background preloader

Facebook : les chiffres officiels en France (août 2013)

Facebook : les chiffres officiels en France (août 2013)
Facebook dévoile régulièrement ses statistiques d’usage. Mais celles-ci concernent généralement le monde entier, et seul un découpage continental est effectué tous les trois mois. Une fois n’est pas coutume, Facebook vient de présenter ses chiffres d’usage concernant la France. Des statistiques très récentes puisqu’elles correspondent au mois d’août 2013. Utilisateurs actifs mensuels, quotidiens, mobiles… tout y passe ! Facebook en profite également pour faire le point sur l’utilisation de son réseau, en dévoilant certaines statistiques mondiales. 26 millions d’utilisateurs actifs mensuels en France Les utilisateurs actifs mensuels (MAU) constituent la statistique principale lorsqu’on étudie la fréquentation d’un réseau social. 18 millions d’utilisateurs actifs quotidiens en France Toujours selon Nielsen, Facebook accueillait chaque jour environ 16,4 millions d’internautes en France en juillet 2012. 17 millions d’utilisateurs actifs mobiles mensuels en France

http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-facebook-france-aout-2013/

Related:  Facebook 2

Facebook veut ringardiser le moteur de recherche de Google Au siège de Facebook, à Menlo Park, en Californie, il y a une petite tradition : les salariés attachent à leur bureau un ballon gonflable couleur argent pour chaque année passée dans la maison. Du coup, une simple balade dans cet open space de 500 mètres sur 100, dessiné par l'architecte star Frank Gehry, permet de constater que beaucoup viennent à peine de débarquer. Et il y a un département où les ballons sont encore plus rares, c'est celui de l'intelligence artificielle.

"Travailler avec Zuckerberg, c'est encore mieux qu'avec Sarkozy" Capital : Facebook gagne de plus en plus d'argent, et notamment sur mobile. Comment avez-vous réussi ce virage ?Laurent Solly : En 2012, Mark Zukerberg a décidé qu'il fallait basculer en quelques mois et a placé le mobile au coeur de toutes les actions de l'entreprise. Il a demandé à tous les développeurs de coder en priorité pour les smartphones. Facebook n’est plus «le» réseau social Même avant d’être le titre d’un film [The Social Network, NDT], l’expression «le réseau social» était synonyme de Facebook. La start-up de Mark Zuckerberg avait piqué en 2008 cet intitulé à MySpace et, depuis, sa prédominance sur les autres réseaux sociaux est restée incontestée. Mais certains signes portent aujourd’hui à croire que Facebook a peut-être atteint ses limites. Non pas en tant que plateforme multimédia, ni en tant qu’espace du web où les internautes passent du temps, et certainement pas en tant qu’entreprise.

Facebook manipule-t-il les infos ? Facebook s’est enroulé autour de milliards d’internautes. Il les accompagne dans de nombreux instants de leurs vies. Le réseau dissimule ses actions derrière des lignes de code et nous demande de lui faire confiance. Kaa numérique, il nous enjoint de le croire sur parole. Mais des fonctionnements étranges provoquent régulièrement le doute. Pourquoi la police belge déconseille de cliquer sur les Réactions de Facebook - Tech Soucieuse de la protection de la vie privée de ses concitoyens, la police belge conseille aux internautes de bien réfléchir avant de dire à Facebook ce que leur fait ressentir une publication, à travers les boutons « Réactions » ajoutés par le réseau social. On sait la Belgique en guerre contre Facebook. L’an dernier, la CNIL belge a interdit à Facebook de tracer les utilisateurs qui n’étaient pas inscrits sur le réseau social, en conséquence de quoi la firme a décidé d’interdire la lecture de ses pages aux internautes qui n’ont pas signé son contrat d’inscription. Mais l’on ne pensait pas que la police irait jusqu’à se soucier à ce point de la vie privée des internautes.

Enquête sur l’algo le plus flippant de Facebook La section « Vous connaissez peut-être » (« People you may know ») de Facebook est une source inépuisable de spéculations. Cette fonction, en apparence sympathique puisqu’elle nous propose d’ajouter de nouveaux amis, semble détenir des informations très personnelles sur chacun d’entre nous. Une journaliste de la rédaction s’est ainsi vu proposer un flirt dont elle n’avait pas noté le téléphone dans son portable ; un autre collègue s’est vu proposer un pote qu’il n’a pas revu depuis 10 ans et qui venait de lui envoyer un mail ; une autre enfin, sa femme de ménage, dont elle a le numéro de téléphone dans son portable, mais avec laquelle elle n’a jamais eu aucune interaction en ligne. Beaucoup ont aussi vu apparaître des gens rencontrés sur des applis de rencontre comme Tinder ou Grindr. Plutôt embarrassant, non ?

Mark Zuckerberg, Let Me Pay for Facebook Photo . Instagram. . Twitter. All services we rely on — and all services we believe we don’t have to pay for. Comment Facebook utilise nos données GPS Internet et Facebook en particulier permettent d’aller toujours plus loin dans la conservation de données des utilisateurs, jusqu’à façonner notre identité numérique. Chaque achat en ligne contribue à alimenter notre ”moi numérique”, et chaque lieu que nous avons fréquenté également. Mais ce n’est pas tout. Facebook, le fouineur ? En effet, bien souvent, on se retrouve perplexe devant une suggestion d’amis que Facebook nous propose : n’est-ce pas cet homme ou cette femme qu’on a croisés une semaine plus tôt à une soirée ?

Il y a 10 ans, Zuckerberg inventait sous les huées le news feed (et l'Internet moderne) Le patron de Facebook avait raison trop tôt. Maintenant, il est trop tard. ll y a 2 ans, l’Internet fêtait en grande pompe les 10 ans de Facebook. Mais la date était mal choisie. Facebook : les secrets de Mark Zuckerberg pour rentabiliser Whatsapp, Messenger et Instagram Monétiser une application ou un service sur Internet n'est pas chose aisée. Twitter le sait bien : malgré sa grande popularité (317 millions d'utilisateurs par mois), le réseau social est venu à bout de la patience de ses investisseurs et n'arrive même pas à se vendre. Ce n'est pas un cas isolé : malgré leur milliard d'utilisateurs, Whatsapp et Messenger, qui appartiennent à Facebook, ne sont pas rentables.

Accusé d’avoir influencé l’élection américaine, Facebook se défend Mark Zuckerberg, fondateur de la société, a répondu à ceux qui reprochent au réseau social d’avoir laissé circuler de fausses informations, et de ne confronter les électeurs qu’à des opinions conformes aux leurs. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual « Personnellement, je pense que l’idée que de fausses informations sur Facebook, qui ne représentent qu’une toute petite partie des contenus, aient influencé la présidentielle est une idée assez dingue. » Jeudi 10 novembre, deux jours après l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, Mark Zuckerberg, patron de Facebook, a répondu à ceux, nombreux, qui accusent le réseau social d’avoir pesé sur le résultat du scrutin. Depuis l’annonce de la victoire de M. Plaidoyer pour « un Facebook moins toxique »

Facebook, faux ami de la démocratie Aux Etats-Unis comme en France, les internautes se déchirent sur le réseau social le plus fréquenté du monde. Ce forum, géré par un algorithme qui se dit « agnostique », est-il capable de susciter un vrai débat ? Quand Susanna Lazarus s’est éveillée, ce vendredi 24 juin, et qu’elle a allumé la télévision, la stupeur l’a envahie. Son pays, le Royaume-Uni, venait de choisir de quitter l’Union européenne, à près de 52 %. Pourtant, dans les jours qui précédaient, cette Londonienne de 27 ans n’avait rien vu venir.

Non, Facebook n’a pas fait élire Trump Au lendemain de l’élection de Donald Trump, plusieurs médias américains font le procès de Facebook et de son algorithme comme l’un des rouages de leur aveuglement. « Comment Facebook a aidé Donald Trump à devenir président », titre Forbes. Plus direct, Select All, un site du New York Mag, y va cash : « Donald Trump a gagné à cause de Facebook. » La thèse est séduisante et rassurante au lendemain de la victoire. Mais si les critiques ne sont pas dénuées de fondement, il est faux, et hypocrite, de dire que Facebook a fait élire Trump. D’abord parce que l’idée surestime le rôle des médias dans les votes. Pourquoi et comment Facebook cherche à séduire l'industrie pharmaceutique Dans sa boulimie de monétisation de l'audience de son réseau social, Facebook mène une opération de séduction active auprès de l'industrie pharmaceutique. Le réseau social espère capter une part plus importante des faramineuses dépenses des labos pharmaceutiques en publicités (5,2 milliards de dollars investis en 2015 pour des médicaments prescrits, tous supports confondus), en majorité (plus des deux tiers) dédiées à la télévision. Des publicités moins susceptibles de fâcher les régulateurs Faire valoir l'énorme potentiel d'audience de Facebook (1,7 milliard d'utilisateurs par mois) ne suffit pas à convaincre l'industrie du médicament.

Related: