background preloader

Permaculture et agriculteurs

Permaculture et agriculteurs
Ni pollution, ni pétrole, ni pesticide. La permaculture apporte des réponses détonantes aux critiques faites à l’agriculture conventionnelle. Elle permet de cultiver beaucoup sur une petite surface, le tout en créant de véritables éco-systèmes cohérents et auto-fertiles. En Australie, en Autriche et en Amérique du Nord les exemples se sont multipliés ces dernières années. Une première étude réalisée sur le sujet en France vient d’être publiée par le Sad-apt (un laboratoire commun à l’Institut national de recherche agronomique (Inra) et l’école Agro Paris Tech). Téléchargez ci-dessous l’étude complète : Les légumes produits sur la ferme en 2012 - où la météo a été particulièrement médiocre - montrent que l’on peut réaliser au moins 32 000 euros de chiffre d’affaires [1] pour 1400 heures de travail sur une surface cultivée d’environ 1000 mètres carrés. A lire aussi sur Terraeco.net : Bio et hyperproductive, la ferme magique d’un agriculteur québécois

"Le gaz de schiste n'est pas la solution miracle" La menace d'une intervention militaire en Syrie et, corollaire, l'instabilité politique dans la région relancent-elles les risques d'une crise énergétique? Je ne crois pas. Les crises précédentes (lors de la guerre du Kippour, en 1973, au moment de la révolution iranienne, en 1979, et lors de la première guerre du Golfe, en 1990) étaient des crises de l'offre. Aujourd'hui, la production n'a jamais été si abondante et, si les cours du pétrole semblent atteindre des sommets, ils restent comparables, en monnaie courante, à ceux constatés lors du deuxième choc pétrolier. Ce qui est certain, en revanche, c'est que l'épuisement des ressources en hydrocarbures est inéluctable et que nous vivons une transition énergétique. Cette phase sera-t-elle douloureuse? On voit cette transition énergétique comme une contrainte, mais ce peut être une chance. Ces dernières années, l'exploitation des gaz et pétrole de schiste a bouleversé la donne énergétique. Je ne parlerai pas de révolution. C'est vrai.

L'agriculture, à l'origine des deux tiers de la pollution de l'eau potable en France Selon l'UFC-Que choisir, 1,7 million de Français reçoivent encore une eau non conforme à la législation. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gilles Van Kote C'est l'histoire d'un verre d'eau pas tout à fait plein. Tout dépend de quel point de vue l'on considère les résultats de l'enquête de l'UFC (Union fédérale des consommateurs)-Que Choisir sur la qualité de l'eau potable en France, présentée mardi 20 mars. Premier constat, plutôt rassurant. L'étude confirme que l'agriculture est bien aujourd'hui la principale responsable de la pollution des eaux : 69% des cas relevés lui sont attribuables, 27% revenant à des défauts de traitement de l'eau et 4% à la radioactivité naturelle. A eux seuls, les pesticides – et en particulier l'atrazine (désormais interdit mais qui persiste longtemps dans l'environnement) – sont responsables de 60% des cas de pollution d'origine agricole. L'UFC-Que Choisir appelle donc à une réforme de la politique de l'eau et à une réforme profonde des pratiques agricoles.

ETUDE INRA MARAICHAGE_100413.pdf Guy Durant (Inra Rennes)/ Max Havelaar Quand on évoque le commerce équitable, on pense souvent au paquet de café, avec l'image des petits producteurs dessus. Mais concrètement, en remontant la filière, les bénéfices sont ils réels ? Privilégier l'achat du café équitable chez nous a t il des conséquences vraiment positives au sud ? Tugdual Ruellan et Bernard Bruel ont décidé de remonter à la source pour voir comment les producteurs travaillent et ce qu'ils pensent du commerce équitable. Leur témoignage est rassemblé dans un livre "Pour un commerce juste, La Route du café, des Yungas à la Bretagne ". Vit-on mieux en Bolivie depuis que s’est instauré le commerce équitable ? Voilà ce que répondent les intéressés : « Vous avez vu notre centre de séchage à La Paz avec son laboratoire ! Rencontre avec Tugdual Ruellan, 53 ans co-auteur. Quel a été votre parcours avant la sortie de ce livre ? Pourquoi avoir écrit ce livre « Pour un commerce juste – La Route du café, des Yungas à la Bretagne » ? Rencontre avec Bernard Bruel, co-auteur.

Politique : Létard :«Ce scrutin territorial mettrait en cause la parité» La secrétaire d'État au Développement durable, vice-présidente du Nouveau Centre, estime que le projet de réforme du mode de scrutin territorial «raye d'un trait de plume le pluralisme et la parité». LE FIGARO.- Que pensez-vous du futur mode de scrutin territorial? Valérie LÉTARD. - Le projet, tel qu'il a été voté par les députés, raye d'un trait de plume le pluralisme et la parité, pourtant inscrite dans la Constitution. C'est un recul très net par rapport à la première mouture du projet et c'est en contradiction avec la politique de promotion de l'égalité hommes-femmes que nous menons depuis 2007. Si vous étiez toujours parlementaire, quelle serait votre attitude? Si le texte restait en l'état, j'en tirerais les conséquences. Souhaitez-vous que le Nouveau Centre présente un candidat en 2012? Il faut un candidat qui représente l'ensemble de la famille centriste. Grâce à des primaires, comme le suggère le président de l'Alliance centriste, Jean Arthuis? Pourquoi pas ?

« On peut nourrir 10 milliards d’humains en bio sans défricher un hectare » Jacques Caplat est agronome et géographe. L’idée que les rendements en bio sont plus faibles qu’en conventionnel est récurrente… Si l’on considère que l’agriculture bio, c’est faire la même chose qu’en conventionnel moins la chimie, alors oui, c’est certain. Mais ça n’est pas ça du tout ! Que faut-il comparer, alors ? Le système conventionnel s’est construit sur l’idée qu’on peut augmenter les rendements en sélectionnant les semences. Ce concept fonctionne de façon optimale avec un mélange de cultures sur une même parcelle. Vous soutenez que l’agriculture bio est le seul système viable dans les pays tropicaux… Le système conventionnel ne marche qu’en milieu tempéré. Que disent les études scientifiques sur cette question ? L’université anglaise de l’Essex a réalisé en 2006 une synthèse sur 57 pays et 37 millions d’hectares. Cette transition est-elle possible ? Dans les années 1960, on s’est donné un objectif, celui d’une révolution agricole industrielle, et on y est parvenu.

débat commerce équitable 35 Pourriez-vous nous exposer l’idée du vivre bien et nous expliquer son lien avec le concept de commerce équitable ? Luzmila Carpio Sangüeza, ambassadrice de l’Etat plurinational de Bolivie en France : la notion du vivre vient est inscrite depuis les temps immémoriaux dans les pratiques de vie des communautés indiennes de Bolivie qui considèrent que l’on ne peut pas vivre ensemble sans se respecter les uns les autres. Les pratiques d’échange, de troc, sont très anciennes dans des populations et des zones géographiques où l’on ne peut pas survivre sans s’entraider et se respecter. L’autre composante du vivre bien est le respect de la nature. Toute petite, j’ai été élevé par ma mère dans le respect du soleil, de la lune, des pierres, des animaux et de la Terre mère que nous appelons « pachamama ». Avec le fort développement de la production de café dans les coopératives boliviennes, n’y a-t-il pas mono-production et donc un risque économique en cas de retournement des marchés ?

La Conférence environnementale ouvre cinq grands chantiers La Conférence environnementale a été conclue le 15 septembre par Jean-Marc Ayrault qui a annoncé, à travers cinq grands chantiers, la pleine intégration de l'environnement dans la politique du Gouvernement. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a conclu vendredi la Conférence environnementale aux termes de deux jours d'échanges "denses et riches". L'environnement n'est pas oublié et va être pleinement intégré dans la politique du Gouvernement. Le début de la transition énergétique ? Le premier des grands chantiers (et le plus important ?) Mais Jean-Marc Ayrault a d'ores et déjà annoncé des mesures immédiates. Le rééquilibrage du mix énergétique avec une diminution de la part du nucléaire de 75 à 50% d'ici 2025 constitue "la feuille de route du Gouvernement". Pour le solaire, la France doit miser sur la qualité. Une Agence de la biodiversité dès 2013 La stratégie nationale de la biodiversité sera déclinée dans tous les ministères. Vers l'interdiction totale du BPA

Le méthane agricole, un nouvel agro-business ? En Champagne-Ardenne, Didier Forget produit de l'électricité à partir du lisier et du fumier de ses vaches. Extraordinaire pour les uns, ce dispositif est décrié par d'autres. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Manon Rescan Tous les jours, Didier Forget nourrit son digesteur comme il nourrit ses vaches. Un cocktail végétal d'herbe, de résidus de céréales, d'oignons et de betteraves. Sauf qu'il ne servirait certainement pas à son troupeau le lisier et le fumier que l'appareil, lui, digère très bien. Dans le ventre de cette vaste cuve circulaire, les bactéries issues des excréments des vaches travaillent, dévorent, transforment le mélange qui fermente. A l'air libre, cette fermentation serait lourdement polluante, le méthane étant un gaz à effet de serre puissant. Cet éleveur laitier d'une cinquantaine d'année croyait sa carrière terminée quand, en 2003, il a été exproprié d'une partie de ses terres à Vivier-au-Court près de Charleville-Mézières. D'autres dérives existent à l'étranger.

La viande artificielle déjà dans les assiettes : La viande artificielle, qu'est-ce que c'est ? - Business "D'ici 50 ans, nous échapperons à l'absurdité d'élever un poulet entier pour en manger le blanc ou une aile, en produisant ces parties séparément." Le carnivore forcené qu'était Winston Churchill avait vu juste dès 1932. Certes, il se trompait de quelques décennies. Mais le fait de manger de la viande qui ne proviendrait pas d'un animal n'appartient plus au domaine de la science-fiction. Et ce n'est pas Mark Bittman, célèbre chroniqueur gastronomique du New York Times, qui nous contredira. Alors, la viande artificielle, qu'est-ce que c'est ? Pour fabriquer ses produits, l'américain Beyond Meat manipule à la fois chaleur, refroidissement et pression. Le britannique Quorn, lui, utilise de la mycoprotéine, une protéine provenant de champignons, et a recours à "un procédé de fermentation très semblable à la fermentation de la bière. Parmi les techniques : planter des cellules souches de bovin dans un morceau de tissu musculaire afin de les "cultiver"

Paysan et agri bio à Javené (témoign.) Cela fait plus d’un an que Mikaël Hardy, paysan sans terre, travaille sur un projet d’installation agricole, en agro-écologie, à quelques kilomètres de Rennes. Il aimerait faire cohabiter élevage et cultures, et organiser de la vente directe. Mais les 13 hectares sur lesquels il souhaite s’installer ont été cédés à un voisin qui veut agrandir son exploitation. Mikaël Hardy met en cause l’indépendance de la puissante Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer), officiellement chargée de veiller à la juste répartition des terres... Récit d’une bataille administrative pour l’installation d’un jeune agriculteur. Voici plus d’un an que je travaille sur un projet d’installation agricole en agro-écologie. Mes choix de vie m’amènent à m’intéresser à l’agro-écologie. Bataille administrative La ferme de l’Ori, ce sont deux propriétaires et une exploitante proche de la retraite. La Safer approuve le projet... une installation Jeune agriculteur ; ... avant de le rejeter

Comment réconcilier ville et agriculture - Introduction Déprise agricole - Négligeant les outils réglementaires visant à protéger les exploitations en zone périurbaine, les villes restent consommatrices des terres agricoles. Toutefois, la loi « Grenelle 2 » du 12 juillet 2010 assigne aux documents d’urbanisme un objectif de réduction de la consommation d’espace. Nouvelles dynamiques entre collectivités et agriculture - Le renforcement des liens entre le secteur de l’agriculture et la ville est aujourd’hui au coeur de nouvelles dynamiques de territoires. Penser le territoire - Pour protéger efficacement les terres agricoles de l’urbanisation liée à l’étalement urbain, le projet de territoire doit identifier et favoriser le développement des différentes fonctions de l’agriculture : économique, paysagère, pédagogique, sanitaire et environnementale. Comment réconcilier ville et agriculture : booster les circuits courts

Related: