Un portrait-robot du professeur idéal Les parents attendent surtout des enseignants qu'ils développent le «potentiel» des enfants. Le prof rêvé des parents? Il développe les compétences personnelles des élèves (38 % le souhaiteraient), les aide à avoir confiance en eux (26 %) et les prépare à s'insérer dans la société (22 %). Telles sont les conclusions d'un sondage OpinionWay sur le métier d'enseignant réalisé pour l'enseignement catholique et l'Apel (Association de parents d'élèves de l'enseignement libre)*. Mais des attentes à la réalité, il y a une marge… Pas moins de 20 points d'écart pour le premier item.

Framakey « dys  – des logiciels libres nomades pour les élèves « dys  (version bêta1) ATTENTION : Article non mis à jour pour la version 2 lien de téléchargement de la nouvelle version 2 : Une clé USB avec des logiciels libres pour apprendre et pour compenser les troubles La Framakey orientée "dys" est une compilation de logiciels libres à installer sur une clé USB pour les élèves et les collégiens présentant un trouble spécifique du développement (les troubles "dys" : dysphasies, dyspraxies, dyscalculies, dyslexies-dysorthographies et TDA/H).

Related: