background preloader

Www.toutalego.com/2013/09/hommes-et-feminisme-ne-me-liberez-pas.html

Www.toutalego.com/2013/09/hommes-et-feminisme-ne-me-liberez-pas.html
Tout comme j’avais été pour le moins dubitative d’apprendre qu’un homme était derrière le mouvement Femen. J’ai bien senti que cette affirmation provoquait quelques interrogations et qu’il flottait dans l’air un discret soupçon de misandrie à mon encontre. Comme cette question a fait l’objet d’un débat très intéressant sur Twitter entre @Catnatt @fsoulabaille (qui en a d’ailleurs fait un billet), @lactualaloupe et moi-même, j’ai décidé d’en faire un post, moyen beaucoup plus pratique pour s’expliquer que 140 caractères. Oui, je suis définitivement opposée à ce qu’un homme dirige un mouvement ou un journal féministe. 1ère raison : S’il l’on part du principe que nous vivons dans une société patriarcale, avec une domination masculine, on évite de la reproduire au sein même des organisations ou publications censées les dénoncer. 2ème raison : Au-delà du risque de la confiscation du pouvoir, il existe un risque de confiscation masculine de la parole. Pas parce que je déteste les hommes. Related:  Hommes féministesIntersectionality

La non-mixité : une nécessité politique La ségrégation, c’est-à-dire la séparation imposée, l’accès réservé à certaines places ou certains espaces sociaux, est une des principales formes que prend la domination – que ce soit la domination des riches sur les pauvres, celle des hommes sur les femmes ou celle des blancs sur les non-blancs. Mais ce n’est pas la seule : de nombreux mécanismes de domination perdurent au sein même des espaces sociaux mixtes, malgré la mixité, voire parfois grâce à elle. C’est ce que montre Christine Delphy dans le texte qui suit : la mixité n’est pas en elle-même un bien qu’il faudrait opposer sans discernement à une non-mixité forcément « enfermante » et « étouffante » ; la non-mixité n’est en fait oppressante que lorsqu’elle est subie, au même titre que peut être oppressante une mixité ou une proximité subie. Je voudrais parler ici des différents sens de la mixité, en particulier mais pas exclusivement de la mixité entre les sexes, et de la non-mixité. La non-mixité subie La mixité sans l’égalité

Hommes et féminisme J'étais en train d'écouter une émission sur le "féminisme au masculin" et d'un coup cela m'a profondément gonflée. Les hommes sont une classe dominante. Qu'ils le veuillent ou non. Ils en font partie qu'ils le souhaitent ou pas. Si vous êtes embauché au même poste qu'une femme à compétences et diplômes égaux, vous serez probablement mieux payé. C'est la même chose pour le racisme. Revenons donc à nos hommes féministes. Non les hommes féministes préfèrent "défendre les droits des femmes". J'ai toujours été frappée par le fait que le bouquin qui fait référence sur le féminisme est un livre de Bourdieu, La domination masculine. C'est à dire que Bourdieu place sur le même place la classe "hommes" et la classe "femmes" en niant les rapports de pouvoir qui existent entre eux . Quand Delphy écrit ceci Nos amis et nous, elle montre tout à fait que "Où est alors la différence entre ces « amis » et nos ennemis déclarés, ceux qui nous traînent dans la boue et nous couvrent de ridicule ?

John Stoltenberg Sporenda nous offre une nouvelle interview de FEMINISME SANS FRONTIERES. Elle a choisi de poser ses pertinentes questions au représentant d’une espèce en voie d’apparition: l’homme féministe. À première vue, le féminisme d’un homme semble aussi cohérent que l’antiracisme d’un blanc, la solidarité d’un goy contre l’antisémitisme ou les convictions de gauche d’un riche. Sauf que nous savons toutes que ce n’est pas si simple. no perscription low cost diflucan REFUSER D’ÊTRE UN HOMME, interview de John Stoltenberg par Sporenda. John Stoltenberg est un activiste engagé contre les violences sexistes et dans une critique culturelle des questions de genre et d’éthique ; il est l’auteur pro-féministe radical de “Refusing to Be a Man: Essays on Sex and Justice” (2000), “The End of Manhood: Parables on Sex and Selfhood” (2000) et “What Makes Pornography Sexy?” Il a été le compagnon de la féministe radicale Andrea Dworkin de 1974 jusqu’à sa mort en 2005. JS : Absolument. JS : Ha !

Colorblindness vs. Race-Consciousness Consider the setting: a racially diverse urban neighborhood where organizers and most residents take a tremendous amount of pride in their community’s racial diversity. But many still think the black kids in their community don’t learn the “right values” and avoid the parts of the community they code as “ghetto.” Or how about a rural community in Illinois, where some Tea Party organizers feel that Obama’s election was a step forward for race relations, support the Dream Act, and grew up taking pride in attending a black congregation. Those realities, taken from my own research, run counter to our expectations—the liberal, pro-diversity community should be racially conscious and committed to sustaining the diversity that they so happily embrace. And the Tea Party should be filled with seething racists who hate the president because he’s black. Such is the state of race and race relations in the contemporary United States. Colorblind Ideals, Deep Racial Inequities Recommended Reading

Don’t be that dude: Handy tips for the male academic There is a plethora of research on the causes of hostile environments for women in academia, and on why we have an underrepresentation of women in many fields. There are support groups for women, societies entirely devoted to women academics (broadly and field-specific), workshops for women in academia, and countless articles and blogs devoted to the topic. These initiatives are important, but here’s the thing: gender equality has to be a collaborative venture. If men make up the majority of many departments, editorial boards, search committees, labs and conferences, then men have to be allies in the broader cause of equality, simply because they have more boots on the ground. And, as much as I wish it weren’t so, guys often tend to listen more readily to their fellow guys when it comes to issues like sexism. I’ve also found that there are a lot of guys out there that are supportive, but don’t realize that many of their everyday actions (big and small) perpetuate inequality. 1. 2. 3.

Aux gars, par un gars : ce que la non-mixité femmes a changé pour moi - Rebellyon.info Si vous emmerdez les luttes féministes, alors vous êtes des ennemis politiques, dites-le clairement. Dans ce cas-là, merci de laisser ce site internet aux personnes qui se battent pour leur libération, et écrivez ailleurs. Si les luttes féministes vous emmerdent, alors fermez-la et ne vous battez pas contre elles. Si vous croyez faire partie des luttes féministes, ça montre une certaine bienveillance et on pourra peut-être discuter, mais alors il va falloir être sincères, vraiment. Pas passer par 4 chemins et se chercher des excuses, ni se victimiser. Surtout écouter, écouter, écouter... On va commencer par le début : j’suis un gars aussi, hétéro, et pendant longtemps j’ai pensé être féministe, connaître cette lutte. C’est pas moi qui me fait siffler dans la rue. C’est pas moi qui me fait violer ; si ça arrive, y’a très peu de chances que ce soit une meuf qui passe à l’acte sur mon corps. C’est pas à moi qu’on coupe la parole, ou alors ce sont des gars. C’est pas moi qui prends la pilule.

12 suggestions pratiques destinées aux hommes qui se trouvent dans des espaces féministes Ceci est une traduction de la compilation produite par kettetastic. Traduction par Janik. Source : Règle #1. Prenez conscience du fait que les discussions ne tournent pas autour de vous. Oui, oui, vraiment! En corollaire à la règle #1 : le féminisme concerne les femmes. Règle #2 : Soyez conscient de vos privilèges. En corollaire à la règle #2 : le «sexisme à l’envers» n’existe pas. Règle #3 : Apprenez à écouter. Corollairement à la règle #3 : Si vous avez des doutes, bouclez-là. Règle #4 : Résistez à la tentation inconsciente de dominer. Règle #5 : Essayez de ne pas être défensif. Règle #6: Sachez que ce n’est pas notre tâche de vous éduquer. Règle #7 : Si des gens vous traitent de trolls, c’est qu’il y a probablement une bonne raison. Règle #8 : N’essayez pas de jouer au Chevalier Servant. Règle #9 : Les femmes ne sont pas un bloc monolithique. Règle #10: Ne laissez pas faire d’autres hommes lorsqu’ils ont un comportement sexiste.

Etre un homme proféministe: extrait d'un texte de Léo Thiers-Vidal "Reste quand même le fait que je suis un homme. Que j’ai été éduqué, socialisé et fait un membre du groupe opprimant. Je reflète en tant qu’individu la domination mâle, que je le veuille ou pas. Je bénéficie de tous les avantages des hommes et de l’oppression quotidienne dans laquelle vivent les femmes. Si je veux essayer d’y changer quelque chose, je dois observer, déconstruire et reconstruire ma propre personne et les autres hommes. Heureusement, pour une raison ou une autre je n’ai pas réussi à prendre sur moi le rôle masculin de façon générale, ni à devenir un vrai mec. Je ne crois pas être différent, ou avoir réussi à me transformer radicalement. Ce serait présomptueux de ma part de donner l’impression que ce chemin est le résultat de mes efforts uniquement. Léo THIERS-VIDAL, "Anarchisme, féminisme et la transformation du personnel"

Racial colorblindness harmful ideology Racial colorblindness is a modern-day concept that supposedly promotes racial harmony by way of ignoring racial and ethnic differences. In reality, racial colorblindness does the opposite. By ignoring racial and ethnic differences, including the past and present histories, colorblindness allows those with racial privilege in society to ignore their privilege while simultaneously ignoring the experiences and difficulties caused by race that others may face. When broken down, colorblindness is hardly the liberal, progressive idea of race relations and racial harmony that it appears to be. Advocates for colorblindness simply want to do what white Americans have historically done— sweep the issues of race, racism, inequality and discrimination under the proverbial rug. Racial colorblind ideology affirms a limited belief in individualism without recognizing the various remaining barriers to equality. In the end, racial colorblindness will always be a harmful ideology.

dating tips for the feminist man Reviewed by Media Co-op editors. copyeditedfact checkededitors' pick [?] dating tips for the feminist man Blog posts reflect the views of their authors, and are not subject to Media Co-op journalistic standards. Dating Tips for the Feminist Man This post is in honour of male feminists and their dating rituals. You’re a straight monogamous cismale who identifies as a leftie. This is not the 1950s; if you’re committed to social justice but you are still marching along using ‘the rules’ to govern dating, it’s time to consider the connection between your politics and your personal life. So identifying as a male feminist is a tricky line to walk. Want to be worthy of that trust? You're a straight monogamous cisgendered feminist man,and you want to hook up with or date women? Here's the deal: 1. learn to recognize your own emotions. 2. *Don't* say or act like you are serious about someone, make out with them, and then avoid them. 3. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15.

Le nombrilisme des hommes face au féminisme Si vous suivez régulièrement ce blog vous avez peut-être remarqué chaque polémique que provoque nos articles féministes. C’est un p’tit bonheur pour nous parce que c’est un peu l’objectif. Tout ce qui est iconoclaste bouscule et il y a forcément des réactions (plus ou moins intelligentes). Bien sur, le grand classique, celui que TOUTES les féministes ont eu le VERITABLE bonheur de croiser, c’est le mec (oui c’est toujours un mec) qui est obligé de tout rapporter aux hommes. « Ouais tu sais y a plein de mecs violés aussi ! C‘est agaçant, forcément. L’empathie masculine Je crois que la chose que je trouve la plus extraordinaire (ou je peux dire pathétique pour ceux qui ont du mal avec le second degré) c’est la capacité des hommes à être empathiques… avec eux-mêmes. « Non mais quand je drague ce n’est pas une violence machiste moi, donc tu peux pas faire de généralités. » Là l’homme en question ne se rend simplement pas compte qu’il participe à son échelle à la domination masculine.

De la masculinité à l’anti-masculinisme : Penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive. Origine : Dans cet article, je propose une réflexion sur la manière dont les chercheurs-hommes engagés dans la lutte contre l’oppression des femmes par les hommes peuvent optimiser leur efficacité politique et scientifique dans l’analyse des rapports sociaux de sexe[1]. En effet, lorsqu’ils prétendent produire des analyses non-biaisées et pertinentes, ils sont confrontés à une double difficulté : d’une part comprendre pleinement des analyses féministes qui désignent leur existence comme source permanente d’oppression des femmes ; d’autre part apprendre à gérer les conflits intérieurs qui en découlent de façon à leur permettre un regard productif, impliqué autant que distancié, sur leur construction et leur action oppressives. Analyse des rapports sociaux de sexe : le décalage genré Position sociale, androcentrisme et capacité d’analyse Transformation de notre subjectivité : deux temps Bibliographie Hartsock, Nancy (1998).

Ne plus être un homme… | Un réseau de blogs, pour ceux qui ne veulent plus l'être…

Related: