background preloader

A quoi servent les réseaux sociaux d'entreprises ?

A quoi servent les réseaux sociaux d'entreprises ?
Que ce soit dans la presse généraliste ou spécialisée, les réseaux sociaux comme Facebook font régulièrement l’objet d’articles et c’est bien normal tant ces derniers changent la manière de communiquer des organisations. Les initiatives en matière de réseaux sociaux d’entreprise (RSE) aussi appelés réseaux sociaux interne (RSI) jouissent eux d’une visibilité beaucoup plus relative dans les médias. Pourtant un RSE n’est pas autre chose qu’une plateforme web dotée de fonctions communautaires et qui peut parfois concerner plusieurs dizaines de milliers de salariés. Alors un RSE à quoi ça sert concrètement ? Zoom sur une tendance qui devrait s’accentuer dans les années à venir. A quoi sert un réseau social d’entreprise ? A casser la hiérarchie des organisations…. Aujourd’hui, une majorité des entreprises ont des modèles organisationnels qui ne sont plus adaptés au monde contemporain. …. pour améliorer la productivité des salariés. 2. 1. « Je n’en vois pas l’intérêt. » 3. 1. 2. Le mot de la fin :

http://blog.alerti.com/fr/2013/09/a-quoi-servent-les-reseaux-sociaux-dentreprise/

Related:  RSE & mailQ4. Comment le partage de l'information contribue-t-il à l'émergRéseau social interne entrepriseRéseau social d'entreprise

Du mail au réseau social en « images » En février, Thierry Breton, le PDG d’Atos Origin annonçait vouloir «renoncer à l’usage des e-mails dans l’entreprise dans les trois ans». Cette phrase a déclenché un véritable buzz sur la toile au début de l’année. S’il a été parfois incompris, l’objectif est de supprimer les e-mails pour les usages internes non les mails vers l’externe. « La société d’informatique continuera à autoriser ses quelque 80.000 collaborateurs à correspondre par courriel (ou e-mail) avec leurs clients et leurs contacts à l’extérieur du groupe. » (Le Figaro ). L’usage du mail a été détourné de son but original par les utilisateurs. Alain Garnier décrit pertinemment ce mouvement : « Enfin, quand le mail a été lancé, il s’agissait d’échanger des messages, comme les lettres.

Réseaux sociaux : les entreprises s'y mettent aussi Danone, LVMH, BNP Paribas, Orange ou Alcatel se sont lancés. Mais en général ces plates-formes restent encore avant tout des outils de recrutement. La question n'est plus pourquoi, mais comment? RSE : être community manager, ça ne s'improvise pas ! Aujourd’hui, le métier de community manager (ou gestionnaire de communauté) a su trouver sa légitimité et sa place dans les organisations, aussi bien d’un point de vue externe (pour la gestion de la relation client en ligne, la diffusion de contenus et la modération), qu’interne (pour le travail collaboratif, notamment sur des plates-formes de type réseau social d’entreprise). Il fait désormais partie intégrante du référentiel RH des métiers du numérique. En parallèle, de nombreuses institutions universitaires ont ouvert des cursus de formation adaptés à la communication sur les médias sociaux. Pourtant, à l’heure actuelle sur les projets, on rencontre trop souvent des animateurs de communauté qui ne semblent pas à l’aise dans leur poste. Quelles en sont les principales raisons ? le profil-type du community manager idéal

La collaboration, premier pilier de l’entreprise de demain Quels que soient les produits et/ou les services que les nouvelles entreprises développent et proposent, elles ne peuvent plus faire l’impasse – au niveau organisation – sur la mise en oeuvre de pratiques collaboratives et d’outils ad-hoc. Au delà de l’innovation technique ou commerciale, la collaboration est un des facteurs de réussite des petites et moyennes entreprises. Nécessaire, mais pas suffisante, elle contribue à créer la performance économique et c’est pourquoi la collaboration est le premier pilier de l’entreprise de demain. Ce n’est pas un besoin, ni même une exigence nouvelle, mais tout le monde s’accorde à reconnaître que l’évolution technologique de ce début de siècle rend la pratique collaborative plus facile, donc très certainement plus efficace. La collaboration est d’abord une attitude, un état d’esprit, qui consiste à travailler ensemble sur des projets, des dossiers, des idées. Hors, il n’en est rien.

Le RSE : remède contre l’infobésité des organisations ? « La surinformation » (ou infobésité) est l’un des plus grands problèmes à résoudre par les organisations pour les 10 prochaines années (rapport de la Direction générale du travail et du Centre d’analyse stratégique sur l’impact des TIC sur les conditions de travail – France, 2012). Ressentie par plus de 70% des managers dans un contexte de compression temporelle et d’un sentiment d’urgence généralisé, la surcharge informationnelle est la priorité numéro 2 des directeurs de la communication (European Communicator monitor 2009) et de plus en plus la priorité numéro 1 de la GRH. En effet, lorsque l’on sait que 72 courriels sont reçus et 33 sont envoyés en moyenne par jour en entreprise par chaque collaborateur (Radicati Group, mai 2011), on peut s’interroger sur la pertinence de ceux-ci et sur leur efficacité sur la productivité des salariés. Cette surabondance d’information n’est-elle pas chronophage, facteur de déconcentration, facteur d’épuisement professionnel ? … d’inefficience

Synthèse de mon travail de recherche sur les réseaux sociaux Véritable phénomène depuis quelques années sur Internet, les réseaux sociaux ont su se développer pour toucher à travers le monde des millions d’internautes et sont devenus incontournables pour beaucoup. L’explosion de l’activité des internautes sur les réseaux sociaux se traduit clairement selon les chiffres : selon l’Observatoire IFOP des réseaux sociaux, en 2012, plus de 70% des internautes français sont quotidiennement sur un réseau social, 85% au Royaume-Uni (blog.viadeo.com). Les réseaux sociaux sont en évolution permanente et comportent chacun de plus en plus de membres. On assiste également à une montée en puissance des entreprises sur les réseaux sociaux en effet 78% des entreprises internationales sont présentes sur Twitter, 61% sur Facebook, 57% sur Youtube (blog-ers.com). Nous pouvons définir les réseaux sociaux comme étant des services en ligne permettant d’être reliés entre eux dans le but de favoriser les interactions sociales.

Les RSE dans les grands groupes : état des lieux CCM Benchmark réunissait le 18 novembre des experts et des grands groupes autour de la thématique du RSE et de la digitalisation des entreprises. Cet événement était l’occasion pour nous de faire un état des lieux des projets de RSE dans les grands Groupes et d’en analyser les grandes tendances. Bouygues Telecom, Bouygues SA, Crédit Agricole, Rexel, la CCI Région Alsace, Humanis, Réseau Ferré de France, Suez Environnement, GrDF, RATP et BNP Paribas Personal Finance ont partagé leurs expériences, leurs écueils et leurs succès avec les experts tels qu’Arnaud Rayrole de Lecko, Michel Germain d’Arctus ou Vincent Berthelot de l’Observatoire des Réseaux Sociaux d’Entreprise. Après quelques mois/années d’adoption, des résultats globalement décevants Rares sont les projets qui donnent satisfaction, que ce soit sur l’adoption ou les fonctionnalités déployées. Ces RSE, vecteurs de performance et censés rendre la communication plus fluide, ne trouvent pas leur public

Les questions à se poser avant de lancer un réseau social d'entreprise Temps de lecture : 2min15 Les réseaux sociaux d’entreprise (RSE) ont incontestablement le vent en poupe : selon une étude réalisée mi-2015 par L’Observatoire de l’Intranet et de la Stratégie Numérique, 26 % des sociétés interrogées déclarent avoir lancé dernièrement un projet de ce type. Il faut dire qu’entre 2012 et 2013, déjà, le chiffre d’affaires généré par ce marché avait, d’après la société de conseils Lecko, augmenté de 170 % ! Mais toutes les entreprises ont-elles un intérêt à lancer leur réseau social ? Pour répondre à cette interrogation, nous avons sélectionné… 8 questions, qui vous aideront à savoir si cet outil de communication interne correspond à vos attentes et à vos besoins.

Usages de l’email et réseaux sociaux d’entreprise Emails : on en a tous assez mais on ne peut pas s’en passer ! Selon les études, nous passons beaucoup de temps à écrire, lire et traiter les emails ( 28% du temps hebdomadaire selon une étude McKinsey). Au delà des chiffres, l’infobésité est bien présente dans les entreprises et le facteur stress de l’email n’est plus à démontrer (les articles sont nombreux sur le sujet comme ici dès 2007 ). Avec le déploiement des réseaux sociaux d’entreprise dans les organisations, c’est opportunité de tordre le coup aux usages déviants de l’email pour explorer d’autres modes de communication.

Réseaux sociaux d’entreprise : avantages et inconvénients Le succès des réseaux sociaux personnels et professionnels donnent des idées aux entreprises qui sont de plus en plus nombreuses à mettre en place des réseaux sociaux d’entreprise (RSE). Ces nouveaux open space ont la lourde tâche de rendre le travail plus collaboratif et la communication plus fluide. Si les entreprises qui réussissent ce pari son 17% plus performantes que leurs concurrents *, une étude de Gartner a montré que 80% de ces projets collaboratifs échouent. Alors, quels sont les avantages des RSE et surtout, comment réussir à les intégrer à l’entreprise ? Réseaux sociaux d’entreprise : les avantages Le RSE se présente le plus souvent comme un Facebook, accessible uniquement sur invitation pour les salariés d’une entreprise ainsi que les consultants extérieurs si besoin.

Related: