background preloader

Ces microbes qui nous gouvernent

Ces microbes qui nous gouvernent
Médecine. La richesse et la diversité des bactéries qui peuplent notre intestin nous protègent en partie des effets délétères de l'inflammation liée au diabète et à l'obésité. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Florence Rosier Nous sommes, à notre insu, le terreau fertile d'une bien étrange "forêt tropicale" : les cent mille milliards de bactéries qui prospèrent en silence dans nos entrailles. Pesant en moyenne 1,5 kilogramme chez un adulte, notre microbiote intestinal abrite une population de bactéries dont le nombre est dix fois plus élevé que celui de nos propres cellules. "En analysant le génome des bactéries intestinales de 292 adultes danois (123 non obèses et 169 obèses), nous avons trouvé que près du quart d'entre eux (23 %) présentent un déficit important en bactéries intestinales, indique Dusko Ehrlich, qui a piloté le consortium international MetaHIT à l'origine de l'étude de Nature. Elle coordonne le projet européen Métacardis, lancé en 2012. Related:  Immunologie

Lutte contre la résistance aux antibiotiques - Sciences de la vie et de la Terre - Éduscol Retrouvez toute l'information sur le site education.gouv.fr Accueil Actualités Actualités Lutte contre la résistance aux antibiotiques De nouvelles découvertes améliorent le combat contre l’antibiorésistance. Une équipe de recherche de Lille a mis en place un médicament capable de supprimer la résistance face à un antibiotique. Scénarios pédagogiques traitant les thèmes de programmes : Autres actualités en lien : Publié le 20.03.2017 Retour aux articles Partager via... Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Direction générale de l'enseignement scolaire / Direction du numérique pour l'éducation - Certains droits réservés.

Un vaccin, qu'est-ce que c'est ? - Vidéo Manuel Rosa-Calatrava du Laboratoire de virologie et pathologie humaine (Equipe Vir-Cell, Inserm, Lyon), explique en quoi consiste la vaccination. La vaccination consiste à inoculer un microbe inactivé (par la chaleur, des molécules chimiques...) ou bien un morceau de microbe, ce qui n'induit pas une maladie mais par contre prépare et stimule le système immunitaire de la personne vaccinée, ce qui fait que son système immunitaire sera prêt et pourra répondre très vite lorsque cette personne sera confrontée au vrai pathogène dans sa vie future. Cela permettra d'atténuer la maladie ou même d'empêcher qu'elle se développe. Il y a une limite, en particulier dans le cas de la grippe : un anticorps va reconnaître un antigène bien particulier, donc si celui-ci a petit peu muté entre temps, l'anticorps ne va pas bien fonctionner et le vaccin ne sera pas efficace à 100%. © science frontières production / Inserm Réalisateur : Jean-Marc Gresta, Céline Knidler, Julien Monteaux

ARTICLE DE PRESSE Obésité: la flore intestinale responsable? Les personnes obèses ayant un déficit de certaines bactéries intestinales ont un risque accru de développer des maladies liées à leur état (diabète, cholestérol, problèmes cardiovasculaires...), selon deux études parues mercredi. Conduites par l'Institut national de recherche agronomique (Inra), avec des partenaires français et internationaux, les études ont été réalisées conjointement au Danemark et en France, alors que l'épidémie d'obésité ne cesse de se développer à travers le monde et pourrait concerner plus de 700 millions de personnes en 2015, selon des projections de l'Organisaiton mondiale de la santé (OMS). Vers de nouvelles thérapies? Elles pourraient ouvrir la voie à "la mise en place de marqueurs bactériens spécifiques pour identifier les personnes à risques" et à "de nouvelles thérapies basées sur des bactéries pour lutter contre la prise de poids", a indiqué Stanislas Dusko Ehrlich, directeur de recherche à l'Inra, qui a coordonné les deux études.

Utiliser le logiciel Scratch pour modéliser un phénomène biologique I. À propos du logiciel Scratch est un logiciel de programmation avec une interface graphique agréable et intuitive. Les blocs à agencer pour créer un algorithme. Un descriptif plus complet du logiciel est proposé en fin d’article, à voir également sur le portail AJN. II. Pré-requis Lors de la précédente séance, les élèves ont découvert le principe et le mécanisme de la vaccination à l’échelle individuelle. Phase de motivation (10 minutes) Suite à un bref rappel, j’ai affirmé que la vaccination permettait également de protéger les autres individus. J’ai alors présenté aux élèves un programme (à télécharger ci-dessous). [1] Simulation épidémie incomplète sb2 Le programme est incomplet : il y a plusieurs individus qui se déplacent mais aucune maladie ne se transmet. Modèle incomplet fourni aux élèves. Les ronds jaunes représentent les individus. Lorsqu’un élève avait terminé son programme (à télécharger ci-dessous), il devait lancer les simulations. Une épidémie en cours. III. Programme IV. V.

Le microbiote intestinal : un organe à part entière - PARLONS SCIENCES Malgré la cohabitation avec ces milliards de bactéries à l’âge adulte, le nouveau né est stérile à la naissance. Le premier contact avec des bactéries s’effectue lors de l’accouchement. La composition du microbiote varie fortement dans les premiers mois de la vie au gré du passage des bactéries dans notre tube digestif. La diversité des bactéries présentes dans notre tube digestif augmente progressivement et c’est vers l’âge de deux ans que le microbiote se stabilise pour être fonctionnellement proche de celui retrouvé à l’âge adulte. Cette stabilité est néanmoins fragile car le microbiote est soumis à de nombreux facteurs pouvant le modifier tels qu’un régime alimentaire trop gras ou une prise fréquente d’antibiotiques. La répartition des bactéries le long du tube digestif n’est pas homogène. En pratique, il est difficilement envisageable de récupérer les bactéries intestinales directement dans le côlon car cette procédure est invasive pour le patient et nécessite une anesthésie. 1.

La mémoire immunitaire - Corpus - réseau Canopé L'immunité adaptative permet de lutter contre les antigènes en mobilisant les lymphocytes immunocompétents. Lors de la mise en place de la réponse immune, une partie des lymphocytes sélectionnés et activés ne se différencie pas en cellules lutteuses mais forme un réservoir de cellules mémoires dont la durée de vie est importante. Ces cellules gardent en mémoire le premier contact établi avec l'antigène. Ces lymphocytes B et T mémoires, spécifiques d'un antigène, peuvent être mobilisés lors d'un contact ultérieur avec le même antigène ou son peptide antigénique. Par leur haute réactivité, ils permettent la mise en place d'une réponse immune plus rapide et plus ample, en bref, plus efficace pour neutraliser l'agresseur. Le principe de la vaccination s'appuie sur l'existence de cette mémoire immunitaire.

Serimedis : la banque d'images de l'Inserm 54813 Prise en charge des antigènes vaccinaux par les neutrophiles dans la peau Microscopie à fluorescence sur coupe immunohistologique de peau (noyaux des cellules cutanées marqués en bleu) montrant l'infiltrat de neutrophiles (en rose) dans le derme après injection intradermique de vaccin (en vert). Montage d'images de microscopie confocale montrant les neutrophiles (en rose) ayant pris en charge l'antigène vaccinal (en vert). Inserm/Combadière, Behazine Inserm/Combadière, Behazine 55777 C'est quoi un vaccin ? Qu'est-ce qu'un vaccin ? Réponse avec le chercheur en virologie Manuel Rosa-Calatrava, chercheur au laboratoire de virologie et pathologie humaine, Equipe VirCell, CR1, Inserm à Lyon. Durée : 1 min 4 sec.

Epidémie de rougeole : plus de 1.500 cas déclarés en 2018 par manque de vaccination Le nombre de cas de rougeole déclarés en France en 2018 a dépassé 1.500, ont annoncé mercredi 11 avril 2018 les autorités sanitaires, tandis que se poursuit l'épidémie en Nouvelle-Aquitaine, région de loin la plus touchée. Santé publique France a fait état de 1.527 cas depuis le début de l'année, et 1.605 depuis le 6 novembre 2017, date après laquelle la maladie a connu une "recrudescence" qui n'a pas été enrayée depuis. En mars 2018, c'était 915 cas qui avaient été enregistrés depuis le 6 novembre 2017. D'environ 300 cas de rougeole annuels en 2013-2015 à 1.605 en 5 mois Maladie très contagieuse due à un virus et pour laquelle il n'existe pas de traitement curatif, la rougeole peut, dans les cas les plus graves, entraîner des complications respiratoires (infections pulmonaires) et neurologiques (encéphalites). Cas de rougeole déclarés par semaine (date d'éruption), France, 6/11/2017 au 26/04/2018. En cause, toujours la couverture vaccinale insuffisante MAUVAIS ELEVE. Avec AFP. Avec AFP.

"Géopolitique du moustique" - Aller plus loin avec nos experts ! Chikungunya bourgeonnant à la surface de cellules infectées de moustique Aedes albopictus. © Institut Pasteur/Kenneth Stapleford and Marco Vignuzzi, unité des Populations virales et Pathogenèse - Isabelle Bonne et Christine Schmitt, Plate-Forme Microscopie Ultrastructurale. Colorisation Jean-Marc Panaud. Le chikungunya ne tue pas, mais il handicape et peut entraîner des séquelles. Longtemps resté discret, ces dernières années, les épidémies se multiplient alors que les moustiques qui le transmettent se propagent. Le virus chikungunya est un virus de la famille des Togaviridae, transmis par les moustiques Aedes albopictus et Aedes aegypti. Et pour cause. Depuis le début des années 2000, le chikungunya touche plusieurs millions de personnes tous les ans. En 2007, la transmission de la maladie a été enregistrée pour la première fois en Europe, au nord-est de l’Italie.

Dossier Coronavirus | Le site de la Fondation La main à la pâte Le dossier est décliné pour les différents cycles scolaires, de manière à adapter les contenus et les modalités aux différents profils des enfants et aux programmes. Les activités proposées dans le cadre du projet “Coronavirus. Comprendre pour agir” à destination des Cycles 2 et 3 ont pour objectif d’introduire les élèves aux aspects scientifiques liés à l’apparition d’une nouvelle épidémie : comment on identifie l’agent causal de la maladie et l’origine de l’épidémie, comment l’épidémie se propage. Ensuite, les élèves sont amenés à reconnaître le rôle de prévention de différents types de gestes et actions efficaces, en expérimentant ou en consultant des documents. Ils comprennent qu’il jouent un rôle actif dans la prévention. Pour tous les cycles, une attention spéciale a été mise sur la compréhension et sur l’adoption des gestes barrières. L'ensemble de ce dossier est réalisé dans l'esprit du projet Esprit scientifique Esprit critique Cycles 2 & 3 : Résumé Téléchargement séance complète

Modélisation d’une épidémie - cycle 3 - IA 13 Mission Maths-Sciences 1er degré Une fois n’est pas coutume : le sujet mathématique que nous proposons aujourd’hui est lié à une actualité brûlante, la modélisation de l’épidémie due au coronavirus. L’activité proposée s’adresse à des élèves de cycle 3, plutôt CM1 ou CM2 (on peut même imaginer des prolongements coriaces pour les bons élèves). Au sein de notre équipe, certains s’inquiètent que la situation proposée ne soit trop anxiogène pour les enfants. Il est vrai que les circonstances sont tout à fait exceptionnelles, et il conviendra de contextualiser cette activité en fonction de votre classe : vous seul-e connaissez assez vos élèves pour le faire de manière pertinente. Nous proposons donc deux versions du document élève : A vous de choisir, si vous proposez cette activité à vos élèves, quelle version leur envoyer. Ultime ajout : les feuilles de calcul correspondant à ces données et modèles (format libreoffice et excel).

Vaccins et vaccinations : une avancée majeure des sciences médicales contre les pandémies Nos élèves peuvent s’interroger à la fois sur ce qu’est un vaccin de façon générale, sur les spécificités de ceux qui vont être proposés contre le SARS-Cov-2 ainsi que les mécanismes biologiques qui se mettent en place pour protéger durablement un individu. Le lien entre protection individuelle et protection des populations est également un point d’intérêt. Cette actualité propose des infographies et des ressources pédagogiques institutionnelles, académiques et universitaires pour aider à investir avec nos élèves ces différents points. Une vidéo réalisée en collaboration avec un groupe de travail rassemblant le service d’information du gouvernement, le ministère des Solidarités et de la Santé, la Direction Générale de la Santé, le MESRI, Santé Publique France, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament, l’INSERM et l’APHP, présente les trois étapes de la fabrication d'un vaccin : identification de l’agent infectieux ; conception et choix des meilleurs vaccins ; tests cliniques.

date de 2013 mais met en lumière les études scientifiques de cette année là qui marque le top départ de la métagénomique la science actuelle qui étudie les bactéries de notre microbiote

Grand public

Redondant avec article de l'e-express by florencecrombecque Feb 22

Related: